Bonjour à tous.

Une petite note, comme ça, pour parler de la situation actuelle.


Celles et ceux parmi vous qui avez des enfants, allez-vous les mettre à l'école, demain ? 😶


Je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. Beaucoup d'infos contradictoires.

Nous avons suivi le confinement de façon très stricte, jusqu'ici.


J'ai l'impression que les écoles sont rouvertes pour des raisons principalement économiques... éviter de devoir payer trop de chômage partiel, notamment, car les caisses sont vides. Je peux me tromper, mais bon, c'est mon ressenti.

Je serais curieuse de connaître votre avis, vraiment.

Le virus est encore là. Nous déconfinons parce que les hôpitaux ne sont plus engorgés, et que nous serons soignés en cas de problème, mais bon...

Les enfants étant porteurs, comment savoir si nous ne mettons pas des personnes à risque en danger ? Des personnes âgées ou malades ? Par exemple les grand-parents des camarades de classe, les familles des profs... Ça va vite.


J'ai demandé son avis à mon médecin, lui ne mettra pas ses filles à l'école (en primaire).


Bref, beaucoup de questions... 😶

Je lis dans les commentaires sous les articles à ce sujet que les Français (enfin les gens en général) qui ont peur de mettre leurs enfants à l'école manquent de courage, sont lâches, etc. J'avoue ne pas être d'accord avec ce point de vue.


Ok, Adrien et moi sommes peut-être beaucoup trop prudents... voire parano 😅, mais... nous allons continuer à observer un confinement strict, au moins jusqu'à la rentrée de septembre.

Peut-être moins strict, dans le sens où nous irons possiblement visiter des amis s'ils sont dans le même cas... s'il y en a... à voir. 🤔


Mais nous ne partirons pas en vacances. De toute façon, ce n'était pas prévu cette année.

Et vous ? Que projetez-vous de faire, cet été ?


Peut-être que tout cela est vain car le virus continuera de circuler, qu'il faudra vivre avec, et qu'on finira de toute façon tous par l'avoir.

Courage à tous !


Et je serai très heureuse de lire vos avis, vos remarques, des liens vers des articles, etc. ✨

Merci.


Bonne soirée

🌿 Laurel 🌿

gravatar

Claire - il y a 2 mois

Nous on s’est dit que le risque que notre bébé de 18 mois (ou nous) l’attrapions dans une forme grave était inférieur au risque d'accident domestique mortel. Du coup on le remet à la crèche. Il n’y aura que 4 bébé pendant les 2 prochaines semaines, ça fait peu de monde et de notre côté on ne sortira pas. 😊

Répondre
gravatar

Twix - il y a 2 mois

Bonjour :-) Je n'ai pas d'enfant mais me suis déjà demandée ce que je ferais. Je ne trouve pas que choisir de garder 2 petits et une ado avec vous est une solution lâche et de facilité ! Je pense que chacun peut trouver ce qui lui convient le mieux. Si c'est pour s'énerver très fort chaque jour sur ses enfants par ex., alors mieux vaut l'école. Si l'enfant s'ennuie, déprime à la maison, il vaut peut être mieux choisir le risque sanitaire.... Etc. Par contre je ne comprends pas bien du coup pourquoi tu n'es pas OK pour l'école mais OK pour voir des amis ? C'est le même risque non ? Dans ma rue je croise plein de familles qui prennent l'air avec enfants, petits vélos, etc... Les enfants ont besoin de courir donc s'éloignent... Ce que je comprends. Mais du coup si une personne âgée passe pour faire les courses n'est-elle pas aussi insécurisée ? Donc en conclusion réfléchir, être responsable de soi, de ses proches et des autres :-) belle soirée

Répondre
gravatar

Kalamart - il y a 2 mois

Nous aussi on a décidé de ne pas envoyer la petite en cours, elle se débrouille très bien à la maison, voire même mieux grâce à notre aide... Moi je suis étudiante et j'ai fini les cours pour cette année, mais je fais mon stage en télétravail par précaution, donc un peu pareil quoi.
On ne respecte pas un confinement très très strict parce que ma ville est assez petite au final, ça ne sert pas à grand-chose de rester enfermés quand les rues sont vides.

Répondre
gravatar

Patator - il y a 2 mois

Tu te poses les bonnes questions. La prudence aurait été de faire la rentrée en septembre mais économiquement nous courrons vers une catastrophe... Il faut donc que les parents qui devront reprendre le travail puissent faire garder leurs enfants.
Ceux qui peuvent les gardent à la maison et c'est très bien 😊

Répondre
gravatar

Jean - il y a 2 mois

Personnellement je suis prof d’arts plastiques en collège, et quand on voit les conditions sanitaires de reprise, on ne peut que voir le côté économique. La salle d’arts plastiques sera fermée, pas de prêt de matériel (pret possible à un seul élève pendant l’heure mais protocole de désinfection systématique une fois de cours fini pour tout le matériel prêté), des élèves qui doivent rester assis, quand ils rendent un travail, il doit être placé en isolement 5 jours... bref... j’ai donc proposé de rester en enseignement à distance, là où les élèves peuvent bricoler et faire plein d’expériences.
On m’a fait remarqué que comme tout fonctionnaire j’ai une obligation de présence et que je doit me débrouiller avec ça.
Donc oui les raisons de la reprise sont purement économiques.
Il n’empêche que je remet tout de même ma fille en classe parce que... ben je n’ai pas trop le choix...

Répondre
gravatar

ken - il y a 2 mois

vous avez raison, le poids de l'economie est important dans la decision. mais ce n'est pas "mal" de penser a l'economie. les caisses sont vides, hors notre systeme de partage social repose sur le partage, sur les impots, les charges. aujourd'hui le systeme tient encore plus ou moins le cout car il est tot pour voir les consequences et l'energie est tres peu chere (nucleaire et hydraulique -le seul vrai renouvelable-). mais notre balance commerciale est deficitaire.
demain ( surement deja le cas) nos services sociaux vont soufrir encore plus, et ce sera la le vrai prix du confinement: lorsque les entreprises ne paient plus de charge car elles ne fonctionnent pas, et bien il n'y a plus d'argent pour les caisses de retraite, la secu, l'education, la culture.
donc oui il faut aussi peser les risques et comme vous le dites, pas trop le choix, il faut repartir pour ne pas s'effondrer.
oui certains vont tomber malades, mais d'autre seront sauves dans le meme temps car cetter reprise redonne aussi confiance aux malades chroniques qui ont mis leurs traitement en pause ( et ils sont nombreux selon les cancerologues et cardiologues qui s'expriment dans la presse)

Répondre
gravatar

Jean - il y a 2 mois

Oui je suis tout à fait d’accord. Il faut un juste milieu entre économie et juste reprise. Ce que je conteste c’est la nouvelle organisation qui n’est absolument pas pensée pour autre chose que de l’enseignement théorique magistral. Mais peut être est-ce le moment de penser et fonctionner différemment. Je caresse l’espoir fou que le dispositif 15 élèves Max par classe devienne une norme suite au meilleur suivi des élèves dans un tel dispositif par exemple.
La question est complexe. Et il est difficile, voire impossible de trancher. Cependant il est clairement rageant de voir nos institutions pondre un cahier des charges sanitaires et de nous dire ensuite « débrouillez vous avec ça » nous on a fait notre job... ben non... en ce qui me concerne je vais faire fi du programme et mettre en place un enseignement que moi seul estimerai cohérent. Sinon c’est clairement la garderie.

Répondre
gravatar

Alice - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,

Je te suis depuis 10 ans mais je n'avais jamais commenté encore.
Je suis enseignante en maternelle, et je trouve que la reprise pour les élèves de cette âge là est vraiment très prématurée.
Les conditions d accueil vont être très anxiogène pour des enfants de cette âge, on va leur demander de rester à une table avec du matériel qu'il ne faut surtout pas échanger ou prêter, pas de jeux collectifs, pas de jeux d imitation, pas de jeux de constructions puisqu'il faudrait desinfecter chaque objet après qu'un seul enfant ne l ai touché. Et bien sûr pas de câlin au copains ou à la maitresse puisqu'il faut respecter une distance d'1m entre chaque personne.
Bref, l'inverse de ce qu'on fait habituellement à la maternelle. On est bien loin de l'école de la bienveillance.
Si je pense que ces conditions dégradées sont envisageables pour des cycles 3 (cm1 cm2) et les plus grands cela ma semble impossible pour les petits.

Voilà mon avis de profesionnelle.

Ps : j'adore ce que tu fais!

Répondre
gravatar

Claire - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,

Je te suis aussi depuis longtemps sans n'avoir jamais commenté. Je suis aussi enseignante en maternelle.
Je ne remets pas mes enfants (3 et 6 ans) à l'école.
Mon compagnon est pharmacien, lui pense qu'il y a trop de risques sanitaires (pas grave pour les enfants, plus pour les enseignants, parents ...)
Moi je crains les dommages psy du protocole, j'aurai l'impression d'envoyer mes enfants en prison ... comment leur demander de ne pas jouer avec leurs copains? comment accepter qu'ils passent toute la journée seuls à une table? (en classe et à la cantine ...)
Donc ils vont aller chez leur grands parents. Je veux être présente pour accueillir les enfants de ceux qui n'ont pas le choix et moins il y aura d'enfants, mieux ils seront accueillis ...

Répondre
gravatar

Thomas - il y a 2 mois

On a deux enfants, et on peut se permettre de les garder à la maison. Donc, non, on ne les renvoie pas a l'école. (je suis travailleur indépendant). Je trouve qu'effectivement le gouvernement se moque de nous.

Je comprends le dilemme sanitaire/économie, mais nous mentir aussi énormément ne fait qu'augmenter (encore..) le fossé entre les gens et les politiques.

Répondre
gravatar

Louve - il y a 2 mois

Hello ! Je n'ai pas d'enfant mais j'ai été enseignante. J'avoue que de mon avis, il n'est pas utile de remettre son enfant à l'école. Tout d'abord parce que le cadre n'est pas bien clairement établi (quels élèves quels jours, etc) et ensuite parce que les conditions en classe ne seront pas bonnes je pense. Si on considère qu'il y a des mesures à respecter comme un distance de sécurité, rester immobile à sa place, ne pas toucher tout un tas de choses... Les enfants ne seront pas dans un cadre "rassurant", notamment de sentir la tension et l'inquiétude des adultes (enseignants, parents, etc). Je pense que si tu souhaites garder tes enfants chez toi, cela devrait être ton choix.

Et au pire, si on vit une crise économique, ça ne sera pas la première fois ni la dernière, on apprendra à faire avec.

Répondre
gravatar

Stéphanie - il y a 2 mois

Je suis enseignante de collège en Suisse (canton de Vaud) où les écoles reprennent demain. Ici, pas de base volontaire, l'école est obligatoire, mais les classes sont séparées en deux pendant quelques semaines et des protocoles ont été mis en place pour limiter les contacts entre les groupes d'élèves (dans la pratique, on va en récréation avec eux pour qu'ils restent en groupe classe dans la cours, on les ramène à leur cours suivant, lavage des mains à l'entrée en classe, les portes restent ouvertes, désinfection des tables/chaises quand on quitte une salle, le prof reste au pupitre et les élèves ne s'approchent que 1 par 1 et pas plus de 15 min etc etc...)
Les élèves à risque ou étant en contact avec des personnes à risque dans leur famille peuvent rester en enseignement à distance, de même que les enseignants dans cette situation.
Je ne sais pas trop quel est le sentiment en France, j'ai l'impression de la méfiance surtout vis-à-vis des politiques. Il faut dire aussi que le bilan n'est pas le même que chez nous ! En Suisse le taux de confiance envers notre conseil fédéral est plus élevé je pense. On a un "monsieur coronavirus" qui ne cherche pas les compromis de santé et prend en compte pas mal d'aspect :
https://www.rts.ch/info/suisse/11291943-daniel-koch-je-suis-sur-de-notre-analyse-concernant-les-enfants-.html
De plus, l'école va être un soulagement pour de nombreuses familles et honnêtement, j'ai peur de l'état dans lequel on va récupérer certains élèves (je ne parle pas seulement de décrochage scolaire, mais de dépendance aux jeux vidéo, victimes de violence, de négligence et autres horreurs que l'école permet souvent de détecter, quand elle ne sert pas de soupape de sécurité)
Personnellement, mon fils de 10 mois retourne à la crèche demain, et moi je me réjouis de reprendre le travail (même si ça va être le bordel pendant quelques temps avec ces demi-classes)

Répondre
gravatar

Hélène - il y a 2 mois

Je suis Suisse aussi et clairement tu dis n'importe quoi.
Déjà notre système politique de droite qui pense avant tout à l'argent avant l'humain n'est guère mieux qu'en France.

La différence c'est qu'en France il y a une conscience générale que le gouvernement se fout d'eux alors qu'en Suisse on nous enrobe de sucre.

Bref. Cette reprise même en Suisse est ridicule est purement économique. Pour ma part non seulement je suis contre cette décision mais en plus je fréquente des gens défavorisés et très touchés par cette crise en Suisse.

Par ailleurs ce pays est autant pourri que la France. Voir pire.

Répondre
gravatar

Mymy - il y a 2 mois

Merci Hélène! La gestion du Conseil fédéral est déplorable, quasi aucune mesure n'est prise pour alléger le fardeau de la population et des travailleurs/chômeurs, autre que de forcer la réouverture de l'économie prématurément. En revanche, des milliards pour sauver l'industrie de l'aviation sont débloqués sans peine.

Sinon, si j'avais des enfants, je pense que je ne les remettrais pas à l'école si tôt.

Bon courage à tous <3

Répondre
gravatar

Myriam - il y a 2 mois

Et bien, je suis suissesse également et je suis de l'avis de Stéphanie concernant les écoles.
Même si je n'approuve pas toutes leurs décisions, J'ai confiance dans le Conseil Fédéral qui essaye de trouver des solutions pour protéger les populations à risque tout en limitant les effets de la crise économique et sociale.
Dans mon entourage, beaucoup d'indépendants auraient dû mettre la clé sous la porte ou a minima se séparer de leurs employés sans l'intervention du CF.
De plus, c'est l'avenir de nos enfants qui est en jeu, ne l'oublions pas. Ils ont déjà beaucoup de poids sur leurs épaules (environnement, dettes etc).
Belle journée et prenez soin de vous !

Répondre
gravatar

Mymy - il y a 2 mois

Je suis contente que certains dégâts aient pu être évités pour certains indépendants, mais je maintiens que des milliers de personnes à Genève et Lausanne qui dépendent de l’aide alimentaire, certaines qui se font expulser de leur logement (ce qui devrait être strictement interdit en temps de pandémie (et même en général mais c’est une autre histoire)), c’est pas une gestion à approuver. Et l’avenir de nos enfants à mon avis n’est pas à sauver en forçant les travailleurs les plus précaires à reprendre le boulot et à espérer que la consommation de choses complètement dispensables reprenne de plus belle, il y existe d’autres solutions. Et ce sont des choix politiques, les moyens existent: quand le CF peut débloquer des milliards pour sauver certaines industries mais que dans le même temps des gens se retrouvent à faire des km de queue pour recevoir un sac de nourriture, il y a un gros souci.

Répondre
gravatar

David - il y a 2 mois

Nous on est comme vous : ma femme bosse à la maison, et je suis développeur, du coup le télétravail est simple... On a beaucoup préservé nos enfants durant le confinement, et on ne les remettra pas avant septembre (d'autant que je suis diabétique, donc personne à risque), nous resterons en confinement, avec cette fois la possibilité de voir un peu de famille / amis, en respectant les distances, etc...
En revanche, on pense tous les deux que la situation sera sans doute la même en septembre... Donc l'été servira à apprendre à nos enfants les distances, le port du masque... On ne sait pas encore si les enfants retournerons à l'école en septembre, mais on moins ils seront un peu plus préparés... Et le dernier qui aura trois ans cet été, on verra, mais tant qu'ils n'auront pas intégrés correctement les gestes barrières, c'est non...
Un peu comme vous, on ne sait pas trop quoi penser de tout ça et de comment vont évoluer les choses, alors on reste dans l'expectative...

Répondre
gravatar

Cécilia - il y a 2 mois

Bonjour, personnellement j’ai une petite de deux ans et je ne me vois pas la confier tout de suite, je trouve qu’on manque de vraies informations et je suis terrifiée à l’idée que mon conjoint et moi tombions malade et que personne ne puisse s’occuper de notre fille.. nos parents sont loins et de toute façon je ne voudrait pas les exposer si nous étions contaminés...

Répondre
gravatar

ju - il y a 2 mois

hors de question de le remettre à l'école, j'ai l'impression qu'on envoie les enfants au front et de toute façon le maire de ma ville à voter la non réouverture des maternelle et primaire.

Répondre
gravatar

Antoine - il y a 2 mois

Bonjour,
Ma fille de 10 ans va retourner à l'école. Pas demain mais jeudi. Cela ne me pose aucun problème. Je n’imagine pas ne pas la laisser y retourner alors qu’elle a sauté de joie lorsque cette reprise a été évoquée. Je n’imagine pas non plus laisser une génération sans éducation. Parce ce que franchement si le virus circule toujours qui imagine que en septembre les choses seront mieux gérées?
Ensuite les études semblent montrer que les enfants sont finalement peu vecteurs. Ils sont en tout cas très peu malades et de façon exceptionnelle gravement. Après, elle ne verra sûrement pas ses grands parents, mais à moins de 45-50 ans nous ne craignons pratiquement rien.
Et elle est seule avec sa grande sœur depuis 2 mois car nous sommes soignants et au travail tout le temps. Elle sera mieux à l'école à se refaire une vie sociale, à distance, mais quand même.

Répondre
gravatar

Julie - il y a 2 mois

Bonsoir, je suis prof des écoles, depuis un mois et demi, j'ai à la fois envoyé du travail pour mes élèves de maternelle à la maison (enfin plutot de quoi les occuper que ce que nous aurions fait ne classe) et accueillis les enfants de soignants & co ... Je m'apprête a retrouver la moitié de ma classe en présentiel... sauf que pas de bisous pour se dire bonjour, pas de rang par 2 pour se déplacer, pas de jeux en commun ni dans la classe ni dans la cour, plus de coin regroupement, plus d'entraide ... Pour le "travail" ce qui nous a été demandé (et qui nous semble tout à fait logique) c'est de faire la même chose en présentiel et en distanciel, donc on prépare pour les mails et on donne la même chose à ceux qui seront à l'école .... ça ne sera pas l'école comme avant, mais une nouvelle version hybride... avec un protocole bien trop contraignant mais nécessaire pour tous se protéger.
Et bien sur que c'est pour raison économique, pour que les parents puissent retourner au travail que les écoles sont réouvertes ... parce qu'en plus ce ne sont pas forcément les enfants "en difficultés pour qui cela renforce l'inégalité" qui reviennent à l'école ...
J'ajouterai que non l'année n'est pas perdue hein ! nous en avions fait les 2/3 avant le confinement, et nous avons quand même envoyé des choses à faire à la maison.
Si vous pouvez les garder à la maison ... gardez les ... :/ (et que ça soit dit aussi, j'aime mon métier et j'ai hâte de le retrouver dans des conditions normales ...)

Répondre
gravatar

Emy - il y a 2 mois

Enseignante en CM2, je reprends ma classe jeudi. De nombreux élèves reviennent (19 sur 26) mais dans les autres classes, les retours sont bien moins nombreux.
Ma belle-sœur, maman de deux petits, se posait aussi beaucoup de questions sur le fait de remettre ses enfants à l'école et je l'ai finalement convaincue de ne pas le faire. Elle s'inquiétait notamment que ses enfants puissent retrouver du lien social mais, dans l'environnement qui va leur être proposé, tout le côté social de l'école va être effacé (pas de contact, pas de déplacement, pas de jeux ...). Pour des petits, c'est très dur à comprendre (même si les parents en parlent avec eux, pour des maternelles par exemple, tout ça est beaucoup trop abstrait) et surtout dur à tenir (quand on voit comment on galère parfois à leur faire respecter des règles qu'ils connaissent depuis des années, qu'est-ce que ça va être avec des nouvelles règles, encore plus strictes ?). Mes élèves à moi sont des "grands", ils sont plus facilement capable de comprendre le pourquoi de ces règles et donc de les appliquer. Ma belle-soeur est professeur en lycée, le papa également, elle a donc le temps et les capacités pour continuer de faire travailler ses enfants à la maison et la continuité pédagogique continue d'être assurée. Dans ces conditions, je ne vois pas l’intérêt pour elle de renvoyer ses enfants à l'école et de leur imposer des conditions stressantes. Comme je lui ai dit "si tu veux qu'ils voient des copains, tu les invites à la maison."
Evidemment, pour ceux qui ne peuvent pas faire travailler leurs enfants (parce que pas le temps, pas les moyens internet ou autres) alors pour eux, la réouverture des écoles est utile. Même si, malheureusement, ce ne sont pas forcément ces enfants-là qui vont revenir ...

Répondre
gravatar

Lucie - il y a 2 mois

Je suis en Suisse et mon fils aîné, 4 ans, est scolarisé. Pour lui retour obligatoire à l’école, et la norme de distance des 2 mètres n’est plus à respecter par les enfants entre eux. L’accès au bâtiment scolaire et à la cour est interdit aux parents. La maîtresse a dû retirer de la classe les tapis, coussins, peluches, poupées... mais les règles ont l’air beaucoup moins drastiques chez nous qu’en France. Si j’étais en France, avec ce que j’ai lu sur les mesures prévues, j’aurai décidé de garder mon fils à la maison.

Répondre
gravatar

Lucie - il y a 2 mois

Je n'ai pas d'enfants.
Mais il me semble qu'une des raisons de la reprise était aussi le fait que pas mal d'enseignants n'arrivaient à joindre une partie de leurs élèves : des enfants en situations précaires voire victimes de violence. Et que la réouverture des écoles permettrait de reprendre contact avec eux.

Répondre
gravatar

Matt - il y a 2 mois

Cependant, ce sont des mêmes enfants en situation délicate qui n'iront tout de même pas à l'école...

Répondre
gravatar

Lucie - il y a 2 mois

Oui, il y a un gros risque que ça arrive. Je ne sais pas ce que peuvent faire les enseignants dans ce cas.
Surtout que la situation risque de durer encore plusieurs mois avant la découverte d'un vaccin ou d'un médicament.

Répondre
gravatar

Laurent - il y a 2 mois

La question n'est pas de savoir si on renvoie nos enfants à l'école, c'est plutôt de savoir si elle les accepte !
Pour mes trois enfants, l'école primaire, le collège, le lycée ont décidé de poursuivre l'enseignement à distance et de n'accepter en cours,en fait en étude surveillée, que les enfants prioritaires (enfants d'enseignants, de personnels de santé, enfants désignés par l'assistante sociale,...). Je ne sais pas le nombre que cela fait dans les écoles de mes enfants, mais je peux dire que dans la maternelle à côté de chez moi (et où travaille une amie), cela ne fait que 12 enfants sur 180 !
Inutile de dire que beaucoup de demandes sont restées insatisfaites.
Pour moi, cela n'a pas d'importance : ma femme et moi télétravaillons et l'école à distance fonctionne bien (le rythme me paraît proche de ce qui se passait en classe et le programme de l'année sera bouclé à temps).
J'ai bien conscience en revanche que cela pose de sérieux problèmes aux parents qui vont devoir reprendre le travail en physique et que tout le monde n'a pas la chance d'être dans des écoles qui ont réellement basculé en enseignement à distance (et pas juste en révision de ce qui a déjà été vu).
Et je compatis avec les enseignants à qui l'on demande de faire deux fois cours, une fois pour ceux qui sont revenus en classe et une fois pour ceux qui sont restés à distance. La méthode consistant à ne faire que le cours à distance, y compris pour ceux qui sont présents en étude surveillée est probablement la seule façon de continuer d'avancer à un rythme normal.

Répondre
gravatar

Emilie - il y a 2 mois

J'ai deux enfants en bas âge. Mon aînée allait à la crèche 2 fois par semaines avant le confinement je ne vais pas l'y remettre. Mon cas est sans doute différent car je ne travaille pas et donc rien ne m'oblige à la mettre à la crèche (qui n'est pas obligatoire) mais si elle était à l'école je pense que j'aurai pris la même décision.

Répondre
gravatar

Jean - il y a 2 mois

Je pense que tu as raison : une des raisons de la réouverture des écoles est économique, afin de permettre aux parents qui ont besoin que les enfants soient gardés de revenir au travail. Mais j'ai aussi confiance en l'autre raison avancée par le Premier Ministre il y a quelques semaines, qui est que l'école par internet accentue les inégalités sociales, et fait qu'un pourcentage non négligeable des enfants est en décrochage scolaire. Dans ce cadre, la réouverture de l'école sert également à renouer le lien avec ces enfants en difficulté.

Maintenant, du point de vue sanitaire, j'ai aussi confiance que les enseignants et les directeurs d'établissement travaillent à aménager le fonctionnement de l'école pour réduire les risques autant qu'ils le peuvent. Malgré tous ces efforts, il est certain que le risque de revenir à l'école reste plus grand que celui de rester chez soi... De plus, ces aménagements ont souvent pour conséquence que tous les élèves ne peuvent pas revenir en classe - même si tous les parents étaient prêts à laisser leurs enfants revenir à l'école, cela ne serait pas nécessairement possible.

N'ayant pas d'enfants, mais observant le comportement de mes amis et collègues qui en ont, il apparaît clair qu'ils sont tous dans une posture prudente, particulièrement s'ils ont la possibilité de télétravailler ou de bénéficier de jours de garde payés. De plus, personne ne sait vraiment comment va évoluer l'épidémie à partir de demain, quand tout le monde aura la possibilité de sortir presque librement.

En conclusion, la décision de renvoyer les enfants à l'école est une décision à peser par chacun, qui devrait prendre en compte de nombreux facteurs (les enfants veulent-ils reprendre l'école ? Sont-ils en difficulté parce qu'ils n'ont pas pu aller à l'école ? Quelles sont les possibilités de garde ? Dans quelle mesure les parents sont-ils sous pression de la part de leur employeur pour reprendre le travail ? Comment l'école s'est-elle organisée pour limiter la diffusion du virus, et est-ce que j'ai l'impression que ces mesures pourraient être améliorées ou renforcées ? etc.).

Dans le cas des parents qui travaillent à domicile ou en télétravail, et qui arrivent à garder leurs enfants en journée tout en leur permettant de suivre l'école à distance, je pense que garder les enfants à la maison comme pendant la période de confinement est une décision prudente et assez naturelle, car elle échange des risques pour l'instant inconnus (état de l'épidémie suite à la réouverture des écoles) contre des inconvénients mieux connus (car vécus pendant la période de confinement).

Répondre
gravatar

ken - il y a 2 mois

merci de ce message.

Répondre
gravatar

PetitEtreMalfaisant - il y a 2 mois

Même si j'avais voulu, je n'aurais pas pu.
L'école rouvre que dans une semaine et que pour les enfants des personnes essentielles à la nation (prof, personnel médical, etc...)
Et de toutes façons, y a des pays qui ont essayé, ils ont eu des problèmes...

Répondre
gravatar

Addag - il y a 2 mois

.
Hello;
Je pense qu'il n'y a pas de bonnes et mauvaises solutions malheureusement et c'est selon les craintes de chacun. De mon côté je suis entourée de médecins ( famille, amis) dont certain travaillant à Neker, qui pense que cote santé les risques sont minimes pour les enfants eux même mais par contre c'est plutôt de protège les personnes âgées qui devraient être la priorité et qu'ils évitent de rompre le confinement .
Ils m'ont tous conseillé cet article :
https://blogs.mediapart.fr/dr-bb/blog/010520/l-ecole-se-fane-et-tout-le-monde-s-en-fout
après, chacun doit le faire comme il le sent.
Bonne soirée à tous et bon courage pour ces temps difficiles.

Répondre
gravatar

Sabrina -Et si le bleu - il y a 2 mois

J'avoue que j'étais d'avis de remettre ma fille de 5 ans à l'école dès que possible. Je suis AESH dans une classe de CP depuis septembre, je sais que les gestes barrières sont quasiment impossibles à faire respecter par de jeunes enfants et j'en ai eu confirmation par les enseignantes ayant assuré l'accueil des enfants de soignants. Mais les enfants accueillis dans ce cadre depuis 2 mois ne semblent ni malades, ni traumatisés.
Par contre, je vois bien que la peur et l'angoisse sont très très présentes chez les enseignants, que les conditions sanitaires d'accueil sont "volontairement" anxiogènes pour éviter que trop de parents envoient leurs enfants à l'école et pour se prémunir d'éventuelles poursuites juridiques en cas de contamination à l'école.
Je crois que je voulais surtout que ma fille retourne à l'école pour comprendre, et commencer à s'adapter à cette nouvelle façon de vivre, car je ne crois pas que les choses auront beaucoup changé en septembre. On nous parle de 12 à 18 mois minimum pour un vaccin.
Mais mon conjoint télétravaillant, il préfère laisser la place aux autres élèves, prioritaires, les enseignants auront bien assez à faire avec le nombre d'élèves qui seront présents.
Je retourne travailler demain, assez sereinement finalement, et ça me permettra d'observer de l'intérieur pour éventuellement changer d'avis avant la fin de l'année scolaire.
En ce qui concerne les vacances, oui, elles étaient prévues, dans un pays limitrophe, on attend de savoir si on pourra y aller ou non. Dans tous les cas, on va bouger, pas pour le plaisir de propager un virus mais pour décider d'un autre lieu de vie où nous pourrons avoir les moyens d'avoir un bout de jardin (2 mois à 4 dans 60m2, c'était parfois sportif).

Répondre
gravatar

Anne - il y a 2 mois

Bonjour,
Moi je suis enseignante en collège et je ne sais pas comment on va faire pour dédoubler nos classes sans multiplier les profs et les salles par deux. Je conseille donc dans mon entourage à ceux qui le peuvent de garder leurs enfants chez eux, pour laisser la place aux familles qui n’auront pas le choix, pour une raison ou pour une autre.

Répondre
gravatar

Jef - il y a 2 mois

Notre premier petit va naître début du mois prochain. Il tombe bien !
Je travaille comme assistant social hospitalier en secteur Covid pour aider les patients qui vont mieux à rentrer chez eux et vider les lits.
On a déjà fermé 2 unités Covid de 20 lits chaque sur les 5 qu’on avait. La décrue est réelle mais on craint la reprise avec le déconfinement.
Je pétoche bien le soir quand je rentre à la maison. Douche minutieuse et ultra savonneuse.
Doudou a télétravaillé (dessinatrice Autocad) jusqu’au 8e mois.
On se dit que ça pourrait être pire.
Franchement. Vous risquez pas grand chose. On a quasi pas vu de patient de moins de 45.
C’est l’âge qui détermine tout. Les plus de 60 devraient rester confinés (l’année prochaine s’il le faut !) jusqu’au vaccin ou au traitement. Qu’on a pas en ce moment. Le plasma-anticorps est le moins mauvais avec les plus faibles effets secondaires.
Des bises à tous les tiens.
Tes dessins et ta famille sont une inspiration.

Jef & Anna et ?

Répondre
gravatar

Beren57 - il y a 2 mois

bien obligés pour les grands d'y retourner. naelle passe son brevet et caleb ses premieres epreuves de bac... mais j'avoue que je les aurais bien incités a envoyer chier le bahut sinon. pas pour un mois sur une année faite a moitié...

Répondre
gravatar

Franck - il y a 2 mois

@Bren57 : mon grand passe aussi le brevet… Enfin il aurait dû le passer puisque l'obtention de ce diplôme a été conditionné aux résultats de l'année scolaire (contrôle continu)… Tous les examens du brevet des Collèges ont donc été annulé.

Répondre
gravatar

N.Magritte - il y a 2 mois

Bonjour,

Personnellement je suis mère de sept enfants, des triplets et quatre grands et grandes en fin de primaire et collégiens.
Avec mon mari nous avons opté pour un retour à la scolarisation, indispensable pour ne pas perdre de rythme et avoir des lacunes. En revanche, disposant de plusieurs logements sur Paris, nous allons loger séparément, tandis que notre intendante s'occupera des enfants lorsqu'ils seront de retour à leur propre domicile.
Ca n'a pas été un choix facile, nous pensons essayer cette méthode durant 1 mois et demi afin de favoriser leur immunité collective.
Par la suite, nous verrons à une nouvelle organisation pour la rentrée de Septembre, car avec mon mari nous reprendrons sans doute nos activités sans télétravail, et donc en liaison aériennes fréquentes avec Guangzhou.

Répondre
gravatar

Matt - il y a 2 mois

Des lacunes ? Les élèves ne rattraperont rien durant ces quelques jours d'école.
Les enseignements seront très limités malheureusement.

Répondre
gravatar

Véral - il y a 2 mois

Pas d'enfants chez moi, mais. Effectivement la raison est économique, on est dans une crise que notre système économique aura du mal à résorber. Et ceux qui nous dirigent ne semblent pas vouloir en changer. Donc seul solution, et ce même si le conseil de la santé de l'Elysée préconise le contraire, envoyer un max de gens au boulot, donc ré-ouvrire les écoles aux autres enfants que ceux qui ne sont pas de soignants et foutre la pression en retirant le chômage partiel à cause de garde d'enfant.
Donc pour ceux qui le veulent et le peuvent, c'est possible de garder ses enfants à la maison, et tant mieux pour eux.
Après la majorité des écoles ne peuvent pas accueillir tout le monde, des fois les jours d’école sont scindés en deux groupes qui ne se croisent pas etc. Donc on amène quand même les gamins chez la nounou ou les risque sont semblables.
Cette situation n'est pas idéal mais on fait avec.

Répondre
gravatar

Stagg - il y a 2 mois

Bonjour,
Je pense qu'il faudrait vraiment mettre un terme à la psychose et arrêter d'avoir peur de tout, l'angoisse c'est très mauvais pour la santé... Deux liens intéressants, pour les enfants : https://covidinfos.net/covid19/cest-laisser-les-enfants-chez-eux-qui-leur-ferait-courir-un-risque-supplementaire/803/ et pour le virus en général : https://covidinfos.net/covid19/le-prix-nobel-de-chimie-michael-levitt-se-demande-comment-avons-nous-pu-etre-dupes-a-ce-point/787/
Bonne journée

Répondre
gravatar

Matt - il y a 2 mois

Il est également préférable de ne pas se cantonner à des médias trop orientés et vu la teneur des articles sur le site en question, ce serait peut-être intéressant de croiser les infos.

Répondre
gravatar

Guallaume - il y a 2 mois

Bonjour,
pour le deuxième article, quel bel argument d'autorité "prix Nobel de chimie", et alors ? Quelle est son expertise dans ce tout autre domaine qu'est la médecine ? Ceci surtout après la superbe sortie de Dr Luc Montagnier, qui tout prix Nobel (de médecine!!) qu'il est, a sortie pas mal de bêtises ces dernières années...

Répondre
gravatar

Meluze - il y a 2 mois

ici, 8,6 et 4 ans. Je ne les remets pas.
Y a que 12 places dans chaques classe dans mon village, et on vit à proximité de mes grands parents (90+) hors de question de se faire contaminer.

Dejà que j'en ai toujours un des trois qui revient de l'école avec des poux, j'imagine très bien avec la contamination.

Je fais partie d'une APE, et je sais déjà que avoir du savon dans les toilettes c'est pas simple, alors non, pas d'enfants en école avant septembre.

J'ai demandé leur avis à des ami-prof dans d'autres régions, et ils ne sont pas pour un retour à l'école dans ces conditions.

Donc voilà, j'suis au chaumage de base depuis avant le confinement, je vais continuer et en profiter pour donner tout mon temps aux enfants.

Répondre
gravatar

NG - il y a 2 mois

Bonjour,
Les enfants d'enseignants sont obligés d'aller en classe... ou presque.
Je travaille et Mme est enseignante : impossible de gérer la classe à la maison et le boulot. Donc ce sera classe.
Et oui, l'objectif est que les Français retournent au travail (vu la crise qui se profile, ce n'est pas forcément idiot). Mais vu le nombre d'élèves accueillis, c'est illusoire de croire que les parents pourront retourner au travail facilement !
Quoiqu'il en soit, il faudra attraper ce virus (il n'y aura pas de vaccin) pour être tranquilles, et éviter que les personnes à risque l'attrape (car on devrait avoir l'immunité collective). La gestion consiste à éviter la saturation des hôpitaux.
Ne pas oublier que le virus circule sur le territoire français depuis l'année dernière (ce qui était une hypothèse ce concrétise). Reste à confirmer que les personnes qui ont eu ce virus avant février sont bien immunisées.
Donc, nos enfants iront en classe, mais pas à "l'accueil" (enfants de personnel prioritaire), car vu les conditions, c'est juste invivable et j'ai la chance de pouvoir travailler à la maison
Bon courage à tous !

Répondre
gravatar

Sesyl - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,

Pour ma part, enceinte, donc personne à risque (3e trimestre). J'ai deux enfants de 5 et 2ans. L'école ne rouvre pas avant septembre (petit village de campagne, école non adaptée au protocole Covid), ce qui m'arrange ! Je ne me vois pas remettre mes enfants en collectivité avec le risque qu'ils me le retransmettent par la suite.
Je ne pense pas qu'il faille psychoser, mais pour moi, pour les enfants en bas âge, le déconfinement est prématuré.
Après, je télétravaille à temps partiel, et mon mari est au chômage technique, son emploi dépendant du résultat des élections municipales. Donc le non retour de mes enfants à l'école / chez la nourrice, ne nous impacte pas..
Bon courage tout le monde !

Répondre
gravatar

Anne - il y a 2 mois

Bonjour Laurel
Vaste question. On accuse les parents qui veulent garder leurs enfants d'être lâche, et une amie me disait qu'on lui renvoyait l'image d'une mauvaise mère car elle envisageait de renvoyer son enfant à l'école. Mauvaise mère, ou qui leur fait prendre des risques inconsidérés, ou qui suit les ordres de l'Etat.
Chez nous l'école ne reprend que la semaine prochaine (le 18). Je n'avais pas vraiment d'avis sur la question. Alors j'ai demandé leur avis aux enfants et ils veulent y retourner (jumeaux au CM2). Alors on a rempli le document d'inscription à l'école. Il y a 60 places dans notre école, alors que d'habitude il y a je pense environ 150 élèves. Je saurai demain s'ils sont acceptés, sachant que nous ne sommes pas prioritaires. Je ne sais pas si je serai déçue ou heureuse qu'ils restent à la maison.
Nous sommes dans une ville où il y a eu relativement peu de malades, alors je n'ai pas peur pour le moment. Je sais aussi qu'il faudra bien que le virus tourne à un moment ou à un autre; qu'en effet nous finirons bien par l'avoir en espérant faire une version légère.
le fait que les enfants ne fassent pas de version grave me rassure aussi pour les renvoyer à l'école.
Des bises à vous tous

Répondre
gravatar

Kadie - il y a 2 mois

bonjour Laurel,
contente que toute ta famille aille bien :)
Je comprends de tes arguments que tu penses à la protection des personnes à risque et c'est honorable. Côté enseignants, je ne sais pas comment ils vont pouvoir faire recoller les enfants au rythme d'apprentissage habituel ni récupérer les gamins en décrochage scolaire, vu les conditions de reprise... il ne faut pas s'attendre à un retour à la normale d'ici cet été. Je pense qu'il y a des familles qui ont pu s'organiser en mode "autarcique-connecté" et qui peuvent continuer ainsi, et d'autres pour qui c'est vital que les enfants retournent à l'école. On ne peut pas imposer le même fonctionnement à toutes les familles, car toutes sont particulières. De plusl'enfermement... ok moins de contacts potentiels avec le virus, mais aussi moins de défenses immunitaires car anxiété

Répondre
gravatar

Nicolas - il y a 2 mois

Bonjour.
Il y a un poit qui n'a pas été évoqué, je vais donc le faire.
Nous avons 2 filles: Petite section et Grande section. la petite n'est pas concernée, la grande va reprendre l'école dès jeudi, 2 jours par semaine, avec des conditions d'hygiènes très strictes.
Nous avons choisi de la remettre pour plusieurs raisons:

- à titre individuel, l'école lui manque, je ne suis pas un maître très doué (eh ouais, instituteur-trice c'est un métier, dis donc), voir d'autres enfants lui manque, un enfant a, selon nous, besoin de se sociabiliser.
- La situation de confinement est une situation potentiellement anxiogène, elle a besoin, toujours selon nous, de retrouver un cadre: des horaires, le cadre de l'école, des activités strictes, pour retrouver un semblant de normalité.
-enfin une raison plus globale, c'est que le virus est toujours là, et que l'immunité collective n'est pas atteinte, alors maintenant que les hopitaux ont à nouveau de la place pour accueillir les malades, il est temps de recréer un peu de circulation du virus, lentement, pour pouvoir prendre en charge tout le monde, au compte goutte. si on reste confiné jusqu'en septembre, et qu'on réouvre tout à fond, on court le risque de se reprendre l'épidémie comme en mars. alors une réouverture partielle et progressive me semble une bonne idée.

Concernant l'aspect économique, je pense qu'il est pour bonne part dans la décision de ce gouvernement, mais même si cette décision est prise pour de mauvaises raisons, ça ne veut pas dire qu'elle est forcément mauvaise.

Un dernier point qui me vient, c'est qu'en survolant les commentaires, j'ai l'impression que nous sommes tous des gens avec du choix (profession libérales, télétravail possible, etc), quant à moi je suis ouvrier mais au chomage. je me pose la question de mes anciens collègues, et de tous les gens en situation e précarité, pour qui la réouverture des écoles est une nécessité, pour pouvoir reprendre le travail et assurer la survie de leur famille

Répondre
gravatar

Kadie - il y a 2 mois

Message parti trop vite... pour résumer, faire au mieux en fonction de sa propre situation et se défendre avec énergie contre tout message infantilisant et culpabilisant ! Surtout les mères, dont les faits et gestes sont bien plus épiés et critiqués que ceux des pères. Le gouvernement, qui a laissé crever sciemment des milliers de gens en leur interdisant l'accès à des médicaments peu coûteux et efficaces à condition de pouvoir les prendre avant le stade de l'hospitalisation, n'a de leçon de morale à donner à personne - mais bien plutôt des comptes à rendre.

Répondre
gravatar

Brach - il y a 2 mois

Je vois cette "rentrée" de mai comme un grand test, plus qu'autre chose. La situation sera la même en septembre, et pour encore de nombreux mois. On a la chance d'avoir deux mois (plus ou mois) pour tester et valider les protocoles imaginés. Il y a plein de gens très intelligents (dans les ministères, sur les plateaux télés, dans les commentaires d'article, etc.) qui nous expliquent que ce qui est mis en place est tout à fait réaliste ou tout à fait irréaliste. Au final, le seul moyen de savoir si c'est réaliste ou pas, c'est d'essayer. Donc là, on a deux mois d'essai, on en tire des conclusions et on en sera plus intelligent en septembre (quand on voit comme certains le sont déjà, imaginons ce que cela peut donner...). Parce qu'il va sans doute falloir faire avec pendant de nombreux mois, et on ne pourra pas tous rester chez nous. Que ce soit pour des raisons économiques, de santé psychologiques ou simple pragmatisme (comment rester enfermé à 5 dans un appartement de 20 m2 ?). Tout le monde n'a pas le confinement heureux.
En tout cas, c'est comme cela que je le vois. Mais je peux me tromper. Je ne suis pas si intelligent que ça... :D

Répondre
gravatar

Lysistrata - il y a 2 mois

Point de vue d'une enseignante : (qui navigue à vue également)
Si tes enfants sont heureux et équilibrés à la maison, et que tu as les possibilités matérielles de travailler tout en les gardant avec toi, je pense qu'il vaut mieux les garder à la maison.
1. La mesure est prévue économiquement pour que certaines reprennent le travail, socialement pour que certains enfants puissent échapper à un cercle familial néfaste.
2. Je pense que le lien social avec les autres enfants, les copains, peut se garder à distance. Il n'est pas nécessaire que les enfants retrouvent leurs copains en classe. Nous ne savons pas comment les enfants vont supporter tout le protocole sanitaire demandé en classe.
3. Aucune inquiétude à avoir pour le pédagogique, les enseignants feront tout pour que les élèves à distance et en présence aient le même suivi. Mettre à l'école ceux qui suivent à distance ne les fera pas plus travailler.
4. Garder les enfants qui sont heureux et suivent plutôt bien en classe permet de " libérer des places" pour convaincre les décrocheurs (qui pour le moment évidemment n'ont pas prévu de revenir) et permet aussi à l'enseignant d'avoir un effectif en présence diminué, et donc de mieux encadrer ceux qui viennent.
Je ne me prononce pas sur l'éventuelle propagation du virus, n'ayant pas les connaissances, je sais que tout se dit et son contraire.
Bises, et merci de tes illustrations qui remontent le moral !

Répondre
gravatar

Killing Joke - il y a 2 mois

Bonjour Laurel, les enfants ne courent aucun risque avec le coronavirus. On confine papi s’il y a lieu de mais c’est à l’appréciation de chacun. Regardez les chiffres de l'institut pasteur, les chiffres italiens... C'est bon ça suffit maintenant.
https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-02548181/document
Ce papier comme beaucoup d'autres nous donne une idée de ce qu'est le covid en terme de maladie.

Eh bien c'est l'équivalent d'une grosse grippe qui est à la fois beaucoup moins dangereuse pour les enfants que la vraie grippe mais davantage préoccupante pour les hommes âgés surtout avec comorbidité. Voilà. Tout ça on l'avait déjà y'a des semaines mais maintenant c'est tellement précisé et consolidé qu'il n'y a plus AUCUNE excuse.

Nos gosses ne risquent pas plus de décéder de ce virus que de se faire amputer la jambe à l'issue d'un accident d'équitation, de se faire dévorer la cervelle en 5 heures par une amibe incurable juste en nageant dans un lac avec les copains-copines, de basculer par la fenêtre lors d'une crise de somnambulisme… J’ai mentionné les attaques de bêtes sauvages en randonnée ? Tout ce qui est dans ma liste est possible et a lieu tous les ans... "ET SI C’ÉTAIT VOTRE PETIT NEVEU", comme hurlent ceux qui veulent qu'on vive dans du papier-bulle...

Par contre si on continue comme ça, voir nos gosses manquer de lumière et de vitamine D, voir leur système immunitaire dégringoler à cause de ça, manquer d’interactions avec leurs pairs, développer des troubles anxieux, les condamner à l'esclavage d'une dette toujours plus immense... Là les probas sont déjà beaucoup plus concrètes.

Et je ne dis PAS que l'épidémie n'était « rien ». La grippe chaque année, ce n'est déjà PAS « rien ». D'ailleurs la grippe tue factuellement beaucoup plus de jeunes et d'enfants et ses vaccins occident selon les souches entre une efficacité de 70 à seulement 30 pourcents... C’est ça qu’on sous-estime habituellement. Cette année tout le monde est devenu fou car il y avait un contexte particulier qui a été manipulé par certains (virus peu connu du grand public, crise économique à précipiter, à masquer et à installer durablement, mesures d’exceptions rendues possibles)... En tout cas c’est mon avis.

Maintenant faites ce que vous voulez en votre âme et conscience mais pour moi on massacre l'avenir et les libertés (actuelles et futures) de nos enfants. Cette folie collective n'a que trop duré. Comme à leur habitude, les médias ont joué un rôle honteux dans cette crise en relayant les informations les plus folles sur ce virus... Il rendrait « noir », détruirait les testicules, le cerveau, provoquerait des arrêts cardiaques… Et on ose faire intervenir l'escroc Montagnier avec ses histoires abracadabrantes d'inserts génétiques de VIH dans le coronavirus 19 sur la base d'études indiennes en draft ([s]évidemment retirées sur la pression des extraterrestres et pas parce que les inserts en question étaient tellement courts qu’ils ne signifiaient rien[/s])...

Allez c'est bon. On se calme tous et on recommence à respirer. J'ai vu des bonnes femmes littéralement terrorisées raser les murs en retenant leur respiration... Pour rappel, il faut respirer pour vivre ! Tout cela me rend tellement triste...

Je rappelle que cette politique folle a été inspirée par une dictature très louche et qu’elle a trouvé chez nous justification à travers les modélisation de l'Imperial College London dont on sait aujourd'hui qu'elles étaient RI-DI-CULES. Laurel, parlez à votre conjoint de ces modélisations. Lui qui est informaticien... Demandez-lui si c’est normal de prendre des décisions drastiques et jamais vues dans l’histoire de l’humanité, pour des milliards de personnes, sur la base d’un logiciel digne d’un TPE raté. Un logiciel qui ne donne jamais les mêmes résultats en utilisant pourtant les mêmes données d’entrée (seed) entre autres selon le processeur du PC qu’on utilise… Tout est dispo sur GitHub (et encore, la version d’origine était sûrement bien pire que ce qu’ils ont remballé pour le public).

Comment peut-on oser maintenir qu’il était pertinent d'enfermer pendant des semaines des milliards de personnes (dont des milliers de femmes et enfants avec leurs bourreaux sans possibilité de trouver de l'aide auprès d'un autre membre de la famille, d'un professeur, d'un ami...) sur des bases aussi vaseuses.

Et qu'on continue à effrayer les gens, à montrer des images de classes bâchées comme dans E.T. l’extraterrestre ou la série Dexter... Qu'on voie de pauvres femmes lustrer chaque feutre à la javel dans des classes vides depuis deux mois… A quel moment a-t-on basculé dans cet obscurantisme ? A quel moment a-t-on décidé collectivement de faire triompher la terreur et l’individualisme face au bien-être collectif actuel et futur ? Comment ose-t-on encore maquiller cette infamie en l’appelant par l’exact opposé de ce qu’elle est ?

J'imagine même pas comment les petits ont été terrorisés par des adultes eux-mêmes terrifiés et incapables de les rassurer durant ces évènements grotesques.

BASTA, rien à ajouter.

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

Alors pardon, mais en ce qui concerne la paranoia, votre message n'en est pas exempt, loin de là !

Les enfants qui manquent de vitamine D ? En appartement peut-être (encore que, ils ont aussi le droit de sortir une heure rap jour, même en confinement, confinement qui a de toutes manières pris fin hier), mais ceux qui ont un jardin passent souvent plus de temps dehors que s'ils étaient à l'école... pour la luière idem, donc, et pour le systuème immunitaire, euh, à vous lire, on pourrait croire que les enfants en instruction en famille sont condamnés à une mort certaine. Jusqu'en 2019, l'obligation d'instruction ne commençait qu'à 6 ans, et chaque année, des enfants n'étaient donc pas scolarisés en maternelle, sans que leur espérance de vie n'en soit entachée. Là, clairement, on en est à la 7ème semaine sans école, et pour ceux qui y rentrent aujourd’hui, niveau système immunitaire, ben ça en changera rien par rapport à ceux qui restent chez eux, étant donné les protocoles en vigueur.

Les troubles anxieux que vous évoquez sont également variables d'une famille à l'autre ; pour les enfants mal logés ou aux parents violents, certes (mais je vous rappelle que chaque année,ces enfants ont des grandes vacances qui les ramènent en famille deux mois d'affilée, donc ce n'est pas la décision de les scolariser ou non là maintenant qui va y changer grand chose).

Les troubles anxieux, c'est encore très variables, mais pour ls enfants qui ont une maison suffisamment grande et un jardin, honnêtement, je vois pas. Pour les autres, je ne sais pas si la classe qu'ils vont retrouver sans leurs repères habituels, en rotation, en discipline militaire et en roulement avec leurs copains sera moins anxiogène que la maison.

Je passe sur le confinement issu d'une dictature louche et ce genre d'étrangetés.

En tout cas, il n'y a pas de place pour tout le monde à l'école, donc la solidarité, c’est de ne pas les mettre si on peut l'éviter.

Les témoignages de gens touchés que je connais parlent de galère, du temps incroyable nécessaire pour s'en remettre, des longues séquelles. Ces gens faisaient attention et respectaient les gestes barrière autant que faire se peut. L'un d'entre eux s'est vu dans le même temps dépister un début de leucémie, et les médecins envisagent sérieusement que le Covid a causé cette maladie. Des soignants sont morts en sauvant la vie des autres.

J'ai vu passer un graphique tchèque (peu de mortalité chez eux) qui classaient les personnes décédées du Covid par ordre de profession ; en haut du triste podium, infirmières et médecins. Juste en dessous... les enseignants.

Je ne remets pas mes enfants à l’école. Quand on regarde les pays qui ont contenu l'épidémie, Chine, Corée, ce qui rouvre en dernier... ce sont les écoles. Un contact à Prague (pas de confinement officiel, là-bas, mais les gens restent chez eux au maximum et les espaces verts, ou verts, sont vides) dit que les magasins sont ouverts, tout a rouvert (mais les gens s'auto-disciplinent et les lieux sont désert), et que ce qui rouvrira en dernier... idem, ce sont les écoles.

Répondre
gravatar

Killing Joke - il y a 2 mois

Bonjour Estelle.

Je vais passer sur le système immunitaire je ne vais pas vous faire un topo complet mais là on combine beaucoup de facteurs qui amènent à le détruire (entre autres effets délétères sur la santé concernant l'isolation sociale et l'enfermement, tout cela est très documenté). C'est pas pareil d'être sco à la maison avec sorties, mise en contact avec d'autres gosses par les parents, etc. que d'être confinés des semaines dans un immeuble avec amende à la clé. Là c'est des petits vampires qui vont sortir. Je parle de manière générale, pas de cas particuliers. Si vous arrivez à faire prendre le soleil à vos gosses et compagnie, très bien. Moi je vous garantis que le système immunitaire des gamins va être impacté par ces conneries et qu'on verra plus de grippes, pneumonies, etc. dans les stats. Et d'ici quelques années et avec encore plus de recul, je lirai avec grand déplaisir toute les études qui sortiront sur les effets psychologiques qu'auront eu cet épisode sur les enfants actuels...

Concernant la paranoïa, on est souvent le paranoïaque d'un autre, je suppose. Personnellement, j'ai décidé de ne pas me laisser terroriser par une nouvelle dinguerie collective tous les 6 mois et je vous garantis qu'on se sent pas plus mal. Peut-être plus seul, cela dit. Mais c'est à ce prix-là qu'on se libère de certaines chaînes.

Tous les jours je vois de la peur en barre dans les médias par rapport au covid... Vous n'êtes probablement pas scientifique et ce n'est ni une honte ni un crime. Mais ce qui est criminel, selon moi, c'est de titrer littéralement H24 des choses comme "le COVID-19 pourrait vous rendre infertile", "le COVID-19 pourrait détruire votre cerveau", "prix Nobel de médecine, le Dr.Escrolini affirme que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire à partir du VIH", "Le coronavirus peut provoquer des arrêts cardiaques", etc. etc.

La grippe aussi peut atteindre le coeur entre mille autre effets, elle augmente notamment les risques de myocardite. Mais ça, c'est de la science. Normalement, on en discute entre chercheurs et basta. On ne terrorise pas la mère Michu en lui jetant ça à la gueule en prime time alors qu'elle n'y connaît rien, on est bien d'accord ?

Sinon, il ne faut "passer" sur aucune "étrangeté" ! Si vous avez mal compris un de mes propos vous n'aviez qu'à me demander de vous le préciser et je l'aurais fait avec plaisir.

Par exemple, sauf si j'ai loupé un épisode, c'est bel et bien de la dictature chinoise que l'on s'est tous inspirés pour prendre la décision complètement folle de mettre au trou des milliards de personnes pendant des semaines sur la base de modélisations dont on sait aujourdh'ui qu'elles étaient fantaisistes et pour un virus qui est l'équivalent d'une grosse grippe (je reviens pas sur les spécificités liées à l'âge et aux comorbidités). Et oui ça fatigue une grippe, des enfants en meurent tous les ans et malheureusement beaucoup plus que du covid-19 qui a au moins ça pour lui ! Moi ça me fout à 39 de fièvre et j'entends "des voix". Depuis toujours on on a de nouveaux SARS, coronavirus, virus de la grippe... Tous les ans la population s'en fout, ne va d'ailleurs même pas se faire vacciner, on ne la terrorise pas et on fait simplement de la santé publique classique. Moi je ne vois aucune spécificité au Covid-19 pour expliquer un confinement généralisé donc j'assimile bien ça à une folie collective induite. D'ici un an on verra que ça a tué au minimum pour les deux tiers des personnes qui seraient de toute manière décédés dans l'année et les courbes seront parfaitement anodines.

Ecoutez c'est bien simple, la Chine c'est un pays où, depuis quelques années, on peut obtenir n'importe quel organe en 20 minutes chrono sans AUCUNE justification satisfaisante apportée par le gouvernement chinois. Renseignez-vous sur les "Falun Gong" si vous ne me croyez pas. Des gens disparaissent et pendant cette crise ça a dû y aller de plus belle. Je ne dis PAS qu'on a fait ça en France ou ailleurs qu'en Chine, je dis que, moi, concernant la santé publique, je suis plutôt team Suède que team "abominable techno-dictature communiste inhumaine" vous voyez.

Sinon dans un monde normal, afin de traiter une épidémie normale et jusqu'à il y a deux mois, eh bien on dépistait, on faisait de la sensibilisation à destination des populations les plus à risque, on mettait les malades en quarantaine et on les traitait, on mettait du matos à disposition des libéraux, etc.

J'ai loupé le moment où c'est devenu rationnel et chic de transformer tout le monde en franciscains après avoir fait littéralement n'importe quoi (vente de stocks de masques par l'Etat, saisie arbitraire des masques commandés par le privé, communications incohérentes et ultra-anxiogènes parfois dénuées de tout fondement scientifique, etc.). En fait je me demande d'ailleurs comment on va repartir après avoir déraillé à ce point. C'est peut-être ça le "nouveau monde" dont on commence à nous rabâcher les oreilles dans les médias. Le monde du grand n'importe quoi.

Une chose est sûre, personnellement, je considère que c'est pas parce que tout le monde a manifestement viré dingo que je dois suivre.

Exemple de dinguerie : YouTube prend la décision de censurer tout propos allant contre ceux de l'OMS et censure donc la vidéo d'une conférence de deux médecins qui déconseillent le confinement aveugle. Une poignée de jours plus tard l'OMS se retrouve obligé de préciser qu'il n'a "jamais conseillé la quarantaine généralisée" et que la Suède est d'ailleurs un "modèle". ET TOUT LE MONDE S'EN FOUT !

Les foules restent bloquées sur "l'Etat nous tue car pour eux c'est l'économie d'abord" et autres fadaises complotistes alors qu'on est tous en train de ravager l'avenir des générations futures sur 30 ans au minimum pour une grosse grippe (et en prenant les MAUVAISES décisions de santé publique)!

Vous dites :
"Pour les autres, je ne sais pas si la classe qu'ils vont retrouver sans leurs repères habituels, en rotation, en discipline militaire et en roulement avec leurs copains sera moins anxiogène que la maison."
->
Mais je suis bien d'accord avec vous ! Et c'est bien le problème. Je parle dans l'absolu, moi. Et dans l'absolu les enfants devraient pouvoir retourner à l'école et avoir une vie normale. Vous savez, apprendre des choses, voir des amis, se toucher les uns les autres, jouer, etc.

Alors oui, je suis peut-être bizarre, "étrange" comme vous dites... Je sais pas, certains appellent cela de la sensibilité, vous savez. Qui sait, peut-être avez-vous simplement peur de ce que vous ne comprenez pas. Dans ce cas merci de faire preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit à mon égard comme j'en fais preuve au vôtre en m'adressant à vous, je crois, avec bienveillance !

Car comprenez-moi bien. Oui je suis un peu agacé, un peu inquiet. Mais pas pour les mêmes raisons que vous, manifestement. Moi ce qui m'inquiète c'est que je ne veux PAS de ce monde-là pour mes enfants :
https://www.ansa.it/canale_legalita_scuola/notizie/scuole/2020/05/06/in-asilo-varese-bracciale-per-bimbi_74775209-5ce4-428c-ac0a-f3418d674c52.html

Si vous ne parlez pas l'italien, cet article décrit qu'on a équipé 150 gamins de bracelet "vibrants" afin de les empêcher de s'approcher les uns les autres. Prochaine étape, on leur balance une décharge électrique genre collier anti-aboiement ?

Allô... Qui est en train de virer dingue, là ? Moi, ou nos sociétés ??? J'ai vraiment l'impression d'être allé me coucher pour me réveiller un matin dans un monde où tout le monde avait pété une durite sauf moi (et une poignée d'autres). C'est très troublant comme sensation vous savez.

Pour mes gosses c'est "Mais non, papa ne peut pas mourir du coronavirus. Pourquoi ? Ben parce que c'est le plus fort, pardi !", quelques conseils d'hygiène de base et un ton rassurant de type "tout ça c'est quand même un peu des conneries allez va t'inquiète pas". Mais c'est un choix. D'autres préfèront les traiter comme des adultes et les terroriser en leur parlant de "menace invisible", de "virus mortels" ou "d'aplanir des courbes" dans un gloubiboulga médiatico-pseudo-scientifique mal assimilé.

Pas sûr que je repasse derrière ce post, je viens rarement ici. Simplement, de temps en temps, je me rappelle à quel point Laurel est une femme étonnante et respectable de mon point de vue. Je ne détaillerai pas pour pas la mettre dans l'embarras mais elle m'a plusieurs fois TRÈS agréablement surpris. Mettons de côté le covid 5 minutes : si plus de monde avait son courage, son empathie et sa capacité de révolte sur certains sujets passés sous silence, le monde serait peut-être meilleur.

Bon allez la brosse à reluire me réussit mal. Ciao tout le monde. Le mec bizarre retourne en Bizarrerie. :)

PS : Concernant vos connaissances impactées par la maladie, je ne leur souhaite que du bien et concernant votre choix pour vos enfants, je le respecte. C'est bien entendu.

PPS : Je suis désolé de devoir finir par un gros aparté sur un sujet aussi horrible et de vous mettre en porte-à-faux par rapport à ça mais je me dois de le faire. Les violences domestiques, les attouchements, les viols d'enfants et la pédopornographie en ligne ont littéralement explosé avec tous ces "lockdowns" de merde. Et c'est clairement pas le même niveau que des "grandes vacances", non. Donc un peu de décence là-dessus, merci. Renseignez-vous auprès des professionnels dans la police, la justice, l'administration et les associations d'aides aux victimes. Là, les victimes en question sont clairement obligées de jouer en "very hard mode" et oui, ça me fout les boules car comme d'hab, tout le monde s'en fout et regarde ailleurs.
Exemple : https://www.scpr.org/news/2020/04/28/92215/child-sexual-abuse-reports-are-on-the-rise-amid-lo/
Et merci de chercher d'AUTRES sources sur le même sujet au lieu de buter sur une virgule de l'article que je donne. De toute façon on ne pourra pas cacher ça encore très longtemps.

Répondre
gravatar

Véroro - il y a 2 mois

Bonjour,

Je ne pense pas que le virus soit une simple gripette, et lorsque on voit ses proches finir en réamination puis mettre plus d'un mois pour s'en remettre, sans facteur de comorbidité, ou une connaissance (âgée) mourir du jour au lendemain (elle toussait un peu la veille)... Je ne pense pas que la grippe fasse cela.
Mais comme vous, j'ai été étonnée de voir cette peut collective s'installer si vite: seul un petit pourcentage de la population reste touché pour l'instant, et lorsque j'ai vu une illustration de soignant se promenant dans la rue avec des virus autour de toutes les personnes dehors et le sous-titre "assassins", quel est le sens de tout cela ? A part faire peur culpabiliser sans réelle raison ? Surtout que dehors, il y a beaucoup moins de risque de transmission qu'en intérieur, si l'on marche à bonne distance sans se toucher, il y a un risque zéro et voila.

Concernant l'école, je n'ai pas remis mes enfants tout simplement car les protocoles sont très contraignants et qu'en leur demandant, les instituteurs.rices nous ont dit préférer avoir le moins d'enfants possible pour l'instant, c'est assez compliqué comme cela pour eux.
Niveau sociabilisation, je ne crois que deux-trois mois sans école soit si grave que ça, je crois que l'Homme reste une créature très adaptable.

Répondre
gravatar

krollafol - il y a 2 mois

Bonjour,

Nous les enfants y retourneront dès que possible, dans les conditions de temps partiel de toute façon. On n'était pas pour (télétravail tous les deux), et puis le grand (7 ans) était en pleurs dans son coin après une visio (la 1ère) lundi dernier, d'avoir vu quelques uns de ses copains. Je pense que ce sera mieux pour lui de les voir, même masqués (pas obligatoires, les masques) ou à distance. Ils s'adaptent bien mieux que nous à ces conditions, j'ai constaté chez nous.
Le petit (6 ans) reste encore à la maison, (classe pas encore réouverte), mais y retournera aussi quand ce sera possible.

Je pense qu'on va accepter de retourner dans un monde contaminé, de l'attraper potentiellement, (après nous ne sommes pas à risque). Par contre, nous allons juste continuer le sans-contact strict et le respect des consignes pour ne pas exposer nos proches et autres personnes vulnérables (papis et mamies en visio, distances lors des balades, courses sans enfants...).
Après tout, quelle différence entre un apéro réel entre copains (avec enfants) deux fois par semaine (avec des copains différents) et une classe avec 10 à 15 élèves? Pour moi, ça se vaut.

Après, je suis d'avis que chacun prendra sa décision difficilement, il y a des gros inconvénients pour chaque choix, alors ce n'est peut-être pas la peine de s’appesantir sur le "qu'en dira-t-on"Essayer juste de se dire qu'on a choisi ce qu'on pense être le mieux, avec une marge d'erreur. Comme font les autres. Et rester conciliant avec tous les avis et comportements (hors abusifs, bien sûr!)...
Merci de garder le fil! Bon courage pour la suite!

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

D'accord, d'accord.
Alors on va juste prétendre que les 5 page au lieu de 2 consacrées au décès dans les canards locaux sont des décès fictifs, que les malades de mon secteur envoyés dans des départements voisins n'existent pas, et que les soignants qui disent qu'ils n'ont jamais vu autant de Kawasaki-like sont de gros mythos.

Et nos soignants décédés en soignant les personnes infectées, on 'na qu'à dire qu'ils seraient morts de toutes manières.

Tout se tient.

Répondre
gravatar

Paule - il y a 2 mois

Personnellement, ce sera envisageable quand l'école ne sera plus un rituel de mesures impensables et anxiogènes. Quand ils pourront y aller sans devoir éviter les copains comme la peste, être en classes complètes. Quand ils y seront pour des raisons d'éducation et d'apprentissage, en groupe, et pas sous un prétexte fallacieux.

J'ai des enfants qui ont toujours adoré aller à l'école, depuis la crèche. Ils aiment apprendre, ils aiment leurs copains, et leurs maitres/maitresses. Je n'ai absolument pas envie que ça devienne une corvée, deux jours par semaine.

C'est assumé.

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,

Garder ses enfants à la maison, dès lors qu'on peut le faire, ce n'est pas lâche, c'est solidaire.

En raison du protocole sanitaire strict, peu d'enfants peuvent être accueillis. Moi, je peux les garder au moins jusqu'à début juin (enseignante en collège en zone rouge), mais tout le monde ne leu peut pas ! Bien sûr, les enfants de soignants seront prioritaires, mais d'autres enfants (qui vivent à 6 dans 50m2, ou ont une famille défaillante, ou dont les parents ont simplement besoin de retourner au travail pour ne pas le perdre) pourront être scolarisés. Moins il y aura d'enfants, plus souvent ces élèves-là pourront être accueillis (s'il y a !oins de 15 élèves, pasde rotation).

A cela s'ajoute que les conditions de reprises peuvent êtr traumatisantes pour des enfants de l'âge des tiens : aucun contact entre élèves, toute la matinée sur la même chaise, coin cuisine ou voiture ou livre bâché ou vidé, pas de jeu de ballon, structures de jeux dans la cour bâchées, on en se prête pas les jouets en classe, on reste tout le temps loin, la maîtresse est obligée d'être plus distante.

La reprise est économique. Les diverses remontées en réunion syndicale indiquent que la pédagogie va passer complètement à la trappe. Rien que le temps de dire, répéter et faire respecter les gestes barrières, ça va pomper un temps fou. Énormément d'activités devront passer à la trappe, bref. Comme l'écrivait une instit dans un article que je ne retrouve plus, ce n'est plus e d'école mais du stockage d'enfants.

Et effectivement, le virus est là, (et Kawasaki), il est insidieux, il peut contaminer même des personnes tout à fait responsables (cluster dans un collège de la Vienne découvert avant-hier, dans des funérailles en Dordogne, etc). Je trouve que maintenant que les chiffres de mortalité retombent enfin, on devrait attendre encore un peu, quand c'est possible, pour faire diminuer encore la circulation du Covid.

Répondre
gravatar

en passant - il y a 2 mois

> « Garder ses enfants à la maison, dès lors qu'on peut le faire, ce n'est pas lâche, c'est solidaire. »

Je suis bien contente que quelqu'un le souligne. C'est hallucinant cette accusation, ce ne sont pas nos enfants qui sont en danger lorsqu'ils véhiculent ce virus, et les places dans les écoles avec ce protocole sont super limitées...

Mes enfants aimeraient reprendre l'école pour voir leurs copains, mais avec la fin du confinement, ils vont pouvoir les revoir à l'extérieur, sans nécessiter le travail des enseignants et personnels de nettoyage qui ont mieux à faire. Quant aux enseignements, vu le contexte il n'est pas du tout dit qu'ils soient plus efficaces sur place qu'à distance :/

Répondre
gravatar

Elbarto - il y a 2 mois

Je suis toujours étonné du nombre de personnes qui affirment qu'il aurait fallu d'emblée fermer toutes les écoles jusqu'en septembre, alors que ça aurait laissé des dizaines voire des centaines de milliers de personnes au chomage à terme (car le chomage partiel ne va pas pouvoir durer éternellement, il ne faut pas rever), fait fermé des milliers d'entreprises qui n'auraient pas pu tenir sans activité sur une période aussi longue.

D'ailleurs il me semble que certains pays ont opté pour une fermeture totale des écoles jusqu'à la rentrée, je me demande comment ils gèrent les gens qui n'auront pas pu se rendre au travail pendant 6 mois, avec les pertes que ça implique.

Fermer les écoles jusqu'en septembre, c'est un vœu pieux, mais que fait on de tous ceux qui ont impossibilité de travailler à domicile (ils sont tout de même bien nombreux) ?

Répondre
gravatar

Paladin - il y a 2 mois

Nous on va les mettre (CM1 et 5e). Le risque n'est pas pour eux mais essentiellement pour nous surtout que je suis une personne à risque. ensuite si j'estime le risque dans ma région où le nombre de cas est limité je pense que le risque aussi est limité. Et leur faire manquer trop d'école leur sera préjudiciable je pense. donc nous avons préféré prendre le risque pour nous plutôt que pour eux. Après je comprend tout à fait les parents qui préfèrent ne pas mettre les enfants à l'école. D'une façon totalement égoïste, si la moitié de la classe ne vient pas c'est autant de risque en moins pour nous... Mais si mon département avait plus de cas je pense que nous aurions garder les enfants à la maison. Je suis tout de même inquiet. Vont ils bien respecter les gestes barrières ? Déjà que les adultes n'y arrivent pas...

Répondre
gravatar

Marie - il y a 2 mois

Bonjour
A mon avis chacun doit se faire son avis perso, en mettant en balance trois regards : sanitaire, économique et social. on a chacun ses raisons d'être anxieux... Si on a plus peur de la maladie (le volet sanitaire), on peut décider de garder ses enfants à la maison. Si on a plus peur pour l'économie, qu'on a besoin de retrouver son travail... on peut faire le choix de les remettre à l'école, ou de les faire garder par quelqu'un d'autre. Si on a plus peur/besoin pour la vie sociale de ses enfants, on peut faire le choix de les laisser retourner à l'école, même dans des drôles de contextes. Ancienne enseignante,je pense qu'il est possible de rendre les gestes barrières moins anxiogène qu'on l'imagine, et les enseignants sont habituellement de adulte en qui les enfants ont confiance, c'est un bon moyen de les habituer aux gestes barrière...
Voila, à chacun de voir où penche sa balance...

Répondre
gravatar

Vini - il y a 2 mois

Bonjour,

Mère de 2 enfants en 4ème et 2nde, je me dis que nous avons de la chance :
- pas d'examens cette année
- les enfants sont grands et peuvent se gérer seuls.
- dans l ouest de la France, région assez épargnée

Pour la 4ème, la reprise est prévue en juin par demi-journée et par demi-groupe. Ça va pas faire grand grand-chose. Selon comment se passent les cours en classe (s'il y a une plus-value par rapport au tele-cours), elle ira. Sinon elle continuera à la maison.
Pas de nouvelles du lycée pour le moment, ils sont sûrement en réunion. Mais idem.

En fonction de notre travail, notre capacité à aider nos enfants, et tout un tas de facteurs, chaque famille appréciera la situation différemment. Il ne faut pas culpabiliser.

Le problème se pose pour les familles dans des situations précaires. C'est avant tout, elles qui vont éponger la crise.

Bon deconfinement à tous,

Répondre
gravatar

Marion - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,
La réouverture des écoles est certainement prématurée, et organisée avec difficultés, pour des raisons essentiellement économiques. Néanmoins, je vais mettre mon fils de 10 ans (CM2) à l'école. Nous habitons dans un petit village, je sais qu'il n'y aura pas beaucoup d'enfants à l'école en même temps. De plus, il est fils unique et il en a assez du tête-à-tête avec ses 2 parents h24. Il a vraiment besoin d'être avec ses copains, même à 1m de distance ! Et puis nous reprenons aussi le travail en pointillés. Il faut pouvoir y aller.
Mon fils est assez mûr et autonome pour son âge, donc je pense qu'il ne souffrira pas trop des consignes sanitaires. En tous cas, il les comprend. Il aime vraiment l'école et il a vécu ces 2 mois comme une punition... alors on choisit le moral. De toute façons, je pense que maintenant que le virus est là, il ne va pas partir, il faut apprendre à vivre avec, et on ne peut pas passer le reste de notre vie repliés sur nous-mêmes...
Bon courage à tous !

Répondre
gravatar

Véral - il y a 2 mois

Je reviens pour conseiller à tout le monde cette longue conversation ma fois fort passionnante: Avec 2 médecins, 1 pédiatre, une prof des écoles et une maman.
https://www.youtube.com/watch?v=8A85Shqx1xM

Répondre
gravatar

Eric - il y a 2 mois

La raison est économique mais c'est surtout qu'un grand nombre d'entreprises et d'emplois sont en périls.
C'est pas les caisses la première inquiétude (même si oui un peu aussi). Certaines entreprises ont déjà annoncées des plans de licenciements.

Répondre
gravatar

LIson - il y a 2 mois

Alors nous on ne remet pas notre fils unique à l'école. On se déconfine avec une famille-amie qui a aussi un enfant unique. Je précise qu'on vit à la campagne et nos amis vivent dans une maison isolée. ON voit très peu de monde. On se les refile tous les 2ou 3 jours. Ils jouent et étudient ensemble (et donc on peut travailler) et l'école à la maison c'est 3 h par jour et c'est bien plus facile à 2.

Répondre
gravatar

julien - il y a 2 mois

Bonjour Laurel,

Chacun est libre de ses choix et sauf à être devin il y aura toujours moyen de regretter après...

Je respecte le choix des parents qui veulent protéger leur famille. Mais je trouve assez choquant de voir les mêmes parents, en région parisienne, se ruer dans les bureaux de tabac, faire du sport dans des chemins bondés...

En ce qui concerne les données scientifiques existantes actuellement, les enfants pre adolescents ne risquent quasiment rien... Bien sûr que ça peut changer mais dans l'état actuel de nos connaissances, un enfant a plus de chance de mourir confiné à cause des accidents domestiques que du covid.

Pour ma part je pense que l'école est un des éléments les plus sacré de notre pays. S'il faut rouvrir quelque chose en priorité c'est bien les écoles... je ne comprends pas certains professeurs. Les soignants sont allés au front parfois dans des conditions dramatiques... je n'ai jamais vu une mobilisation pareille dans les hôpitaux. Je n'ai jamais vu de mon vivant des gens aussi courageux que ces médecins, ces infirmiers parfois de plus de 60 ans qui ont continué à aller travailler. J'ai un copain urgentiste qui a intubé des malades covid +++ avec un simple masque chirurgical, le même pour toute la journée.

Alors oui il y a des risques, mais en respectant bien les consignes les risques sont limités. Oui l'école ne sera pas normale, mais elle reste importante. Symboliquement pour nos enfants, même dégradés, ces quelques jours sont importants.

L'école est une des choses qui nous différencie de bien des pays. Il ne s'agit pas d'économie il s'agit d'éducation. Il s'agit du futur de nos enfants. Certains enfants ont disparus des radars de l'école et c'est très grave. Ils vont payer un lourd tribut à cette maladie alors qu'ils ne sont même pas en danger.

Face à cette crise, la réaction du corps enseignant devrait être de chercher par tous les moyens à les rattraper ces enfants. Quitte à sacrifier un peu de ses grandes vacances.

Alors oui, personnellement je renvois mes enfants à la crèche et à l'école.Et tant pis s'il nous arrive quelque chose. Vivre c'est forcément un peu risqué et là le risque semble acceptable.

Répondre
gravatar

AP - il y a 2 mois

Un jour nous serons tous morts... eh oui nous ne sommes pas éternels !
Mais sans aller aussi loin, heureusement que les écoles rouvrent (en partie) pour des raisons "économiques". Je ne vois pas ce qu'il y a de mal à penser à l'économie (la science de la maison), il y a des gens qui n'ont pas d'argent et qui doivent travailler pour nourri leur famille. Et puis les enfants ont besoin de reprendre un contact avec leurs amis/connaissances, sans parler de ceux mal traités, mal nourris ou dont les parents ne peuvent les aider pour l'école... Il faut choisir entre la crise sanitaire ou sociale. Personnellement je préfère la sanitaire (tant pis pour les personnes âgées ou obèses, mais c'est mal vue de dire/écrire ce genre de chose).
Je remettrai mes 3 enfants à l'école dès que possible.

Répondre
gravatar

FandesKinks - il y a 2 mois

" tant pis pour les personnes âgées ou obèses, mais c'est mal vue de dire/écrire ce genre de chose "

Non , je vous rassure ce n'est pas spécialement mal vu .
Ce genre de discours n'a rien de subversif .
Au contraire , ça va parfaitement dans le sens des mentalités actuelles …
Ce qui est mal vu de nos jours c'est de parler de responsabilité , individuelle comme collective .
Dans notre société le coupable ne dérange pas tant que ça au final … c'est plutôt celui qui le pointe du doigt et qui lui rappelle ses responsabilités qui est considéré comme le salaud de l'histoire .

Si il y a bien une chose dont nous avons pu nous apercevoir durant cette crise , c'est bien que la société Française a passé un cap décisif dans le domaine de l'incivilité .
Un cap très révélateur , celui de la banalisation .

Nous avons assisté à un véritable festival de comportements de ce genre , à chaque stade de l'épidémie :
Les gens qui se sont précipités vers leurs résidences secondaires en faisant le choix totalement assumé de mettre en danger les habitants de zones qui étaient relativement épargnées …
Les personnes qui se sont massées dans les trains , métros , bus pour partir comme des rats juste avant que le confinement ne commence …
Les débiles profonds qui ont pillés les magasins au lieu d'acheter le nécessaire ou alors de faire un peu de réserve mais en restant raisonnable …
Les abrutis qui sont sortis danser dans la rue …
Ceux qui organisaient des soirées clandestines en se prenant pour des résistants …
Sans oublier ceux qui se sont pris d'une soudaine passion pour le jogging comme prétexte hypocrite et ridicule pour sortir …
Cette liste est non exhaustive et je ne doute pas que les mois à venir nous offriront de nombreux autres exemples .

De par mon profil , si j'en juge par les informations des médecins je ne risque quasiment rien :
je suis jeune , pile dans la tranche d'âge qui s'en sort le mieux , en excellente santé , aucun problème pulmonaire et aucun problème de poids non plus .
Si j'attrapais le Covid je passerais probablement juste quelques jours comme si j'avais une grosse grippe et je m'en sortirais sans trop de soucis .

Mais ce n'est pas le sujet parce que le monde ne tourne pas autour de notre petite personne .

Ces personnes âgées , obèses , vulnérables , je ne fais pas le choix de les déshumaniser .
Elles ne méritent pas de mourir , et encore moins avec comme réaction un simple haussement d'épaules et un " tant pis " satisfait et dédaigneux .
Leurs proches ne méritent pas de les perdre .

Mais je sais bien que de toute façon de nos jours être un connard assumé , bien dans sa peau , fier de l'être c'est devenu quelque chose de populaire .
Je suppose que ça doit donner la sensation d'avoir une aura de pseudo-rebelle alors qu'en fait c'est juste une pensée qui s'aligne avec le plus bas dénominateur commun .

La " culture du troll " ( emmerder le monde pour le plaisir d'emmerder le monde ) est sortie depuis longtemps du domaine virtuel , et elle devient une culture de masse .

Votre commentaire est le commentaire d'un connard de niveau stratosphérique , je me permet ce manque de respect en pensant à tous ceux qui ont perdu un proche à cause de ce virus et à cause des nuisibles incapables d'empathie et heureux de l'être qui participent à le véhiculer .

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

Voilà ! Bravo !
Ça me gonfle prodigieusement tous ces « oui, mais l'économie ... » alors qu'en fait ce sont des « oui, mais LE CAC 40 et nos dividendes ... ».
Bien sûr que ça va coûter cher, mais tout le monde est dans le même bain. Ça n'aurait pas couler les banques

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

" Ça me gonfle prodigieusement tous ces « oui, mais l'économie ... » alors qu'en fait ce sont des « oui, mais LE CAC 40 et nos dividendes ... ». "

Je partage totalement votre irritation .

Répondre
gravatar

APP - il y a 2 mois

mais oui bien entendu nous sommes une majorité en France à vivre de nos rentes !

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

Si les quelques privilégiés qui vivent de leurs rentes faisaient des efforts, on n'aurait pas besoin de forcer les gens à retravailler.
Mais pour le coup, là, on devient vraiment subversif quand on suggère que nos vies valent plus que leurs profits.

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

Martin Penwald : + 1

Répondre
gravatar

APP - il y a 2 mois

c'est vous qui manquez d'empathie envers les personnes qui n'ont pas un joli jardin et un jolie maison où se confiner, il y a également des gens qui ont besoin de secours dans la rue et qui se retrouvent seuls. Il faut permettre aux gens de sortir de la pauvreté et le fait de pouvoir travailler aide...

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

C'est bien pour ça qu'on dit que les gens qui peuvent se confiner dans de bonnes condition (maison, jardon) doivent le faire, pour laisser le champ libre sans trop de risques à ceux qui ont moins le choix.

Je peux garder mes enfants, je le fais ; ainsi, les quelques places à l'école sont disponibles pour ceux qui en ont vraiment besoin, et les maîtresses parviendront mieux à faire respecter les gestes barrières à 5 enfants qu'à 15.

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

Estelle : Non mais ce n'est pas la peine d'essayer de lui expliquer quoi que ce soit , c'est charitable mais inutile .

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

De ce côté-ci de l'Atlantique (Canada et États-Unis), y en a déjà qui se sont lâchés et qui ne tergiversent pas comme APP.

- On déconfine (au besoin en menaçant des membres de l'Assemblée locale avec des armes : voir au Michigan)
- le virus se propage.
- les personnes âgées, plus à risque, meurent.
- les enfants touchent l'héritage.
- plus besoin de payer de chèque de stimuli.
- Happy End ! (À part pour les dites personnes âgées, les gens qui auront des séquelles, les populations n'ayant pas accès aux soins, mais hé, on s'en fout, c'est des improductifs qui ne méritent pas de vivre)

Un peu de courage, que diable ! Pourquoi ces gens qui pensent que le confinement doit cesser pour faire place à l'économie n'osent pas assumer l'horreur de ce que ça implique ?

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

" Personnellement je préfère la sanitaire [ … ] tant pis pour les personnes âgées ou obèses … "

*** Un peu plus tard ***

" c'est vous qui manquez d'empathie… "

Alors , trois choses :

1) Du coup les " gens qui ont besoin de secours dans la rue et qui se retrouvent seuls " , les gens qui " n'ont pas un joli jardin et un jolie maison où se confiner " , ou qui ont besoin de " sortir de la pauvreté " , c'est en permettant au virus de perdurer et de continuer à tuer qu'ils iront mieux ? Que leur situation va s'améliorer ? On va continuer à sortir puis à se re-confiner sans arrêt au fil des vagues successives à chaque fois que les hôpitaux seront saturés , en quoi ça va les aider ?

2) Si ces mêmes personnes sont " âgées ou obèses " ont fait quoi ? Parce qu'apparemment selon vous ben tant pis pour eux , c'est bien le discours que vous teniez ? Donc on s'en fout du coup ?

3) Je vais conclure en vous disant un grand merci pour bien m'avoir fait rire .

Je vais arrêter ici , j'ai des choses plus intéressantes à lire et à faire ;)

Répondre
gravatar

stil - il y a 2 mois

il faut croire que non puisque vous êtes toujours ici...

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

Hé, j'ai pas fini mon commentaire. Donc :
Ça n'aurait pas coulé les banques de supprimer les frais bancaires pour les plus pauvres. Devinez ce que l'amendement est devenu ? ...

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

Tout comme vous , ce manque de civisme et de responsabilité ambiant m'insupporte .

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

Du reste, les gens qui1- savent de quoi ils aprlent parce qu'ils sont dedans 2- méritent davantage notr confiance que les ministres copains de ROuw de Bézieux, à savoir les soignants, nous exhortent à rester chez nous dès que faire se peut.

Ils risquent leurs vies en sauvant celles des autres, écoutons-les.

Répondre
gravatar

Fandeskinks - il y a 2 mois

" les soignants, nous exhortent à rester chez nous dès que faire se peut [ … ] écoutons-les. "

Je suis totalement d'accord , mais personnellement quand je vois le raisonnement complétement stupide des gens qui ne sont guidés que par leur petite personne,je crois qu'on est très mal partis .

On ne va faire que ça : sortir , nouvelle vague , hôpitaux saturés , re-confinement , re-sortir etc...

Je peux me tromper , je souhaite de tout cœur me tromper , mais il n'y a pas de quoi être optimiste .

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

" les soignants, nous exhortent à rester chez nous dès que faire se peut [ … ] écoutons-les. "

Souvenons-nous que les CRS de Macronie ont eu la main lourde il y a 1 an quand le personnel soignant manifestait pour de meilleures conditions de travail.

Répondre
gravatar

Emilie - il y a 2 mois

Salut,

J'apporte ici un point de vue extérieur car je réside en Norvège. C'est un pays qui a eu de la chance car le virus a très peu circulé. Nous n'avons d'ailleurs pas eu de confinement stricte (tout était fermé mais nous avions le droit de sortir sans justificatif). Les écoles et crèches ont rouvert partiellement (jusqu'au niveau CM1) le 27 avril. Quand le gouvernement a fait les annonces, une partie des parents s'est indignée, il y a eu des tribunes, une pétition, des articles pour expliquer qu'on prenait les enfants pour des rats de laboratoire. Un sondage a indiqué que 25% des parents ne mettraient pas leurs enfants à l'école/crèche. Puis les écoles ont rouvert avec des nouvelles règles d'hygiène, de distanciation, d'horaires aménagés etc. Et tout s'est bien passé.
Aujourd'hui, le 11 mai, le reste des classes en primaire et au collège a repris le chemin de l'école. Un sondage indiquait qu'il n'y avait plus qu'1% des parents qui n'enverrait pas leurs enfants.
Il n'y a pas de bonne réponse à apporter quant à savoir si les parents doivent envoyer les enfants à l'école ou pas. C'est à chaque parent de faire ce choix en fonction de la région, la situation économique, la santé des membres de la famille ou autre. De la même manière que les parents font des choix éducatifs pour leurs enfants tous les jours. Et ce n'est pas toujours facile :)

Bon courage à tous!

Répondre
gravatar

drel - il y a 2 mois

Tout n'était pas fermé en Norvège, et loin de là...mais selon les régions, les gens ont été plus ou moins prudents, en effet. Où je vis les parents avaient hâte que les écoles accueillent à nouveau les enfants ^^ Il est vrai que nous avons la chance d'être très peu impactés.
Notre voisine la Suède qui a géré la crise sans trop de mesures, a un pourcentage de décès très exactement identique à celui de la France. Je n'ai pas d'explication, mais le fait est là.

Répondre
gravatar

éliane roi - il y a 2 mois

Bonjour Miss Laurel. Bien sûr que non il ne faut surtout pas remettre les enfants à l'école !!! C'est bien trop dangereux ! D'ailleurs bon nombre de maires et de directeurs/directrices d'école vont refuser de rouvrir. Sage décision ! Le déconfinement du 11 mai intervient beaucoup trop tôt. Le gouvernement n'a pas tenu compte du conseil scientifique, qui s'y opposait, des médecins et des spécialistes. On voit d'ailleurs des nouveaux foyers d'infection en Vienne (dans un lycée), Dordogne et Vendée depuis hier. Ainsi que du relâchement, chose qui entraînera inévitablement une seconde vague et un reconfinement. Des pays attendent raisonnablement septembre avant d'envisager de déconfiner. La santé en France n'est pas la priorité, on le voit bien depuis des mois et le déconfinement des salariés ne vise qu'à alimenter les profits du patronat. Ils possèdent des milliards dans leurs caisses et ont largement de quoi sauver l'économie du pays...... L'école n'est pas une garderie et les enseignants, la trouille au ventre, n'auront pas les conditions réunies pour accueillir les enfants en toute sécurité. Voir les chiffres ce soir du nombre d'enfants à l'école................. Très cordialement.

Répondre
gravatar

FandesKinks - il y a 2 mois

" Des pays attendent raisonnablement septembre avant d'envisager de déconfiner. La santé en France n'est pas la priorité, on le voit bien depuis des mois et le déconfinement des salariés ne vise qu'à alimenter les profits du patronat. Ils possèdent des milliards dans leurs caisses et ont largement de quoi sauver l'économie du pays...... L'école n'est pas une garderie "

Je valide à 100 % , enfin un commentaire intelligent !

Répondre
gravatar

Martin Penwald - il y a 2 mois

Ouais, mais l'Allemagne le fait ...

Parfois j'ai l'impression que Macron veut faire mieux que l'Allemagne, c'est juste un concours de quéquettes.

Répondre
gravatar

éliane roi - il y a 2 mois

Contente de notre échange ; nous sommes sur la même longueur d'onde. Au pic de l'épidémie, j'ai fait cinq dessins d'infirmières en détresse (manque de moyens, manque de tout...) ; je sens que d'ici peu je vais dessiner des enfants et des enseignants en détresse..................... (dessins dans mon blog, qui s'appelle aussi Eliane Roi).
Très cordialement.

Répondre
gravatar

Nikk - il y a 2 mois

Ici en Suisse
Pour des 6e (8p en Suisse)
C’est déjà dit plus haut. Retour en demi classe durant deux semaines.
On apprends aux enfants les gestes de base:
Se laver les mains
ne pas se passer de nourriture
Tousser dans le coude
Se laver les mains
Rester à la maison si symptôme
Se laver les mains

La société de pédiatrie de ma région et celle des pédiatres infectiologues ont pris position en faveur de l’école.
Dans deux semaine les classes sont au complet.
Pas de distance à respecter entre les élèves. Mais entre eux et les profs: 2m. Avec ruebalise et scotch pour indiquer la zone interdite autour du pupitre.

Pas de soucis de contamination entre élève et d’enfant à parent ou enfant à adulte.
Pas de soucis de maladie (sauf rares exceptions) pour les élèves.

On demande surtout de faire attention entre prof! C’est la machine à café qui est un soucis, pas d’enseigner!!

Donc assez tranquille ici.

A vérifier les chiffres:
Risque d’avoir un accident en voiture ? On va tout de même en Ardèche en vacances.
Risque d’avoir un accident dans la rue en hivers sur le verglas. On envoie en temps normal les enfants.
Etc. A vérifier pour comparer.

La raison d’envoyer les enfants a l’école est d’assurer le lien social Et pédagogique, surtout avec les élèves les plus défavorisés. Eux souffrent et vont souffrir à la rentrée prochaine. A nous de faire en sorte que ce ne soit pas le cas.

Raison économique?
De toute façon la raison economique existe. Il y a une balance coût/bénéfice à confiner. Certains articles du journal LETEMPS mentionnait le risque économique et le problème de la maladie plus que celle du confinement.
Tant que le vaccin n’existe pas il faudra attendre 60-70% de la population contaminée pour que la contamination s’arrête (ou presque). Avec les taux de mortalité actuelle, on arrivera à , grosso modo, 7 à 25000 morts en Suisse, à terme, confinement ou pas.
Pour la France ce sera 70000 à 180000 décès.
Confiner retarde ce nombre de mort. Mais ils et elles mourront. Nous perdrons des proches. Parfois des enfants. Oui.

En attendant le Danemark a rouvert ses écoles. Depuis un mois presque. Rien à signaler.
La Suède? Ecole restées ouverte. Rien à signaler.

Le risque zéro n’existe pas.
On prend des mesures, on fait ce qu’il faut.
Mais on scolarise. Les enfants en ont besoin. Socialement, pédagogiquement.

La route est dangereuse. On apprend à ne pas courir sans regarder. On apprend à faire du vélo sur les pistes cyclables. On apprend des règles.
Ici, c’est plutôt moins dangereux que la route.

J’ai confiance. Par contre, je fais attention. Et je me masque dans les transports public pour protéger les autres (à cause de cette satanée machine à café!!🤪)

Courage à toutes et tous dans cette épreuve particulière. Prenez soin de vous.

Répondre
gravatar

Estelle - il y a 2 mois

La Corée, pourtant proche du virus, a fermé ses écoles. Elle a rouvert d'abord opur les plus gros niveu, et aux dernières nouvelles, les rpiamires n'avaient pas encor repris.
L'Italie n'a pas repris.
Le RoyaumeUni a tardé a fermé, et ils ont un ration de décès par mliion d'habitantsignificativement moins bon que le nôtre.

Le Danemark n'a pas fermé ses écoles, mais c'est un pays moins densément peupé, avec des classes moins nombreuses (valable aussi pour la Suède), des élèves plus autonomes (valable aussi pour la Suède), et avec moins de déplacements internationaux qu'en France, par exemple. Le Danemark, c'est un archipel et des îles, ce n’est pas un pays traversé par flux continu (ne serait-ce que de camions reliant Europe du Nord et du Sud) comme la France.

Quiconque a déjà comparé une classe en Suède et en France comprend tout de suite que faire respecter les consignes (dont nos collégiens ne veulent souvent pas trop comprendre l'utilité), c'est pas pareil là-bas et ici.

Répondre
gravatar

Nikk - il y a 2 mois

Concerne : positionnement des infectiologues pédiatres quant au retour à l’école des enfants le 11.05.2020
En tant qu’infectiologues pédiatres, nous tenons à soutenir la prise de position de la Société suisse de pédiatrie du 29 avril 2020 concernant le retour de tous les élèves à l’école, quelles que soient les maladies sous-jacentes.
L’analyse des données scientifiques de la maladie COVID-19 en pédiatrie permet effectivement de conclure qu’actuellement, aucun facteur de risque particulier de mauvaise évolution de cette maladie n’a été identifié en pédiatrie.
L’expérience lausannoise, suisse et mondiale a montré, jusqu’à ce jour, que même des patients avec des maladies chroniques comme par exemple des atteintes pulmonaires sévères ou une baisse importante des défenses immunitaires ont eu une évolution rapidement favorable.
Dans de très rares situations, l’évolution de la maladie peut justifier des soins en milieu hospitalier mais ce risque est indépendant de facteurs de risque liés à des comorbidités contrairement à ce qui est observé chez les adultes. Ainsi, on ne peut pas transposer les facteurs de risque adultes aux enfants.
En conclusion, en parfait accord avec la Société suisse de pédiatrie mais également avec la santé publique du Canton de Vaud et le Groupement des Pédiatres Vaudois (GPV) nous nous alignons sur un retour à l’école de tous les enfants, qu’ils soient porteurs de maladies chroniques ou pas.
PD Dr S.A. Asner
Responsable de l'Unité d'Infectiologie et de Vaccinologie Pédiatrique Service de Pédiatrie, Département femme-mère-enfant (DFME) CHUV, Lausanne

Chères et chers membres,
Comme convenu, le comité du GPV s’est réuni le 5 mai, pour une prise de position claire sur les modalités de reprise des écoles suite aux informations contradictoires provenant du DFJC.
Sur la base de la position de la Société Suisse de Pédiatrie, et à la suite des nombreux échanges avec les infectiologues pédiatres et l’unité PSPS, nous vous recommandons de suivre l’attitude donnée par la SSP. A savoir :
 La reprise de l’école est primordiale pour toutes et tous pour des raisons sociales, pédagogiques et familiales.
 Il n’y a plus de groupes vulnérables pour les enfants et adolescent-e-s (0 à 16 ans) contrairement aux adultes, ceci sur la base des connaissances acquises jusqu’à présent.
 Tou-te-s les enfants et adolescent-e-s qui étaient scolarisés avant Covid-19, sont autorisé-e-s à retourner à l’école à partir du 11 mai 2020.
Le comité du GPV partage et soutient la position des infectiologues pédiatres du DFME, contenue dans la lettre ci-jointe.
Les attestations médicales délivrées par la DGEO aux parents, sont à remplir parcimonieusement, en fonction de vos connaissances bio-psycho-sociales de la famille, et uniquement dans l’intérêt de l’enfant. L’évaluation du risque de l’adulte vivant avec l’enfant doit être faite et attestée par son médecin traitant en éventuelle concertation avec la-le pédiatre.
Cette présente position sera communiquée largement.
Groupement des Pédiatres Vaudois.

Répondre
gravatar

Nikk - il y a 2 mois

A l’école
A la maison
On s’envole
Avec l’imagination

Entraînez-vous!!! Super jeu à la magic hearthstone etc pour battre le coronavirus et apprendre les gestes barrière😉
https://coronaquest.game/

Répondre
gravatar

BHILOSA INDUSTRIES PVT LTD - il y a 2 mois

https://www.indiahelping.com/

Répondre
gravatar

La Petite Chartreuse - il y a 2 mois

Coucou Laurel,

Les enfants de mon compagnon ont 9, 14 et 16 ans, et pour l'instant seule la petite de 9 ans aurait été concernée par la reprise des cours car nous sommes dans l'Est (en zone rouge). Il a décidé de ne pas la mettre, et finalement l'école élémentaire est restée fermée, vu qu'elle est censée ouvrir sur la base du volontariat. Ce qui prouve que les enseignants ne sont pas favorables à une reprise pour l'instant.

Pour "inaugurer" le déconfinement, le garçon de 14 ans a voulu aller jouer au basket au parc, mais le parc est bien sûr resté fermé, et la petite a voulu inviter une amie à la maison, mais, après avoir contacté les parents, ceux-ci ont dit qu'ils ne souhaitaient pas faire sortir leur fille avant au moins 15j...
Elle était très déçue, elle a pleuré, mais c'est sûr que son plan de "construire une cabane dans le jardin" en tenant compte de la distanciation, des masques et des gants n'était pas faisable.

Personnellement, je pense que c'est la bonne décision pour l'instant. Il n'y a pas assez de recul, si tout le monde sort en même temps ça va être la résurgence de milliers de foyers du virus... Mais, du coup, ce n'est pas plus mal que certains sortent maintenant, et que d'autres attendent un peu. Ca dépend beaucoup de l'endroit où l'on est aussi.

Mes parents et mon frère sont restés à Paris, et apparemment les gens ont vraiment cru que c'était fini alors qu'ils sont en zone rouge... Il y avait plein de gens à Bastille, sur les bancs, sur les quais de Seine, des enfants qui jouaient ensemble, leurs grand-parents, sans protection.
Il va y avoir un retour de bâton, c'est triste...

De notre côté, ce sera wait & see pour les deux prochaines semaines, le temps de voir comment la situation évolue. Au 2e jour il y avait déjà 2 foyers (au moins, parmi ceux cités dans les médias) dans la Nouvelle-Aquitaine qui était censée être en zone verte... Je ne dis pas que c'était forcément évitable, mais plutôt qu'effectivement pas assez de recul pour juger du risque près de chez soi en ce moment, malheureusement :(

Répondre
gravatar

Elbarto - il y a 2 mois

Je suis assez sidéré de tous ceux qui considèrent que l'aspect économique du confinement ne concerne que le "CAC40 et leurs millions", à l'heure où des milliers de petites et moyennes entreprises au chommage forcé depuis 2 mois sont sur le point de mettre la clé sous la porte. Ce sont des dizaines ou centaines de milliers d'empois qui sont menacés, de gens qui peuvent se retrouver à la rue faute de revenus. Et ceci sans compter les impacts indirects qu'aura le ralentissement de l'économie pour beaucoup d'autres qui tiennent pour l'instant mais seront peut être écrasés sous les charges à moyen terme.

L'état ne peut pas prendre en charge le manque à gagner de tous ces gens pendant 6 mois, l'argent de ses caisses doit bien venir de quelque part, et le retour de baton sera violent.

Dingue de lire ce genre de chose qui me parait déconnecté de la dure réalité...

Répondre
gravatar

Marduk - il y a 2 mois

Je ne peux qu'etre d'accord avec ton commentaire. on en est encore à la lutte des classes, les grands méchants riches contre les pauvres gentils ouvriers... Beaucoup sont déconnecrés de la réalité.
En ce qui concerne le retour en classe : cette année scolaire a déjà été écourtée. il vaut mieux reprendre le plus rapidement possible et ajuster les modalités de prise en charge des élèves pour être prêt en septembre, plûtôt que de laisser tout le monde à la maison, et tatonner pendant de lomgues semaines cet automne et ne pas pouvoir reprendre correctement. Il ne faut pas se leurrer, la situation sanitaire ne sera pas très différente en septmbre, il faut apprendre à vivre avec.

Répondre
gravatar

dumati - il y a 2 mois

Bonjour,
J'ai deux enfants. Pour le petit c'est réglé, cette année il était en TPS (toute petite section). Sa classe de maternelle (ainsi que les petits et les moyens) ne rouvre pas avant septembre. Dans notre école il n'y aura que les grands de maternelle.
Pour le grand on se pose plus de questions. Il est en CE1. Sa maîtresse (personne à risque) ne reprendra pas en présentiel. S'il va à l'école, ça ne sera certainement que quelques jours par semaine, dans une classe multi niveau avec un enseignant qu'il ne connait pas forcément. Et pas avant le 25.
Le confinement a été assez compliqué à vivre pour lui et pour nous. Ma grand-mère et décédée du covid. Forcément ça m'a touché, mais lui aussi beaucoup. Il était très en colère et agressif. On a commencé des séance de psy en visio. Je ne sais pas si une reprise dans ces conditions serait bénéfique ou non pour lui. Là avec son petit frère ils sont depuis lundi chez leurs grands parents. On s'est dit qu'ayant respecté le confinement, c'était le moment le moins risqué pour leur confier.
Et on espère se retrouver tous plus serein la semaine prochaine pour recommencer un confinement ensemble.

Répondre
gravatar

La bradasse - il y a 2 mois

Alors d'abord ceux qui disent que c'est lâche de rester à la maison avec ses enfants... Ne doivent pas avoir plusieurs enfants en bas âge 😅 ça peut-être épuisant ! Moi j'habite en Allemagne, ici le confinement était beaucoup plus Light qu'en France et je considère que c'était essentiellement pour protéger les personnes âgées. J'ai commencé à bosser pile au début de la crise et pas fait de télé travail. Mes enfants ont droit à une garde d'urgence et je considère avoir bcp de chance ! Moi j'ai choisi l'option où on ne rend pas visite aux grands parents (bon les miens sont trop loins) mais on reprend un semblant de vie normal. Comme tu écris en fin de post:le virus va pas disparaître en septembre comme par magie, il va falloir vivre avec et on va pas rester confiné pensant des années...
J'avoue avoir vécuccette période de manière assez zen et finalement à part les terrains de jeux qui étaient fermés et les fêtes de famille annulées, ça nous a pas radicalement changé notre quotidien !

Répondre
gravatar

Nostradamiss - il y a 2 mois

Bonjour,
Je suis très partagée sur le sujet. J'ai 3 enfants de 4,5 ans et 2x10 mois. Nous pouvons en théorie teletravailler. En pratique nous sommes à mi temps chacun pour qu un adulte s occupe à temps plein des enfants. Les protocoles me semblent ubuesque... et en même temps, notre fils a besoin de sortir, voir du monde... c'est indispensable à son équilibre. De toute façon, en PS, pas de reprise. Et pas de reprise en creche on plus. Mais globalement... je me demande si le jeu en vaut la chandelle et quel sera l impact à courts/ moyens /longs terme pour nos enfants de cette limitation sociales... bref. Pour éviter le mal, n en causons pas plus (et je ne parle pas de toutes les familles avec des conditions critiques pour les enfants...).

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante