"La deadline", page 34.

La dernière planche de cette semaine...

Je vous dis à lundi sur Tipeee, pour la suite ! Et courant de semaine prochaine ici. ✏️

Bon week-end.

Merci !

🌿 Laurel 🌿

gravatar

Goupil - il y a 2 semaines

Je trouve que c'est bien trouvé, graphiquement, de mettre l'image de son souvenir d'enfance dans une pastille ronde, comme s'il regardait à travers une longue-vue, de très loin.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a une semaine

Ouais, pareil, ça transmet bien cet aspect "refuge" ! :)

Répondre
gravatar

Laurel - il y a une semaine

Merci. 😌

Répondre
gravatar

Cyann - il y a une semaine

Je suis épatée qd tu abordes des sujets difficile. Car j ai toujours trouvé tes dessins ronds, enfantins, et pourtant tu sais transmettre graphiquement des choses très dures. Chapeau bas !

Répondre
gravatar

Laurel - il y a une semaine

Merci ! 😙

Répondre
gravatar

Vilain Palmipède - il y a une semaine

Je trouve que les clichés sur les parisiens ne sont pas encore assez appuyés. Tu pourrais rajouter plus de gens (sales et laids de préférence) qui font encore plus la gueule ?

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a une semaine

De vrais provinciaux, ces parisiens ! 8)

Répondre
gravatar

Alex - il y a une semaine

Et que dire du tag "Nique toi" au dessus de la porte du métro, on aimerait pourtant tous y arriver mais c'est physiquement infaisable...

Répondre
gravatar

Eric - il y a une semaine

;-)

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a une semaine

Bon je pense que je suis très probablement rétrograde et à contre-courant mais (il y a toujours un "mais" quand on commence comme ça)

Mais, j'ai du mal à être en phase avec notre héros parce que je me dis que dans d'autres endroits du monde il y a un Bataclan tout les jours depuis des années, que personne n'en parle plus que ça chez nous, et surtout que les gens qui vivent la-bas doivent faire avec si ils veulent survivre.
Alors les crises d'angoisse (bien réelles je n'en doute pas une seconde) de quelqu'un qui n'était même pas réellement en grand danger, ça ne me touche pas.

Mais l'histoire n'est pas terminée, il y a des zones d'ombre, quelle sera la chute ?

Répondre
gravatar

Pauline - il y a une semaine

Non, vous n'êtes pas à contre-courant, votre système de pensée est très actuel. La société est réellement malade de penser que parce qu'il y a d'autres souffrances dans le monde (faut croire que l'on découvre cela seulement maintenant), celle que vous vivez ou celle qui est sous vos yeux a moins de valeur et doit être balayée d'un revers de la main et relativisée.

Le mec a juste vu des gens les tripes à l'air, entendu des coups de feu se rapprocher et vu la mort de près, au point de la sentir sur lui. Franchement, avoir un niveau d'empathie au stade minimum suffit à comprendre ce qu'il a vécu. Au pire, au moins respecter et ne pas dire "Mais il y a pire ailleurs". Du même niveau qu'un autre commentaire disant "Oui mais enfin, on risque de se tuer en prenant la voiture ou simplement chez soi". Comparer une attaque terroriste sanguinaire au fait de tomber mortellement à la sortie de sa baignoire, on a touché le fond.

Ça me fait penser, je suis partie aux urgences il y a un mois pour insuffisance respiratoire liée au coronavirus. J'ai bien cru y passer cette soirée là (je fais très court, parce que les crises d'angoisse ne vous touchent pas, j'ai bien compris). Mais je devrais peut-être pas en parler parce qu'il y a des gens qui sont en chimiothérapie ou tétraplégique. En plus, il y a des gens qui s'étouffent tous les jours d'une fausse route. MY BAD.

Pour conclure, il me semble avoir lu que cette histoire est tirée du récit d'un proche de Laurel, j'attends de vous voir le regarder en face et lui dire ce que vous avez écrit, sans sourciller. N'hésitez pas à aller faire un tour aux groupes de soutien, également.

Répondre
gravatar

Ballmeyer - il y a une semaine

Ce qu'il y a de bien quand on s'estime être un humain "humaniste", c'est qu'on peut prendre de haut ceux qu'on estime ne pas l'être. On peut même leur donner des conseils enrobés d'une pseudo bienveillance.

Répondre
gravatar

Martin - il y a une semaine

Tout à fait, Max.
C'est exactement ce que je me dis : il y a des centaines de milliers de gens qui meurent tous les jours. De quel droit suis-je dévasté à ne plus en dormir la nuit, lorsque je perds mon chat, ma femme, mon fils, ma mère ? Il y a certainement quelque part dans le monde une personne qui a perdu tout celà à la fois, ou même bien plus !
Je ne suis qu'un égoïste à me lamenter sur mon sort, à ne plus manger, dormir, et à déprimer ; à demander de la compassion à défaut de compréhension. Je suis un monstre.

Répondre
gravatar

Ballmeyer - il y a une semaine

Voilà au moins quelqu'un qui a compris. Bravo !

Répondre
gravatar

Dumati - il y a une semaine

Lorsque que l'on vit directement un moment traumatisant comme celui vécu par ce jeune homme, on ne fait plus forcément la part des choses.
Ce we j'étais dans une chambre d'hôte où était également une femme qui à hésité avec le Petit Cambodge et un autre resto quelques mètres plus loin le soir des attentats. Après avoir passé des heures dans la cave de son resto, elle est passé devant les corps sous des draps en sortant. Le lendemain elle alors qu'elle était dans le rer pour rejoindre la gare et quitter Paris des militaires sont monter dans sa rame et on arrêter l'homme qui était assit en face d'elle, dans son sac il y avait des armes.
Elle nous disait "si nos anciens voyaient le monde tel qu'il est aujourd'hui, ils seraient choqué par la violence" On avait beau lui dire que nos grands parents avaient vécu la seconde guerre mondiale, ayant été particulièrement touchée par les attentats elle ne pouvait pas entendre que ce qui se passe ailleurs où ce qui s'est passé avant était horrible et touchait beaucoup plus de monde.

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante