"Bien qu'inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite." 
gravatar

Béatrice Charlie Warichet - il y a 3 ans

trop cool la feuille d'impôt qui parle :-)

Répondre
gravatar

Jean-Michel Mateo - il y a 3 ans

Mauvais souvenir...

Répondre
gravatar

Jérémie Salaün - il y a 3 ans

Techniquement ce n'est pas "le gouvernement" mais une caisse de gestion des retraites.
Donc à priori indépendante.

Répondre
gravatar

Lelic - il y a 3 ans

+1

Répondre
gravatar

Arnaud Muller Feuga - il y a 3 ans

Spot on sur la dernière case! Et ça résume bien le paysage économique et fiscal moderne en France.

Répondre
gravatar

Jgab Murer - il y a 3 ans

Reste les bd amateur, comme exemple le fanzinat a titre completement gratuit ( lisez le pas de quartier numero 03 ) ou encore les publications en blog racontant des betises ( sans pub pour defiscaliser ) Mouais meme ca ils sont capable taxer ...

Répondre
gravatar

Jérémie Salaün - il y a 3 ans

C'est un peu le même problème que les intermittents du spectacle : on interpelle tout le temps le gouvernement sur le sujet mais c'est en fait un régime d'assurance chômage gérée par lune convention UNEDIC négociée entre les syndicats et le patronnat.

Répondre
gravatar

Lelic - il y a 3 ans

+1

Répondre
gravatar

Lili Mary Hampel - il y a 3 ans

Horrible, mais ça m'a fait rire le dialogue entre le courrier le dbdiste... Bravo !!

Répondre
gravatar

Leslie Boulay - il y a 3 ans

La France est un vieux pays qui aime bien se gargariser de son riche passé culturel. Mais voilà, il a aussi creusé un fossé entre, d'une part ce qu'on estime être de l'art, la culture et qui mérite le respect et d'autre part ce qui est censé être du pur divertissement, forcément une prostitution abjecte qui mérite d'être piétinée, car uniquement vouée à faire du fric.

Ce qui explique deux choses : D'une, la situation de la fiction télévisuelle française. Globalement, on fait systématiquement de la merde, contrairement aux anglo saxons ( qui ont d'autres défauts mais moins celui là) et la situation actuelle de la BD qui n'est PAS vue comme de l'art, à quelques prestigieuses exceptions près ( il faut être mort).

De deux le mépris affiché pour les artistes qui veulent vivre de leur art et que l'on accuse donc d'être des vendus, de ne pas sacrifier leur vie à leur passion ( alors que logiquement, si on veut créer bien et longtemps, on essaye de vivre dans de bonnes conditions).

Tant qu'on n'aura pas changé les mentalités là dessus, ça ne bougera pas.

Répondre
gravatar

Blandine Kristjánsdóttir - il y a 3 ans

D'ailleurs comment ça se passe quand on est expatrié, on continue de payer des cotisations et impôts en France ? Seulement si on a encore des revenus en France ? (dans ton cas tes BD)

Répondre
gravatar

Bertrand - il y a 3 ans

Tout depend du contrat d'expatriation. Une delegation d'emploi francaise vers l'etranger, les cotisations sont maintenues. Tout autre forme de contrat, c'est un paiement volontaire et tres onereux pour le particulier car il assure sa part et la part patronale (20-30 % du revenu).
Je suis expatrie j'ai donc creuse la question.

Répondre
gravatar

Ninienne - il y a 3 ans

Il y des accords fiscaux entre pays. Par exemple (exemple familial) un dessinateur de BD français faisant des BD en France (et ayant donc des revenus français) peut demander (tous les ans, sinon c'est pas drôle) un certificat de résidence fiscale dans le pays où il réside. cela veut dire qu'il déclare ses revenus dans le pays où il réside. Cela permet d'éviter la double imposition. Mais par conséquent, il n'a plus de cotisations en France et cela fait quand même beaucoup de démarches auprès d'administrations qui sont rarement user-friendly.

Répondre
gravatar

Jean-françois Miniac - il y a 3 ans

Pas de pouvoir de nuisance ? Ah ? Bon.

Répondre
gravatar

Alexandre Bonnefoy - il y a 3 ans

Attention comme à chaque fois, les gens ne comprennent pas, il s'agit de 8% pour la retraite complémentaire en plus de la retraite de base, dans ta bd dit comme ça, rien de vraiment gênant, ça serait même normal de paye 8% de retraite.

Répondre
gravatar

Fluh - il y a 3 ans

Et c'est mal d'avoir une retraite complémentaire? Question de choix certes.

Répondre
gravatar

Melisendrae Laura - il y a 3 ans

Je peux t'assurer que les profs n'ont vraiment voix au chapitre non plus... !

Répondre
gravatar

Fire - il y a 3 ans

...et aucun pouvoir de nuisance depuis le fameux "service minimum".

Répondre
gravatar

Béatrice Égémar - il y a 3 ans

heu..pourquoi BD ? La réforme concerne tous les artistes auteurs !

Répondre
gravatar

Mel Nemi - il y a 3 ans

argh.

Répondre
gravatar

Polpote La Compote - il y a 3 ans

C'est malheureusement le cas de beaucoup de métier. En ce moment, ils envisagent une loi pour forcer les plus pauvres qui touchent le RSA a fournir un relevé bancaire. T'es bien là où tu es, reviens pas en France, notre gouv c'est des trouduc.

Répondre
gravatar

Pierdu - il y a 3 ans

C'est pas le gouvernement, c'est le président LR du Haut Rhin. http://www.liberation.fr/france/2016/05/23/dans-le-haut-rhin-les-allocataires-du-rsa-pries-de-montrer-leurs-releves-bancaires_1454672

Répondre
gravatar

GG - il y a 3 ans

«On a demandé des relevés de compte à environ 400 personnes. Sur ces 400 contrôles, on a révélé que 44 d’entre elles étaient en situation d’irrégularité car elles avaient des revenus par ailleurs.»

Répondre
gravatar

Tiphanie - il y a 3 ans

Il ne faut pas tout mélanger non plus. Ils ne regardent pas les dépenses mais ils font des contrôles aléatoires pour s'assurer que les bénéficiaires du RSA ne touchent aucun autres revenus.
Ce n'est pas stigmatiser les plus pauvres mais juste s'assurer que l'argent public est dépensé à bon escient.

Mais ce n'est pas le sujet ici.

Je suis d'accord avec les commentaires sur la vision de la culture et le divertissement en France. Quel dommage d'avoir si peu de considération pour les auteurs en général.

Répondre
gravatar

Blou - il y a 3 ans

Je vois pas en quoi c'est un problème. Ceux qui touchent le RSA ont un compte, donc un relevé bancaire. Si tu touches le RSA, c'est que tu n'as aucun autre revenu. Donc pas de souci. Si ton relevé bancaire prouve des revenus autres, alors tu fraudes en recevant le RSA, non ? Donc c'est juste pour spotter les fraudeurs et protéger les légitimes.

Répondre
gravatar

Lelic - il y a 3 ans

Fournir un relevé bancaire pour traquer la fraude;

Parce que, oui, il y a de la fraude; Cela représente une infime minorité mais cela existe.

Mais le gros de la fraude ne vient pas de là ou l'on croit : http://www.alternatives-economiques.fr/qui-sont-les-vrais-fraudeurs_fr_art_1327_70191.html

Répondre
gravatar

Jeanne A Debats - il y a 3 ans

"Pouvoir de nuisance " est une étrange façon de présenter le droit de grève. .. je dis ça, je dis rien. Essaie " inverser le rapport de force" tu crois pas ?

Répondre
gravatar

Tiphanie - il y a 3 ans

Je pense que ce qu'elle veut dire c'est que si les auteurs BD font la grève, cela aura beaucoup moins d'impact qu'une grève des agents de la SNCF par exemple, parce que cela ne dérangera personne dans leur quotidien.

Les grèves qui ont du poids sont celles qui ont un impact sur la vie des autres gens: SNCF, profs, raffineries...

Ce n'était en aucun cas un plaidoyer contre la grève je pense.

Répondre
gravatar

Anim★l - il y a 3 ans

Comme beaucoup de personnes qui sont à leur compte, Laurel est plutôt à droite sur ce genre de question (les privilèges des salariés, toussa toussa).

Répondre
gravatar

oyoyo - il y a 3 ans

Merci, je ne suis pas le seul que ça heurté.

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

C'est pragmatique. Tu as le droit de grève mais si tu ne peux pas avoir d'impact économique (donc "nuire"), tout le monde s'en cogne. Sur le plan du lexique, ça revient à dire que tout ce qui bloque l'économie est "nuisible" donc pas bon, mais c'est inhérent à une conception productiviste de l'économie partagée par les capitalistes et les syndicats (faute de mieux : le syndicat ne prétend pas changer la société mais défendre les travailleurs - changer la société - ou ne rien changer, c'est le boulot des politiques.) On peut préférer l'idée de "rapport de force" sauf que dans ce rapport, le salarié est systématiquement en situation d'infériorité. Moi, j'aime mieux l'idée de qui s'y frotte s'y pique.

Répondre
gravatar

Bruno - il y a 3 ans

Quand on interdit aux gens d'aller travailler, qu'on fait tout pour les désinformer sur les horaires de transport, qu'on provoque ainsi des licenciements, ça ne s'appelle pas autrement.

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

Tu veux dire que tu as perdu ton emploi à cause des grèves ?

Répondre
gravatar

Sue Rynski - il y a 3 ans

oui, cela aurait été bien de préciser "retraite de base" et/ou "retraite complémentaire... n'importe l'injustice de ce décret du gouvernement et de la RAAP, se plaigner des impots ne récoltera pas beaucoup de sympathie dans le grand publique... par contre, auteurs, artistes réveillez-vous, cela vous concerne !

Répondre
gravatar

Bruno - il y a 3 ans

Se... "plaindre" ?!

Répondre
gravatar

Sue Rynski - il y a 3 ans

D'abord tout le monde - l'augmentation de nos tarifs s'impose ! les charges augmentent ; les prix aussi. :)

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

Là aussi, on parle de "charge" alors qu'on devrait dire "contribution", on paie en contrepartie de quelque chose, la retraite est un salaire différé. le scandale est que la décision est imposée unilatéralement et écrase le contributeur.

Répondre
gravatar

Pierre Le Pivain - il y a 3 ans

Cool. on va faire une grève de la BD : Personne n'en aura rien à foutre.... Oui, on a un droit de grève, non, ces grèves n'auront aucun impact, ou "pouvoir de nuisance" sur quelque gouvernement que ce soit.

Il reste un truc : virer ce triste sir (ok, ce GROS CONNARD) de Buxin aux prochaines élections
Lui et sa clique

Hop

Poubelle

Répondre
gravatar

Lelic - il y a 3 ans

Buxin cite des chiffres, et explique : https://www.actualitte.com/article/tribunes/frederic-buxin-repond-a-la-lettre-des-auteurs-bd-adressee-a-filippetti/58486

Exemple : "Actuellement la retraite moyenne versée aux 8 819 retraités du RAAP est à ce jour de 1 540 € annuels, soit 128,33 € par mois. S'agit-il bien d'une retraite ? Sommes-nous dans la dignité ? Car dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner si nombre d'artistes auteurs retraités font aujourd'hui appel à des aides sociales d'urgence. Vous-même, envisagez-vous de vous trouver demain dans cette situation ?"

Laurel, pourquoi écrire "c'est dégueulasse", comme si certains créaient de l'injustice ?

Répondre
gravatar

Philippe Berthier - il y a 3 ans

Juste un truc, tu comptais sur qui ? sur quoi pour ta retraite ?

Répondre
gravatar

Xavier Arnoult - il y a 3 ans

le pouvoir de nuisance est dans les mains des donneurs d'ordre de notre société: politiciens du PS, Centre, LR, FN, les banques, les actionnaires des multinationales, les fonds d'investissement avec le rachat des entreprises via le mécanisme des LBO, les médias dominants. Précision importante, personne ne paye des impôts pour financer sa retraite mais paye une cotisation. Les cotisations sont reversées sous forme de salaire indirecte. Les impôts sont sur le capital. Pour plus de précision, écouter Bernard Friot qui est un sociologue ayant une formation en économie qui est un spécialiste du travail, salaire, cotisation et impôt. https://www.youtube.com/watch?v=4Vq9Lm2m54Yhttps://www.youtube.com/watch?v=4Vq9Lm2m54Y

Répondre
gravatar

Lelic - il y a 3 ans

" Les impôts sont sur le capital."

Les impôts sont principalement basés sur le revenu.

L'ISF est marginal en volume.

Répondre
gravatar

Xavier Arnoult - il y a 3 ans

au lieu de dire a ton personnage: je n'ai aucun pouvoir de nuisance, tu devrais lui faire dire, je n'ai aucun moyen de contester cette décision car j'ai aucun moyen de créer un rapport de force contrairement aux éditeurs. Et lá on voit d'un coup tout l’intérêt pour les travailleurs de s'organiser sous la forme d'un syndicat pour défendre ses droits. Les donneurs ordre préfèrent le terme lobby, mais l'objectif est le même, défendre leur intérêt financier.

Répondre
gravatar

lionel - il y a 3 ans

limpide

Répondre
gravatar

Katerine Louineau - il y a 3 ans

tout sur cette histoire de RAAP est ici http://caap.asso.fr/spip.php?mot26

Répondre
gravatar

Adrien Locataires Fournier - il y a 3 ans

je partage, résumé excellent.

Répondre
gravatar

Jean-Luc Chatel - il y a 3 ans

bah, tu t'en fous t'es pas en France de toutes façons...

Répondre
gravatar

Emilie Michoko - il y a 3 ans

Le pouvoir de nuisance des profs...Eventuellement des moyens de pression, mais sincèrement, y a plus grand monde qui se fait entendre, grève ou pas. Dommage d'opposer ainsi les gens par catégorie professionnelle, alors qu'on est tous dans la même galère...

Répondre
gravatar

CestParti - il y a 3 ans

En étant domiciliée aux USA, votre résidence fiscale n'est pas en France donc, ça ne devait pas vous affecter. Au pire, vous êtes entrepreneur, non ?

Répondre
gravatar

Corentin - il y a 3 ans

Ça dépend si elle a encore des revenus en france...
Tu peux payer des impots dans plusieurs pays en même temps.
Lorsque je me suis expatrier au Canada j'ai du les premiere années faire des déclarations aux deux pays (france et canada)

Répondre
gravatar

marc - il y a 3 ans

Je suis indépendant dans un autre domaine et je ne vois pas en quoi il serait mal de cotiser même si l'on gagne peu, mais Il me semble que le pourcentage indiqué n'est peut-être pas le bon (voir les nombreux commentaires suite à cette planche sur votre compte twitter).
Je serais curieux de connaître comment on se constitue sa retraite aux Usa et j'imagine qu'elle ne doit pas être donnée (par les fonds de pensions je suppose, à condition que les performances des placements soient bons).
A titre personnel, vous préparez financièrement votre retraite aux Usa ou en France ?

Répondre
gravatar

Pierre-Yves - il y a 3 ans

Facile aux US : tu te demerde.
Et tu n'a pas de garanti car tu place ton argent, et si le fond fais faillite ou perd du fric, et bien c'est pour toi (c'est deja arrive). Alors vive les 8% ! Moi j'ai calculé que pour avoir le meme systeme qu'en France, je devais mettre de coté 20 000 $ / ans. Sans garantie donc.

Répondre
gravatar

lionel - il y a 3 ans

Les profs n'ont pas plus de pouvoir, ils ne sont jamais entendus!
Leur salaire est le plus bas en Europe, ils ont perdu 30% de pouvoir d'achat en 15 ans.
Education, culture, santé, ne sont pas des priorités...

Répondre
gravatar

Thierry - il y a 3 ans

Bon... Je vais me faire lyncher par quelques aficionados mais je me dois de te le dire Laurel : Le scénario - ou plutôt son découpage et son séquençage - de cette 2ème partie de "Comme Convenu" est une véritable catastrophe...
Il n'y aucune continuité, aucune logique, aucune transition. On passe sans cohérence ni figure stylistique ou graphique annonciatrice de la vente de meubles d'occasion aux bugs dans un jeu qui rapporte en passant par les bulletins scolaires de Cerise, votre série préférée et les fantasmes irréalisables de votre boss pour atterrir sur la taxation des auteurs de BD en France... Le tout en 8 planches !!!
Franchement, la 1ère partie était nettement mieux construite.
Un fan un peu plus déçu chaque jour et qui perd complètement le fil (et l'intérêt) de cette BD... :-(

Répondre
gravatar

Alexandre - il y a 3 ans

Pour ma part, j'ai même cru à un mélange de planches.

Peut-être que la contrainte d'une page par jour est trop forte et le découpage en souffre ?

Répondre
gravatar

eman - il y a 3 ans

Justement je pense l'inverse. le rythme a ralenti ces derniers temps et comme il n'y a plus que 4 planches/semaines on perd le fil je trouve. avec un meme scénario mais 4 planches/jour (!) par exemple, on suivrait peut etre mieux... à voir en lisant la deuxième partie d'un trait

Répondre
gravatar

Aëlle - il y a 3 ans

Avant cette décision du gouvernement français... comment était donc financée la retraite des auteurs de BD ?

Répondre
gravatar

Marion Xenia Valers - il y a 3 ans

O.o :o O.o :o O.o !!!!!!!!!!!!! En tant que presque intermittente du spectacle, je compatis tellement en vrai .... :'(

Répondre
gravatar

mioup - il y a 3 ans

Je me souviens il y a quelques temps, tu disais, en France c'est bien le système social, tout est gratuit. bah en fait non, c'est juste qu'on paie tout prélevé sur notre salaire tous les mois au lieu de le sortir de notre poche en temps voulu. Et il faut bien souvent être indépendant pour s'en rendre compte, car c'est toujours bien caché dans les feuilles de paie des salariés. tu as bien fait de te barrer de ce pays, et si tu payes encore des choses ici, fais en sorte de ne plus être liée (fais toi conseiller si possible).

Répondre
gravatar

Martin Feragotto - il y a 3 ans

"Pouvoir de résistance" serait, je le pense, plus approprié (de la part d'un cheminot ... qui soutient les auteurs de BD ;) )

Répondre
gravatar

Pygmée - il y a 3 ans

Comme beaucoup, je ne goûte guère le "pouvoir de nuisance" évoqué dans cette planche... Une expression maladroite j'espère, ou bien une vision assez réactionnaire des mouvements de travailleurs (qui peuvent s'indigner pour d'autres causes que les leurs, d'ailleurs)...

Répondre
gravatar

conk - il y a 3 ans

Enfin, il est important de souligner que la réforme n’entraîne aucune modification sur ce dernier point : les cotisations de retraite complémentaire obligatoires demeurent, pour les artistes-auteurs, déductibles du revenu imposable.

autrement dit... sur les revenus de source française uniquement qui sont les seuls à déclarer par les non-résidents... vous ne perdez pas un centime...

Répondre
gravatar

Ninienne - il y a 3 ans

Rappelons que les auteur.e.s de BD ne touchent vraiment que des clopinettes et sont la plupart du temps non imposables. Alors, que les cotisations soient déductibles, ils ou elles s'en fichent un peu. Ce qui change, c'est que ces 8% ne sont plus dans leurs poches là maintenant tout de suite pour manger là maintenant tout de suite, c'est-à-dire dès le début du mois. Un dessinateur ou une dessinatrice de BD n'a pas de problème de fin de mois, il ou elle a des problèmes de début de mois. et quand il ou elle est en attente de signer un contrat, il n'y a juste RIEN, aucun revenu (pas le même système, hélas, que les intermittents du spectacle).

Répondre
gravatar

conk - il y a 3 ans

certes, mais c'est le cas pour tout le monde... sauf que mes cotisations ne sont pas fiscalement déductibles... Et d'autant que c'est surtout une garantie pour eux d'avoir une retraite.

Répondre
gravatar

Mellow - il y a 3 ans

Du coup, Laurel a décidé d'envoûter de nombreux lecteurs à la force de son talent d'auteur/dessinatrice et de les fédérer dans le but de (au choix) :
- devenir gourou de la secte BRUM
- monter son parti et se faire élire en 2017
- ouvrir les esprits (ouais ça a moins de gueule écrit comme ça et pourtant perso je trouve ça tellement génial <3)

Répondre
gravatar

Toni Mis - il y a 3 ans

C'est quoi le problème ? Le fait de devoir se séparer de 8% du revenu pour des cotisations retraites ou le fait de ne pas avoir le choix - et sous entendu avec 900 € le choix serait de rien mettre de coté en attendant des jours meilleurs ?

Il y a toujours moyen d'aller voir ailleurs et d'excercer dans des pays ayant une structure différente, à commencer par la Belgique, le Royaume Uni, la Suisse.

Je doute qu'au final ça change quelque chose, de manière totalement froide et pragmatique, le message est clair : le système social coûte un bras, soit on se sert la ceinture (s'il y a encore matière à...) soit on arrête le système tel qu'il est sans garanti qu'au final ça soit meilleur.

Répondre
gravatar

Pierre-Yves - il y a 3 ans

+1

Répondre
gravatar

Bertrand - il y a 3 ans

Il s'agit d'un choix personnel lors des expatriations indépendant de la résidence fiscale qui ne concerne que les impôts sur le revenu.

La cotisation au système de sécurité française pour les expatriés est volontaire et un % calculé basé incluant la cotisations personnelle et la part patronale.

C'est financièrement très lourd et sur la plupart de ma carrière, cela annulait tout les gains à partir en expatriation et faisait même baisser mes revenus nets par rapport a la France.

Répondre
gravatar

Jean-François Grang - il y a 3 ans

J'ai du mal à pleurer sur celle la. Je me demande si au final je ne devrais pas même ''insurger du fait que avant c'était 0 ....
Quand je me paye 1500€ en tant qu'indépendant et que je vois mon imposition au final je serais content d'être 900€. Ça ne dépend pas du métier ou de la précarité ... Chaque métier est devenu précaire. C'est un effort de société partagé par chacun.

Répondre
gravatar

Dr Who - il y a 3 ans

Hum, franchement ça ne me choque pas quand je compare avec la situation des médecins.
16% de mes revenus partent en cotisation retraite, mon âge de retraite est passé à 72 ans (né en 67), ma retraite est prévue comme devant être diminuée de 30% par rapport à l'actuelle de mes confrères et l'état (avec l'accord de nos syndicats et en échange de postes bien placés/payés pour eux) a vidangé l'excédent de nos caisses pour le verser au régime général… 8%? Petit joueur…

Répondre
gravatar

Ewina - il y a 3 ans

Je ne nie pas le fait que la hausse des impôts et la baisse énorme des avantages payés par ces mêmes impôts est clairement injuste.
Cependant, les deux situations sont bien différentes. Ponctionner des hauts salaires (même à 30%) c'est enlever du "superficiel" (culture, vacances...) mais ça laisse de quoi vivre. Ponctionner des très bas salaires, c'est rogner sur le logement, la nourriture, la santé.

Répondre
gravatar

lamel - il y a 3 ans

@Dr Who : Je suis bien d'accord pour dire que tout le monde n'est pas imposé de la même façon, mais il faut regarder ce que ça laisse à chacun à la fin du mois : est-ce qu'un médecin se retrouve à la fin du mois avec un salaire net qui lui permet à peine de vivre, comme c'est le cas d'un auteur ou d'un artiste par exemple ?
Les métiers de la création sont déjà précaires à la base (mal payés, peu de contrats, ou alors très irréguliers...), donc taxer aussi fort des gens qui luttent pour obtenir ne serait-ce qu'un SMIC sans être sûrs d'y arriver le mois prochain, c'est juste pénaliser et décourager la culture.

Après, je trouve que globalement tout le monde est pénalisé pour réparer les décisions stupides et/ou égoïstes des dirigeants, des personnes déjà riches, des lobbyistes et des grandes entreprises, qui TOUS n'ont finalement à cœur que de préserver la position qu'ils ont déjà, quel qu’en soit le prix.

Répondre
gravatar

Pona - il y a 3 ans

Le problème n'est pas tant cette hypothétique retraite. Ç'aurait tout aussi bien pu être une assurance obsèques. Dans le sens où les auteurs crèvent de faim et qu'ils n'ont aucun statut sur lequel appuyer des revendication au droit à une vie professionelle décente.
Le problème est dans le fait que les auteurs n'existent pas et sont ainsi à la merci des désidérata de ceux qui ne veulent pas voir l'une des industries les plus florissantes de France (240 millions de chiffre d'affaire en 2015) diminuer ses bénéfices pour quelques "invisibles".
Et pour en finir sur le "pouvoir de nuisance" des auteurs: Qu'est-ce qui se passerait si tous les auteurs boudaient par exemple... le festival d'Angoulême?
Un festival médiatisé dans toute la France et sur toutes les chaines?

Répondre
gravatar

Toshiro - il y a 3 ans

Corporatisme à gerber !!
Marre des gens qui ne veulent jamais cotiser, mais veulent une retraite quand même, qu'ils trouvent toujours trop petite... Un petit lien de cause à effe entre cotisation et retraites ça vous dit rien ? Non ?
Franchement c'est à gerber...
Et à vrai dire, s'expatrier ("parce qu'en France c'est trop cher, on cotise trop, gna gna gna"), mais vouloir quand même profiter de l'état providence ça dépasse les bornes !
Tout le monde cotise vous ne saviez pas ? Et les autres cotisent même pour vous du coup !! Sortez de votre bulle de privilégiés !

Répondre
gravatar

Lilian - il y a 3 ans

Cette planche est un poil naïve, surtout venant d'une auteure résidant aux USA, pays où il vaut mieux avoir des moyens pour se soigner, se loger ... Enfin bref, il n'y a jamais eu autant de BD éditées en France (plus ou moins 5000 par an ! Soit une toute les 2 heures pour vous donner une idée !!). Avec un tirage moyen de 2 ou 3000 exemplaires, il est évidement difficile d'en vivre. On en revient toujours à la même question, à savoir quel est le périmètre de responsabilité de la solidarité nationale (les impôts !): la santé, l'éducation, le travail et la retraite.... la culture ? Vivre de sa passion est un objectif attrayant mais est-ce un dû ?

Répondre
gravatar

Gwen - il y a 3 ans

Il n'y a eu que 3924 nouveautés en 2015. le reste sont des rééditions (5255 titres publiés). Ce qui nous fait un retrait de 2,9% par rapport à 2014. Et si on enlève les traductions de production étrangère, on arrive à 1421 véritables créations francophones. Ce qui est loin d'être énorme.

Il faut donner tous les chiffres pour que cela soit correctement compris.

Pour ceux que le marché intéresse, je recommande la lecture du rapport Ratier sur la production de bande dessinée de l'année passée.
https://1fichier.com/?gxq969fkqy

Répondre
gravatar

Anim★l - il y a 3 ans

En France, on ne met pas des sous de côté pour payer sa future retraite (la façon dont tu comprends les choses), mais on cotise pour payer celle des gens qui y sont déjà.

Tu sais, les vieux. Contrairement à ce qu’on pense parfois, ils n’ont pas un magot planqué quelque part ! En fait ils reçoivent des sous chaque mois, qui viennent de nos cotisations.

Répondre
gravatar

David Chauvel - il y a 3 ans

Les artistes auteurs et les organisations qui les représentent ne sont pas contre cette réforme ni contre le principe d'une retraite complémentaire pour les artistes auteurs, bien au contraire. Ils sont en revanche contre une réforme mal préparée et décidée sans eux, voire contre eux (le principal responsable ayant affirmé qu'il fallait "faire le bien des gens contre leur gré"). Une réforme ne reposant sur aucune étude, aucune projection, faite par des amateurs, sans concertation et qui entendait s'étaler sur quelques années quand les autres réformes similaires, pour d'autres corps de métier, sont (logiquement) étalées sur 20 ou 30 ans. Avec concertation des personnes concernée. Bref, une réforme faites avec les gens et non contre eux. Mais en face d'eux, ils ont trouvé des gens fermés au dialogue, persuadés qu'une discussion était une forme de défaite et incapables de se remettre en question. Les organisations se sont donc battu pour que cette réforme soit menée de façon plus intelligente, et elles ont eu raison...

Répondre
gravatar

Pona - il y a 3 ans

David, tu parles d'un combat au passé... Il est donc déjà terminé?

Répondre
gravatar

yamo - il y a 3 ans

Bon, je vais probablement pisser dans un violon mais je l'ai fait sur Twitter alors autant le faire ici aussi :

Les chiffres avancés ici sont tout d'abord COMPLÉTEMENT FAUX.

- La cotisations de retraite de 8% de concerne que les auteurs déclarant plus de 26K.
- Ceux qui sont en-dessous ne payent que 4% sur demande (et ceux qui sont sous 9000 payent que dalle).
- En outre les auteurs du livre (dont les auteurs BD) voient leur Ircec payé à moitié par la Sofia.

DONC le petit gars dans la BD, avec ses 900€/mois, ne paiera pas 8% d'Ircec, mais 2%, soit QUATRE FOIS MOINS que dans l'exemple, et accessoirement au mois quatre fois moins que n'importe quel autre travailleur (indépendant ou salarié).

Ce qui m'amène au fait que si un professionnel, quel qu'il soit, n'est même pas en mesure de verser 2% de son net dans une retraite, c'est que son activité à un GROS problème, qui va bien au-delà de "La France qui veut nous tuer".

Le problème, en l'occurrence, c'est un secteur professionnel (la BD) où les auteurs biberonnés par des éditeurs paternalistes ont pendant longtemps laissés ces derniers leur imposer lentement des rémunérations de plus en plus lamentables, justement parce qu'ils avaient des taux de cotisations ultra faibles et qu'ils on "oublié" qu'ils devaient financer eux-mêmes beaucoup de choses, dont leur santé, leur assurance chômage et leur retraite.

Résultat des courses, quand aujourd'hui on demande à ces auteurs de payer une retraite tout simplement NORMALE (enfin normal mais 4 fois moindre que pour tous les autres hein), ils en sont aujourd'hui incapables.

En d'autres termes : le métier d'auteur de BD n'a absolument pas besoin du gouvernement français pour se tuer. Il le fait très bien lui-même depuis plusieurs décennies.

Je rappelle qu'on vit tous dans le même pays et que là où certains auteurs MDA/Agessa gagnent "900€ par mois", d'autres en gagnent 6000.

Répondre
gravatar

Noémie No - il y a 3 ans

Même sur les commentaires des planches de Comme Convenu on retrouve des vieux échanges politico-lolilo-econo-osef. En fait on veut juste lire notre BD ! (et compatir)

Répondre
gravatar

Satanas - il y a 3 ans

Pour les retraites, c'est pas de bras, pas de chocolat : tu ne cotises pas, tu ne toucheras pas. 8 %, c'est effectivement petit joueur, les salariés du privé payent bien plus (entre le double et le triple). J'ai travaillé dans le spectacle et parfois peu cotisé ou pas du tout (50 % au noir en gros, pas le choix) : venu le temps de la retraite, mes petits camarades dans la même situation et moi-même, on le sent bien passer... Pas de bras....

Répondre
gravatar

Pierre-Yves - il y a 3 ans

Heu, une question : avant qui payait ta retraite ? Qui cotisait pour ? Tu n'avais pas de retraite ? C'est donc plutot une bonne nouvelle : maintenant, tu va cotiser en plus pour ta retraite. Les 8% devrait se repercuter mecaniquement sur le prix de la BD finale => Donc comme tous les autres salaries de France ! C'est une bonne nouvelle donc pour tous le monde (pour toi qui va cotisait plus, et pour les autres salaries qui mécaniquement ne payeront plus pour toi).
C'est un truc que je n'ai jamais compris avec les "intermitents du spectable" mais petit à petit, ils comprenent leur interet de rentrer dans un cadre "normal" ou ce sont les autres qui payent leur retraite et pas les employeurs !
<bon, je vais pas me faire des copains la mais c'est mon coté syndicaliste qui a parlé>

Répondre
gravatar

Banditmanchot - il y a 3 ans

Il s'agit là de retraite COMPLEMENTAIRE. Les auteurs de BD tout comme tous les artisans de l'image cotisent évidement comme tout autre travailleur en France à la retraite obligatoire.

Mettez vous bien en tête que les auteurs de BD dans leurs majeures partie n'ont que de faibles revenus et que retirer des pourcentages supplémentaires influence forcément sur le budget au quotidien.

Répondre
gravatar

Pierre-Yves - il y a 3 ans

Ok, merci pour cette précision ! Je ne savais pas que les "partenaires sociaux" pouvaient imposer des augmentations sur les COMPLEMENTAIRES. Je pensais qu'elles étaient optionnelles et au choix de chacun, mais je ne me suis jamais penché sur le sujet.
En tout cas, merci de la précision, et oui, sur un petit budget, 8% c'est très important, tu as raison.

Répondre
gravatar

Martin - il y a 3 ans

8% ?
Je suis salarié, et je préfère ne pas savoir combien on me prend... Mais ce n'est surement pas 8% !

Répondre
gravatar

eman - il y a 3 ans

J'allais m'offusquer de la naïveté de cette planche, mais je vois que d'autres l'ont fait...
J'espère qu'il s'agit là d'une simplification maladroite (ou d'un sujet mal compris par l'auteure) plutôt qu'une mauvaise critique mal-veillante du système d'imposition français et du droit de grève....
Vu les réactions que suscitent chacun des posts de Laurel sur les sujets socio/politico/actuels/... je penche plutôt sur la première option (ouf !) ... mais ça montre que Laurel a des progrès à faire sur sa manière d'"analyser" ou du moins de parler de ce type de sujets si elle veut pas perdre de la crédibilité auprès d'une partie de ses lecteurs...

Répondre
gravatar

Gwen - il y a 3 ans

C'est en effet une mauvaise interprétation et un trop grand raccourci qui porte ici à confusion. Il n’est pas question de ne pas payer de retraite, les auteurs de BD, comme tout salarier en paye une (qu'ils ne prennent souvent pas d'ailleurs, artiste étant un métier a vie, mais heureusement que c’est quand même là).

Le souci, c'est qu'une décision unilatérale a fait bondir la retraite COMPLÉMENTAIRE. Ce n'est pas une simple augmentation de 8%. On passe d'un prélèvement volontaire (en gros 400 euros minimum) à 8% DU BÉNÉFICE voir 8% des RECETTES pour ceux qui déclarent en traitement et salaire.

Pour certains, c'est une augmentation de 200 à 400%. Donc cela change tout en début de mois.

Je pense qu’il faudrait revoir la formulation de la page, car pour le grand public c’est incompréhensible.

Répondre
gravatar

Leonide - il y a 3 ans

Je décèle comme un hommage à Lisa Mandel dans la composition de cette planche...

Répondre
gravatar

Comme convenu - il y a 3 ans

J'ai retouché cette planche, j'ai changé légèrement les textes. ☺️
Notamment "pouvoir de nuisance", c'était très maladroit comme formulation. 😳 Ce n'était pas une critique du droit de grève, mais ça pouvait prêter à confusion, en effet.
Merci et désolée pour cette erreur ! 😅

Répondre
gravatar

yamo - il y a 3 ans

Et les 8% mensongers, qui seraient en fait 2% dans ton exemple, tu comptes les changer aussi ?

Répondre
gravatar

Pygmée - il y a 3 ans

Merci pour cette correction!

Répondre
gravatar

Bertrand Keufterian - il y a 3 ans

Il me semble qu'il y a des dérogations et des tranches pour "épargner" les plus petits. Mais il est clair que les auteurs touchant dans les 1500€/mois, soit un salaire minimum raisonnable, c'est quasiment un salaire de moins. Ce qui est chaud, car il n'y ni congé payés, ni chômage par exemple. Et les auteurs de BD qui en vivent sont loins de faire 35h/semaine. Donc il est clair que c'est décourageant.

Répondre
gravatar

Jean-Michel Mateo - il y a 3 ans

La 1ere version plus vindicative et moins didactique me convenait mieux mais bon :)

Répondre
gravatar

Katerine Louineau - il y a 3 ans

pour mémoire TOUS les syndicats d'artistes auteurs (ADABD, CAAP, SELF, SMDA-CFDT, SNAAFO, SNAC-BD, SNAPcgt, SNP, SNSP, UNPI) sont opposés à cette réforme idiote, logiquement ça devrait mettre la puce à l'oreille des artistes-auteurs, non ? L'objectif final du RAAP reste bien 8% quelques que soient les "aménagements provisoires" pour tenter de contrer l'opposition unanime. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10153768246993985&set=pcb.1731572113732334&type=3&theater

Répondre
gravatar

Lilli - il y a 3 ans

Ca a je crois déjà été dit par Animm un peu plus haut, mais on ne cotise pas pour sa propre retraite mais pour celle de retraités...toi tu engrang des points qui ouvre un droit à la retraite.

Répondre
gravatar

Eric Turalo Dérian - il y a 3 ans

http://www.syndicatbd.org/wp-content/uploads/2016/05/tract-CNAM-2.pdf

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

Le problème est que le modèle économique de la BD, l'album franco-belge, est dépassé? Avent, nombre de personnes travaillaient pour la presse BD, considérées comme des ouvriers du livres. De nombreux points de vente de la presse ont disparu et l'album devient le modèle unique. Il y a très peu de pré-publication, les auteurs sont payés au forfait et surtout, le lectorat ne se renouvèle pas assez.

Répondre
gravatar

Anim★l - il y a 3 ans

Je trouve en effet assez dingue que Laurel ne voie aucun problème dans la façon dont les éditeurs rémunèrent les auteurs. Elle a pourtant eu récemment une expérience d’auto-édition enrichissante (à tous points de vue)...

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

La concentration joue en la faveur des éditeurs et l'absence de tradition syndicale des auteurs - individualistes - les dessert.

Répondre
gravatar

oth67 - il y a 3 ans

Coucou,

Un prof (en France) ne peut rien bloquer car quand il y a une grève, il y a un prévis de grève où les profs doivent signaler qu'ils ne seront pas là afin que les mairies puissent assurer un service minimum pour accueillir les élèves.

Répondre
gravatar

Zaïtchick - il y a 3 ans

C'est valable pour les instituteurs - "prof des écoles" - mais pas pour les collèges et lycées. Mais l'effet sur l'économie, c'est peanuts or c'est l'argent le nerf de la guerre.

Répondre
gravatar

Jo - il y a 3 ans

Ah ah un auteur de BD ne peut rien bloquer, munissez vous de quelques tubes de colle extra forte et utilisez votre cerveau.

Répondre
gravatar

Hélène Delmaire - il y a 3 ans

oui je suis peintre et j'ai la même :( alors que j'espère bien ne jamais avoir à prendre ma retraite... ça n'a aucun sens quand on voit le revenu median des artistes..

Répondre
gravatar

Hélène Delmaire - il y a 3 ans

et bien sûr si tu fais partie des quelques artistes pétés de thunes il y a un plafond hein :) mais si tu gagnes 10000€/an t'es bien ba*sé

Répondre
gravatar

cristalin - il y a 3 ans

En même temps, suffit de prendre exemple sur la CGT. Rien n'empêche les auteurs de BD d'aller bloquer aussi les raffineries. Pas besoin de travailler là pour bloquer et l'état les laissera faire vu que c'est pour la grève (et pas du tout un acte terroriste en plein état d'urgence).

Répondre
gravatar

Seb - il y a 3 ans

Je pense au contraire que les auteurs de BD ont un grand pouvoir en tant que producteur de culture.

Si, de la meme manière que d'autres font grêve, les auteurs décidaient de ne plus produire que des textes à contenu ouvertement politique et dénoncant le gouvernement, je suis certain que ca aurait un impact.

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante