gravatar

Blef - il y a 2 mois

Rôti + frites, pendant au moins une heure ça va mieux, c'est déjà ça, puis une discussion animée avec les parents, on essaie de refaire le monde, puis malheureusement vient la nuit et son non-repos.

Répondre
gravatar

a - il y a 2 mois

Ce n'est pas parce que la réaction n'est pas visible qu'elle n'existe pas.

Et elle peut aussi être visible, mais pas de tous, nous n'avons pas tous le même niveau de perception.

Quelle réaction attend Guillaume ? des manifestations ?

Répondre
gravatar

en passant - il y a 2 mois

Parmi les gens qu'il voit passer, certains ont peut-être connu des personnes blessées en 95, ou dans les années 80, qui pour Guillaume visiblement n'existaient pas. Ce n'est pas parce que sa vision à lui du monde a changé que le monde a effectivement changé.

Je suis curieuse de découvrir comment tu vas conclure ce récit, Laurel.

Répondre
gravatar

Attila Marcel - il y a 2 mois

Le pavillon coincé entre deux immeubles (case 2), avec la tour en fond, ça me fait penser au film "Le chat" de Granier-Deferre.

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 2 mois

Un petit monde à la Jacques Tati aussi, dans "Mon Oncle" :-)

Répondre
gravatar

fredmartin - il y a 2 mois

Je me souviens qu'à l'époque le leitmotiv c'était justement " continuons comme si de rien n'était, faisons la fête et allons aux terrasses des cafés sinon les terroristes auront gagné en instaurant la terreur"...

Répondre
gravatar

Blou - il y a 2 mois

Oui tout à fait, et en se moquant bien de ceux qui justement avaient peur.

Répondre
gravatar

Ori - il y a 2 mois

Ah oui ! "A l'époque" !
Euh, mais c'était quoi, déjà, qu'on appelait des fêtes et des terrasses de café ?...

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 2 mois

Non on ne se moquait pas.
Néanmoins le but de l'action terroriste est d'instituer la terreur.
Alors oui, résister de son mieux et lutter contre la peur, essayer de la vaincre la peur.
On n'y parvient pas forcément, ce qui compte c'est de l'affronter.
En fait c'est la définition du courage.

Répondre
gravatar

Ori - il y a 2 mois

Bien résumé.
Je me souviens avoir pensé, non sans honte, que c'était bien pratique d'avoir deux jeunes enfants comme excuse pour ne pas militer en terrasse cet hiver là... Bravo à ceux qui l'ont fait.

Répondre
gravatar

comics-addict - il y a 2 mois

Mes compliments pour ce récit courageux. amitiés.

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante