Lasse.

Est-ce que nous sommes en train de nous habituer aux attentats islamistes en Europe ?
gravatar

Enzo Callaert - il y a 2 ans

C'est surtout qu'on nous ressert la meme rengaine encore et encore .
Et avec les dernieres elections et la baisse du budget de l'armé beb les gens desepaire .

Répondre
gravatar

2 français au québec - il y a 2 ans

C'est triste mais je m'y suis habitué. D'un autre côté, je ne pense plus au risque non plus quand je sors.

Répondre
gravatar

Amélie Bouita - il y a 2 ans

Personellement j'ai à peine eu le temps de voir ce qui se passe, la majorité des infos qui pop autour de moi c'est les neo nazis aux US...

Répondre
gravatar

Katy Plokarz - il y a 2 ans

je crois que je ne réagis plus sur les réseaux pour ne plus leur donner les spotlights qu'ils recherchent....

Répondre
gravatar

Mélanie Courtois - il y a 2 ans

merci. moi non plus je ne m'habitue pas à cette fureur du monde, je ne m'habitue pas à ces attentats, aux haines raciales, aux murs que l'on érige, aux réfugiés que l'on n'accueille pas à bras ouverts, aux discriminations de tous les jours, à la famine alors que le monde entier pourrait manger à sa faim. Je ne m'habitue pas et je ne veux pas m'habituer.

Répondre
gravatar

Laurine Dalbin - il y a 2 ans

Personnellement, c'est moins une habitude qu'une absence de surprise. Les premières fois c'était une grande incompréhension et un choc terrible (j'habitais à 200m du Bataclan à ce moment là).
Je sais que maintenant je veille à dire au revoir à mon copain quand il part travailler, à lui dire que je l'aime et à l'embrasser, même s'il part très tôt et que je ne peux pas me rendormir après. Parce quelque part, au fond j'ai toujours un peu peur de regretter de ne pas avoir donné plus si je ne le revoyais pas.
Mais les annonces ne sont plus un choc, juste une légère starte supplémentaires sur un ressenti qui ne peut pas affecter le quotidien, sans quoi on vit reclu dans un bunker 6m sous terre ...

Répondre
gravatar

Rob Lechon - il y a 2 ans

En fait c'est surtout toute les conneries racontés autour par les médias qui me gavent plus qu'autre chose.( on a rien a dire mais on le dit non stop !) Si on rajoute a ça les débilites et banalités balancés par nos parasites politiques, l’incompétent macron en tete, c'est franchement doublement soûlant. Pour ma part, savoir que 4 de ces fils de putes se sont fait flingués comme des grosses merdes me satisfait. Par contre, ça risque de finir très mal si nos chers (payés) dirigeants ne se bougent pas plus le cul que ça, car si le peuple doit se bouger pour traquer ces enculés, il y a des chances que Charlots ville se produise aussi en Europe un de ces 4 matins.

Répondre
gravatar

Robin Val - il y a 2 ans

Personnellement, ça a eu un drôle d'effet sur moi, cette vague de terrorisme ces dernières années.
Je me suis rendu compte que sur le net, je valais pas grand chose.
J'ai été le premier a poster quelque chose après Charlie, après le Bataclan, après Bruxelles...
Mais tellement de gens l'ont fait ! Il y a eu des milliers de messages. Ca allait de la chasse au bon jeu de mot pour redonner le sourire, au sarcasme, en passant par les messages de soutien, les message de peur, d'espoir...
Mais au final, en dézoomant, ben... C'était tous les mêmes.
On a tous été atteints, et on a tous cherché a le dire, a le montrer. Et ça m'a posé question

Un gros recul sur les réseaux sociaux. Quelle importance a ma tristesse a moi, petit individu ? Ma tristesse ou ma colère, ma joie, ma peur, dépendant des événements.
Elle est essentielle, bien sur, par ce qu'elle me touche. Mais est-ce que le monde DOIT le savoir ? Qu'est-ce que j'apporte en témoignant de ça publiquement ?

Ca a vraiment été le début d'une réflexion. Puis ça a fait boule de neige: pourquoi partager cette vidéo a la mode ? Tout le monde l'a vue ou la verra, et si je ne la partage pas, cent autres le feront !
Pourquoi commenter ce post allant a l'encontre de mes principes ? J'aurais beau exposer et défendre mon opinion, celui ou celle qui a posté ça n'en aura surement rien a faire. Comme je n'ai, au final, rien a faire de son opinion, dans mon fort intérieur et ma vie de tous les jours.
Pourquoi commenter ce post sur le mur d'une personnalité publique ? Je ne suis personne pour elle, la sensation de proximité avec elle est un des pièges de la célébrité.

Personne sur le net, sinon mes amis proches, ne sait qui je suis, ce que je pense. Je ne fais qu'exprimer des bribes, qui donnent une vision très partielle de moi...

Sur internet, je suis un anonyme parmi tant d'autres.

Et voila ou j'en suis... J'ai réagi a presque rien depuis des mois. Ni les attentats, ni les élections, ni les catastrophes écologiques... J'en pense pas moins, j'en parle souvent a mes amis, et quand je peux, j'essaie d'agir. Mais commenter sur les réseaux sociaux... Je ne suis plus sur d'en voir l'utilité.

(mega pavé nihliistotriste du soir, bonsoir !)

Répondre
gravatar

Pascale Marchini Lanfranchi - il y a 2 ans

Je ne m'habitue pas et je suis toujours aussi révoltée.

Répondre
gravatar

Assia Benachir - il y a 2 ans

Les gens semblent réagir encore moins aux attentats qui ont lieu en dehors de l'Europe... :(

Répondre
gravatar

Lu Cile - il y a 2 ans

D'un autre côté, personne ne réagit plus depuis longtemps aux atrocités commises en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, en Asie, on avait l'impression que sur les réseaux sociaux, les morts n'avaient pas tous la même valeur... Après un certain nombres d'attentats en Europe, tout le monde va s'habituer aussi. Triste ... :(

Répondre
gravatar

Fastolph - il y a 2 ans

Je me suis désensibilisé de ces trucs vers les attentats de Nice. Finalement ça me reviens, là. J'en ai marre.
Mais de là à avoir peur? Non. Le matraquage médiatique de ce genre d'événements nous laisse penser que c'est dangereux, mais ça fait quand même moins de victimes que les accidents de la route par exemple.

Chez nous, en tout cas.

Répondre
gravatar

Megane Fontaine - il y a 2 ans

Perso moi je suis + fataliste. Je me dit que des attentat yen aura toujours en Europe désormais et que on peut pas y faire grand chose. Un terroriste peut être n'importe qui. Un gosse, un gentil voisin, un membre de notre famille etc on peut pas savoir. . Et à force ça sera tellement fréquent que le monde entier s'y sera habitué comme c'est déjà le cas avec les pays d'Afrique qui sont quotidiennement touchés.. Ça ne va plus étonner personne. Mais Ça n'empêche pas l'empathie et le soutien néanmoins c'est juste le "choc" dû à nouveauté qui se tarie. (ça c'est pour ma part je ne parle pas généralement chacun vit les attentats différemment)

Répondre
gravatar

Gabriel Kilchör - il y a 2 ans

Je ne pense pas que les gens ne réagissent presque plus, mais plus qu'il n'y a plus ce choc que l'on a eu pour les premières fois, dans des endroits que l'on connait, contre des gens que l'on a l'habitude de voir ou qui nous sont proches.
Mais les gens réagissent toujours autant, c'est juste qu'ils "savent" comment réagir : condamner ces attaques, rassurer les proches et continuer à partager de l'amour autour de soi... c'est le (seul ?) moyen le plus efficace contre ces gens là.

Répondre
gravatar

Sandrine Lourenço - il y a 2 ans

Oui, hélàs, je crois que je m'habitue, et je dois dire que je je suis plus émue par rapport aux pays qui me sont plus proches et où j'ai de la famille que pour d'autres pays.

Répondre
gravatar

Héloïse Marsili - il y a 2 ans

Je ne m'habitue pas, je ne sais pas si je pourrai m'habituer un jour à l'horreur, mais désormais je pense qu'en parler c'est donner plus de crédit à Daech et je ne veux pas. C'est triste pour les victimes, mais finalement c'est le principe terrorisme: quand on a peur et qu'on ne parle plus que de ça, c'est là qu'ils gagnent.

Répondre
gravatar

Gaël Fichez - il y a 2 ans

Peut-être aussi faut-il mieux ne plus réagir "à chaud" affin d'éviter de donner de la visibilité au terroristes qui pourraient calculer l'impact de leur action au nombre de pray_for_ceci ou cela.

Répondre
gravatar

Caroline Fays - il y a 2 ans

je ne m'habitue pas, je ne veux pas avoir a vivre avec cette épée au dessus de la tête mais, ai je le choix? comment pourrais je, à moi toute seule, arrêter ce genre de tarés? :/

Répondre
gravatar

Vincent Trouve - il y a 2 ans

Réagir en mettant un commentaire ou une photo ne sert à rien . On a en face des gens qui ne sont pas des Bisounours . Ça va mal finir.

Répondre
gravatar

Jacques Hernandez - il y a 2 ans

Pour ma part, je refuse toute réaction autre qu'un mot de sympathie à l'annonce de l'évènement pour ne pas entrer dans le jeu de ces malades, eur donner du crédit et contribuer à leur "quart d'heure de célébrité".

Répondre
gravatar

Benoît Lorriette - il y a 2 ans

Quand je vois qu'à présent la réponse forte de l'Occident c'est de jouer du John Lennon et des hashtags, alors que les attentats sont devenus quasi hebdomadaires (voir plus), je comprend la lassitude.

Répondre
gravatar

Warlok Return - il y a 2 ans

j'occulte complétement : un mécanisme égoïste d'auto-défense contre les crèves cœur quotidien et mon impuissance en tant qu' individu ... :/

Répondre
gravatar

Cyril - il y a 2 ans

Personnellement j'ai déménagé à cause de ça, parce que j'ai un boulot qui me le permet et pas encore d'enfants. Mais je pense à tous ceux qui ne peuvent techniquement pas le faire, et doivent vivre avec l'idée de peut-être un jour se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment… l'horreur.

Répondre
gravatar

Shaun Jenkins - il y a 2 ans

Hm..
Disons que je m'y suis habitué.

Répondre
gravatar

Brie Védéka - il y a 2 ans

pas une habitude, pas des oeilleres... juste le besoin de ne plus partager tout ca parceque nous sommes tous dans l etat de choc.... et parceque cela attise d autres haines.

Répondre
gravatar

Emilie Dupont - il y a 2 ans

En parler c'est leur donner de l'importance...

Répondre
gravatar

Calusarus - il y a 2 ans

Je ne crois pas que nous nous habituons. Nous sommes toujours tristes. Déchirés. Dévastés.
Seule la surprise a disparu.

Répondre
gravatar

Hélène Goin - il y a 2 ans

On ne peut pas s'habituer.Gorge noire, poings serrés, on n'a plus de mots pour cette monstruosité, presque rien à comprendre à expliquer malgré la logorrhée des journalistes. La barbarie !

Répondre
gravatar

Aurore Gilant - il y a 2 ans

Je met plus rien. Pas que je suis habitué quoique en faites toujours un... Encore.. Et une gueule de bois memorable. Après les messages servent à rien surtout quand on ne voit poster que pour les pays d'occident. Jamais on en fait tout ce sketch pour l Afrique par exemple. Pourtant les plus touches en matière de terrorisme.

Répondre
gravatar

Fanny Coquemont - il y a 2 ans

en fait moi j ai réagi car en plus c est ma ville de coeur et que j y ai un grand ami et une belle histoire avec cette ville depuis 15 ans. ( j y etais avec ma fille de 7 ans pour son premier voyage il y a deux semaines)
le truc c est qu'ils veulent justement nous amener à la peur et à la haine.
Je ne m habitue pas mais je refuse de leur prêter tant d attention.
je choisis que ma résistance c est de VIVRE et , dans le petit espace que la vie m a offert, d essayer de faire ce qui me semble beau et juste.
Il y a des petits actes en dehors des réseaux sociaux ;)
(?)

Répondre
gravatar

Woofy - il y a 2 ans

On s'habitue, non.
Mais on ne lui donne pas plus d'importance qu'il n'en faut.

Répondre
gravatar

Laure Chevalier - il y a 2 ans

Pour ma part, c'est une stratégie d'auto-préservation : je regarde le Monde, pas uniquement ces attentats en Occident (tous ou aucun), même pas uniquement les attentats, et cette connerie humaine me porte déjà au bord de l'implosion.

Répondre
gravatar

Matthieu la Bred - il y a 2 ans

C'est sans compter les attentats dans les pays n'ont pas un mode de vie "à l'occidentale" ou dans ce cas tout le monde s'en fout :(

Répondre
gravatar

Sydwel Foxwood - il y a 2 ans

Moi je suis fatiguée de ce monde, ces fous qui ne respectent pas la vie d'autrui sous prétexte de différences..... je suis fatiguée.....

Répondre
gravatar

Vi Ginie - il y a 2 ans

Je suis toujours aussi touchée, mais je ne dis plus rien sur les réseaux sociaux car quand il y a des attentats ailleurs qu'en Europe ou en pays Occidentalisé, personne ne réagit. Et je trouve presque pathétique de pleurer "je suis machin" quand la veille 150 personnes sont mortes "mais oui mais bon c'est loin de chez nous".
Alors je pense à tous, mais je me tais.
En plus, ça leur donne trop de retour, de visibilité.
Je préfère en parler avec mes élèves, voir ce qu'ils en pensent, expliquer ensemble que l'horreur n'a pas de nationalité.
Rien ne me dégoûte plus que lorsqu'ils annoncent les nationalités des victimes. Comme si la vie de l'un valait moins que celle de l'autre car c'est pas notre pays.

Bref choquée oui. Blasée un peu.

Répondre
gravatar

Yaya L'Elfe - il y a 2 ans

Je ne poste rien sur les attentats sur Facebook, même si je suis touchée et révoltée. Je déteste la pêche aux like dans ces moments là et je trouve limite certaines choses qu'on peut lire sur fb. Ensuite tu viens de mettre le doigt sur quelque chose qui m'énerve encore plus, car tu précises bien Europe. Pourquoi on devrait plus se soucier de l'Europe que le reste du monde ? Parce qu'on est européen ? Ouais bof. Ce qui nous arrive n'est rien par rapport à certains pays, mêmes si ces actions restent horrible et barbare, et on ne fait rien pour eux, on n'a pas une pensée ou un mot pour eux. Alors ça me donne encore moins envie d'étaler ma peine sur Facebook, sachant qu'il y en a encore qui en prennent plein la gueule mais que le monde s'en fout.

Répondre
gravatar

Emmanuelle Louria - il y a 2 ans

Perso, je poste un petit message pour dire que je suis solidaire avec les victimes et c'est tout. Je contacte en mp les gens que je suis susceptibles de connaitre. Si une action de soutien pour les victimes se met en place, je serai solidaire évidemment en fonction de la pertinence du sujet, mais ça n'ira pas plus loin.
Parler des attentats et des actions terroristes en partageant des articles sur internet, c'est entretenir à mon sens le terrorisme. Je refuse que mon clic sur un article contribue à booster les audiences des journaux pour leur donner envie d'alimenter davantage le buzz.
Je suis d'ailleurs pour qu'on ne mentionne plus les noms des auteurs des attentats, certains journaux reconsidérent heureusement la manière de traiter cette actualité: il faut en parler, mais avec justesse et pas a travers des images chocs à répétition et des debats puériles.

Donc oui, ne pas en parler a fond et vivre sa vie, c'est aussi une manière simple de dire qu'on les emmerde, même si la prudence n'est jamais loin.

Répondre
gravatar

Emma Can-Peel - il y a 2 ans

Je me disais la même chose ....
Que ca se passe me révolte qu'on s'en habitue ou qu'on n'en parle plus me révolte

Répondre
gravatar

Angèle Dazin Garbe - il y a 2 ans

Je ne m'habitue pas. Je suis triste et parfois la peur me gagne. Mais je me refuse à toute réaction sur mon mur car je me méfie de la proportionnalité de la réaction selon l'origine des victimes. De la sélection qu'on peut faire dans l'horreur (ne serait-ce que par la couverture médiatique). Du coup mon sentiment reste de l'ordre de l'intime, et je ne fais pas dans l'hommage.

Répondre
gravatar

Kevin Le Yaouanq - il y a 2 ans

Moi je ne réagis pas car réagir là dessus sur les réseaux sociaux n'a jamais rien changer et ne changera jamais rien, écrire que l'on pense aux victimes ne changera rien elles resteront morte injustement, un statut facebook en leur honneur ne les feront pas revenir et nous n'aurons pas assez d'une vie pour rendre " hommage " à toutes les personnes qui meurent injustement chaque jour à cause d'extrémiste religieux ou de politique dictatoriale ou juste à cause de psychopate qu'on a pas put arrêter.

Répondre
gravatar

Emilie Taniguchi - il y a 2 ans

Est-ce que les gens en ont marre d'etre pris pour des cons ?

Répondre
gravatar

Maxime Lecourt - il y a 2 ans

On ne veut plus leur faire de pub.

Répondre
gravatar

Claire Laguz - il y a 2 ans

J'ai été choquée par les deux attentats récents en France, car très médiatisés. Probablement les présidentielles, la peur fait vendre. Le terrorisme est ce qu'il est, faire peur, faire paniquer, comme une petite souris qui viendrait terroriser un éléphant dans un magasin de porcelaine. Au final, l'éléphant casserait tout. Et les souris dansent. Je sais que le terrorisme venant de groupes islamistes radicaux accentue l'islamophobie, alors que mon pays vit avec l'Islam (et bien d'autres) depuis bien avant que je naisse. Je sais aussi que le nombres de morts dans les attentats récents est tout petit par rapport au nombre d'accidentés de la route, ou même de décès de pathologies causées par le tabagisme. Et puis, dans des pays d'Orient dont nous nous rappelons difficilement le nom, et dont nos journaux d'Occident ne parlent jamais ou presque, la guerre fait rage, des milliers de civils meurent, fuient, n'ont plus de famille, de toit, d'avenir. Nous ne pouvons pas quantifier des morts, ni choisir lesquelles sont plus importantes. J'ai personnellement choisi de garder en tête le message fort, diffusé par ceux que je suis sur les réseaux, après l'attentat au Bataclan : nous devons continuer à vivre, nous devons rester unis et soudés.
Nous ne devons pas céder à la haine, ni à la terreur.
Nous devons continuer d'agir pour un monde meilleur (réflexion probablement utopique, mais on ne va nulle part sans but).
Alors si certaines carapaces sont plus fragiles que d'autres, si nous sommes touchés par quoi que ce soit dans la vie, nous devons nous soutenir, autant que nous le voulons et pouvons.
Nous sommes humains, et tout nous affecte à différents degrés.
Certains ferment probablement les yeux, d'autres n'y arrivent pas, tout comme nous détournons parfois le regard quand nous croisons un.e sans-abris.
Ensemble nous sommes plus forts... Mais cette société est tellement individualiste...
Je ne pense pas qu'on puisse s'habituer à tant de violence. On choisit probablement de s'en protéger pour continuer à avancer.

Répondre
gravatar

Fabrice Hugue - il y a 2 ans

À quoi cela sert-il? Mette un dessin sur un mur Facebook, écrire une jolie phrase,... Bien sûr que l'on est triste. Bien sûr que c'est révoltant. Mais ce n'est pas comme ça que l'on va résoudre le problème. Si cela permet à certains d'y trouver un exutoire et que cela leur fait un peu de bien, tant mieux. Mais pas pour moi.

Répondre
gravatar

Emmanuelle Patrie - il y a 2 ans

J ai mis un peu de temps à réagir et puis je me suis rappelé que toutes ces réactions de personnes qui communiquaient parfois très peu sur les réseaux sociaux m avaient touches alors que je peinait à réaliser que deux de mes collègues étaient des victimes du Bataclan.
Alors j ai réagis

Répondre
gravatar

Perrine Dubois-Vongkotrattana - il y a 2 ans

Ma réaction a changé lors des attentats de Nice parce que trois personnes que je connais bien y ont perdu la vie. Ce n'était plus une histoire de 'on est Paris, Berlin ou Londres'. Ça entrait sans mon quotidien. L'hommage, il valait pas cher à côté de ce que vivait la famille-amie détruite. Là, à Barcelone, une connaissance, son mari et leur fille ont bondi dans un bar pour échapper à la même scène.
Ça n'est plus une info extérieure. Ça devient concret, réel et commence à m'affecter (à une moindre mesure que les victimes évidemment).
Du coup, les hommages ne font plus sens....

Répondre
gravatar

étienne - il y a 2 ans

Je ne sais pas pour les autres, mais pour ma part je suis toujours aussi triste mais j'ai appris à moins me laisser envahir. Je ne m'informe plus aussi frénétiquement après les attaques et ma tristesse pour les victimes et leurs proches se fond dans une tristesse plus générale à l'égard du monde.

Répondre
gravatar

Leticia Colón De Carvajal Courbis - il y a 2 ans

perso, j'evite de partager ces infos-là (tout le monde est déjà bien assez vite au courant), et meme de "réagir", comme tu le dis (car je suis comme tous mes contacts, abasourdie, choquée, etc) car ça n'apporte rien, ni à moi, ni à mes amis
tu sais, de mon côté j'ai tjrs halluciné sur les réactions des americains (ds les series, ds talk-shows, ds des reportages aux JT), qui me semblent souvent disproportionnées par rapport aux européens ;) question de culture, très certainement !! mais je ne juge pas, c'est ... différent.
mais ce n'est pas parce qu'on ne pleure pas bruyamment que les larmes ne coulent pas malgré tout, silencieuses et parfois interieures <3

Répondre
gravatar

Ange La - il y a 2 ans

Et bien moi, oui, je me suis habituee. Je precise que je suis nicoise mais mon "desinteret" est arrive avant l'attentat du 14 juillet. Et je dis tant mieux, car quand il y a l'habitude, il n'y a plus de peur. Et c'est l'echec du terrorisme qui veut nous faire vivre dans la peur. J'ai integre ca comme un risque de mourir parmi tant d'autre, une agression, un accident de voiture, etc... ca ne m'empeche pas de trouver ca terrible pour les victimes mais je ne suis plus chamboulee emotionnellement desormais

Répondre
gravatar

Bertrand Keufterian - il y a 2 ans

Ne plus réagir ainsi doit bien faire chier ces terroristes qui doivent se dire que nous sommes moins terrorrisés.

Répondre
gravatar

Christelle Viel Beucher - il y a 2 ans

Mettre une bougie sur son statut ou faire une minute de silence ne change rien. Ca suffit et on a du mal à retenir sa colère...

Répondre
gravatar

Virginie Paris - il y a 2 ans

Malheureusement PouRquoi faire ? Mettre une photo pendant 4 jours et puis faire comme si de rien était les jours suivant. On peut être triste et en colère sans forcément le mettre sur Facebook car malheureusement ça devient une habitude. Mais on est aussi très touché par cela

Répondre
gravatar

Asbjorn Rolfson La Poche - il y a 2 ans

perso je trouve que médiatisé et réagir autant à ce genre d'évènement, c'et donner une forme de valeur et/ou de crédit à leur auteur...

Répondre
gravatar

Buba Mara - il y a 2 ans

Malheureusement on s'habitue oui ... c'est affreux de dire ça mais c'est un peu mon cas.

Répondre
gravatar

Marie La Maudite - il y a 2 ans

Parce que le dire sur internet n'est pas une preuve qu'on s'en soucie. Je ne le fais pas depuis le début car j'ai l'impression que bcp le marquent parce que "ça se fait"...où est la sincérité? Bref, c'est trop superficiel.

Répondre
gravatar

Wendigo - il y a 2 ans

Je pense que, comme de nombreux pays avant nous, on s'y "habitue" effectivement, sinon on aurait des bouffés de panique à chaque lieu trop peuplé (centre-ville, zoo, grands magasins, terrasses etc...).

Mes parents étant originaire d'Algérie, ils m'y emmenaient pendant les grandes vacances, dans les années 90, lors de la décennie noire, pour voir la famille.
Il y avait beaucoup de terroriste dans les maquis, le couvre-feu et la surveillance militaire. Pourtant les gens continuaient à vivre "normalement" car sinon, ils seraient devenu fou à cause de la peur j'imagine...

Ça doit être ça, l'effet de résilience

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_civile_alg%C3%A9rienne

Répondre
gravatar

Raphaël Windson - il y a 2 ans

si c'est réagir pour marquer un "pray for... Quelque part " ou en profiter pour dire que le gouvernement doit agir pour nous protéger contre les musulmans vaut mieux s'abstenir :)

Répondre
gravatar

Guillaume Pei Si Chi - il y a 2 ans

Au début, il y a l'effet de surprise et le choc (en Europe, on est plus habitué aux bombes qu'aux attaques à la kalach).

Ensuite, il y a la rationalisation :

Un ami de Barcelone a posté hier : " Au cas où les médias cherchent des sujets : explosion de choléra au Yemen tuant plus de 500.000 personnes, et provoquée par le pays voisin"

Quel est le poids d'une quinzaine de mort à Barcelone face à ça ? (Même si la mort de mon semblable "vaut" plus que celle de milliers d'étrangers, qui plus est au Moyen-Orient ou en Afrique).

Personnellement, je trouve ces réactions minorées plus dignes, surtout concernant la responsabilité de nos gouvernements: On ne peut pas être "en guerre contre le terrorisme" depuis 15 ans et prétendre n'avoir aucune responsabilité; on ne peut laisser en misère sociale et de valeurs des ghettos entiers sans mixité sociale et ethnique pendant 30 ans et ensuite jouer les étonnés quand les enfants issus de ces quartiers se font embrigader par des prêcheurs venant de nos alliés (Arabie Saoudite, Quatar, Egypte).

Ce document, page 16 & 18, est édifiant et riche d'instructions :
economicsandpeace.org/wp-content/uploads/2015/11/Global-Terrorism-Index-2015.pdf

Répondre
gravatar

PhilBee - il y a 2 ans

Pas mieux....

Répondre
gravatar

Isabelle Le Claire - il y a 2 ans

il y a bien d'autres manières de réagir aux attentats que d'en parler sur les réseaux sociaux. En parler avec sa famille, ses collègues, voir même ne rien dire parce que ça se chamboule un peu dans la tête, surtout quand on voit la liste des victimes et les gens qu'ils laissent derrière eux, parfois blessés physiquement mais toujours détruits à l'intérieur. On ne s'habitue jamais.

Répondre
gravatar

Manu - il y a 2 ans

Je réagis mais moins que si cela se produisait en France... et on apprend à vivre avec quand on sait qu'on a 100 fois plus de chances d'être pris dans un accident de la route qu'un attentat... oui nous sommes plus méfiants de tout ce qui nous entoure mais on continue de vivre. Les pays limite en guerre civile où des attentats ont lieu tous les jours, continuent de vivre... quel autre choix avons-nous? c'est "juste" un nouveau danger auquel s'habituer pour continuer notre vie.

Répondre
gravatar

Elea Alex Clément - il y a 2 ans

Pas habituée, non, mais écœurée par la sur médiatisation et les partages indécents de vidéos de gens blessés par exemple Laurel. Je suis les Décodeurs du Monde et réagis sur twitter sur Facebook je m'abstiens

Répondre
gravatar

Aurore Begue - il y a 2 ans

Personnellement je fais l'autruche, j'occulte du mieux que je peux, comme pas mal de monde, c'est une protection comme une autre. Si je commence à y penser longuement, à lire les détails, à réfléchir à ce que ça implique, j'ai plus qu'à rester enfermée chez moi ou me tirer une balle...
Après, perso, je ne vois pas non plus l'interêt de réagir si c'est juste pour faire comme tout le monde et marquer "Oh non encore ! " Ou " Pensées pour l'espagne" Est ce que ça fait du bien aux gens d'écrire des evidences ou des lieux communs comme la majorité de ses amis FB ? Au fond, à quoi est ce que cela sert ? Ca rend les choses moins dures ?

Répondre
gravatar

David Asenkat - il y a 2 ans

Go to israel... on vit tjrs ce qu 'il s'y passe avec 20 ans de delai

Répondre
gravatar

Jean-marc Harang - il y a 2 ans

Plus nous faisons caisse de résonnance, plus le terrorisme marche. la peine est là, bien sûr. Pour toutes les victimes, pas uniquement celles de cet attentat.

Répondre
gravatar

Jessica Bordelais - il y a 2 ans

J'ai décidé de ne plus parler d'attentats et de tueries sur mon journal Facebook

Plusieurs raisons :

Si je parle de tous les attentats et tueries de masse , je passerai ma journée à ça (l'être humain est doué pour tuer dans les 4 coins du Monde à la fois et à toutes heures )

Si je ne parle que de ceux près de chez moi , j'admets que mon entourage géographique est plus important (et ce parce qu'en fait je pense qu'à mon petit moi et que c'est arrivé près de chez moi donc ça aurait pu être chez moi donc c'est horrible ... sinon ailleurs loin ben c'est comme si ça n'arrivait pas ...)

Admettons que j'en parle ... j'arrêterai les attaques grâce à mon indignation Facebook ... Non
...au mieux j'évacuerai ma colère et mon émotion qui ira grossir les émotions négatives de Facebook contribuant au climat anxiogène... climat anxiogène que justement les terroristes veulent t'installer ce qui contribuera à la discrimination et fera grossir les rangs des apprentis terroristes ....

Solution : la Vie Réelle j'en parle quand je le souhaite à qui je le souhaite sans en parler à plus d'une centaine de personnes à la fois sur Facebook, Personnes qui doivent elles aussi gérer leurs réactions leurs ressenti et tenter d'y faire face sans y être préparer et qui potentiellement peuvent connaître des victimes....

Répondre
gravatar

Cedric Blanc - il y a 2 ans

Je suis d'accord avec Raphaël et Marie, chacun a sa façon de réagir.
Et le fait que tu réagisses de cette manière, montre que tu es une personne sensible et vraiment attentive a ton prochain, c'est quelque chose que je respecte beaucoup.
Au fond de moi je ne comprends pas comment on peut tuer sans distinction, hommes, femmes, enfants qui n'ont sans doute rien a voir avec leur cause.
Je me dis aussi souvent qu'une balle dans la tête réglerait peut être le problème.
Et puis je réfléchis et me dit qu'en fait ces gens là ne sont que la partie visible de l'iceberg.
Sous la surface, on retrouve de riches donateurs, des marchands d'armes de nombreux pays "riches" et démocratique, certains chefs formés par les services secrets (rappelez vous Ben Laden) et à qui tout cela profite fortement.
Et quand ce n'est pas le cas, que ce sont des cas isolés, notre belle société qui a contribué à exclure ces gens du système, au point qu'ils se sont radicalisé pour trouver un sens a leur vie, même si cela n'excuse en rien leur geste qui reste abominable et criminel.
Donc non, je ne réagirai pas sur les réseaux sociaux, mais si cela arriverait prés de chez moi, je réagirait en direct en apportant mon soutien du mieux que je pourrai a toutes les victimes.

Répondre
gravatar

Clémentine Perney - il y a 2 ans

Ce qui est dérangeant c'est qu'il faudrait réagir aux "attentats en Europe" alors que ceux qui se passent en Afrique ne font que quelques lignes dans les médias.

Répondre
gravatar

Bernard Hellebaut - il y a 2 ans

S'il y a des attentats c'est aussi (mais pas seulement, la question est bien sûr beaucoup plus complexe) pour qu'on en parle dans les médias et les réseaux sociaux. Arrêter d'en parler est utopiste et ne résoudrait probablement rien. Par contre, comprendre que comprendre (pardon pour la redite) ce n'est pas excuser mais essayer de faire évoluer les choses. Aller vers une société moins binaire : les gagnants et les losers. Réfléchir ensemble à comment changer les choses.

Répondre
gravatar

Le train fait tchou ♥ - il y a 2 ans

Malheureusement oui en parti. Après, je pense que les tensions montent tout de même inconsciemment après chaque attentat.

Répondre
gravatar

Mickel Obstetar - il y a 2 ans

C'est toujours le même discours, mais rien ne change.... Alors on zap.

Répondre
gravatar

Gabriel Arnaud-Boche - il y a 2 ans

Je rejoins plusieurs personnes qui ont mentionné la distance-émotion: on ne réagit qu'à ce qui se passe près de chez nous (Paris, Rouen, Berlin, Barcelone), mais en Afrique, c'est beaucoup, beaucoup plus fréquent ! Il ne faut pas rentrer dans une logique insensible face à des actes aussi atroces, mais ne pas non plus se transformer en publicitaires de la terreur, car c'est le but de ces opérations: faire penser les gens que partout où ils aillent, c'est dangereux.

Répondre
gravatar

Hélène Tolden - il y a 2 ans

J'en parle en famille et avec mes ami.e.s. Je n'ai jamais rien partagé à ce sujet sur les réseaux sociaux. Le ressenti est trop privé.

Répondre
gravatar

Sabrina Gallois - il y a 2 ans

Perso je m y habitue
Et surtout la réaction des gens me met en colère
Des bougies des dessins des drapeaux des fleurs waouh quelle riposte ?!

Répondre
gravatar

Florian Bodin - il y a 2 ans

Aucune habitude, mais je ne partage pas des informations qui ne sont généralement pas vérifiées dans les premiers jours. Surtout qu'il y a souvent des photos très graphiques. Et je dois admettre qu'un attentat ici ou ailleurs est le même, et touche toujours des êtres humains. Qu'il se passe en France ou ailleurs, il aura le même effet sur moi, et j'en ai marre de voir ça. Ce qui s'est passé à Charlottesville m'a dévasté, ici j'arrive à avoir un tant soit peu de recul...

Répondre
gravatar

Del Phine - il y a 2 ans

Ça me touche toujours autant. Mais je me demande si dans une certaine mesure réagir encore et encore ne fait pas le jeu des terroristes. Ne s'attendent-ils pas, ne veulent-ils pas qu'on parle encore et encore et encore d'eux, de leurs actes et leurs raisons ? Un peu perdue, beaucoup touchée... Et aussi complètement choquée de la différence de traitement médiatique entre un attentat en pays occidental et un attentat ailleurs... Comme si seules les vies occidentales étaient importantes.

Répondre
gravatar

Sabrina - il y a 2 ans

Je crois qu'il ne s'agit pas uniquement de s'habituer. Mais aussi de se protéger. De ses propres peurs, des propos haineux qui ne manquent pas de surgir lors de tels événements. D'un fort sentiment d'impuissance.
Mais il ne s'agit certainement pas d'indifférence. Bien de lassitude, comme tu l'as dit.

Répondre
gravatar

Xav - il y a 2 ans

Le truc auquel je ne m'habitue pas c'est les âneries des "experts" télévisuels, les politiques qui n'ont aucune retenue sur rien, veulent empiler des lois liberticides, transforment des soldats d'élite en vigile de supermarché, tout en baissant continuellement le budget des armées, du renseignement et des policiers (entre autres) parce que plus personne ne veut payer d'impôts.
Pour les attentats, je sais pas, j'en ai toujours connu, depuis les années 80, c'est la norme. Avant il fallait se méfier des bagages abandonnés, maintenant faut faire gaffe au mec qui porte le bagage, ou à sa bagnole :D
Et puis ça fait toujours moins flipper que la criminalité ordinaire aux USA, sa violence policière, ou un fou président et ses troupes de choc néonazies, comme quoi ;)

Répondre
gravatar

Patricia Mourgues - il y a 2 ans

L'être humain est ainsi fait, preuve en est qu'il y a au moins un attentat par jour dans le monde et peu de gens pour s'indigner, l'empathie est souvent sélective et jusqu'à ce que ça arrive à proximité on se sent peu concernés, puis quand ça devient récurrent dans notre environnement, et bien le cerveau s'habitue et met en place une soupape de sécurité pour continuer à vivre sans s'angoisser, la peine est toujours présente mais elle s'amenuise et dure moins longtemps, le problème dans le cas présent est que la peine se transforme en colère, colère de constater que rien ou presque n'a été et n'est fait pour éviter ces bains de sang, quand la soupape explosera ce sera le signe que les populations auront comprit le moyen d'y mettre fin.

Répondre
gravatar

Anaxy Jujevirel - il y a 2 ans

Ce n'est pas une question d'être ok... c'est juste qu'on n'a pas le choix. Ne pas réagir peut être vu comme une façon de résister au terrorisme (dans le sens où ne donne pas d'importance aux crimes de ces décérébrés). Maintenant, j'avoue que "l'apathie" apparente qui frappe bon nombre d'entre-nous (moi y compris) peut faire peur. A trop côtoyer l'horreur, on se déshumanise.

Répondre
gravatar

Alexandre Jobard - il y a 2 ans

J'avoue que ça me touche beaucoup moins... Mais mon raisonnement est particulier.
Je considère que les dirigeants d'Occident sont au mieux les seuls responsables de ces attentats, au pire les commanditaires.
C'est tellement pratique la terreur pour soumettre un peuple, passer des lois liberticides, rendre docile.

Quant au peuple il est assez stupide pour laisser ses propres bourreaux au pouvoir, qu'il assume j'ai envie de dire.
Le gens veulent une société de l'individualisme, de la compétition et du chacun pour sa gueule, et bien qu'il en soit ainsi.
J'ai toujours été dans le camps opposé à ce genre de "valeurs" imbéciles et de courte vue, j'ai par conséquent bien pu prendre conscience que ceux que je méprise qui l'emportent pourtant.

Donc qu'ils se démerdent, ils récoltent ce qu'ils sèment.

Répondre
gravatar

Soraya D. Yiyew - il y a 2 ans

Et puis j'ai l'impression qu'il y a une hiérarchie de l'horreur : je n'ai pas beaucoup vu de personnes s'offusquer quand la Syrie était bombardee jour et nuit. Une victime de l'oppression n'est pas plus importante si elle est européenne

Répondre
gravatar

Emmanuel Payfu Call - il y a 2 ans

Si tu as vu le film Brazil de Terry Gilliam, tu penseras à la scène du restaurant. Nous y sommes.

Répondre
gravatar

Selma Bodwinger - il y a 2 ans

Je relativise. Les morts et blessés par attentats sont spectaculaires, mais leur nombre est très faible par rapport à d'autres violences (routière, clopes...). Comme d'autres qui se sont exprimés, donner de la publicité aux attentats, d'une manière purement émotionnelle, c'est leur donner du carburant.

Répondre
gravatar

JC - il y a 2 ans

Quel risque ?
De se faire agresser dans la rue, renverser par une voiture, avoir un arrêt cardiaque, découvrir un cancer, faire une mauvaise chute...

https://en.wikipedia.org/wiki/Micromort

Vivre est risqué. Le terrorisme a fait plus de pertes humaines dans les années 80.
Mais les médias entretiennent la peur. C'est pas contre le terrorisme que l'on doit lutter mais contre la bêtise, l'inéducation, la mise à l'écart de citoyens...

Répondre
gravatar

Sophie Martines - il y a 2 ans

J'avais lu un article qui disait en gros que ça devenait une habitude et que du coup on était moins émus que les premières fois 😕 faudrait que je le retrouve...

Répondre
gravatar

Marie-Margaux Lak - il y a 2 ans

Trop de médiatisation!

Répondre
gravatar

Fabien VS - il y a 2 ans

Non on ne s'y habitue pas, mais ça semble tellement dérisoire de réagir avec des photos de profil temporaires ou des Je suis [insert random country], face au cynisme et au double discours des responsables internationaux... Et l'indignation est assez sélective, on prend l'antenne en boucle pour un attentat en Europe, et on parle à peine des guerres qui ravagent la planète ailleurs, du Yémen, du Soudan, etc.... Ou alors on peine à avoir un discours neutre comme au Vénézuela par exemple...
J'ai honte par avance de la façon dont les générations futures nous jugeront dans leurs livres d'Histoire.

Répondre
gravatar

Ziggourat - il y a 2 ans

Bonjour laurel !

Première fois que je réagis à tes propos, mais avant tout, un gros bravo pour "comme convenu" qui ma tenu en haleine au quotidien, et encore un gros merci pour ton blog de manière générale. Toujours agréable de te lire.

Pour les attentats européens...personnellement je trouve ça "énervant". (et encore...plutôt "chiant")
Mais pas grand chose de plus. Tant que sa ne me touche pas personnellement (moi même, un membre de ma famille...), je réagis pas plus que sa.
Étant donné qu'il y'a des attentats de ces personnes partout dans le monde et de manière bien plus régulière en dehors de l’Europe, ca ne m'étonne pas...
Limite, je trouve ca un peu égocentrique d'attendre un maximum de réaction quand sa concerne des pays proche du notre, mais de ne pas réagir pour les autres.

Réagir en permanence, pour rien (parce qu'à part alimenter une peur y'a pas grand chose de positif qui se passe...)je pense pas que se soit une bonne idée.

Pour moi, ca revient plus à un fait divers macabre qu'autre chose. Des actions similaire qui ne sont pas "terroristes" (raccourci mais je pense que vous avez compris) existent,ce n'est malheureusement pas quelque chose d'unique. http://www.ladepeche.fr/article/2017/08/16/2628692-attaque-pizzeria-seine-marne-assaillant-etait-gros-consommateur-stupefiants.html

Après "vivre avec le risque" c'est tout simplement "vivre".
T'as peu de chance de te faire toucher par un attentat de se genre. C'est possible. Mais même sans ces terroriste tu pourrais mourir (et c'est bien plus probable) a tout moment d'un accident de la route par exemple.
https://blogs.mediapart.fr/cassin31/blog/140215/terrorisme-et-probabilites

(j'aime pas trop médiapart, mais bon, pour rester dans la thématique...)

En bref, il faut que tu respires ! :p
https://www.youtube.com/watch?v=Iwb6u1Jo1Mc
Car malgré tout c'est beau la vie !
https://www.youtube.com/watch?v=jyv7XKM8BIU

(olalala, ce qu'il faut pas faire pour mettre de la musique)

Voila pour mon opinion personnelle !

J'en profite pour te poser une question, tu parlais à un moment de soutenir une association (protection animale je crois...)lors de ton financement ulule.
C'est en cours ?

Se serait chouette de mettre en avant le milieu associatif dans ton coin. (un peu comme dans le blog de "cha" https://blog.chabd.com/ )

Je te souhaite encore bon courage et une bonne continuation ! :)

Répondre
gravatar

Yann Vienne - il y a 2 ans

https://soundcloud.com/non-sapiens/et-jallume

Répondre
gravatar

Yann Vienne - il y a 2 ans

L'être humain, hélas, s'adapte et s'habitue à tout. Maybe you're more human than human as we all should be...

Répondre
gravatar

Flash SG - il y a 2 ans

C'est triste ce qui est arrivé et toute mes pensé aux victimes. Mais en dehors du monde occidental, les gens ne réagissent pas non plus aux attentas en Asie ou en Afrique et en Amérique du sud. Alors qu'il y a beaucoup plus de morts. Quand aux médias je les trouve malsains, ils s’en servent pour faire de l'audience et gagner de l'argent pour diffuser de la pub.

Répondre
gravatar

Déborah Bongrand - il y a 2 ans

C'est triste mais je crois que même si je suis triste et choquée, je commence aussi à être habituée.

Répondre
gravatar

ziloa - il y a 2 ans

Dur d'expliquer, cette fois-ci je n'ai lu aucun article alors qu'avant je suivais les live-stream. Peut-être un réflexe de protection couplé à un changement de stratégie... Dire "plus jamais ça" ne fonctionne pas, on y croit plus. Envie inconsciente de ne pas s'ajouter à la cacophonie médiatique pour ne plus donner aux agresseurs autant d'importance. Je prends le métro régulièrement et à chaque fois je me dis que ça pourrait être mon dernier jour, on a pas vraiment le choix de faire autrement. Je me rassure en me disant que j'aurais vécu avec mes valeurs de tolérance et d'ouverture et que de toute manière l'obscurantisme ne fonctionne pas sur le long terme.

Répondre
gravatar

Rynn - il y a 2 ans

J'ai encore mal au coeur à chaque fois...

Chacun réagit un peu à sa façon. Le manque de réaction donne une impression de baisse de la solidarité certes, mais les choses positives souvent ne se voient pas : pourtant elles sont toujours là.
Je doute que l'on puisse "s'habituer" à des trucs pareils ou les tolérer ... mais il y a probablement un besoin de se protéger.
J'ai l'impression que beaucoup en parler c'est aussi montrer à quel point on est atteint. J'imagine que si on réagit moins c'est pour ne pas laisser la peur envahir sa propre vie et pouvoir continuer à avancer, à garder espoir.. Ce n'est sûrement pas valable pour tout le monde, mais autour de moi c'est comme ça.

Courage.

Répondre
gravatar

Mika Takahashi - il y a 2 ans

J'habite en Espagne depuis 5 ans. Quand il y a eu des attentats en France, en Angleterre et en Belgique, mes ami.es Espagnol.es ainsi que les gens Espagnol.es que je suis sur les RS réagissent à peine. Mais quand c'est en Espagne que ça se passe, ce sont mes ami.es non Esp ainsi que les gens non Esp que je suis sur les RS qui réagissent à peine. Je pense qu'il s'agit plus d'un effet de proximité et d'appartenance.

Je me souviens que j'avais été complètement sous le choc lors des attentats de Charlie Hebdo. On fêtait mon anniversaire dans un bar à Séville et j'étais la seule en état de choc, d'abord pour l'attentat, ensuite parce que je suis Française, et surtout car je veux devenir auteur de BD et que ce n'était que des auteurs que j'admirais. Mais alors que mes ami.es sont tous des accros aux RS comme moi, encore aucun.e d'elleux n'était au courant, alors que cela faisait déjà 2h que l'attentat s'était produit et que tous les RS en parlaient.

Répondre
gravatar

Eric - il y a 2 ans

C'est ca, je suis OK avec ca: Chaque jour, 9 personnes crèvent en accidents de la route en Allemagne, par exemple. C'est affreux qu'il y a des hommes qui causent des "accidents" exprès, et j’espère que c'est possible de les arrêter avant, mais ca n'est PAS une raison d'avoir peur de flâner dans la ville, non. Essaie regarder plus de tv européenne et moins de tv boulevardière americain...

Répondre
gravatar

May Callister - il y a 2 ans

Je pense que plus le monde deviendra violent, moins les gens réagiront.
Il suffit de voir, à l'époque du moyen âge, le terrorisme n'existait pas, et ne pouvait pas exister, car entre les famines, les vrais guerres, qui étaient autrement plus meurtrières, et j'en passe, un terroriste qui tue 15 personnes, finalement, c'est un "petit" joueur.

ça reste triste, mais malheureusement, nous fonctionnons comme ça :(

Répondre
gravatar

Mark Koliqi - il y a 2 ans

et les bombes à Damas ? on y pense pas ?

Répondre
gravatar

Anne-France Brogneaux - il y a 2 ans

Je n'en parle plus trop pour plusieurs raisons déjà évoquées par d'autres. Une des raisons principales est que ça me choque qu'on réagisse quand ça se passe à deux pas de chez nous mais qu'on ne parle pas du fait que, chaque jour, chaque minute, des gens meurent partout dans le monde à cause de la folie humaine. Une autre est que je suis persuadée que vivre normalement, continuer à rire, aimer, vivre, est la meilleure lutte contre ces malades, car la terreur est leur moteur : si on n'a plus peur, ils ont perdu. Ça ne veut pas dire que je suis indifférente, loin de là, mais ma démarche à moi consiste à répandre l'amour et la paix autour de moi, en espérant que ça fasse effet boule de neige. Et donc je préfère de loin partager et recevoir des petits morceaux de bonheur que m'appesantir sur la noirceur d'une petite partie du monde.

Répondre
gravatar

Xavier Sémont - il y a 2 ans

On ne s'habitue pas, on évite juste de regarder toutes les horreurs du monde à la tv pour ne pas sombrer.

Répondre
gravatar

Pan Herdwick - il y a 2 ans

En même temps, que veux-tu qu'on dise ? Que c'est horrible, indigne, que ce sont des monstres ? Tout le monde le sait. Qu'on se sent mal, qu'on est triste, qu'on est tous Charlie/Londres/Bruxelles/Barcelone/Nice/j'en oublie ? Tout le monde s'en moque.
On peut aussi faire le choix d'en parler avec des proches, des gens qui comptent, plutôt que de s'épancher sur les réseaux devant des inconnus.

Répondre
gravatar

Pacifique - il y a 2 ans

A notre niveau, a-t-on le choix ? Ce que veulent ces individus, c’est nous pourrir l’esprit. Si, à chacune de leurs actions, nous nous laissons prendre dans les tourments des émotions, ils ont gagné. Si on ne réagit plus, que cela devienne « banal », quel intérêt ? Cela ne m’empêche pas d’avoir de l’empathie pour les victimes, mais je le garde pour moi.

Répondre
gravatar

Natacha Statari - il y a 2 ans

C'est triste à dire, mais pour le premier attentat, Charlie Hebdo et Hyperkasher, j'étais horrifiée et apeurée. Pareil pour les attentats du 13 novembre. Mais au fil des attentats, quasiment toutes les semaines... je suis furieuse évidemment mais pour les plus récents, ceux de Barcelone par exemple... ma seule réaction fut "Encore ? Quels connards." Ça prouve qu'il y a plus un ras le bol qu'une peur, on voit même les gens qui commencent à se défendre (les coups de chaise à Hambourg). C'est triste.

Répondre
gravatar

Genevieve Henry - il y a 2 ans

On ne s'habitue pas, mais on reagit differement. Face aux premiers attentats, on était sous le choc, il fallait se sentir unis, ca nous faisait du bien de réagir en commun. Mais maintenant on a besoin de plus, bien sur qu'on est tous contre ces horreurs, mais un post facebook ou un tweet nous semble si futile. Alors on se tourne vers d'autres moyens. Ca ne veut pas dire qu'on est insensible, juste qu'on a besoin de s'exprimer autrement. Comme ton post precedent, qui a apporté un sourire, une lumiere dans cette journée.

Répondre
gravatar

Léo Adam - il y a 2 ans

Pas grand chose à en foutre, exactement au même niveau que le risque de se faire tuer par un fou ou un chauffard en sortant de chez soi

Répondre
gravatar

Léo Adam - il y a 2 ans

Et beaucoup plus de gens se font tués dans des guerres aux 4 coins du monde mais tout le monde s'en branle, il faut que ça soit le terrorisme qui fasse peur... en même temps c'est fait pour ça, les gens rentrent dans le jeu

Répondre
gravatar

Martine Denise - il y a 2 ans

pourquoi en parler sur les réseaux sociaux ? on ne peut pas s'habituer aux attentats et à cette violence, on en entend tellement parler à la TV pas besoin en plus d'en parler sur les réseaux sociaux on n'oublie pas pour autant c'est impossible

Répondre
gravatar

Brigitte Sunny - il y a 2 ans

Cela ne change rien d'en parler sur les réseaux sociaux. C'est juste faire et dire ce que voudrait le gouvernemznt: avoir peur pour lui obéir au doigt et à l'oeil. Oui çà me touche moins aujourd'hui. Parce que j'ai fait un travail psychologique, émotionnel et énergétique pour que ce soit le cas. La peur permanenete n'empêche pas le danger mais elle pourrit la vie par le stress qu'elle génère. Et çà je n'en veux pas dans ma vie.

Répondre
gravatar

no - il y a 2 ans

lire ces deux livres pour comprendre ce qui arrivent en Europe :
- Les revenants || David Thomson || Seuil || 2016
- Les vrais ennemis de l’Occident: Du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes || Alexandre Del Valle || L'artilleur || 2016
par exemple.

Répondre
gravatar

a - il y a 2 ans

Les revenants
Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France : https://livre.fnac.com/a10083640/David-Thomson-Les-revenants

Les vrais ennemis de l'Occident : https://livre.fnac.com/a9676631/Alexandre-Del-Valle-Les-vrais-ennemis-de-l-Occident

Répondre
gravatar

Anne Millot - il y a 2 ans

Ni ok, ni habituée... complètement écoeurée, rien à dire qui me paraisse constructif.

Répondre
gravatar

Amalia Yernaux - il y a 2 ans

Non je ne m'habitue pas, je suis plutôt en mode "je suis fatigué patron..." 😞

Répondre
gravatar

Laurine Boyer - il y a 2 ans

Ça choque beaucoup plus quand on est concerné... J'étais à Barcelone il y a une semaine avec mes parents, du coup on se dit "ça aurait pu être nous" ou encore "des gens que je connais sont peut être la bas"... Mais on peut pas faire grand chose depuis notre ordinateur... Et en même temps soit on nous noie sous les alertes attentats européens, soit on nous dis rien sur le reste du monde

Répondre
gravatar

Sharlaine Land - il y a 2 ans

Oui, on "s'habitue", parce que c'est une réaction normale du cerveau humain.

Répondre
gravatar

Martin Faure - il y a 2 ans

Petite question: quel est ta réaction face à l'attaque à "la voiture béliers" ayant conduit la mort à anti -raciste à Charlotteville par un fasciste/raciste/xénophobe/suprémaciste blanc? Pour répondre à ta question, C'est pas qu'on ne réagit pas à un attentat qu'on l’accepte, il y a bien des choses horribles qui se passent dans le monde et bien souvent on est pas plus préoccupé que ça (famine,guerre,attentat, catastrophe naturel,etc..). Pour ma part je pense que notre arrogance nous à fait croire qu'on serait épargné par ses violences/horreurs (et qui parfois est de notre faute, directement ou indirectement) alors que nous aussi on fait partie de ce monde .

Répondre
gravatar

Annick Cerisier - il y a 2 ans

😢😢😢😢

Répondre
gravatar

BigBrother DiDonato - il y a 2 ans

Beaucoup plus de femmes tuées sous les coups de leur compagnon chaque année en France...et personne ne s'en offusque, pourtant le risque est plus réel. Ce que je dis c'est qu'il ne s'agit pas de voir un attentat comme une chose banale mais réfléchir aux choses pour lesquelles on ne s'offusque pas et qui sont de vrais problèmes de sociétés au jour le jour...

Répondre
gravatar

Mélaine Guitton - il y a 2 ans

J'avais lu un article qui disait qu'en gros, ils arrivaient tellement "proche" les uns des autres qu'on avait juste pas forcément la capacité émotionnelle de tous les gérer. Du coup celles et ceux qui sont encore "trop" sous le choc des premiers n'arrivent pas à éprouver la même empathie pour les seconds. C'est une protection du cerveau... :'(

Répondre
gravatar

Seppyō Bardin - il y a 2 ans

Je suis pareil que toi. Non je ne m'y habitue pas. Oui je regarde les actu web très souvent, et desuite dès que je n'ai pas de nouvelle de mes proches.
Et oui je ne vais plus dans les lieux où y a du monde (et les gens ne veulent pas comprendre, car il faut viiiivre... ouai, libre à vous! Et merci de respecter notre choix)
Et je stresse dès que je suis dans un macdo a la con ou autre.
(Mais je peux vous dire que l'ont trouvent d'autres activités tout aussi bien voir mieux! Exemple sorties en montagne, bar perdu, un peu plus de sport et de culture personnel. Mais plus de concert, bringues ou centre ville...etc)

Donc non ne tkt pas. Je pense que l'ont est plusieurs à ne pas en parler sur le web et c'est pas pour autant que l'ont en pense moins. 😞

Bonne chance à toi dans ce grand monde ouvert d'esprit qui ne comprennent pas (ou ne veulent pas comprendre) que certains ne sont pas comme eux sur ces sujets ^-^

Répondre
gravatar

Armel Hamonic - il y a 2 ans

... un peu comme la guerre et la faim dans le monde : on réagit très fort la première fois qu'on tombe dessus, et puis moins par la suite ?

Répondre
gravatar

Jonathan Mulambo Duquesne - il y a 2 ans

Pourquoi s'inquiéter si on ne peut rien y faire ? Les chances d'y passer sont tellement faibles. Ce n'est qu'un type de mort affreuse parmi tant d'autres :)

Répondre
gravatar

Sophie Toujas - il y a 2 ans

les réseaux ''sociaux'' ne remplaceront jamais les discussions, perso je songe à désinstaller tout ça, retrouver ma vie d'avant sans interférence d'internet dans ma journée. je rêve de personnes qui ne pssent pas leur journée vissée sur leur cellulaire, qui regardent le monde aller et y participer au lieu de ''liker'' à tout va. tout mes amis pensent la même chose que moi alors je m'indigne face à des gens déjà indignés. elle est où la rencontre avec l'autre, celui qui ne pense pas comme moi? elle est où la discussion?

Répondre
gravatar

Bakenji Fnf - il y a 2 ans

Ma question serait : est-ce parce qu'on utilise pas un réseau social pour exprimer notre horreur signifie qu'on ne réagit pas à l'horreur?

Répondre
gravatar

ND - il y a 2 ans

Et moi ? Eh bien moi non plus je ne m'habitue pas à ces évènements insupportables, même si mon "mode sécurité d'homme" fait que je suis très méfiant à chaque fois que je prends le volant, par exemple, ou que je suis attentif sans le montrer à tout ce qui peut me paraître douteux, et s'il y a menace directe de vite composer le(s) numéro(s) d'urgence.
Bon, ceci dit je ne veux pas qu'on pense que je sombre dans la "psychose" comme disent les médias (en plus du fait que les médias ne savent pas quelles réalités psychologiques les psychoses réelles impliquent) parce que je vis malgré tout ça et que la vie doit continuer quand-même pour celles et ceux qui le peuvent encore, spécialement nos enfants qui devront composer avec un monde bien délabré (soupir) 😓
Bien sûr que je suis obligé de vivre avec le risque, sinon je suis mort au premier tournant. Néanmoins ça ne veut absolument pas dire que je cautionne tout ces massacres ou encore que je suis ok avec tout ce qu'il se passe, très loin de là. En plus, c'est la première fois qu'un attentat comme ça se produit à moins de 150 kms de là où je suis (en villégiature en Catalogne côté Espagnol, pas loin de Gérone). Ce n'est donc, vous vous en doutez, pas de nature à me rassurer ni même à m'habituer à quelconque forme de violence que ce soit.

Mais j'entends ce que Laurel semble suggérer (mais reprend-moi si je me trompe) : ce qui serait très dangereux ce serait que la majorité des gens et/ou des décideurs "s'habituent" et que la guerre contre le terrorisme devienne aussi banale que le fait "de ne pas savoir" que les camps d'extermination comme Auschwitz ou Dachau existaient. Et donc de trouver banal que l'on tue des innocents "préventivement car soupçonnés de fomenter un attentat" au simple prétexte qu'en apparence ils "ressemblent" à des terroristes. Enfin voilà quoi, on est en 2017 merde, pas en 1942 ! Donc aller vers un monde plus pacifique ça me semble quand-même être une belle priorité. Et qu'on vienne pas me dire que tout le monde est en guerre, je ne veux pas entendre ça! C'est pas vrai que tout le monde veut faire la guerre. Faut arrêter, pour certains, de se croire toujours au Moyen-Age!

Enfin bon, je sais bien que c'est pas seulement avec les belles paroles qu'on arrête toutes les violences, mais je continuerai à oeuvrer à mon petit niveau pour la paix car je me refuse à dire que c'est un combat perdu d'avance. Et là-dessus rien ni personne ne me fera changer d'avis tant que mon coeur battra. (et si d'aventure Simone Veil ou Jeanne Moreau ou encore tant d'autres disparues qui ont vécu pour que notre France puisse vivre libre et pacifiquement me lisaient, qu'elles sachent que je vois la liberté des femmes infiniment plus forte que les guerres et les imbécilités des hommes et, par celà, je leurs transmet bien évidemment mes plus sincères hommages et mes plus reconnaissantes admirations).

Recueillement à la mémoire des victimes du terrorisme mondial, et bien évidemment en ce lendemain : Je suis Barcelone tout comme j'étais Charlie le 7 janvier 2015 ainsi que les jours qui avaient suivi.

N'oublions jamais, pour qu'un jour quand-même on puisse VRAIMENT tous faire la paix.

Salutations chaleureuses, Laurel, ainsi que tous nos millions de coeurs ensemble ❤️❤️❤️ pour que vive le vrai apaisement mondial 💜

Répondre
gravatar

toto - il y a 2 ans

Pour l'instant,depuis 2004 à Madrid, il y a eu +600 morts en Europe à cause des terroristes, et moins de dix à cause de la répression policière de ce même terrorisme (le brésilien de Londres, tué par erreur par la police, et les auteurs d'actes terroristes eux-mêmes à Paris, Nice, ou Barcelone), donc il faudrait garder le sens des proportions...

(Adama Traoré,un petit mafieux de banlieue, n'était pas impliqué dans du terrorisme)

Répondre
gravatar

OliverTrets - il y a 2 ans

Oui, on s'habitue, on vit avec. Plus on apprend à vivre avec ce risque et plus ce sera le symptôme de l'échec de la terreur. Un acte terroriste qui ne terrorise plus fini par n'avoir plus aucune utilité (ce qui n'empêche pas, évidement, la réalité du drame des victimes).

Répondre
gravatar

Chantal Schimp - il y a 2 ans

Moi non plus je n'arrive à m'habituer.... bisous Joëlle <3

Répondre
gravatar

Kessy Wedgel - il y a 2 ans

Juste après ton post j'ai eu ça sur mon fil.
Et je dois avouer que oui, c'est devenu la réalité.
Un peu la faute à facebook qui nous habitue à passer de la petite fille violée en famille à la une des journaux au chat trop kawai choupi qui fait rire sur un gif.
On apprend à ne plus réagir.
L'empathie meurt à petit feu.

Répondre
gravatar

Mogiza Escape - il y a 2 ans

Et ouagadougou.... chez moi...😯😢

Répondre
gravatar

Noelle Toujas - il y a 2 ans

Et bien si la vie c' est les réseaux sociaux...

Répondre
gravatar

jacques - il y a 2 ans

Les gens que je suis sur les réseaux sociaux ne réagissent presque plus aux accidents de la route en Europe...Est-ce que l'on s'habitue? Est-ce qu'on est OK avec le fait de vivre avec ce risque?
On peut remplacer "attentats" par plein d'autres mots( pollution, sida, pauvreté, mal bouffe,...)et les questions resteront aussi valables.

Répondre
gravatar

YvaNoé Baptisée Tata Yvaine - il y a 2 ans

j'ai été surprise effectivement de voir aucun commentaire, mais est-ce que ce sujet doit être automatiquement accaparé par les réseaux sociaux? je n'en suis pas convaincu!

Répondre
gravatar

Blanche Framboise - il y a 2 ans

Je ne pense pas qu'on puisse s'habituer, on ne peut pas s'habituer à cela. Mais Barcelone et ses terroristes qui foncent en voiture bélier, la déchéance des Etats-Unis illustrée par la croix nazi qui s'agite et ses terroristes qui foncent en voiture bélier, des morts innocents échoués par centaines dans la mer, les actes terroristes en Afrique, en Asie, en Europe... Quoi poster, quand, est-ce vraiment rendre hommage aux victimes ou plutôt à ces fous dangereux que de parler partout de leurs meurtres... Voilà pourquoi pour ma part :(

Répondre
gravatar

XoF - il y a 2 ans

Tu voudrais faire quoi ? :/ Bloquer ?

Répondre
gravatar

véral - il y a 2 ans

Salut,
en ce qui me concerne j'ai toujours plus de chances de mourir lors d'un accident de la route. Donc oui, je vis avec ce risque.
Et sinon je suis "blasé" de ces incidents autant en Europe que dans d'autres parties dans le monde. Peut être une question de survie mental. La vie continue, je ne voit pas quoi faire à mon échelle et considère que je dépense mon énergie pour des choses qui me semble être des solution à tous ces problèmes.

Désolée que ce soit si dur pour toi à chaque fois. Je n'ai pas de solution miracle pour ne pas prendre tout de plein fouet. Courage, car ce n'est pas près d'être fini.

Répondre
gravatar

Veronique Clave Lam - il y a 2 ans

On peut aussi avoir décidé de ne plus réagir sur les réseaux sociaux.... parce que cela leur fait trop plaisir

Répondre
gravatar

Charles Garrec - il y a 2 ans

Je crains qu'hélas l'habitude s'installe et qu'on crains de se faire taxer d'anxiété ou de "mais tu peux pas partager ou réagir à des trucs plus joyeux ?" ...

Bref ....

Répondre
gravatar

Arnor02 - il y a 2 ans

Bonjour,
Chez moi c'est armé au cas ou, avec un cours donné aux proches sur comment éviter les zones à risques.
Accessoirement, la situation est tres tendue dans certaines régions de france, il y aura tres certainement beaucoup de grabuge à la prochaine attaque terroriste.
Le francais s'arment énormément, que ce soit légalement ou illégalement, les gauchistes deviennent de plus en plus nazis dans leur façon d'être, un peu comme aux USA, la tension monte de plus en plus avec l'appui de médias et de politiques completement discrédités par la majorité de la population.

Répondre
gravatar

MissTk Deb - il y a 2 ans

Personnellement pas d'habitude encore (heureusement) mais pas spécialement l'envie de réagir sur les réseaux... cette répétition montre juste que ça ne sert pas à grand chose, donc si on n'en ressent pas le besoin, il ne faut pas se forcer

Répondre
gravatar

Marc Sucremont - il y a 2 ans

Peut-être une façon de répondre à ces TDC par le mépris ?

Répondre
gravatar

paul - il y a 2 ans

Est ce que l'on s'habitue?

Non.

On continue seulement.

Répondre
gravatar

Clément Savoyat - il y a 2 ans

on a juste trop peur que quelqu'un dessine une tortilla qui pleure.

Répondre
gravatar

Ollia - il y a 2 ans

Non Laurel...c'est de la lassitude. Les gens savent que quoi qu'ils disent, même s'ils s'offusquent, les dirigeants ne feront rien. Rien du tout. Aucune mesure n'est prise. Ils condamnent, expriment leur solidarité et leur effroi, mais quand il s'agit de se remonter les manches et endiguer VRAIMENT le terrorisme, ya plus personne. Alors les individus en ont marre de répéter cent fois leur désolation, leur solidarité, en vain. On se dit que ça ne finira jamais. C'est triste...

Répondre
gravatar

Marion Xenia Valers - il y a 2 ans

Je me suis fais cette réflexion aussi avec les derniers attentats, pour ma part ce n'est pas le fait de ne pas me sentir concerner mais lorsqu'il y a eu l'attentat à Nice, là où vit ma famille, mes amis d'enfance, j'ai été tellement choquée que ça arrive là bas que quelques choses en moi s'est dit "ça nous arrivera à tous à un moment où un autre" et je vis avec ça et j'ai du mal a être touché maintenant... Comme si comme la vieillesse les attentats étaient naturels...
C'est horrible ce que je dis, mais je le constate pour ma part :(

Répondre
gravatar

Did Ser - il y a 2 ans

Cela s'appelle la BM d'après les spécialistes en terrorisme. Etre choqué est une chose mais la réalité est toute autre, vous qui n'avez vécu aucune guerre, bien retranché derrière votre écran, en mettant votre foto avec le drapeau du pays des victimes, diffusant des bougies sur votre mur...

Répondre
gravatar

Did Ser - il y a 2 ans

La vie n'est pas un conte de fée, mais un compte de fait. Les prévisions d'attentats de la Bombe Migratoire ont été multiplié par dix dans les années à venir.

Répondre
gravatar

Gav Sattya - il y a 2 ans

Je ne m'y habitue pas... mais je ne sais pas quoi faire... et tout ce que je peux faire me semble dérisoire... je ne suis pas résignée mais je ne sais paS où orienter l'énergie venant de ma colère!

Répondre
gravatar

Poluxus - il y a 2 ans

Non nous n'oublions pas.
Mais a ce moment, n'oublions pas les attentats ailleur dans le monde. Pourquoi les reseaux sociaux ne devraient réagirent qu'aux attentats Européens?

Répondre
gravatar

Hugo Péronnet - il y a 2 ans

C'est surtout parce que les #PrayForParis et autres merdes de ce genre ne servent à rien à part polluer le fil d'actualité, attirer l'attention ou dans le pire des cas, se faire du fric. Et il semblerait que les gens l'ai enfin compris. Il était temps.

Si vous voulez réagir, engagez vous dans l'armée ou manifestez contre les coupes budgétaires de la défense et de la sécurité nationale.

Répondre
gravatar

AlbertdeGouvy - il y a 2 ans

Mheeuuu si on en parle
https://www.facebook.com/albert.dalcq/posts/10212226886799722

Répondre
gravatar

Lionel Magnenat - il y a 2 ans

Le fait de "ne pas en parler" ne fais plus de pub à ces fou. Et c'est très bien ainsi.

Répondre
gravatar

Myl Off - il y a 2 ans

Ne pas partager sur un réseau social ne signifie pas qu'on s'habitue ou qu'on se résigne à accepter le terrorisme dans le monde... Et je dis bien dans le MONDE ... Pourquoi ne pas se poser la question pour toutes les horreurs qui se passent en Afrique ou ailleurs, pourquoi dans ces cas là on ne se demande pas pourquoi les gens ne partagent pas ??
J'en ai marre de voir que dès ça touche l'Europe

Répondre
gravatar

Myl Off - il y a 2 ans

On fait des éditions spéciales, on en parle partout sur les réseaux sociaux .... Mais par contre quand c'est un petit pays africain beaucoup moins
Alors oui je mindigne contre toutes formes de violences et je partage pas nécessairement mais doit t'on tout partager ?

Répondre
gravatar

Jean-Philippe Bossuat - il y a 2 ans

Le moins d'exposition ils ont, le meilleur

Répondre
gravatar

Julien Hirt - il y a 2 ans

Plus de 2'000 personnes meurent sur la route chaque jour en Europe, plus de 400 personnes viennent de mourir dans des glissements de terrain au Sierra Leone, l'épidémie de choléra au Yemen a déjà coûté la vie à 1'700 personnes... Oui, je crois hélas que personne n'a assez de compassion pour être ému par toutes les tragédies qui rythment l'actualité.

Répondre
gravatar

Marie-laure Echasserieau Bellon - il y a 2 ans

Ah mais si, notre "bon" président a dit qu'il fallait s'habituer...

Répondre
gravatar

Yazz Fumertue - il y a 2 ans

On s'habitue surtout à voir sa liste d'ami réagir uniquement pour les attentats européen....
et c'est très laid

Répondre
gravatar

Elodie Billet - il y a 2 ans

On ne s'habitue pas mais à quoi bon marquer " on ESt Barcelone.."? "On ESt ci"? "On ESt ca"??
A un moment donné il faut agir... ce n'est pas en publiant sur Facebook que les choses changerons... ca serait tellement bien.
Commençons par le commencement !!!

Répondre
gravatar

Etheran - il y a 2 ans

Y a encore quelques années, j'étais hyper active sur les forums, les réseaux sociaux... Je croyais vraiment que je pourrais peut-être contribuer à changer les choses.
Je n'y crois plus.
J'ai quitté les forums, j'ai quitté les réseaux sociaux... Et quelque part, je me sens mieux depuis que je ne me bats plus contre des moulins à vent.

Répondre
gravatar

a - il y a 2 ans



Attentat
Indignation
Bougies
Marche blanche
Plus jamais ça
Je suis ...
Pas d'amalgame
L'islam est une religion de paix et d'amour

quelques semaines passent...

Attentat
Indignation
Bougies....

L'immigration islamique prévue pour faire baisser les salaires des autochtones a importé aussi la culture islamique, faite de violence et d'esclavagisme.

Plus il y aura d'immigration islamique, plus il y aura d'attentats.

Nous n'en sommes qu'au début. Autant s'y habituer.

Répondre
gravatar

Col Lor - il y a 2 ans

Qu'on le veuille ou non, un tri s'opère. Finalement, pourquoi plus parler des attentats en Europe qu'en irak ? Si on en parle car cela trouble notre petit confort d'européens alors que ceux d'ailleurs nous semblent loin et ne nous concernent pas, je trouve ça encore plus abject que de ne plus parler de ceux d'Europe.

Et puis en parler, c'est montrer une sensibilité dont les terroristes se servent. Et donc ne plus en parler, c'est ne plus en faire la publicité et donc peut-être casser l'effet médiatique qu'ils recherchent

Répondre
gravatar

Fabien Mosen - il y a 2 ans

Oui, clairement, on s'habitue, je crois. Personnellement, c'est un peu le cas, même si je n'ai pas digéré (faut-il ?) la tuerie de Charlie Hebdo, dont j'étais (et suis encore) lecteur.

Répondre
gravatar

Encolpe - il y a 2 ans

De manière très simplifiée, le terrorisme est fait pour créer la terreur et augmenter le sectarisme. Le meilleur moyen de réagir aux attentats est de ne pas réagir. Continuer à aller dans les espaces de plein air. Continuer à voire les potes musulmans, juifs, chrétiens et discuter avec eux sans colère. Faire partager les enfants car le multiculturalisme ça fonctionne.

Ne pas laisser la peur entrer, jamais. Toujours garder une bonne hygiène mentale.

Répondre
gravatar

seb - il y a 2 ans

Ca fait 22ans (au minimum) que nous vivons sous le risque des attentats islamistes (c'était en 1995 les attentats du RER B et celui du RER C). Beaucoup sont nés depuis, pour ceux-là, c'est le monde normal. Pour les autres, oui on s'habitue... Et il vaut mieux : le problème ne sera probablement pas encore réglés dans 10ans vu les politiques appliquées.

Répondre
gravatar

GH - il y a 2 ans

Sinon les 500 morts dont 150 enfants en Sierra Leone à cause des inondations, vous en avez entendu parler dans les médias?

Répondre
gravatar

Vindeux - il y a 2 ans

Mouais...

Si réagir et ne pas être "ok" consiste à faire des manif' islamophobes...

Je prefere ne pas réagir

Mais il faudrait relativiser, plutôt que dramatiser...
Comme à la Réunion et les michants requins...

En France:
- moins de 300 décès de 2015 à aujourd'hui
- 3 469 décès en 2016 d'accidents de la route

Je pense qu'on devrait brûler plus de voiture, c'est surement plus efficace que de monter des lois liberticides...

Répondre
gravatar

adrien (un autre) - il y a 2 ans

Pas grand chose à ajouter à ce qui a été dit plus haut sur une certaine habitude, les interrogations sur l'utilité de réagir, la mise en perspective avec d'autres événements internationaux voire notre propre responsabilité, même indirecte ou passée, dans ces attentats ; sinon que la réaction de Marc Dubuisson sur le même thème de l'habitude m'a bien fait rire : https://twitter.com/Unpied/status/899530266410188801

Le bon côté des choses, quoi.

Répondre
gravatar

Yohann Antier - il y a 2 ans

... On ne s'habitue pas, on ne sais plus quoi dire ou on se protège peut-être...

Répondre
gravatar

Williann Wln - il y a 2 ans

J'ai aussi pris cette habitude, c'est presque devenu banal, bien que ça me retourne toujours autant les tripes. Mais que pouvons nous faire ? Nous empêcher de vivre et évoluer dans la peur chaque fois qu'on va dans un endroit public ? On peut pas l'empêcher, on peut rien faire. C'est aussi cette impuissance qui me rend malade. Mais il faut continuer, encore et toujours...

Répondre
gravatar

Mag - il y a 2 ans

Bonjour :) Moi perso c'est juste que j'utilise les réseaux sociaux pour m'amuser... Sur FB ou twitter je suis des comptes sur des "passions", des trucs qui m'intéressent et des potes. J'y vais pour m'amuser et trouver des articles intéressants à lire et voir les vacances des potes ^^. Je passe mon chemin sur les actus et trucs tristes. Pour ça j'écoute les infos à la radio ou je vais sur des sites d'infos. Pour moi c'est juste pas l'endroit où épancher mes peines qu'elles soient perso ou dues à l'actualité. Ça dépend de l'utilisation de chacun des réseaux sociaux ;-)Ça ne veut pas dire que je m'en fous, mais juste que (pour moi) ce n'est pas l'endroit où en parler. (Mais je comprends que d'autres le fasse, y'a pas de soucis là dessus ;) )

Répondre
gravatar

Baptiste Gavalda - il y a 2 ans

Je crois que l'on est tous toujours touché mais que l'on ne sais plus comment réagir.

Répondre
gravatar

AP - il y a 2 ans

Non je ne m'habitue pas, toujours la même émotion et des questions en nombre. Pas de réaction sur les réseaux sociaux car je n'y suis pas, mais discussions avec mes proches, mes amis, mes enfants... Nous étions à Barcelone le jour de l'attentat, pas dans le même quartier, mais c'est un fait étrange de se dire que 2 jours avant nous étions à l'endroit. La chose principale que cela m'inspire : il faut continuer, ne rien lâcher et ne pas se retrancher. Je compte bien continuer à aller partout où j'en ai envie.

Répondre
gravatar

Emmanuelle - il y a 2 ans

Ce soir, je suis tombée par hasard sur le documentaire "Charlie 712, l'histoire d'une couverture", diffusé sur LCP la chaine parlementaire (on peut le trouver facilement sur internet).

On voit les caricaturistes de Charlie (Charb, Cabu, Wolinski etc...) debattre et travailler ensemble sur une couverture pour revendiquer la liberté d'expression à l'époque où on se déchirait sur les caricatures de Mahomet.

Ce documentaire a 10 ans mais quand on le visionne aujourd'hui,on a l'impression de tomber de haut. On réalise vraiment qu'on nous a privé d'une certaine liberté de penser et d'expression critique.

Je regrette vraiment cette époque, pas si lointaine pourtant ,où des caricaturistes intelligents posaient clairement les débats, osaient ouvrir leurs gueules pour dire NON.

Quand je vois aujourd'hui Hanouna faire la couverture de Paris Match en revendiquant sa liberté de ton alors qu'il ne fait que construire sa popularité sur le rabaissement et dénigrement d'autrui.. où va-t-on et que laissons nous aux jeunes d'aujourd'hui qui vivent sous la menace et la peur des attentats? Vont-ils grandir dans une société soumise, sans une liberté de parole clairement exprimée; une liberté étouffée par des programmes TV vulgaires et / ou consensuels, financés par des hommes d'affaires peu scrupuleux sur la pérennité de ces idéaux?

Répondre
gravatar

Violette Schulthess - il y a 2 ans

Moi non plus... et heureusement ! S'habituer aux drames du monde, se désensibiliser de la peine d'autrui (pour se protéger de la peur ?), n'est-ce pas, peu à peu, perdre son empathie et son humanité ?

Répondre
gravatar

Valentine Rouault - il y a 2 ans

C'est marrant, tu disais l'inverse avec Bruxelles, que tu n'as pas versé une seule larme et que tu t'habituais. Je crois que c'est la seule ville qui a eu droit à un discours aussi froid de ta part, d'ailleurs.

Bref...

Répondre
gravatar

Mathieu 'Regulus' Bonnet - il y a 2 ans

Et si réagir comme on le fait confortait les terroristes dans l'idée qu'ils doivent recommencer? Je pense qu'on ne doit bien sûr pas s'habituer à ce qu'il y en ait, mais avoir un travail de résistance mentale plus grande. Pour ma part, je pense que pratiquement tout ce qu'il fallait dire sur les attentats a déjà été dit. C'est horrible, j'ai été touché par nombre d'entre eux, mais je trouve que ce n'est pas approprié de venir compatir avec les victimes comme si elles étaient nos proches, quand on ne savait rien d'elles. Si je devais ressentir quelque chose à chaque fois que quelqu'un meurt de manière injuste, je passerais mon temps en larmes à ne rien pouvoir faire de ma journée.

Je ne pense pas être inhumain en disant qu'il faut prendre les choses dans une proportion qui nous permettre d'affronter la vie de manière efficace. Notre implication personnelle ne doit pas être dans le deuil, avec des messages sur les réseaux sociaux et des changement d'image de profil. Nous ne pleurons pas habituellement les morts qui ne sont pas les nôtres, nous avons simplement conscience qu'il faut une solidarité entre nous tous, même si nous ne nous connaissons pas. C'est là-dessus qu'il faut travailler comme nous pouvons, en pensée et en action.

Mon point de vue c'est qu'il faut d'abord retrouver ce qui nous lie tous dans la vie, alors qu'on nous propose actuellement de n'être reliés que par des évènements de mort. Cette page est celle d'une communauté qui est et a été solidaire des aventures de Laurel et de sa famille, confrontés à des difficultés qui nous touchent parce que bon nombre d'entre nous peuvent aisément rencontrer les mêmes dans leur entourage professionnel. "Comme Convenu" c'est pas seulement une tranche de vie difficile, ça parle à beaucoup de gens. L'histoire qui s'est construite ici est ainsi celle qui doit se construire plus largement dans toute société humaine, et qui est déjà racontée mille fois dans des livres, des films, etc ; c'est l'histoire d'une solidarité qui aboutit à la fin d'une épreuve dont on ressort grandi. Le fameux "happy end".
Il faut continuer d'y croire.

Répondre
gravatar

Arnor02 - il y a 2 ans

En même temps, actuellement, c'est TOUS les JOURS.
Vraiment, hein.
Il y a FdeSouche qui les répertorie, sinon, il y a la page "notre quotidien" sur facebook.

Répondre
gravatar

toto - il y a 2 ans

Une reflexion de Sapir sur ce qui fonde ce terrorisme à visée religieuse:

http://russeurope.hypotheses.org/6221

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante