Notre associé nous propose de faire des jeux en étant libres, et la boîte deviendrait notre éditeur.

"Ce récit est basé sur des faits réels. Les noms et certains lieux ont été changés." 

Alex Rock-Ancelet - il y a 2 ans

Voilà, comme ça Boulax n'est qu'éditeur et plus employeur, du coup ils peuvent entuber Lauren & Adrien comme des porcs :)

Répondre

Mary Stern - il y a 2 ans

Et ce nez qui va bientôt exploser. C'est fou mais je me demande si son égo est dans son nez ou dans son crâne.

Répondre

Genevieve Henry - il y a 2 ans

je le sens pas la, pas du tout....

Répondre

Bastien Locoge - il y a 2 ans

REFUSE !!!! REFUSE !!!! Sinon tes parts dans la boîte tu les oublies !!!! Le peu de droits que tu avais en tant qu'actionnaire de la boîte, c'est dan'l'Q. "Alors c'est quelque chose qui se fait très souvent" t'as entendu ça des centaines de fois, et ceux qui s'y connaissent vraiment t'ont bien fait comprendre que NON Joffrey raconte de la merde.

Répondre

Bertrand Keufterian - il y a 2 ans

Ha ha, l'enfoiré...

Répondre

Armelle Cerney - il y a 2 ans

Euuuh, en quoi est-ce que ça va améliorer la communication entre eux ?
J'ai raté un truc....

Répondre

Noémie No - il y a 2 ans

Oui éditeur, pour pouvoir bien mettre la pression sur les délais, poser des conditions ("sinon on vous publie pas"), bien sûr, bien sûr.

Répondre

Rynn - il y a 2 ans

"C'est quelque chose qui se fait souvent" ? Fichtre : ça pue x)
Et du coup, eux ils vendent le jeux et se font des thunes, mais qui pait les salaires des Dev ??

Répondre

Nabila Mhjb - il y a 2 ans

La bonne petite douille.

Répondre

Nekky Makko - il y a 2 ans

Je me disais bien que ça sentait le coup fourré...

Répondre

Gabriel - il y a 2 ans

Quand il commence par "ça se fait très souvent", tu sens qu'il essaie de t'enfler. Ca sent pas bon !

Répondre

Tomme Cruise - il y a 2 ans

Grave !

Répondre

Max Lampin - il y a 2 ans

En clair ça veut dire vous êtes virés mais on promet de vous financer en publiant vos jeux.
On sait ce que valent les promesses de Joffrey.
D'un autre côté vous rêvez d'être indépendants.
Mais virés, ça veut dire plus de visa, donc retour en France.
Retour financé grâce au rachat de ce qui vous reste de parts.
Et les dettes de Boulax, le déménagement et toussa, des détails évanescents j'imagine.
J'ai bon?
La carte verte, ça urge! ça urge vraiment.

Répondre

LadyLine Illustrations - il y a 2 ans

Oh l'enflure !

Répondre

Bénédicte Dat - il y a 2 ans

Le regard limite halluciné de Joffrey fait que tu remplacerais son discours par "et si je mangeais ton foie avec des fèves au beurre, le tout arrosé d'un bon chianti ?", et ça passerait quand même...

Répondre

Camille - il y a 2 ans

Oh non, quand même, Hannibal Lecter a plus de classe que ce sale type !

Répondre

Hélène Vermeulen - il y a 2 ans

Rien que le sourire profondément satisfait et épanoui de Geoffrey m'inciterait à refuser....

Répondre

Martin Feragotto - il y a 2 ans

Ben oui, comme ça il vous paierait, au sens propre, au lance pierre !

Répondre

Jérémy Emilie - il y a 2 ans

J'en démords pas ça put !!!!!!

Répondre

Minui Mac - il y a 2 ans

ou pas...

Répondre

Karlito - il y a 2 ans

Le truc intéressant, c'est lorsque l'on sait ce que font nos tourtereaux dans le temps présent, on est plutôt rassuré. Ce qui n'enlève pas le piment du suspense...

Mise à part cela, la proposition ne fait que confirmé l'incompétence du bonhomme à gérer les situations sociales. Au lieu de comprendre et vouloir apaiser les tensions, il se construit un cocon qui exile les récalcitrants dans une zone marécageuse...

Répondre

Anim★l - il y a 2 ans

De son point de vue, c’est logique. Il est persuadé que le jeu développé par les deux personnages principaux va dans le mur, et toutes ses tentatives pour intervenir sont repoussées. De son point de vue c’est incompatible avec le statut de salarié, la discipline de la boîte, etc. Et (toujours de son point de vue) la solution proposée garantit en effet l'indépendance...

Bref. Cette histoire a plusieurs facettes, on ne l’a que vue du point de vue d’un seul des personnages. L’incompatibilité des caractères produit des points de vue radicalement divergents.

Geoffrey se fait traiter d’incompétent à longueur de commentaires, on a l’impression que les deux héros sont les seuls à faire du bon travail à Boulax, et doivent le faire contre vents et marées... mais si plusieurs personnes ont spoilé une partie de la suite, personne n’a dit que le grand succès commercial de Boulax devait s’avérer être boîte-à-sable, pas Gourmand Catterpillar.

Répondre

Noémie Ciborek - il y a 2 ans

Il va pas accepter... Il va QUAND MEME PAS ACCEPTER ! *suspens suspens*

Répondre

Jean-Michel Mateo - il y a 2 ans

Attention il est en train d'expliquer qu'il est en train de lâcher l'équipe de Californie.
Éditeur.... mdr
Au moins l'argent ira dans sa poche et y restera.

Répondre

Séverine Lecoutre - il y a 2 ans

C'est quoi l'arnaque ????

Répondre

Marcy Zhang - il y a 2 ans

En gros il vous lache (et sans sou bien évidemment)

Répondre

Juliette Alim - il y a 2 ans

Editeur ? Puur prendre un nouveau contrôle sur le projet Caterpillar ? Génial, maintenant le groupe sera dépendant de Boulax pour sortir le jeu. C'est dangereux. Du reste, il n'est pas rare qu'il existe plusieurs projets par boite, c'est même plus sûre pour compenser certains projets moins rentables. La boite est ainsi plus polyvalente et les créateurs plus souvent connus. Ca sent très mauvais cette histoire !

Répondre

Sébastien Bellanger - il y a 2 ans

Mais LOL, la proposition vicieuse. Ok accepte mais pas tout de suite. une fois votre situation régularisé, là vous acceptez et vous aller voir ailleurs pour trouver un autre éditeur.

Répondre

Leslie Boulay - il y a 2 ans

C'est un tout petit peu le concept de salariat déguisé, en fait. Juste, sans les droits des salariés, souvent moins payés et encore plus dépendant du SEUL éditeur qu'ils ont le droit d'avoir puisqu'Adrien ne peut bosser pour personne d'autre...

Répondre

Virginie Vignaud - il y a 2 ans

Attends, attends et le déménagement à rembourser ? Rahhhh !!

Répondre

Max Lampin - il y a 2 ans

Le polo rayé de Joffrey, ça le fait ressembler à Kaa le serpent dans le livre de la jungle.
"Aie confianssssse, crois-z-moââââââ"
Et une auréole au dessus de la tête lui irait à ravir aussi.

Répondre

Syddick - il y a 2 ans

Sauf que Kaa n'a pas de rayures. Des taches à la limite. Et la tronche n'a rien de reptilien. Mais bon, si tu le vois comme ça...

Répondre

Jean - il y a 2 ans

Il est ultra gonflé quand même ! Prétendre qu'avoir une relation d'éditeur à développeur libère le développeur...
Enfin, vu la tête d'Adrien il y a deux pages, il n'est pas dupe.

Répondre

Floriane Grivillers - il y a 2 ans

Honteux... 😅

Répondre

Christelle Fritz - il y a 2 ans

En fait, c est une semaine avec des rebondissement façon Cliffhanger par joir

Répondre

Yann Vienne - il y a 2 ans

Ouuuh, ça, ça pue quelque chose de puissant !

Répondre

Audrey Ayassami - il y a 2 ans

ha la blague.

Répondre

Véro Jean Marc - il y a 2 ans

je dirais bien "et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu" non ! tu savais pas !!

Répondre

Elsa JadeNoire - il y a 2 ans

Oh... j'y connais rien, mais je le sens assez mal tout ça... Le genre de truc qui de prime abord semble presque une bonne idée et qui en vérité est une arnaque en puissance voir pire...

Répondre

Valentin Lengaigne - il y a 2 ans

Perso, je pense que c'est une bonne chose. Le développeur est dépendant financièrement de l'éditeur. Mais sinon ils ont carte blanche.
Naughty Dog est un développeur qui appartient à Sony, Sony est son éditeur. Et ils font les meilleurs jeux des dernières années.

Répondre

Mathieu 'Regulus' Bonnet - il y a 2 ans

D'accord, ça remet en question le contrat implicite qui fait que le jeu d'Adrien est un jeu Boulax, payé par Boulax, commandé par Boulax, et surtout validé par Boulax. Autrement dit, Geoffray propose la liberté, mais supprime toute la protection que les employés ont normalement dans une boite. Dès lors, si quelque chose ne lui plait pas, il lui est possible non seulement de se séparer d'Adrien et de Laurel, mais aussi de leur faire porter le chapeau pour l'échec commercial du jeu. Cela lui donne un outil supplémentaire de pression, plutôt qu'une réelle liberté de mouvement.

(Au passage, il s'agit d'une confusion conceptuelle très répandue en ce moment, entre liberté et libéralisme. Les chauffeurs de VTC de chez Über, les travailleurs indépendants exploités par les grosses boites qui ne les embauchent pas et autres travailleurs de "l'économie du partage" apprécieront.)

Voilà où est le piège. Mais évidemment, si on n'arrive pas à se méfier à temps pour imaginer comment ça pourrait être un piège, impossible de le voir.

Répondre

Mélanie Riou - il y a 2 ans

Oh là là. Si le système d'édition est la même chose qu'en France, ça sent la paye à 10% des gains et le mensonge total sur la liberté des projets, du format final...Ect...

Répondre

Romain Assyag - il y a 2 ans

... Alors la.

Répondre

Éric de Berranger - il y a 2 ans

Ça sent la foirade à plein nez! Mais alors énorme. Joffrey a une tête trop conciliante.
Est-ce une manière de se débarrasser d'eux? Genre on fait ça mais vous ne faites plus partie de Boulax?

Répondre

Nicolas Brouet - il y a 2 ans

Alors connaissant bien le jv pour y avoir bossé... pour moi c'est un piège : un éditeur a un pouvoir fort sur les créations (le pouvoir de l'argent) ce que n'a pas un fondateur de boite sur un autre. En gros s'ils acceptent, ils se placent sous l'autorité de Geoffroy. Ce qu'ils veulent éviter.

Répondre

Tristan Blondel - il y a 2 ans

ça sent l'embrouille à plein nez! ^^

Répondre

Tolita Carrera - il y a 2 ans

Ok donc c'est officiel, Joffrey est complètement obsédé par le fait d'avoir le contrôle. Il est complètement con.

Répondre

Franck Jammes - il y a 2 ans

Rien n'oblige Adrien à accepter... Pas de réponse fermen gagner du temps.

Répondre

Thibaut Tisserant - il y a 2 ans

C'est une énorme arnaque. Ça veut dire que Boulax ne filerait pas un centime pour financer les jeux. Sachant que le développement dure des mois, c'est autant de temps qu'ils devront passer à s'autofinancer, à payer les employés, etc... Toutes les dépenses leur tomberaient sur le coin de la figure. Et ils ne toucheraient d'argent qu'à l'achat de leur jeu par Boulax (et si Joffrey leur dit "C'est pas bon, recommencez" ils seront obligés, l'éditeur a la validation finale) ou aux premières ventes.
Et c'est même pas le meilleur ! Ils toucheraient une meilleure part sur les prochains jeux mais ceux qu'ils ont déjà produits resteraient la propriété de Boulax. En somme, une énorme en**lerie où Boulax sort gagnant à tous les niveaux et où Adrien et Laurel se retrouve sur la paille en deux mois.
Tu m'étonnes que les investisseurs aient dit banco...

Répondre

Fabien VS - il y a 2 ans

#grossearnaqueaugrosnez

Répondre

Naboki - il y a 2 ans

Bah si vous développez vos jeux seuls, ya pu qu'à les soumettre à Applle et à Google, c'est eux vos éditeurs, c'est quoi la valeur ajoutée de Pixowl dans ce cas?

Répondre

Shadylane - il y a 2 ans

La com' et le marketing... La valeur ajoutée, c'est Luc (!!!)

Répondre

Richard - il y a 2 ans

Et en prime, il fournit la vaseline ?

Répondre

Vincent Hamm - il y a 2 ans

Un editeur peut demander plein de changements a un jeu. C'est un classique

Répondre

Aurélie F. Kaori Coloriste - il y a 2 ans

quand il ne se met pas en colère et fait le gentil c'est qu'il y a de l'embrouille derrière

Répondre

Axelle Xela - il y a 2 ans

je sens la grosse disquette arriver comme d'habitude -_-

Répondre

Hélène Tiamate Dieumegard - il y a 2 ans

Eeeuh, mais s'ils ne sont plus employés par Boulax directement... Que devient leur visa E2 ?

Répondre

Éric de Berranger - il y a 2 ans

Il a un pif ééénorme ce Joffrey.

Répondre

Antoine Teillet - il y a 2 ans

C'est une sacrée dégradation de statut non? passer de co-founder à prestataire free lance (en gros...)

Répondre

zaz - il y a 2 ans

C'est peut-être une dégradation de statut, mais d'un autre côté, est-ce qu'Adrien & Laurel ont envie d'être "co-founder" d'une boite de jeux vidéos (et donc prendre des décisions pas forcément populaires auprès des joueurs), ou bien est-ce qu'ils "juste" ont envie de créer des jeux ?

Répondre

Renaud Lemaire - il y a 2 ans

http://www.disneyclips.com/imagesnewb/images/cheshire-cat2.png

Répondre

Arnd Dbd - il y a 2 ans

De manière plus prosaïque : un éditeur de livre s'occupera de l'impression et de la diffusion, un éditeur de logiciels et de jeux sur support de l'enregistrement du support et de sa diffusion... Un éditeur de jeu pour AppStore ou GooglePlay, ça sert à quoi ? Appuyer sur le bouton qui mettra un ligne sur l'Appstore ?

Répondre

Juliette Dalle - il y a 2 ans

La suiiiiiiiiite !

Répondre

Nabila Mhjb - il y a 2 ans

mais alooooors? :O haaaa

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante