"La deadline", page 39.

La suite demain, ou vendredi au pire. Merci !

gravatar

Antoine - il y a 2 mois

Notre héros sombrerait il du côté obscur de la Force?)

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

à ce sujet, Michel Onfray nous rappelle que toutes les civilisations sont mortelles.

Si l'occident est basé sur les fondamentaux chrétiens ( les dogmes sur l'ange qui a fait un enfant à Marie, la résurrection, le purgatoire, ...) qui y croit encore, en Europe ? en pourcentage de la population ?

Quiconque affirme sa foi de manière trop appuyée sur les Réseaux Sociaux ( surtout chrétienne ) se fait ban.

Par contre, personne ne se fera ban de Twitter pour traiter constamment 'certains' d'être racistes du fait de leur couleur de peau, personne ne se fera ban pour faire l'apologie des homosexuels, transgenres, ultra-féministes agressives, de la cancel-culture, etc...

De nouveaux totem s'érigent grâce à des 'sociologues' états-uniens pétris de 'progressisme'.

Sur le dessin, quand tu dessines des carreaux, tu les traces toujours droits, comme si les vêtements restaient droits. Je me doute que dessiner des carreaux en réel demanderait 15 fois plus de temps...

Répondre
gravatar

Liligreen - il y a 2 mois

OK homme blanc cisgenre et hétéro...

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

Être jugé sur :
- son genre ( sexisme )
- ethnie ( racisme )
- choix d'objet (re sexisme )

Répondre
gravatar

Liligreen - il y a 2 mois

Aucun jugement. Une simple qualification. Vos propos démontrent simplement que n'étant pas victime de discrimination et profitant de privilèges, vous n'acceptez ni de vous remettre en question ni d'écouter ceux qui jusqu'à présent étaient obligés de se taire. Je n'essaie pas de vous convaincre de quoi que ce soit, rassurez-vous, juste émettre mon opinion non moins valable que la vôtre.

Répondre
gravatar

plof - il y a 2 mois

Tania de Montaigne, qui n'est un homme, ni une blanche -pour le reste, je ne suis pas intime - dit la même chose que l'intervenant précédent

L'évolution du militantisme sur le sujet depuis 5 10 ans est très inquiétante, en particulier parce qu'elle fait fi de ce que l'on connait sur la psy humaine concernant l'appartenance à un groupe, la préférence pour les membres de ce groupe et la violence potentielle pour ceux qui n'en font pas partie.

C'est extrêmement dangereux, en plus d'être immoral

Répondre
gravatar

oursonia - il y a 2 mois

@a sur les carreaux des vêtements : c'est un détail qui a souvent attiré mon attention dans les bandes dessinées, la majorité des dessinateurs suivent le même principe, Hergé compris ! J'étais à l'inverse surprise d'avoir vu Laurel (dans Comme convenu ou Californid) ne pas céder à cette "facilité" et proposer des motifs à carreaux parfaitement réalistes. Enfin, ça n'est qu'un piètre détail devant la profondeur et la gravité de l'histoire...

Répondre
gravatar

BAM - il y a 2 mois

Bonjour a,
L'une de mes filles, ouvertement féministe et bi, est très active sur les réseaux sociaux. Harcèlement, menace de mort, visite à son domicile et dégradation, agression. Voila ce qu'elle vit.
Je préfèrerai que les conséquences de son engagement (dont je suis fier !) soient limitées au simple "ban" que vous évoquez.
Que dire aussi de la dénonciation au lycée de l'orientation sexuelle d'une de ses camarade qui a conduit à son expulsion violante du domicile.
Nous n'avons sans doute pas le même vécu des conséquences de l'affichage volontaire ou pas des engagements (ou tout simplement de la réalité des êtres).

Répondre
gravatar

Richan - il y a 2 mois

Sans vouloir commenter le message, je tiens a dire que Michel Onfray raconte un beau tissu de bêtises sur bien des sujets que je comprends et maitrise un peu, ce qui me laisse très critique sur tout le reste de ce qu'il dit...

Répondre
gravatar

Tata Gigi - il y a 2 mois

Je me permets de répondre sur un élément perturbant de votre commentaire, bien que 5 jours plus tard.

Dans la religion chrétienne, ce n'est pas l'ange qui fait un enfant à Marie; il va seulement lui demander son accord, puisque Jésus, doit être le fils de Dieu.
Je pense que c'est plutôt dans la religion musulmane, où Jésus est considéré comme un prophète, qu'il pourrait être le fils d'un ange.
Je ne lis pas toujours les commentaires ici, mais je l'ai fait pour ces dernières pages de la bd (que j'aime beaucoup lire, soit-dit en passant).

je me pose des questions, dire du mal sur les musulmans mais reprendre leurs éléments de religion sans bien connaître la religion chrétienne occidentale... ne seriez-vous une sorte d’extrémiste qui s'est donné comme mission d'attiser la haine entre les religions ?
C'est bien dommage de lire cela... (en plus, ça donne une fausse image de la religion chrétienne en écrivant des choses erronées à son sujet).

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

La différence entre un ange qui fait un enfant ou un ange qui demande un accord pour faire un enfant est du domaine du détail infinitésimal. Le sujet de mon commentaire est la fin de la croyance de la quasi-totalité du peuple français dans les dogmes du christianisme. Les Français et l’Occident en général. Or les valeurs de l’Occident repose sur les dogmes chrétiens. D’où le changement de civilisation.

Or la fin de la civilisation est le questionnement de Guillaume, sujet de cette bédé.

Répondre
gravatar

Tata Gigi - il y a 2 mois

HaHaHa. Dire que ce genre de chose est un détail ! Je ne comprends pourquoi vous avez l'air de regretter la culture chrétienne, puisque vous ne vous y intéressez pas beaucoup ^^"" (c'est pas grave, on a le droit, hein ! =-p).

Le christianisme a surtout été développé par Clovis, au début du Moyen-Âge, en même temps que la royauté d'ailleurs, et son déclin a commencé avec la révolution française, et la remise en cause de la toute puissance du clergé.
Après, sur les restes visibles qu'il y avait encore jusque après la seconde guerre mondiale (genre, encore un peu de monde dans les églises), le changement de civilisation s'est surtout fait, à mon avis, sur des évolutions rapides comme les 30 glorieuses, la mondialisation et le libéralisme, le capitalisme, la société de consommation,... (je cite un peu en vrac ce qui me vient).

Personnellement ( et c'est là qu'une bd ou un écrit est intéressant, car l'auteur écrira avec quelque chose en tête, mais ses lecteurs pourront tous l’interpréter de façon bien différente) c'est plutôt de cela que se plaint le héros. Tous le monde est tellement happé dans ce monde de surconsommation égocentré, que chacun n'arrive pas à mettre en pause sa petite vie perso pour un grand terrible évènement commun, c'est à dire, les attentats. Je n'y ai vu nulle part de référence à la culture chrétienne (je n'ai pas relu non plus).
C'est là que je ne rejoins pas le héros. A mon avis, c'était comme ça avant aussi pour tous les grands évènements, mais l'histoire ne rapporte que les gens qui ont fait des choses, pas ceux qui ont continué leur petite vie parce que ça ne les touchait pas directement. Du coup, on a toujours un biais par rapport au passé, qui peut-être facilement idéalisé.
A mon avis, ça ne volait pas plus haut avant, mais ça ne veut pas dire que c'est une bonne chose, voila ;-)

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

Bonjour BAM ( en voilà un pseudo bien bandessinesque : ) )

« Je préfèrerai que les conséquences de son engagement (dont je suis fier !) soient limitées au simple "ban" que vous évoquez. »

Sur les réseaux sociaux, l’activisme en général se fait ‘ban’ par les robots de censure ( en particulier Twitter ). Mais dès que ça touche l’activisme féministe / ‘minorité’ sexuelle, le ‘déban’ se fait facilement, via un humain. Voir la vidéo dont je parle dans un de mes commentaires de cette page. Il y en a qui sont plus égaux que d’autres.

« Que dire aussi de la dénonciation au lycée de l'orientation sexuelle d'une de ses camarade qui a conduit à son expulsion violante du domicile. »

Justement, que dire ? Dénoncer l’orientation sexuelle, ce n’est pas bien. Conséquence ? : expulsion de la famille. Pourquoi ? qu’est-ce qui a poussé cette famille à agir de la sorte ? La religion ? Laquelle ? Celle de paix et d’amour ? Est-ce la même religion qui a poussé certains à dénoncer auprès de la famille le choix d’objet de la camarade de classe ?

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

"n'étant pas victime de discrimination "

Mince, quelqu'un qui connait mieux ma vie que moi, ça alors !

Triggered & disqualified !

Répondre
gravatar

Liligreen - il y a 2 mois

Je ne connais pas Tatiana de Montaigne, je me renseignerai sur elle, cela semble intéressant.

Dit-elle que les personnes racisés, queer ou de sexe féminin ont tous les pouvoirs sur les réseaux sociaux tandis que les pauvres chrétiens français sont persécutés ? Parce que c'est quand même ce qui me marque dans le plus dans les propos de a d'où ma réaction.

Dans une société égalitaire idéale, nul n'aurait besoin de violence pour faire respecter ses droits. Aujourd'hui, une partie des personnes qui ont le plus de privilèges (et oui mon raccourci sur les hommes blancs hétéro et cisgenre était provocateur mais il semble que je n'ai pas tapé loin) ne supportent pas d'entendre les revendications des victimes de sexisme, racisme, homophobie, transphobie et j'en oublie. Est-ce que ces personnes doivent se taire ou élever la voix ? Si elles se taisent, rien ne changera, si elles élèvent la voix elles sont taxées de violence et d'extremisme. Est-ce que ce n'est pas un peu facile ?

Quant à notre "belle" civilisation occidentale au nom de laquelle on a commis tant d'horreurs, faut-il vraiment la pleurer si elle s'efface (l'espoir fait vivre) au profit d'une société plus égalitaire ?

Ce n'est peut être pas tendance mais je me sens du côté de ceux qui souffrent et pas de ceux qui en ont marre d'entendre que d'autres qu'eux souffrent. Cela ne me paraît pas affreusement immoral.

Répondre
gravatar

Liligreen - il y a 2 mois

Et pardon Laurel pour l'énorme hors sujet sous ta BD. Au fait moi, j'aime bien les carreaux tout droits de la chemise, ça me donne l'impression que le personnage s'est figé dans son traumatisme quand le reste du monde est en mouvement.

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 2 mois

Chez Laurel, les carreaux droits, c'est une marque de fabrique, un signe de reconnaissance, ça devrait être breveté :-)

Répondre
gravatar

Schtroumpf a Malibu - il y a 2 mois

Ah tiens voila un sujet interessant: "Quant à notre "belle" civilisation occidentale au nom de laquelle on a commis tant d'horreurs, faut-il vraiment la pleurer si elle s'efface (l'espoir fait vivre) au profit d'une société plus égalitaire ?"
A/ les horreurs: ben yen a eu partout dans toutes les civilisations.
B/ l'etat des lieux: si jeune Mabuse, notre "belle civilisation occidentale" est LA civilisation qui est la plus tolerante avec les "minorites opprimees". Pour preuve, lesdites minorites viennent touver refuge aupres des pays occidentaux, pas des autres (une petite Gay Pride a Beijin ou Teheran ?). Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras, comme disait Jack. Pas sur que la nouvelle civilisation en marche soit plus tolerante. La Cancel Culture et les attaques contre la liberte de parole ne laissent rien presager de bon.

Répondre
gravatar

plof - il y a 2 mois

"Dit-elle que les personnes racisés, queer ou de sexe féminin ont tous les pouvoirs sur les réseaux sociaux tandis que les pauvres chrétiens français sont persécutés ? "
=> C'est un homme de paille, c'est à dire une caricature des propos de la personne en face pour mieux les attaquer

Personne aujourd'hui ne promeut le racisme, défini comme la discrimination en fonction de la couleur de peau, sauf à gauche et à l'extrême droite.

Il y a des réflexes xénophobes dans la société française, comme dans toutes les sociétés, quelque soit la couleur de ses habitants. Les universalistes en sont parfaitement conscients, et proposent, pour lutter contre, de provoquer un sentiment d'appartenance qui dépasse la couleur/le genre etc pour englober l'ensemble de l'humanité, tout en considérant chaque individu comme différent de son voisin.

L'approche américaine, dans ses versions les moins travaillées que l'on rencontre sur les réseaux sociaux, tend à effacer l'individu au profit du groupe, et c'est le groupe que l'on respecte. On va donc promouvoir des politiques en faveur des trans "théoriques" par ex., pas d'un individu particulier dont on respecterait au quotidien la personne.
On va donc facilement effacer l'expérience d'un groupe entier, (ex les femmes) pour en favoriser un autre (je pense à la polémique sur les "chest feeding people" pour désigner les femmes allaitantes en GB), sans se poser un instant la question de l'accueil particulier des quelques personnes concernées.

Idem pour le racisme, en attribuant des caractéristiques de groupe, vous arrivez à la situation US où un métis pourra être considéré comme "pas assez noir".

C'est beaucoup plu raciste, à mon avis, que de mettre Alexandre dumas au panthéon sans écrire "mulâtre" sur la plaque... (on a reproché de cacher sa couleur)

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

En fait, tout dépend ce qu'on entend par persécution.

Persécution physique : C'est observé, un trans a plus de risques de se faire tabasser qu'un chrétien s'il marche dans la rue (même si un prêtre s'est fait tuer juste après les attentats décrits par cette BD, ce qui accentuait ma gène face au tabassage du prêtre).

Persécution médiatique : C'est observé, les débordements des chrétiens sont bien plus facilement condamnés que les débordements des autres communautés.

Persécution au travail : C'est observé, ça dépend de la région de France, mais en général, une personne racisée prendra plus de remarques, ou d'allusions à ses origines. Idem si la personne est une femme.

Persécution culturelle : C'est observé, les chrétiens ne sont plus représentés dans les films, pièces de théâtre ou séries, et s'ils le sont, c'est sous un jour globalement négatif (pour des chrétiens présentés sous un jour positif (et d'autres chrétiens présentés sous un jour négatif) : voir O'Brother). Et s'ils se plaignent d'une mauvaise représentation, les médias et les RS leur tomberont dessus.

Persécution au logement : C'est observé, les personnes racisées ont plus de mal à obtenir un logement, en tout cas dans les grandes villes. Même si ça dépend des régions, dans le Nord, on peut facilement entendre des témoignages de blancs ouvriers ayant du mal à trouver un logement en location (parce que les blancs ouvriers avec accents ont la réputation d'être des beuleuleus/cassos). Du coup, dans le Nord, être blanc ne garantit pas d'être sélectionné avant un noir, tout dépend l'origine sociale.

Persécution sur les RS : Perso, je pense que tout le monde, quelque soit son idéologie, sa croyance, son genre ou sa sexualité, est susceptible de recevoir un raid de la part de gens haineux, on a des exemples dans tous les sens, donc là c'est exæquo !

Donc, on peut dire que les chrétiens sont persécutés, comme on peut aussi dire que les LGBTQI+ sont persécutés. Tout dépend ce qu'on entend par persécution.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

Bien sûr, toutes mes démonstrations peuvent être atténuer par des contre-exemple :
- Pour la culture, il y a encore des mauvaises représentations des personnes LGBTQI+ (même si elles sont généralement très vite condamnées par les médias et les RS, au contraire des mauvaises représentations des chrétiens (ou même parfois des musulmans)).
- Pour les médias, il y a Zemmour et Pascal Praud.

Répondre
gravatar

Toc - il y a 2 mois

@ Guilhem :

Merci pour vos réflexions et vos exemples. Ce genre de discussion a toujours tendance à sombrer dans la caricature. Avoir enfin une analyse avec un peu de complexité sur les discriminations ne fait pas de mal. C'est toujours intéressant de rappeler que les discriminations et persécutions varient fortement selon la zone géographique et le milieu social. Pour prendre un exemple un peu paradigmatique, on ne peut pas vraiment dire qu'un ouvrier picard au chômage ait plus de privilèges que Lilian Bettencourt.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

Avec plaisr Toc ! :)

Après, l'idée de l’intersectionnalité, ce n'est pas de dire que l'ouvrier est aussi privilégié qu'un milliardaire blanc, mais de dire qu'en France, de manière générale, un blanc, mis à exæquo avec un noir (en terme de revenu, de famille, de religion ou autres éléments différenciant) sera toujours avantagé dans différents domaines (trouver un logement, un travail, ne pas se faire contrôler, ne pas se faire insulter dans la rue...). Or, comme en effet pour l'ouvrier picard, il existe des cas où ce n'est pas vrai, où ce que l'on prête en terme de privilège n'arrivera jamais.

Et c'est ce que les universitaires privilégiés ont beaucoup, beaucoup de mal à admettre. Et l'aspect très catégorique de leur discours les dessert très fortement, car la majorité des français n'habitant pas en métropole (là où la plupart des cas proposés par les études intersectionnelles sont vérifiables et vérifiées). Y avait encore un universitaire parisien qui disait il y a peu que la majorité des emplois de services sont occupés par des personnes racisées, et donc que, étant donné qu'avec la Covid, ce sont les personnes qui travaillent dans ce secteur qui souffrent le plus, ça veut dire que ce sont sont les racisées qui souffrent le plus. Sauf que le coup des travailleurs racisés, c'est vrai à Paris, mais absolument pas en Bretagne, en Normandie ou dans les Hauts-de-France, par exemple. Dans ces coins, la majorité des travailleurs de services sont blancs. De fait, le discours de l'universitaire est rejeté dans ces régions, et l'universitaire ne comprend pas pourquoi, et va donc penser que ces régions sont des nids à facho...

Mais bon, ça, c'est aussi accentué par l'aspect très très centralisé et jaconbin de la France.

Répondre
gravatar

Toc - il y a 2 mois

@ Guillhem

Tout ce discours sur les privilèges souffre d'une lourde tendance à l'universalisation des conditions, et à oublier de les resituer dans un contexte historique, géographique, et social. Par exemple être catholique à Belfast dans les années 1970 n'est pas du tout la même chose qu'à Dublin ou en Italie à la même époque.

Même la catégorie des "universitaires privilégiés" est une forme de généralisation (si vous me permettez cette petite pique ^^). Pour travailler dans le secteur, l'université est typiquement un domaine où vont se côtoyer publics mais(type professeur d'université internationalement reconnu), classe moyenne (maîtres de conférences mais aussi personnels administratifs), et précaires défavorisés (étudiants boursiers, post doc et vacataires payés au lance pierre...)

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

@Toc

Oui, quand je parle d'"universitaires privilégiés", je parle bien uniquement de celles et ceux qui ont épousé sans recul les déductions métropoliennes des études intersectionnelles ! :) Les personnes qui ont été privilégiées, et qui se disent qu'avec cette vision, au moins, elles n'ont pas été plus privilégiées que tous les autres blancs de France, puisque tous les blancs ont le privilège blanc, tout en leur donnant un aspect très chevalier "blanc" se battant contre l'injustice (tant que l'injustice est en grande ville ou sur les RS en accès direct) !

Ce terme n'englobe bien sûr pas toutes les personnes que vous avez cité (et bon courage à elles). Et c'est d'ailleurs un avantage, un privilège que nous avons en France, c'est que l'université, contrairement aux USA, est ouverte à toutes et tous. Même si tout le monde n'est pas mis au même niveau (perso, j'ai lamentablement échoué la fac (pas d'argent, pas le cursus que je voulais, pas le bon environnement, pas la maturité), même si ce n'est jamais trop tard pour retenter un jour, il y avait des retraités dans mon cursus). :)

Répondre
gravatar

plof - il y a 2 mois

un exemple de "racisé" raciste (condamnation pour injure raciste 17ème chambre de paris, tout récent):

https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/zineb-el-rhazoui-traitee-darabe-de-service-idriss-sihamedi-condamne-a-3-000-euros-damende

Répondre
gravatar

PDO - il y a 2 mois

"un trans a plus de risques de se faire tabasser qu'un chrétien"... Qu'est ce que c'est que ce mélange des genres (Haha)?
Un trans ne peut pas être chrérien et inversement?

Quant aux réseaux sociaux, il y a encore des gens qui perdent leur temps (et leurs neurones) là dessus? Cette civilisation me désespère. Mais m'indifère aussi: les racisés, les trans, les féministes, les... franchement, qu'est ce qu'on en a à foutre?

Essayez déjà de vous occuper de vous même, au lieu de prendre la défense de causes auxquelles de toute manière vous ne comprenez rien (reprenons l'argument "parce que vous n'êtes pas noir, blanc, jaune, LGBT-and-so-on). Je comprends que ça peut être auto-valorisant d'être un bon SJW, c'est une manière d'exister dans votre triste vie... mais c'est vrai qu'à force d'entendre ces vagissements, ça lasse les autres

PDO.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

Oui, un trans peut être chrétien ! :)

Par contre, qu'ai-je pu dire pour être classé comme SJW ? Vous dites qu'on en a rien à foutre des cases, et paf, vous me mettez dans une case ! :-p

Par mon propos, je n'ai qu'une seul objectif, nuancer les propos de chacun, justement face à la pluralité du monde. Même si mon propos manque de nuance par moment, par exemple, quand je dis "les débordements des chrétiens sont bien plus facilement condamnés que les débordements des autres communautés.", selon le regard et le propos qu'on attend d'une condamnation, on peut y ajouter les banlieusard, les gilets jaunes ou même les fachos (façon Génération Identitaires, qui se disent eux aussi persécutés).

Après, je considère que ma vie n'est pas triste, et c'est bien là l'essentiel ! :)

Répondre
gravatar

PDO - il y a 2 mois

Oh, je ne m'adressais pas à toi. C'est une remarque générale dans la petite suite qui précède/suit ton intervention.
Et si ta vie n'est pas triste, tu m'en vois ravi.
Je dirais même que ça me rassure: il y en a au moins un qui existe hors "Grandes Causes".
Navré que tu l'aies pris pour toi spécifiquement.

PDO

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a 2 mois

Rien n'indiquait que tu ne me vouvoyais pas ! :-p Et les deux premières parties étaient une réaction à mon propos.

Les débats par écrit, c'est point facile !

Répondre
gravatar

Esoream - il y a 2 mois

On ne se fait pas ban en montrant sa foi. En tapant simplement "chrétien" dans une recherche sur fb, je suis tombée sur des pages nommées "chrétien lifestyle", "chrétiens de France", "chrétiens d'orient" ... après si pour vous la foi c'est d'être raciste, homophobe et sexiste... encore que même comme ça, il faut y aller pour se faire ban. "Aimez-vous les uns les autres", qu'il a dit.

Répondre
gravatar

Pauline - il y a 2 mois

Les "fondamentaux" comme vous les nommez, sont erronés sauf pour la résurrection. Le purgatoire est un dogme de l'église catholique, rien des écritures ne l'atteste, c'est donc pure invention. Mais comme l'église catholique est auto-proclamée infaillible, à partir de là, on n'est pas trop trop censés contester...

Sinon, je ne pense pas que les réseaux sociaux soient le problème pour un chrétien aujourd'hui. Fermer sa gueule, c'est au quotidien qu'on nous intime de le faire, y compris dans notre entourage proche athée.

Par contre, pour ce qui est de cirer les pompes aux musulmans, y'a déjà un peu plus de monde. Pas de soucis, ce deux poids, deux mesures me convient.

Répondre
gravatar

Tata Gigi - il y a 2 mois

Ne t'inquiète pas, il y a tous les jours des homosexuels, transgenres, féministes agressives,... Qui se font "ban" des réseaux sociaux =-).

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

@Tata Gigi : Il y en a qui se font ban, notamment par twitter, mais le 'déban' se fait rapidement. C'est ce que j'ai vu ici : https://www.youtube.com/watch?v=A0tCo66fMXQ

Mais si tu as des informations contraires, ce serait bien que tu les diffuses : )

Et si, il faut s'inquiéter qu'une entreprise privée puisse pratiquer la censure, quand elle est en situation de monopole.

Répondre
gravatar

Esoream - il y a 2 mois

Oh le beau compte YouTube pas du tout orienté, neutre et objectif !

Répondre
gravatar

Tata Gigi - il y a 2 mois

Je n'ai pas regardé la vidéo en entier, j'ai quand même essayé, mais je préfère les informations papier en général.
Je suis très étonnée que cette personne en cinq minutes rappelle son niveau d'études (ingénieur), ce qui n'a rien à voir avec la vidéo ou ses connaissances sur le sujet, puis explique qu'il va faire appel aux sentiments plutôt qu'à la logique. Malheureusement, je suis plus logique à la raison qu'aux sentiments. En allant sur sa chaîne, plusieurs titres de ses vidéos ont l'air de plus se baser sur ses sentiments que la raison.
Je n'ai pas d'information contraire à cette vidéo, mais cette vidéo n'est pas en soi une information.
je n'ai pas de compte sur les réseaux sociaux, mais je vais régulièrement sur des comptes d'auteurs de bd pour voir leurs dessins et leur actualité, comme celui de Pénélope Bagieu. Il est vrai qu'elle est féministe engagée et qu'elle passe met en avant régulièrement des messages où des comptes féministes sont supprimés. C'est normal de se faire "déban" lorsque le ban n'avait pas de légitimité.
Je pense, comme dit une autre personne en commentaire sur ce blog, que le plus simple est d'aller le moins possible sur ces réseaux, qui exacerbent les différences entre les gens, au lieu de mettre en avant ce qui nous rassemble, et nous aiderait à vivre ensemble, puisque de toutes façons on sera toujours différents et, pour la plupart, on vivra toujours dans le même pays.

Répondre
gravatar

Tata Gigi - il y a 2 mois

Et oui, je fais des fautes aussi, mais ce n'est pas facile d'écrire sur un petit espace de commentaire où on ne peut pas se relire ^^".

Répondre
gravatar

Tibou - il y a 2 mois

@esoream en tout cas tu ne répond pas sur le fond

Répondre
gravatar

Auryn - il y a 2 mois

Attention, embarrassé prend 2 r 😉

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 2 mois

Merci !! Je vais corriger. 😙

Répondre
gravatar

lypos - il y a 2 mois

C'est ça qu'on appelle le syndrome du "grand méchant monde"?

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 2 mois

Curieuse ambiance.
Attendons voir la suite.
Notre héros semble bien péremptoire dans ses considérations, et plus misanthrope que altruiste. C'est moche d'être aigri à son âge.
Bien sur si sa référence au monde c'est le bruit de fond des "réseaux sociaux", il est mal, très très mal.

Répondre
gravatar

Toc - il y a 2 mois

Dans le même temps, il était déjà un peu comme ça dès le début, avant les événements. Rien que dans la première scène où on le voit enfant, on retrouvait déjà en germe ce côté un peu péremptoire et misanthrope du personnage. Au final l'attentat a renforcé cette dimension et maintenant il l'exprime ouvertement, mais elle ne vient pas de nul part. Je trouve ça presque réconfortant de se dire qu'il n'a pas tant changé que ça malgré le traumatisme causé par les attentats

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

"ce côté un peu péremptoire et misanthrope du personnage"

Je suis allé revoir les premiers dessins : https://bloglaurel.com/post/la-deadline-page-3/1533

Je n'y ai rien vu de péremptoire. Juste quelqu'un qui ne se satisfait pas de réponse dilatoire et évasive.

Répondre
gravatar

Toc - il y a 2 mois

Quand même : le regard bien appuyé avec les petit yeux perçant, la réplique "cette réponse était loin de me satisfaire", ou même l'introduction de la "deadline" qui sonne assez étrangement dans la bouche d'un enfant. Tout cela évoque le personnage tel qu'il est une fois adulte.

Certes c'est à l'échelle d'un enfant mais on est sur une attitude qui dit "moi je sais ce dont j'ai besoin et de toute façon on ne peut pas comptez sur les autres", avec un ton tranchant qui n'ouvre aucune possibilité de réplique. En tout cas le personnage adulte est bien présent dans le personnage enfant.

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

Bonjour Toc ( en voilà un pseudo bien bandessinesque : ) )

« qui sonne assez étrangement dans la bouche d'un enfant. Tout cela évoque le personnage tel qu'il est une fois adulte. »
C’est le Guillaume ‘adulte’ qui a décrit à Laurel le Guillaume ‘enfant’. Il projette son moi adulte sur lui enfant. C’est donc très subjectif.

« on est sur une attitude qui dit "moi je sais ce dont j'ai besoin et de toute façon on ne peut pas comptez sur les autres", avec un ton tranchant qui n'ouvre aucune possibilité de réplique. »
Sa mère a tenté de l’endormir avec une réponse toute faite. Le gamin est frustré, il a compris que sa mère a détourné son attention. Une question pareille est soulevée par une angoisse. Et l'absence de réponse ne le rassure pas. Il a compris qu’il ne pouvait pas compter sur sa mère pour avoir toutes les réponses qu’il se pose. Frustration, aigreur peut-être…

Répondre
gravatar

Peuwi - il y a 2 mois

Misanthrope ?
C'est amusant, je trouvais au contraire la réaction comme d'une touchante naïveté, comme un adolescent qui s'éveille à l'age adulte, par toutes petites touches, mais dans une immense révolte.

C'est à la fois un long chemin, où l'on découvre que les valeurs fondamentales dans lesquelles on plaçait sa foi ne reposent ... sur pas grand chose.

Mais le dégoût de l'humanité devrait finir par passer avec l'apaisement du traumatisme, et des plaisir simples tels que la musique, l'humour, ou simplement la compagnie devraient finir par lui rappeler que tout n'est pas à jeter.

Répondre
gravatar

Kadie - il y a 2 mois

Je suis contente de voir que le personnage est en colère, enfin, contre le discours bêlant mêlé d'ignorance profonde des idées qui ont permis la construction d'une société laïque - mélange qui empêche, depuis bien avant ces attentats, de reconnaître et de combattre la barbarie totalitaire là où elle se manifeste... de responsabiliser leurs auteurs. Pour les carreaux droits, j'en ai vu aussi dans les vieux Tex Avery ;)

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante