Petit effet papillon.

Par exemple, la troupe du Splendid... vous imaginez tous les films qu'on n'aurait pas, ou qui seraient bien différents, sans cette bande de copains qui se sont lancés dans le théâtre ? 😳

gravatar

Woofy - il y a 3 semaines

Oui mais dans le même ordre, imagine l'inverse !
Imagine tous les groupes de musique qu'on n'a pas, tous les acteurs, et même de manière plus globale tous les succès individuels ou collectifs qu'on loupe parce qu'il n'y a pas le petit coup de pouce, le petit déclic au bon endroit au bon moment ?
Si ça se trouve, si Mirza ne s'était pas écarté de son maître, on n'aurait pas eu Nino Ferrer, et l'espace médiatique aurait été libre pour d'autres musiciens, peut-être plusieurs ?

Bref, juste pour dire "oui c'est cocasse ces histoires" mais vu qu'avec des "Si" on réécrirait le monde en entier ... autant en profiter sans se préoccuper du "et si", vu que de toute façon on ne réécrira pas l'histoire.

"Et si le Japon n'avait pas perdu la guerre et n'avait pas le droit d'avoir une armée depuis 1945, aurait-on eu tous les mangas, la J-Pop, les consoles de jeux vidéo, ... ?"

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

C'est vrai !! 😱

Répondre
gravatar

Super salade - il y a 3 semaines

Ce qui est triste c'est de penser à l'inverse : Tous les artistes qui n'ont pas eu ce coup de pouce du destin et qui ont laissé tomber, et à toutes les œuvres qu'on a donc ratées

Répondre
gravatar

Attila Marcel - il y a 3 semaines

Canetti (directeur de Philips France) était sur le point de rompre son contrat avec Brel lorsque celui-ci a créé "Quand on a que l'amour".
Nino Ferrer (Ferrari de son vrai nom, comme les voitures) a eu un vrai suicide à la Van Gogh, en plein milieu d'un champ de blé avec les corbeaux.

Répondre
gravatar

Alec Eiffel - il y a 3 semaines

Et est ce que vous connaissez le lien avec Hugo Pratt (et Corto en Sibérie) ? Et ainsi où se passe le Sud ?

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

Non ?

Répondre
gravatar

FandesKinks - il y a 3 semaines

... Et vive le meilleur ami de l'homme 🐶♥️

Répondre
gravatar

Cimrya - il y a 3 semaines

Gainsbourg! Il se voyait plus comme un peintre. Il faisait du piano bar pour payer son loyer. Et puis alors qu'il accompagnait Michelle Arnaud, celle-ci s'est rendue compte qu'il écrivait des chansons. Et du coup elle a été la première interprète de Gainsbourg. Et c'est comme ça qu'a débuté sa carrière (et pareil, il était interprète à reculons)

Répondre
gravatar

Attila Marcel - il y a 3 semaines

Mon père a vu jouer Gainsbourg qui faisait du piano bar au Touquet, c'était en 1957 je crois. Il avait remarqué deux choses :
- une, que Gainsbourg jouait très bien
- deux, qu'en deux heures, il avait descendu une bouteille de whisky.

Répondre
gravatar

Cimrya - il y a 3 semaines

En effet, c'est son père (pianiste lui aussi) qui lui avait refilé le plan.
Et concernant sa consommation d'alcool, il a commencé pendant son service militaire et s'est rendu compte que ça soignait assez bien sa timidité maladive. Une habitude qui finira par lui être fatale et transformera rapidement le compositeur brillant et lettré qu'il était en vieille loque au comportement franchement limite.

Répondre
gravatar

Yobeegor - il y a 3 semaines

Un conseil de lecture : Nino Ferrer - Un homme libre, par Henry Chartier. Une excellente biographie publiée par la tout aussi excellente maison d'édition Le Mot Et Le Reste.

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

Merci !

Répondre
gravatar

Attila Marcel - il y a 3 semaines

Rien à voir avec Nino Ferrer, mais je te conseilles "Une soupe aux herbes sauvages" d'Emilie Carles, ça coûte 6,40 euros en édition de poche et je pense que ça te plaira.

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

Merci, je vais regarder...
J'ai acheté celui-ci : https://www.xoeditions.com/livres/comme-un-enfant-perdu/ , ça se lit tout seul, un régal !

Répondre
gravatar

Punky Brewster - il y a 3 semaines

Le mythe du "moment décisif"... bof. Les artistes majeurs qu'on connait aujourd'hui auraient sans doute percé quand même sans ce moment décisif souvent romancisé (et romantisé) à l'excès dans leur biographie. Si ce n'avait pas été à ce moment-là, pourquoi ça n'aurait pas été à un autre ? Car la plupart du temps, la caractéristique de ces artistes, c'est la persévérance et le travail (et le talent).

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

C'est vrai...

Répondre
gravatar

Cimrya - il y a 3 semaines

Oui mais c'est plus compliqué que ça. Les Beatles ont été refusés par la plupart des labels anglais de l'époque avant de signer avec Parlophone et donc d'être produit par George Martin, qui, de l'avis général, a contribué à faire d'eux un groupe inventif dont l'influence musicale, mais aussi technologique, est encore perceptible aujourd'hui.
S'ils avaient signé avec Decca, ils auraient été produits par un type qui avaient moins de vision et moins d'ambition, qui les aurait vu comme un produit de plus. Ils auraient sorti 2, 3 singles, peut être un album et on les aurait déjà oubliés.
Et puis après, on peut parler de Nick Drake. C'est un mec qui faisait des disques mais qui ne voulait pas jouer en public. On ne peut pas parler de perseverance dans son cas. Il a été redécouvert après sa mort.
Ce qui qualifie un artiste n'est pas la perseverance, mais son talent!

Répondre
gravatar

Youpi - il y a 3 semaines

Les anglais ont un terme pour cela, même si je crois que cela s'applique plutôt pour la science: serendipity.
Et de ce coté là, il y en aurait beaucoup:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_d%C3%A9couvertes_et_inventions_li%C3%A9es_au_hasard

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante