"La deadline", page 14.

À lundi... Passez un bon week-end... ✨

gravatar

Violette Abram Beugnon - il y a un mois

C violent mais ça va. Je t'adore Laurel, tes dessins etc, franchement je t'admire !

Répondre
gravatar

Chloe - il y a un mois

Cette série est obscène et témoigne brillamment de ton obsession pour cet événement (c'est pas genre la 3ème fois que tu le mets en scène ?) C'est très malsain

Répondre
gravatar

a - il y a un mois

Laurel a bien spécifié que c'est quelqu'un de son entourage qui lui a raconté ça.

Répondre
gravatar

Mist - il y a un mois

En quoi tu trouves ça malsain ?

Répondre
gravatar

bod - il y a un mois

C'est sûr qu'il y a des détails gore. Mais bon, rien n'oblige à venir ici regarder. À moins de passer par ici par hasard… si on n'aime pas on peut prendre quelques semaines de pause pour aller voir ailleurs ce qui s'y passe.

C'est drôle comme les commentaires de ce blog deviennent des commentaires sur l'auteure.
Vous avez lu Tardi ? Blast de Larcenet ? Vous avez vu les peintures de Schiele ? Vous leur avez écrit ?
C'est sûr que le style de dessin de Laurel qui est plutôt doux à mon goût contraste beaucoup avec les horreurs de cette histoire. Ça fait ressortir davantage le côté horrible.

En tous les cas, seule une personne malsaine demanderait à Laurel de peindre des licornes roses toute sa vie.

A-t-elle des obsessions ? Pour ma part, j'ai connu des personnes obsédées, rien à voir. Je trouve les sujets de Laurel principalement variés.

Bref, pas d'accord avec ton commentaire Chloe.

Répondre
gravatar

Alex - il y a un mois

Oui c'est probablement malsain et surtout mortifère.
Laurel semble être aspirée mois après mois dans un tourbillon morbide qui l'éloigne de la drôlerie et du second degré que l'on trouvait dans "Comme convenu". J'imagine qu'il y a des raisons personnelles à cela.

Répondre
gravatar

Cha - il y a un mois

Perso, ce que je trouve malsain, c'est d'aveuglement fermer les yeux sur ce qui se passe et faire comme si cela n'existait pas.
En parler, peut aider tant les victimes, que autres.
Ce existe et c'est là, oui il ne faut pas flipper chaque rue, par contre le taire et faire comme si cela n'avait jamais eu lieu là c'est tout autant violent.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a un mois

Bon exemple pour Tardi, il a toujours aimé ces thématiques, mais on se souvient de son travail sur tellement d'autres œuvres.
C'est comme Laurel, je ne pense pas qu'on se souviendra de son oeuvre pour ses références à un événement qui a trauma beaucoup de français (et pour d'autres, ce sera les attentats de Strasbourg, de CH, de 95 dans l'métro...).

Oui, des gens qui n'avaient rien demandé sont morts, et il faut savoir l'accepter et en parler. Là où ce pourrait être malsain, c'est s'il y avait jugement dans le discours de Laurel (tout au plus on pourrait dire que son Paris est très blanc, on se croirait à Fougère ! :-p). Mais là, non, c'est (j'ai l'impression) l'histoire d'un homme qui souhaitait préparer sa mort, et qui ne l'a pas fait alors qu'il est passé à deux doigts d'y rester. Et ça finira sur un Ulule, elle a prévenu.

Répondre
gravatar

Guilhem - il y a un mois

Edit : J'avais oublié que Laurel dessine très rarement la couleur de peau. On peut clairement voir des personnes de différentes origines dans cette BD.

Répondre
gravatar

Julie - il y a un mois

Je me trompe ou il y a de plus en plus de polémiques dans les commentaires? Ça ne fait pas longtemps que je lis le blog mais j'ai l'impression qu'il y en avais un peu moins avant.

Répondre
gravatar

Sophie - il y a un mois

Avant il y avait Valentin.

Répondre
gravatar

Noname - il y a un mois

Et avant Valentin... les vieux de la vieille auront des souvenirs épiques de la zone de commentaire depuis plus de dix ans, ah ah :D

Répondre
gravatar

Esoream - il y a un mois

Je n'y comprends plus rien. Une histoire vraie sur les attentats ? "Morbide", "obscène", "malsain", "mortifère".
Un post plus léger entre les planches de cette histoire ? Ça ne va pas non plus.
Cette B.D a certes un thème peu évident, mais visiblement il y a autre chose derrière, il ne s'agit pas de raconter les attentats pour les raconter, pour faire du gore, du glauque, ni pour faire du fric dessus.
Je trouve ça assez cohérent avec la précédente histoire courte, "Le Signe". Oui ça tourne autour de la mort, mais dans la première il s'agissait de preuve de vie après la mort, ici la 1ère page montrait une volonté d'anticiper sa mort, de s'y préparer, ou de vouloir réaliser certaines choses dans sa vie avant de mourir.
Ce sont quand même des questions existentielles assez courantes. Enfin, à mon avis.

Répondre
gravatar

Ladybug - il y a un mois

D'accord avec vous. Cette BD est un témoignage important sur un drame historique qui permet de ne pas oublier les victimes et de connaître les conséquences phycologiques d'un évènement aussi atroce sur les survivants. Beaucoup d'oeuvres ont été écrites sur des traumatismes. Et la BD est un média comme un autre qui permet d'aborder des thèmes graves. Les deux planches où Laurel avait mis un avertissement m'ont retourné l'estomac, mais c'est la réalité pure et dure, le personnage de cette histoire ayant été témoin de ce qui s'est passé à Paris ce soir-là. :(

Répondre
gravatar

Chloe - il y a un mois

Je parle juste de cette exposition de corps morts. Même (voire surtout!) en dessins, c'est obscène. Est-ce que Laurel a été regarder les photos des morts pour s'assurer qu'ils aient le bon visage? Il n'y a rien de subtil, rien d'artistique, je suis désolée pour la personne à qui appartient cette histoire parce que tout cela est rendu de manière bien peu délicate. Mais c'est une habitude chez Laurel

Répondre
gravatar

Esoream - il y a un mois

Même vu comme ça, je reste en désaccord. Quant à la personne qui a raconté son histoire, elle est peut-être au contraire contente du travail de Laurel, on n'en sait rien, et c'est pas vraiment le propos.
Les goûts, les couleurs... bref on ne sera pas d'accord, vous avez tout à fait le droit de ne pas apprécier et d'émettre des critiques, mais extrapoler sur la vie de l'auteure, son "obsession" ou le mécontentement de la personne qui a livré son histoire... c'est étrange.

Répondre
gravatar

Guallaume - il y a un mois

Que cela ne vous plaise pas, je peux le concevoir, mais venir, et plusieurs fois, sur une BD pour laquelle vous trouvez les dessins obscènes, ça je ne le comprend pas !!
Vous accusez carrément Laurel de voyeurisme :"Est-ce que Laurel a été regarder les photos des morts pour s'assurer qu'ils aient le bon visage?".
Je pense que c'est vous qui êtes obsédé, et qui faite preuve de voyeurisme, car personne, à part vous même ne vous oblige à venir, et surtout à revenir.
Moi quand un truc ne me convient pas, je vais voir ailleurs, je ne revient pas, et je ne la ramène pas !!

Répondre
gravatar

Toc - il y a un mois

J'ai du mal à voir en quoi cette exposition des corps peut être décrite comme "obscène" que ce soit moralement ou esthétiquement. Comme beaucoup de commentaires des pages précédentes, je trouve même que le dessin de Laurel a tendance à atténuer la violence de la scène et l'exposition des corps. Quand on regarde la peinture classique, on trouve bien pire en terme d'exposition de la mort entre Caravage et Otto Dix, chez qui il y avait une vraie recherche de l'esthétisation de la laideur complètement absente chez Laurel pour le coup

Répondre
gravatar

Gwen - il y a un mois

Chloé est une terroriste des idées en puissance, elle veut imposer son malaise aux autres et que sa vision soit l'unique voie que l'on doit entendre. Elle rêve que la dictature de la morale aille dans son sens.

C'est le genre de personnes qui font que la tuerie de Charlie-Hebdo, la mort de Samuel Paty et bien d'autres actions menée au nom d'une liberté de penser unique devient possible. Elle n'en est peut-être même pas consciente.

Moi aussi, il y a des choses que je trouve inadmissible que je refuse d'entendre ou de voir. Mais je ne consomme pas ces artistes pour ça. On n'a juste pas les mêmes goûts et c'est tant mieux.

Laurel; depuis que je la connais, fait dans le morbide. Ce ne sont que les quelques écureuils qui passent qui rendent son travail si mignon, mais dans le fond, il y a vrai malaise sous-jacent qui fait que justement Laurel est Laurel.

Répondre
gravatar

Blef - il y a un mois

Aha Ces commentaires... sérieux c'est un blog BD pas une réunion des psychologues de comptoir anonymes. Je suis Laurel depuis la boulangerie rue Saint-Livier (comprendra qui pourra, bref depuis le début), et je pense...que faut lire les planches BD et à la fin aller faire sa vie.

Répondre
gravatar

jacques-humule - il y a un mois

Bref la BD c'est pas de l'art. On lit, on jette.

Répondre
gravatar

Blef - il y a un mois

Ah ? quand t'arrêtes de regarder un tableau c'est comme si tu le jetais toi ? T'es bizarre.

Répondre
gravatar

jacques-humule - il y a un mois

mince, j'ai oublié le #ironie. S'cuse moi.

Répondre
gravatar

Laurel - il y a un mois

Merci pour vos commentaires ! Je les lis tous avec attention.

Je note aussi vos remarques sur la mise en scène, c'est souvent pertinent et ça m'aide à m'améliorer. Et souvent je retouche les pages. Donc merci pour ça.

Au sujet des polémiques, c'est vrai que ça revient un peu, mais ça ne me dérange pas du tout. C'est enrichissant de lire des débats et des avis différents.

Répondre
gravatar

PDO - il y a un mois

Je crois qu'il y a une partie du concept qui échappe à certain(e)s.

Laurel est une artiste (ou du moins une créatrice) et a le droit, voire l'obligation, de créer et publier son ressenti. Et ce à travers le filtre de ses propres sentiments personnels.
C'est même la base du trip.

Et vous n'êtes pas ses clients: vous n'avez rien commandé à votre (petite) mesure: vous êtes au mieux des visiteurs. Elle est donc libre de le faire comme elle l'entend.

Personne ne vous oblige à venir voir (gratuitement) et ensuite à vous répandre en commentaires oiseux, voire haineux (marrant comme la rime est évidente).

Si vous n'avez pas encore compris que les hommes (ceci incluant la partie féminine de l'humanité) sont violents moralement ou physiquement dès qu'ils en ont l'opportunité, qui plus est dès qu'ils ont à faire à quelqu'un de plus faible qu'eux, et surtout sous couvert d'un soit-disant prétexte moral ou religieux, ils ne vont pas se priver.

Refuser de voir la réalité, et critiquer la personne qui en témoigne (c'est toujors le messager qu'on critique), même de la manière la moins agressive comme c'est le cas ici (Laurel est tout de même la spécialiste du truc "mignon"), c'est juste de l'hypocrisie. Ou de l'inconscience béate.

Et un créateur n'a pas à se priver non plus d'exprimer ses interrogations ou son sentiment à ce propos. De la manière qui lui sied.

PDO

Répondre
gravatar

Eric - il y a un mois

J'"adore" le reflexe completement con d'aller chercher sur le web une eventuelle réponse à ce qui est en train de se passer autour de soi au moment où on le vit :) Je l'imagine arrivant sur une depeche avec toute une liste de commentaires :"ce sont des coups de feu , il faut partir dans la direction opposée" , " non vous n'y connaissez rien , il faut rester sans bouger", " c'est une explosion de gaz, je suis un expert , il n'y à rien à craindre" , etc.

Répondre
gravatar

Kadie - il y a un mois

Ah le réflexe lavie.com... je l'ai aussi quand il se passe quelque chose de violent près de chez moi. C'est par ces détails qu'on voit que le personnage, choqué, essaie de mettre du sens sur ce qui est en train de le choquer. Con ? Non, humain, tout simplement. Et il me semble difficile de rendre ce qui l'a choqué, si on ne le montre pas... ce que fait Laurel avec économie me semble-t-il. Cela ne me dérange pas si les visages des morts ne ressemblent pas exactement aux "vrais" ; cela me semble plus respectueux des familles. Etrange ce haro sur Laurel, quand nous sommes assaillis à longueur de temps et d'écran par des films, vidéos, images chargées d'une véritable obscénité, de véritables fantasmes morbides, pervers... qui façonnent les mentalités.

Répondre
gravatar

Zebio - il y a un mois

Je suis globalement d'accord avec ce qu'a dit PDO. La liberté artistique, c'est la base du travail d'artiste. Franchement, j'ai vu des trucs dérangeants en art moderne, eh ben soit je passe très vite, soit je n'y retourne pas.
Il y a des aspects que Laurel nous montre d'elle-même (attirance pour le surnaturel, l'occulte, la voyance...) qui ne cadrent pas avec ma vision cartésienne et scientifique du monde, je les accepte en tant que constituants de sa personnalité et de son travail artistique, ça m'aide à peut-être mieux comprendre ce qu'elle veut exprimer.
Pour cette série, Laurel a choisi de s'exprimer sur un sujet qui lui tenait à coeur. Elle ne se sentait pas légitime sur le sujet et a eu l'occasion de rencontrer un témoin direct, avec lequel elle a monté et discuté un projet. Ce sont, il me semble, les seuls partenaires qui peuvent s'exprimer sur le bien-fondé du rendu du témoignage par le travail de Laurel.
Je trouve que c'est fait avec pas mal de sensibilité et de tact, comme les avertissements pour les scènes les plus choquantes (mais est-ce réellement plus choquant de voir des morts en BD que ce qui passe tous les jours au JT [que je ne regarde plus depuis longtemps pour ma part] ?) Le seul petit reproche que je puisse faire était peut-être d'annoncer clairement le sujet de la mini-série dès le début pour que les lecteurs puissent passer leur chemin s'ils le souhaitaient.
Quant aux gens qui viennent sur ce blog juste pour critiquer, ben c'est dommage. Si vous n'aimez pas ce que fait Laurel, ne venez pas sur ce blog, personne ne vous y oblige !
Bravo Laurel, continue à nous éblouir et franchement, avec le serveur Minecraft 40N (oui je sais ça n'a rien à voir) , tu as fait se rencontrer tellement de gens qui s'y sentent bien, que rien que pour ça, ça valait le coup de suivre le blog !

Répondre
gravatar

Laurel - il y a un mois

Merci Zebio. 🙂 J'ai hâte de refaire un tour sur le serveur. Tellement de choses ont dû changer... et oui la communauté qui s'est créée là-bas est vraiment top !

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante