On en pourra pas rentrer en France... quel avenir pour un auteur de BD, là-bas ? Il est devenu impossible de vivre de la BD... Il faut qu'on reste aux US. Pas le choix.

"Bien qu'inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite." 

Seeeeb - il y a 2 ans

Du coup, c'est peut-être Adrien l’instigateur de cette loi ! :-o

Ce serait machiavélique ! :-D

Répondre

Julien Hirt - il y a 2 ans

Bon en même temps les vieux artistes de comics qui sont obligés de lancer des kickstarters pour se payer des soins médicaux, c'est pas non plus l'idéal, hein

Répondre

Fire - il y a 2 ans

J'avoue que ça m'intéresserait d'en savoir un peu plus sur le sysème US pour les dessinateurs (cotisations, mutuelles, retraite, tout ça)...

Répondre

Laurel - il y a 2 ans

Chacun se débrouille avec des caisses de retraite privées (ou non). C'est risqué, dans le privé, certaines font faillite. Et si arrivé à 70 ans on n'a jamais pris d'assurance, on est obligé de se trouver un job.

Répondre

Sax - il y a 2 ans

Oui, donc payer 8 ou 4 ou 2 % tout compte fait ce n'est peut-être pas plus mal.

Répondre

Rudy - il y a 2 ans

La manière de voir les choses, c'est que les Etats-Unis sont très responsabilisants, alors qu'en France, l'Etat prend la responsabilité pour toi. Il y a du bon et du mauvais des deux côtés :
• Dans le système responsabilisant des US, si tu fais bien les choses et que tu ne fais pas n'importe quoi, tu te retrouves avec très exactement la meilleure solution possible pour toi ; par contre, si tu fais n'importe quoi, ça donne des situations vraiment catastrophiques.
• Dans le système français, l'Etat français fait tout, donc tu n'as pas à craindre de mal faire les choses ; par contre, quelle que soit l'énergie que tu veux mettre pour optimiser ta vie et ton avenir, c'est interdit, tu es obligé de faire comme tout le monde.

Du bon, du mauvais, des deux côtés. La responsabilisation est une valeur forte aux US, où le terme "liberté" à une forte connotation "contre les contraintes du gouvernement".

Répondre

Bertrand Keufterian - il y a 2 ans

Un p'tit crowdfunding pour chaque album et le problème est réglé : tu deviens ta propre éditrice :)

Répondre

Michel Pelini - il y a 2 ans

Je me demandais, du coup, que penses-tu de la BD en livres électronique ? L'auteur touche sur chaque vente plus qu'en passant par un éditeur, ne serais-ce pas une solution ? D'ailleurs, toi qui est populaire sur le net et qui peut compter sur une communauté de lecteurs fidèles et nombreux, ne vends-tu pas plus d'albums par ce biais qu'en librairie ?

Répondre

Billy Bill - il y a 2 ans

Le crowdfunding ne peut pas fonctionner à long terme, je crois. Les résultats du dernier appel de Laurel ont été impressionnant mais c'est si ça a marché c'est parce que 1/ Laurel ne le fait pas souvent et 2/ il s'agissait d'un projet BD précis, que beaucoup de monde a voulu suivre mais si chaque auteur devait passer par cela pour éditer toutes leurs BD, pas sûr qu'ils puissent en vivre longtemps. D'autant plus que, souvent, on paie pour aider un projet à ce monter mais ça offre rarement un salaire à l'auteur du projet, encore moins un salaire régulier, et encore moins des cotisations ou aides pour le long terme (santé, retraite..) :/ Enfin, je n'y connais pas grand chose mais pour moi ce n'est pas aux auteurs de devoir se débrouiller seuls, c'est aux gouvernement/banques/éditeurs de se sortir les doigts du c** et proposer des alternatives :( (comment ça je rêve un peu trop ?? :D)

Répondre

zaz - il y a 2 ans

Au contraire, le crowdfundig pourrait tout à fait être une solution. En fait, il est la forme moderne des mécènes d'avant.

Et rien n'interdit Laurel de déposer une partie de l'argent récolté dans un contrat d'assurance retraite.

Le problème de fond, cela reste que les artistes ont du mal a vivre de leur art. Mais cela a presque toujours été la régle.

Répondre

xavier - il y a 2 ans

Bonjour Laurel,
J'adore les visages et le ton de la dernière case. Tu arrives á faire rire avec un sujet sérieux et triste. Bravo

Répondre

Laurel - il y a 2 ans

Merci! ☺️

Répondre

Jérémy Emilie - il y a 2 ans

J'adore la tête d'Adrien <3 ;)

Répondre

Jean-Paul Jennequin - il y a 2 ans

"Il suffit de…" Brume est tellement naïve. Mais bon, c'est un chat, elle a une excuse. :)

Répondre

toto - il y a 2 ans

Ce qu'il y a de cool avec l'idée, c'est que dans trente ans, vous pourrez nous faire un joli dessin pour nous expliquer combien vous touchez de retraite grâce au système US...

Répondre

Laurel - il y a 2 ans

Dans 30 ans, ah ah, je ne suis quand même pas si vieille. 😄
En retraite à 64 ans ? C'est bien tôt. J'espère bien que je bosserai encore à cet âge. 👍🏻

Répondre

Thibault - il y a 2 ans

Je comprends maintenant pourquoi le sujet de cette loi est abordée dans la BD. Que la levée de bouclier devant cette taxation de 8 pour cent soit justifiée ou non n'est pas la question. Le sujet c'est surtout que les personnages se sentent encore plus "piégés" (a tort ou a raison) sans retour en France possible économiquement.

Répondre

Laurel - il y a 2 ans

Oui, c'est là que je voulais en venir !

Répondre

Corsaire - il y a 2 ans

Je l'avais dit !

Répondre

Aëlle - il y a 2 ans

Voilà qui donne une motivation supplémentaire au projet "carte verte !"

Répondre

Axelle Xela - il y a 2 ans

hihi j'adore la dernière case et la tête d'Adrien ^^

Répondre

Sylvain Kauffeisen - il y a 2 ans

A propos de l'auto-financement, Maliki tente le coup par l'intermédiaire de tipee, à voir ce que ça peux donner ... (premier jour, plus de 2000 euros, si les gens ne s'en vont pas après quelque mois, c'est possible que ça fonctionne)

Répondre

Elegna - il y a 2 ans

Je ne comprends pas pourquoi continuer dans la désinformation alors que plusieurs de vos lecteurs vous ont fait la remarque ?
D'ailleurs, je crois que vous n'avez répondu à aucun des commentaires qui soulevaient le fait qu'un auteur qui gagne 900€/mois ne sortira jamais 8%, ni votre autre erreur à dessiner Fleur Pellerin en tant que ministre de la culture, alors qu'à l'époque il s'agissait d'Aurélie Filippetti...

Répondre

philippe - il y a 2 ans

D'habitude, ce sont les vieux qui rêvent de finir leurs jours en Californie ;)

Répondre

Holly Yuuki - il y a 2 ans

Dans un autre registre, je connais pas mal d'auteur (romans) qui fonctionnent en auto-édition. Maintenant, clairement, ce n'est pas la panacée non plus et c'est aussi une sacrée organisation et responsabilité. Et pour ce que j'en sais, la plupart on un autre métier a coté :/

Répondre

Cécile Bondon - il y a 2 ans

<3 hihi

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante