Oh la la, le temps est passé si vite... 😅 Cela fait un bail que je n'ai pas posté de planche de Californid. 😳


Alors voilà la planche 116 !! ✏️


Je reposte la 114 et la 115, pour situer.

À demain pour la 117 ! 📖

gravatar

Cataclip_Cataclop - il y a 3 semaines

Les enfants trouvent TOUJOURS quelque chose à reprocher à la génération de leurs parents, c'est dans l'ordre des choses. Mes parents reprochaient à mes grand-parents la société sclérosée d'avant 68, je reprochait à mes parents d'avoir la consommation à outrance et le gaspillage des ressources naturelles d'après 68... Mes enfants me reprocheront soit ma passivité face à la menace terroriste, soit la 6ème extinction et le dérèglement climatique, soit la victoire de l'ultra-libéralisme et l'überisation de la société... ils auront le choix, c'est bien! :/

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

Oui, tu as raison ! 😅 Hélas !

Répondre
gravatar

Wendigo - il y a 3 semaines

Merci d'avoir reposter les 2 pages précédentes pour plus d'impact ;)

Sinon, heuuu... 70 ans ? En 2019, la dernière guerre, sur le sol français s'est terminée en 1962, ce qui fait 57 ans en 2019.
J'imagine que tu pensais à la WW2 pour les 70 ans ^^;

Répondre
gravatar

Laurel - il y a 3 semaines

Oui, en effet !

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 3 semaines

Considérer l'Algérie comme sol français, c'est un peu limite, même à l'époque. Sauf pour les fondus de l'OAS bien sur.
La guerre d'Algérie (les "évènements" comme il fallait dire alors) n'a pas été une guerre civile, c'était une guerre d'indépendance.

Répondre
gravatar

Wendigo - il y a 3 semaines

La France était en guerre et elle s'est produite en Algérie et aussi en France.
Merci d'éviter de me considérer comme similaire aux "fondus" de l'OAS. :/

En citant Wiki :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Alg%C3%A9rie
"Elle a lieu principalement sur le territoire de l'Algérie française, avec également des répercussions en France métropolitaine."

Mais ne polémiquons pas plus longtemps, ce n'était pas le but initial de ma remarque ;)

Laurel : Oui, malheureusement, la génération de nos parents n'ont pas eu la chance de notre génération (nous sommes du même âge) de ne pas connaître la guerre sur notre sol :(

Répondre
gravatar

Max Lampin - il y a 3 semaines

Je suis bien d'accord pour ne pas polémiquer, et je ne vous ais pas assimilé à l'OAS, vu que je parlais du contexte de l'époque.
Quand au répercussions en métropole, il y eut des attentats (de l'OAS essentiellement), de la répression aveugle (Charonne). Mais pas de guerre. La guerre c'est quand même autre chose, hélas.

Répondre
gravatar

Wendigo - il y a 3 semaines

Pourtant si, malheureusement, elle est considérée comme tel même en métropole.

La guerre a de multiples facettes d'ailleurs... (guerre d'usure, guerre froide, guerre civile etc...) :/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Alg%C3%A9rie#Extension_de_la_guerre_%C3%A0_la_m%C3%A9tropole_(ao%C3%BBt_1958)_et_guerre_civile_FLN_-_MNA

On peut voir que la majorité des victimes étaient algériennes mais que de nombreux français fut également touchés et que la terreur était là, dans tout le pays... :/

Répondre
gravatar

Michel - il y a 3 semaines

Ma femme est née à Oran et ses parents de simples travailleurs ont quitté l'Algérie en 1960. Même sans drame dans la famille, elle a eu une enfance assez perturbée : le climat de peur latente, partir à 8 ans en sachant qu'on ne reviendra jamais, sans compter la galère économique de la famille pour tout reconstruire en France sans un sou en poche. Tout cela laisse des traces, et elle en souffre encore parfois. En tout cas, nous ne pouvons pas regarder les étrangers réfugiés en France sans les comprendre...
Sinon, merci Laurel pour partager tes aventures sur la toile.

Répondre
gravatar

Charles - il y a 3 semaines

Merci Laurel pour toutes ces belles histoires. Ta planche 115, ça rappelle "La bête est morte" de Calvo. Ce n'est sans doute pas un hasard...

Vivement Californid dans nos boîtes aux lettres!

Répondre
gravatar

Véral - il y a 3 semaines

La France est en guerre depuis longtemps hors de ses frontières pour protéger ses intérêts.
Bien sur en tant que métropolitains nous sommes préservé, donc forcement ça fait bizarre d'apprendre ça.
Après en ce qui me concerne, je suis bien comme ton gros ours blasé, ou le loup vénère. Il suffit de s'informer un peu et on réalise vite que la France est un pays de guerre plus que de Paix. Sauf que la guerre elle l'exporte plus qu'elle ne l'importe, et nous maintiens bien au chaud avec nos p'tites tête dans la sable.

Alors forcement quand elle l'importe, ben ça peut faire tout bizarre.

Mes sources:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_guerres_de_la_France#1958_%E2%80%93_actuel_:_Cinqui%C3%A8me_R%C3%A9publique

Répondre
gravatar

Toc - il y a 3 semaines

Sans même parler de la guerre, c'est aussi intéressant de se rappeler que le terrorisme n'a jamais vraiment cessé en France depuis les années 1950 : le FLNC Corse est responsable de plus de mille attentats en France dans les années 1990, et dedans on compte des attaques de commissariat à la rockett. On peut également citer ETA avec plus de 500 victimes dans le pays Basque depuis sa création. La violence n'était pas la même qu'aujourd'hui mais elle était bien là

Répondre
gravatar

BAM - il y a 3 semaines

Ma fille de 19 ans m'a fait remarquer qu'il y avait PLUS DE FEMMES tuées par leur conjoint TOUS LES ANS que le total des victimes de terrorisme en France des dernières années.

Plus de victimes de la chasse aussi...

Plus de SDF chaque année...

Que lui dire d'autre ? Elle a mille fois raison. Nos peurs, nos émotions nous cachent des vraies violences.

Répondre
gravatar

Marie-Eve - il y a 3 semaines

La peur est à distinguer des autres émotions. Les femmes tuées par leur conjoint, je trouve ça aussi triste que n'importe quel attentat, particulièrement lorsqu'il y a des enfants qui se retrouvent sans parent, mais je n'ai pas peur pour moi car ça ne m'arrivera jamais (je suis consciente de ma chance).
Les terroristes atteignent leur but et méritent leur nom lorsque chacun peut se sentir visé. Les plus pragmatiques font des statistiques rassurantes, les autres plongent dans l'angoisse et c'est dur à contrôler.
Ne pas avoir peur, quand on n'est pas en danger, ça n'empêche pas d'être triste, dégoûté ou en colère de ce qui arrive aux autres.

Répondre
gravatar

BAM - il y a 3 semaines

Bonjour Marie-Eve,

Je partage... et je m'interroge sur les choix de notre société. Constatons qu'il est plus porteur de mobiliser des moyens, l'attention de tous et des médias... pour traiter les peurs. Essayer de résoudre les vrais problèmes... c'est autre chose.

Répondre
gravatar

Marie-Eve - il y a 3 semaines

Ah c'est sur que la peur, c'est vendeur... Si ça se limitait aux médias, ce ne serait pas si grave : il y a toujours moyen de trouver un journal moins racoleur. Ça m'embête davantage quand des partis politiques jouent sur nos peurs, là le choix est commun et pas moyen d'y couper. Hop, une inquiétude de plus !

Répondre
gravatar

Lou - il y a 3 semaines

C'est psychologiquement révélateur de paniquer à propos d'un événement qui a évidemment été tragique mais reste marginal. La réaction de la majorité des gens a été simplement de continuer leur vie. Quant à paniquer à propos d'une pretendue guerre (oui la France est en guerre sur d'autres continents mais la menace ISIS a été plutôt éradiquée) alors que les événements climatiques vont probablement causer bien plus de déplacements de populations, de morts et d'histoires tragiques (et probablement de guerres aussi).
Je trouvais simplement interessant de noter la hiérarchie que vous faites dans la gravité des événements.

Répondre
gravatar

Marie-Eve - il y a 3 semaines

Quelle chance ont les gens qui ont réussi à simplement continuer leur vie. Les angoisses sont difficiles à contrôler, j'ai peur de tout ce qui pourrait atteindre ceux que j'aime (terrorisme, maladies, accidents...) et j'aimerais bien réussir à ne pas traîner ces peurs comme des boulets.
Si on prend les évènements climatiques, je n'ai pas peur pour ma vie où celle de ma famille. Je suis inquiète pour les personnes qui vivent dans des endroits sensibles (au bord de la mer dans des pays pauvres, en zones désertiques...) et bien évidemment en tant que privilégiée je suis prête à partager les ressources et à me passer davantage encore d'un certain confort pour que d'autres puissent vivre (surtout qu'il y a de la marge avec tout ce qu'on produit et qui n'est pas franchement utile), je suis triste pour la biodiversité même si je sais qu'à l'échelle des millions d'années elle traversera la crise, mais je ne m'imagine jamais que je peux en mourir dans un futur proche en laissant des enfants sans maman.

Répondre
gravatar

Mélila - il y a 3 semaines

Je suis d'accord avec tes propos Lou. On déplace la peur là où elle est utile afin de mieux contrôler les masses et dans le but ultime que cela rapporte. D'où le fait que les attentats fassent davantage peur et que l'on estime ce risque davantage possible et inquiétant par rapport aux violences faites aux femmes (aux enfants, mais aussi envers les hommes - violences que l'on souligne malheureusement peu) ou au changement climatique avéré.

Néanmoins, à l'époque de cet attentat en particulier, bien que le problème climatique était déjà clamé par de nombreux scientifiques, météorologues, etc., la sensibilisation envers les populations n'en était qu'aux balbutiements. Les voix cherchaient à se faire entendre mais étaient peu relayées par les médias et lorsque c'était le cas, ces voix étaient totalement décridibilisées. Je trouve donc cette peur liée avant tout aux attentats et à la guerre tout à fait compréhensible puisqu'à ce moment-là, nous n'avions pas tous pris conscience de l'urgence et de la taille du problème.
Bien évidemment, c'est ma lecture de ce texte, je ne sais pas si Laurel était dans cet état d'esprit :).

Répondre
gravatar

FandesKinks - il y a 2 semaines

En lisant les autres commentaires je constate toujours les mêmes réflexes :

- Relativisme par les statistiques : en parlant des chiffres des féminicides , des sans abris ou encore de la chasse …

- Relativisme par le passé : en argumentant que les Français avaient déjà été victimes d'attentats depuis longtemps et que le terrorisme n'est pas une chose nouvelle ( platitude sans intérêt dans le cas présent ) , même si personnellement je ne vois pas trop en quoi ça devrait rendre moins graves les attentats récents …
- autoflagellation et indifférence : on est des sales occidentaux privilégiés , on est tristes seulement quand ça se passe chez nous , on est des monstres d'égoïsme parce qu'on veut vivre en sécurité bla bla bla , enfin bref le sermon habituel …

C'est lassant .

Tout ces efforts déployés afin de ne pas avoir à admettre que nous subissons en ce moment les effets direct d'une haine irrationnelle que des fanatiques religieux prônent farouchement contre nous d'une manière virulente et totalement assumée .

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante