Une petite BD. 😊

Bien sûr, cette planche est juste une blague 😊, évidemment qu'Adrien pense beaucoup à nous et que nous lui manquons autant qu'il nous manque. ❤️❤️❤️


En tout cas, ce voyage est très important pour son travail... envoyez-nous des ondes positives mercredi à 21 h ! 🙌🌎✨ MERCI !


Des photos du tirage du mois :

Il est possible de le commander ici jusqu'à ce soir minuit ! ✨

Et la planche 79 de Californid ! 😃

➡️ Lien vers le site de mon imprimeur (à Plouhinec, en Bretagne) ⬅️


À très bientôt ! Passez une bonne soirée. 😊🙂😘


Laurel

gravatar

Ad - il y a 3 mois

Ooooh ! Ça me brise le coeur, et en même temps c'est tellement mignon cette petite BD ! ☺️💔

Répondre
gravatar

Virginie - il y a 3 mois

En effet. Adorable petite bd impromptue dans laquelle l’émotion d’Hermione est très bien retranscrite. Et tout cela en quelques traits. Un vrai talent.

Répondre
gravatar

Yan - il y a 3 mois

Mais si c'est hyper logique. Autant ce qu'il y a derrière (les inégalités d'héritage, le quasi-déterminisme des revenus en fonction du milieu social, l'injustice de différence de revenus entre patrons et employés, etc) me révoltent, autant le fait que la banque s'assure me parait logique. Prêter à des trucs à hauts risques, c'est risquer de perdre l'argent, qui au final est celui que d'autres personnes mettent en épargne. Ce qui est injuste, c'est aussi de refuser de prendre des risques dans le cas que tu donnes comme exemple, mais prendre des énormes risques dans des investissements dangereux et des bulles spéculatives.

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 mois

Tu as raison, c'est d'ailleurs la première chose qu'a dite Adrien en lisant la planche !
La logique aux US est différente (je vais la décrire), les deux se tiennent.

Répondre
gravatar

Alexandre - il y a 3 mois

Pour le coup, je suis d'accord avec Laurel, dans les cas présentés, c'est hyper illogique, même pour la banque, je m'explique :
cas n°1 : l'apprenti n'arrive pas à lancer son activité correctement, mais il a bien rénové le local (sur 6 mois, ça doit pouvoir le faire). Résultat : la banque récupère un local rénové, s'il est bien placé, il vaut largement les 135 000 € prêté, la banque se rembourse.
cas n°2 : imaginons qu'au bout de trois ans la personne perd son travail, la banque récupère la voiture, sauf qu'une voiture achetée 35 000 € (ou même 40 000), au bout de trois ans, elles vaut entre 15 et 20 k€ suivant le kilométrage. Or, suivant la durée du prêt, pas sûr que cette somme suffise à rembourser le capital restant (même si le prêt n'était que sur 5 ans par exemple, vu qu'au début les intérêts sont très élevés, au bout de trois, on a remboursé largement moins que la moitié du capital). Résultat pour la banque, plus de remboursement et la voiture qu'ils récupèrent ne pourra probablement pas couvrir le capital restant à rembourser.

Conclusion : dans les cas présentés (si le cas n°2 était pour un achat immobilier par exemple, l'analyse ne serait pas la même, mais je pense que Laurel l'a fait exprès...), la réponse de la banque est clairement illogique, même de son point de vue.

Répondre
gravatar

Elegna - il y a 3 mois

Puisque l'apprenti n'a aucun apport personnel et un salaire qui lui permet juste de répondre à ses besoins primaires, 135000€ c'est le prix du local + des travaux donc après rénovation au bout de 6 mois le local ne vaudra pas plus que les 135000€.

Répondre
gravatar

corps expéditif - il y a 3 mois

Préciser que c'est une blague est-il vraiment utile ?

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 mois

Je ne sais pas, mais dans le doute... 😅

Répondre
gravatar

Noname - il y a 3 mois

Vu comment certains lecteurs réagissent premier degré à la moindre blagounette, ça semble assez utile en fait !
Cela dit, quand je suis en déplacement une semaine, j'avoue que je souffle un peu coté enfants, et je suis pas loin de ressembler au Ad de cette planche :D

Répondre
gravatar

Mist - il y a 3 mois

Oui je me suis dit ça aussi. Moi je ne suis pas si fusionnelle avec ma fille, et son père encore moins. Il n'y a rien d'"évident" à ce qu'Adrien soit déchiré à l'idée de partir une semaine (il pourrait être inquiet de savoir que sa fille est triste, ou de se dire que Laurel va devoir gérer seule sans pour autant être triste pour lui même). Bref, ce que je veux dire c'est que tout le monde réagit différemment à la séparation, et il n'y a pas de meilleure réaction ou de réaction plus "évidente". Bon c'est juste pour réagir, j'ai bien compris que personne n'a jugé personne...

Répondre
gravatar

Teenage - il y a 3 mois

@corps expéditif : vu les commentaires sur d'autres postes, oui il vaut mieux ajouter l’astérisque.

@yan : d'après mes vagues connaissances des USA, il semble qu'il soit possible d'emprunter sans apport si on a un bon "credit score", de ce que j'ai compris si on un bon historique même sur des petites sommes il est facile d'emprunter (après dans la pratique il doit y avoir pas mal de "petites lignes")
https://frenchdistrict.com/articles/credit-score-construire-explications-historique/

Répondre
gravatar

nico - il y a 3 mois

Vu les commentaires des autres postes, dire "c'est une blague, hein" n'aurait fait que justifier encore plus leur intervention.
Leur intervention était sur le fait que certaines choses sont banalisées et sont prises sans recul, dire "c'est juste une blague", c'est justement confirmer que c'est le cas.

Répondre
gravatar

Etheran - il y a 3 mois

Résultat : y a toujours des gens pour râler, suranalyser et couper les cheveux en 14 et demi, et Laurel fait bien comme elle veut ! Bisous

Répondre
gravatar

Teocali - il y a 3 mois

Autre élément a prendre en compte, la protection du consommateur. La banque à une obligation légale de s'assurer (dans la mesure du possible) de la capacité à rembourser de son créditeur. Dans le cas ou cela n'a pas été fait, le prêt peut se voir annuler (pas de remboursement, donc). C'est pas évident, c'est rare, mais ça arrive.

Dans l'idée, ça peut sembler con, mais l'idée derrière est de protéger les consommateurs contre les organismes n'ayant pas beaucoup de scrupules.

Répondre
gravatar

Youpi - il y a 3 mois

+1 pour ce commentaire même s'il n'explique pas tout.

Un des risques pour le consommateur est de ne pas pouvoir rembourser, ce qui entraîne une procédure de surendettement en France, ce qui entraîne... pas mal d'ennuis, tant pour le débiteur que pour le créditeur.
Aux USA, il existe aussi la faillite personnelle (Personal bankruptcy) dont le principe est différent.
On a eu ce système avec le crédit revolving. J'ai connu des gens ayant un salaire de 4000€ mensuel qui s'étaient fait avoir par le crédit revolving. Leurs intérêts étaient si élevés que les 3/4 de leur salaire passait en remboursement de leur dette.

Répondre
gravatar

Michon - il y a 3 mois

C'est en fait la conception même d'un prêt bancaire qui est différent en europe et aux états-unis.
En France, la création d'une banque c'est la mutualisation des ressources contre papiers de monnaie, puis création de dette qui s'appuie sur de l'argent déjà collecté. Aux états-unis et Angleterre, on prête d'abord, et on cherche ensuite comment le rembourser.
C'est pourquoi nous avons des cartes de débit et qu'ils ont des cartes de crédit, le concept même de prêt n'est pas compris de la même façon.

Répondre
gravatar

Sylvain - il y a 3 mois

"On ne prête qu'aux riches"
proverbe français

Répondre
gravatar

Valentin - il y a 3 mois

Ah, les banques ... Quand j'ai dû acheter mon terrain pour faire bâtir, ce sont mes parents qui ont dû faire un prêt à leur nom car étant une personne handicapée touchant un remplacement de revenu, je n'ai pas droit à un prêt à une banque car mon revenu est non-saisisable.

Répondre
gravatar

Valentin - il y a 3 mois

Par conte, pour bâtir, j'ai droit à un "petit" prêt au Crédit Social de la Région Wallone.
Au lieu que ce sois un banque qui me fait le Crédit, c'est un service de la Région Wallone qui me le fait.
Plus d'infos : http://socialsante.wallonie.be/surendettement/citoyen/?q=credit-social

Répondre
gravatar

OldLion - il y a 3 mois

J'avoue sans honte, parce que ça m'arrive une ou deux fois par an.
Quand tu sais que tes enfants sont dans de bonnes mains, que ta femme (ou tout autre partenaire) ne va pas trop galérer, que tu vas retrouver tout le monde sept à dix jours plus tard,

Et bien tu es super content d'être libéré quelque jours de la pression. C'est une forme de vacances même si tu bosses.
(et le symétrique m'arrive aussi. Je garde les enfants quand ma femme est en formation, et franchement ça passe vite. Et je sais qu'elle apprécie le changement de rythme.

Répondre
gravatar

Youpi - il y a 3 mois

Point de vue un peu caricatural Laurel mais c'est ce qui fait ton charme.

Premier rappel: un banquier n'est pas là pour vous aider, il est là pour se faire de l'argent.

Prêter de l'argent, du point de vue du banquier, s'accompagne d'un risque: celui de ne pas se faire rembourser.
Par exemple pour une personne en CDI avec un salaire de 50000€ annuel, la probabilité de prêter 35000€ est à très faible risque (décès de la personne, etc.). Le taux d'intérêt sera en partie indexé sur l'inflation (1€ d'aujourd'hui permettra d'acheter la même chose que 1,1€ dans un an) et sur l'estimation de ce risque, plus une rémunération pour le banquier (en gros).

Pour un apprentis rémunéré 12000€ net par an sans garanti de conservation de salaire, sans garantie pouvant rembourser cette argent en cas de problème, la probabilité de rembourser 135000€ est plutôt faible... Le risque est donc très élevé, et pourrait inciter à mettre en place un intérêt très élevé... que l'emprunteur ne pourrait pas nécessairement payer. Ca s'appelle les subprime... et la crise économique de 2007-2011 est liée à ça. Trop de prêts de ce type, et au final des clients qui se retrouvent à la rue faute de pouvoir payer le prêt pour leur maison... maison qui ne valent plus rien vu que personne ne peut les acheter.

Ceci dit, le jeune homme du début ne souhaite pas acheter une maison, il souhaite créer une boulangerie. On est dans un autre cas: la boulangerie lui permettrait de produire des revenus qui pourraient lui permettre de rembourser sa dette.

C'est dans ce cas que va intervenir le business plan.
Le jeune homme va expliquer en détail au banquier comment il compte mettre en place sa boulangerie et quels revenus ils estime en tirer, le tout avec un maximum d'éléments objectifs. Ce qui permettra au banquier de voir si le projet est viable ou non, donc s'il pourra être remboursé ou non.
Par exemple une boulangerie proposant des pains de qualité dans un quartier huppé et étant la seule boulangerie à 5km à la ronde a plus de chance de s'en sortir qu'une boulangerie dans un village paumé proposant du pain industriel.

Au banquier d'estimer, avec ses propres critères, si cela en vaut la peine. Si le risque d'échec est faible, cela peut être une excellente affaire pour le banquier: un prêt à 5% sur 135000, c'est beaucoup plus qui rentrent dans sa poche que pour un prêt à 2% sur 35000€.

Au besoin, si le banquier estime le risque trop élevé pour sa politique de prêt (préfère t il gagner peu mais souvent ou gagner beaucoup mais rarement?), les business angels ou l’actionnariat peuvent être une solution. Ces deux derniers prennent plus de risques qu'un banquier et prêtent plus, mais en contre-partie vont, par exemple, avoir un droit de regard sur les investissements faits, la possibilité de revendre leurs actions ou de prendre le contrôle de la boulangerie.

Répondre
gravatar

Youpi - il y a 3 mois

De ce que j'ai entendu dire sur la philosophie américaine du prêt, le principe est le suivant.
On prête à beaucoup et on se rémunère sur les intérêts, avec l'hypothèse que les quelques uns qui feront faillite (donc ne rembourseront pas leur argent) seront largement compensés par les intérêts payés par les autres. L'objectif du prêt est de permettre aux clients de pouvoir consommer.
Avantage: beaucoup d'entrée d'argent. Risque: si beaucoup de clients sont en faillite (récession économique, chômage de masse, etc.), la majorité des clients deviennent incapables de payer et les banques sautent.

En France, le principe serait plutôt le suivant:
On prête plutôt à ceux dont on est quasi sûr qu'il vont pouvoir rembourser. L'objectif du prêt est de permettre au client de disposer de l'argent tout de suite sans attendre d'avoir accumulé l'argent.
Avantage: il est très peu probable de perdre de l'argent avec ce système, même en cas de chômage de masse, de crise économique. Inconvénient: il y a moins d'entrée d'argent.

Répondre
gravatar

Jean - il y a 3 mois

Pour le prêt d'argent Youpi est dans le vrai, il faut faire toute les banques pour en trouver une. Quand j'ai démarré, une banque me demandait la caution de mes parents, une autre aucune caution et en plus à un taux moindre.
Par contre pour le voyage d'Adrien, la dernière vignette est d'un sexisme épouvantable, c'est inadmissible de faire de telle généralité. :))))))))))))

Répondre
gravatar

Rizelmine - il y a 3 mois

Sexiste de dire qu'on est tranquille ??? Je suis de temps en temps en déplacement, et une maman (ok ça je change rien, une femme peut être sexiste), et je peux vous assurer que j'adore les enfants, m'en occupe au quotidien et pourtant je la dit cette phrase.

Je sais que mon mari s'en occupe bien, ils me manquent. Mais je peux plaisanter en disant enfin tranquille, car oui ça reste une plaisanterie.

Enfin je peux même dire sérieusement que c'est parfois reposant / plaisant ce changement de rythme.

Mais ça n'empêche pas qu'il y a bien un manque, et la petite plaisanterie aide aussi à supporter ce manque.

Je suis assez sensible à la question du sexisme, mais il y a un moment faut pas abuser à en voir en permanence sans raison. Ça décrédibilise tout !

Répondre
gravatar

Woofy - il y a 3 mois

Etre parent c'est savoir profiter des petits bonheurs de la vie qu'on croyait acquis avant. Et se découvrir de nouveaux hobbies.
Par exemple faire caca tout seul sans personne qui tambourine à la porte, pleure parce que tu n'es pas là, ou décide subitement de dessiner sur les portes de l'armoire de sa chambre.

Répondre
gravatar

Jean - il y a 3 mois

Rizelmine, c'est au 3° degré qu'il faut prendre ma réflexion, voir le smiley. C'était en réponse à la déferlante à propos de la phrase “prêtée“ à Adrien sur la logorrhée supposée des filles.
J'aime bien votre dernière phrase, elle résume bien l'ambiance actuelle.

Répondre
gravatar

Nicolas Gauthier - il y a 3 mois

Oui... Il y a des lois sur l'endettement en France, le cumul des emprunts, la durée, le taux (proportionnel au risque de non remboursement) etc.
Et aux USA, ça se passe comment ?

Répondre
gravatar

Attila Marcel - il y a 3 mois

J'ai envoyé les ondes positives à 21h10.
Ca a marché quand même ?

Répondre
gravatar

CC - il y a 3 mois

Je suis enfin à jour dans Californid! 😅
Je comprends aisément les opportunités qu’il y a à se passer d’un éditeur - surtout vu leurs pratiques et les rémunérations proposées - et à surfer sur l’horizontalité des échanges sur le web, voire à une forme de solidarité. Mais pour moi, un auteur reste un auteur et à moins qu’il ne proclame que son œuvre est collaborative / participative, son projet reflète sa vision du monde, ses envies, ses coups de gueule. Du coup j’ai lu un bon nombre de commentaires sur plusieurs pages et j’ai juste envie de dire : continue Laurel, sois toi. Questionne la maternité si tu veux, photographies ton amie qui allume sa clope si tu veux et j’en passe. Accessoirement, que les puristes ou moralisateurs gardent le silence, ça nous ferait pas de mal des fois! ;) C’est pas parce qu’une œuvre est publique au sens où elle est diffusée que chacun devrait toujours avoir la possibilité de critiquer ce qui ne lui convient pas... Bref, je jure être pour autant une fervente défenseur de la démocratie! 😂

Répondre
gravatar

cochonnex - il y a 3 mois

Les banques sont là pour inventer de l'argent grâce au prêt et donc au travail de l'emprunteur...mais sans risque pour elles... et sans philanthropie :(

Répondre
gravatar

Valentin - il y a 3 mois

A Laurel : Bon, je part en vacances demain...
Je reviendrais sur ton blog dans deux semaines ;)

Répondre
gravatar

Nostradamiss - il y a 3 mois

Ca me fait penser au dernier déplacement de mon cher et tendre... qui en a profiter pour aller au cinéma (qd moi je me couche plutôt à 21h30 en ce moment). Bon, ok, le film avait quand même un lien avec son travail...

Répondre
gravatar

Peuwi - il y a 3 mois

J'aurais une vision un peu différente de la banque en France.
On ne prête pas à ceux qui n'en n'ont pas besoin, on prête à ceux qui sont comme tout le monde.
-> vous gagnez le RSA, et vous souhaitez vous endetter sur 25ans pour acheter un frigo qui ne va tenir que 8ans ? Parfait, vous êtes comme tout le monde, je vous accorde le crédit, veuillez roucouler et picorer en bas de la page.
-> vous avez exactement 2 enfants, avez entre 30 et 45ans, êtes en couple mariés, gagnez plus de 3000€ à 2, vous avez une voiture et un chien, et vous voulez acheter une maison ? Pas de soucis, signez là.
-> vous êtes célibataire, avec de gros revenus, locataire, et vous souhaitez un apport pour acheter une jolie maison pour votre maman ? C'est très touchant, mais jamais vu. Sortez ou j'appelle la sécurité.
-> Vous avez 25ans, sans emplois, souhaitez monter une petite structure de conciergerie qui ne ressemble pas à un nieme food truck ? Ca rentre pas dans mes cases, prenez la porte ou je hurle au viol.
-> vous apportez 3fois le montant demandé en garantie, mais n'avez pas la petite maison - la voiture - le chien et les 2enfants réglementaires, vous voulez emprunter pour reprendre une affaire super rentable ? Alors, on va dire que je vais seulement vous accorder 25% de la somme demandée, et vous me donnerez vos 2 reins en cautions, tous vos revenus, et votre âme nous appartiendra.

(bon, j'exagère, on ne renseigne pas le nombre d'enfants, de voiture ou de chien, mais c'est bien l'idée)

...
Et quelque chose me dit que les banquiers sont EXACTEMENT les mêmes aux USA, il faut seulement ressembler aux habitant locaux.

C'est exactement la même analyse de risque développé par Youpi, "augmenté" de l'incompétence et l'absolue restriction d'autonomie des "conseillers" bancaires (dont le seul boulot est de remplir des formulaires, surtout pas de réfléchir)
On n'analyse plus un dossier, on le compare au autres.
Et le seul adage en finance, c'est "il est bien plus important de se planter avec les autres que d'avoir raison tout seul".
Bref, surtout, faire comme tout le monde.

Répondre
gravatar

Leo - il y a 3 mois

Laurel et Adrien tellement bien ensemble j’ai un doute sur la dernière case 💑

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante