Grosse crise de déprime au sujet de mon inexistante carrière dans le monde de la BD.

"Bien qu'inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite."     

Anne-Sophie Dielen - il y a 3 ans

Oh, que je connais bien ce sentiment...
Pour le coup, j'ai envie de te serrer fort dans mes bras #CalinVirtuel

Répondre

Laetitia Girard - il y a 3 ans

On en apprends tous les jours, j'imaginais pas que c'était si difficile !! En tout cas celui à venir, je l'acheterai, bon courage et encore merci pour tout

Répondre

Gus Faënor - il y a 3 ans

si le talent et l'intelligence se payait en euro ....... j'en connais plus d'un qui serait SDF , or ils sont présidents de la république ou star de la come avec rolex à 50 ans , ou écrivent des livres de philosophie sur un certains botul .....

Répondre

Julien Leconte - il y a 3 ans

Bon courage, mais je suis certain que tu as de très bonnes ailes.

Répondre

Koyuki Mizumoto - il y a 3 ans

Comment que je comprends ce sentiment d'echec

Répondre

Sandrine Soyez - il y a 3 ans

C'est malheureusement le lot de beaucoup d'artistes/créatifs/créateurs. Je parle du sentiment d'échec, de ne pas gagner assez sa vie avec sa passion...
Mais du talent tu en as, beaucoup, et ça finira par payer (et non, tu n'es pas une merde <3 )

Répondre

Camille Gee'ink - il y a 3 ans

pas de boulot.... j'ai laissé un rêve pour vivre avec un con qui m'a laissé tombé.... mes parents ne veulent pas que je décide quel boulot faire car "il faut que tu travails maintenant!"(pour ensuite brailler comme quoi on paie des impots toujours trop chers) je voie les autres réussir, je ne sais toujours pas utiliser un logiciel de dessin en 10 ans de gribouillage.....
A se niveau, je comprend cette sensation de s'être donner mais de n'avoir rien au bout(même si dans mon cas, j'ai donné à la première étape... et j'ai été perdu à la seconde :| )

Répondre

Marie - il y a 3 ans

Ben arrête de compter sur tes parents, subviens toi même à tes besoins et apprend photoshop, y'a des millions de tutos sur internet.
J'ai du mal à comprendre à quel moment tu t'es donné au juste ? Prends toi en main au lieu de chouiner O_O

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Ton commentaire n'est vraiment pas sympa, Marie.
(enfin il y a peu de chances qu'il soit vu par Camille car elle a écrit sur Facebook, pas ici)
Un peu de gentillesse ne fait de mal à personne et peut faire beaucoup de bien au contraire.

Répondre

Axelle Xela - il y a 3 ans

tu n'es pas nulle <3

Répondre

Ysabel Fougery - il y a 3 ans

il faut énormément de courage pour faire ce que tu fais, pour partir vivre à l'autre bout du monde, pour ne pas se résigner et prendre un boulot alimentaire et petit a petit voir tous ses rêves s'envoler. Et ça, tu l'as, et le talent en plus. :)

Répondre

Alice Dolls - il y a 3 ans

Tu t'es toujours assumée en faisant ce que tu aimes, c'est important. Je fais de la musique depuis des années. Cette musique est la musique que j'aime, mais pas forcément la musique qui marche le mieux auprès du public, donc je n'ai jamais vraiment percé ni gagné d'argent avec. Par contre je ne me suis jamais vendue non plus pour la réussite, tout comme toi. Et ça c'est important aussi. La renommée n'est pas la clé, c'est l'intention que tu mets dans ce que tu fais qui signifie quelque chose, cette certitude que si c'était à refaire, tu referais exactement la même bd parce que c'est celle-là que toi tu veux faire. Pour moi, l'important n'est pas l'argent que je fais avec mon art, mais mon art tout court (bon, si j'arrive à faire un peu d'argent en plus je ne cracherai pas dessus, hein, mais ce n'est pas essentiel), jamais je n'ai fait de musique en me disant : est-ce que ça va payer? Comment faire pour que les gens achètent? J'ai trop peur de faire des concessions inconscientes sur ce que j'estime être la bonne façon de faire. Donc : gang on! Reste fidèle à toi-même et pense à toutes ces personnes que tu touches via ton blog ou internet en général. Ce n'est pas de la réussite, ça? <3

Répondre

Bastien Marcel Pierre - il y a 3 ans

Si ça marchait si peu, les éditeurs te proposeraient pas de faire des tomes 2 , etc... Je pense qu'ils s'y retrouvent, doit pas y avoir masse de charité dans l'édition :)

Répondre

Loredana Mancinia Piermarini - il y a 3 ans

20 000 exemplaires pour percevoir des droits d'auteur, ce monde est encore plus impitoyable que je ne le pensais. Bah, moi, je trouve que tu as du talent et puis, vivre de ses rêves, c'est tout simplement la grande classe - même si tu en bave certainement ! - Ce n'est pas tout le monde qui en serait capable, alors bravo !

Répondre

Clementine La Cost - il y a 3 ans

Oooooh! Je sais que tout ça c'est derrière toi mais j'ai en effet envie de te faire un calin!
Courage!
(Rien à voir l'image mais elle m'a fait exploser de rire!)

Répondre

Yohan Sacré - il y a 3 ans

Mince on dirait moi (sauf que j'ai le droit, j'ai pas sorti dix livres depuis les 10 ans...)

Répondre

Jorge Duarte - il y a 3 ans

J'ai acheté tous tes albums. Mais visiblement il n'y a pas encore 19999 autres comme moi. Mais ça va venir !

Répondre

Florence Muneret - il y a 3 ans

Free Hugs pour toi. Continue de nous faire rire, sourire, rêver, réfléchir... etc... et de faire le métier qui te plaît ! ^_^

Répondre

Gra Grou - il y a 3 ans

C'est le dur lot des auteurs ça... mais tu sais Laurel, tu as quand même l'air d'en vivre et rien que ça c'est énorme! Personnellement, j'aimerai être à ta place! Si tes éditeurs travaillent encore avec toi, c'est pas pour rien. Et puis tu as tjs pleins de projets, le truc avec Garfield et tout, c'est juste énorme! Bon, je sais que tes planches de Comme Convenu ne se passent pas en ce moment et que c'est ton ressenti d'il y a un moment, mais j'espère que ça va mieux maintenant!

Répondre

Emmanuel Maestracci - il y a 3 ans

Tu devrais peut-être essayer l'auto-édition, tout est automatisé maintenant et tu toucheras de l'argent dès le premier exemplaire vendu :)

Répondre

Pascal Yerres - il y a 3 ans

l'arnaque!!!!! tu bosses, tu prends un risque énorme car tu n'aies pas payé pendant ce temps, et l'éditeur ne prends aucun risque : il se paye en premier!!!! c'est de l'esclavagisme! le risque devrait être partagé, et les revenus aussi. est ce que tous les contrats sont comme ça ? est ce qu'il n'y a pas d'alternative, comme le financement participatif, avec un risque et un gain partagé ?

Répondre

lelic - il y a 3 ans

Si, l'éditeur prend un énorme risque : c'est lui qui fait imprimer les livres. Et les dessins, surtout avec de la couleur, ça coute cher. Rien que 300 exemplaires d'un livre de 350 pages, ça revient à environ 4 euros hors taxes. Alors un grand format avec couverture rigide et tout en couleur, ça coute une blinde. Ensuite il faut stocker, faire la pub (diffuseur) et distribuer (distributeur). Plus le marketing, etc...

En général, ce sont deux ou trois livres qui font tourner un éditeur, les autres sont édités à perte, ou amortis en un temps très long.

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Oui, désolée, ce n'était pas clair dans cette note.
J'ai expliqué sur Facebook à Pascal (et à d'autres) la façon dont ça marche. Et il faut que je retouche les pages pour être plus compréhensible!
Merci pour ces détails, Lelic. :)

Répondre

Claire Laguz - il y a 3 ans

On vit sur une société basée sur l'argent.
Où il faut de l'argent pour vivre, de l'argent pour être admiré, de l'argent pour être reconnu, etc.
Et si la vraie valeur, c'était de faire ce que tu aimes ?
Et si on arrêtait de réfléchir en terme de fric ? Oh wait, notre société est dans ce moule là pour le moment, y a plus qu'à voir se construire des vies où les gens vivent de trois fois rien, et sont heureux, un jour ce sera peut-être assez flagrant pour que ceux qui en ont tant, de l'argent, perdent pied puisque tout le monde s'en fout. Oh wait. Utopie.

Répondre

Tolita Carrera - il y a 3 ans

Ooh ma pauvre Laurel! Je pensais réellement que tu gagnais de tes BD et que tu étais une des rares avec Boulet et Pénélope Bagieu à avoir ce privilège! Etant en Equateur, je ne peux hélas acheter tes formidables BD, mais sache que le Journal de Carmilla a été une inspiration pour moi!

Répondre

Elle N-not - il y a 3 ans

Han comment ça pas de droit d'auteurs..c juste :( Pourtant j'ai l'impression de voir la rondeur de tes dessins partout, j'ai connu Carmilla à la bibli de quartier et à chaque fois que mes enfants vont à un gouter d'anniv , on offre Cerise ;) j'ose espérer que le tome 3 va te rapporter moults pépettes ;) En tout cas , tiens bon le crayon, c juste une mine d'or que tu as ;)

Répondre

Michel Pelini - il y a 3 ans

Auteur : le seul métier de France où l'on peut travailler gratuitement. Un scandale. A quand une convention collective ?

Répondre

Tolita Carrera - il y a 3 ans

Il ne faut pas dire que ton travail ne plaît. Ca doit être une question de goût... je trouve que par moments ton travail me fait penser a la BD américaine... non franchement faut pas dire ça la preuve aux Etats-Unis ton style plaît non? Vu les retours positifs sur tes graphismes :-D

Répondre

Allons allons - il y a 3 ans

Le talent et le business sont deux choses différentes. Saviez-vous que Van Gogh n'avait vendu qu'une seule toile de son vivant ?

PS: J'adore la BD sur la start-up

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Je ne suis pas sûre que ce soit rassurant, mais oui c'est vrai! ^^'

Répondre

Christian - il y a 3 ans

Bonjour, je ne sais pas si, pour cette partie, vous restez près de la réalité mais, si c'est le cas, je dois vous signaler que vous vous faites balader depuis dix ans. La rentabilité d'un album est très en dessous des 20 000 ex. (que presque personne n'atteint aujourd'hui, même chez les grands), et puis vous devriez toucher des à-valoir, le reste est le PB de l'éditeur. C'est ainsi que ça se pratique chez tout éditeur digne de ce nom. Si ce que vous racontez là est vrai, changez vite ! J'en profite pour vous remercier et vous dire que ça fait donc pas loin de dix ans que je vous suis fidèlement. Ce qui tendrait à prouver que vous n'êtes pas une merde, DU TOUT.

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Oui, désolée, c'est une erreur de formulation! Je parlais dans la page 216 de sous qui tombent, ce sont des avances sur droits, je ne l'ai pas précisé mais il faut que je le rajoute.
Ces avances, dans le milieu, se sont réduites comme peau de chagrin ces dernières années (notamment avec les "forfaits" pour les gros livres). Je ne suis pas la plus touché, loin de là. Des collègues ont dû carrément arrêter, ces derniers mois, et prendre un emploi moins précaire.

Répondre

CharlSka - il y a 3 ans

Hum quand j'y pense ça doit bien faire 7-8 ans facile que je te suis aussi :).

Après si tu arrives à vivre de ce que tu aimes c'est le principal, même sans avoir la grande vie, sans que toi et Cerise n'aillez trop à vous priver.

Répondre

Xavier Arnoult - il y a 3 ans

on reconnait bien la réaction d'une personne créative. Parfois le blues prend le dessus, on se sent comme une personne médiocre et puis on réfléchi á ce qu'on pourrait faire et puis on finit par ce dire qu'il y a qu'une chose pour laquelle on se sent vivre. Tu as la chance d'avoir choisit ton boulot et d'en vivre. Et puis tu as beaucoup de talent, mais souvent le talent et monnaie sonnante et trébuchante se sont pas toujours connectés. Mais c'est la vie.

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Merci!

Répondre

Anim★l - il y a 3 ans

J’ai publié un livre (bon y a pas de couleur etc, ça coûte moins cher à fabriquer) mais je ne me souviens pas qu’il y ait eu un nombre d’exemplaires en-dessous duquel on ne touchait pas de droits. C’est quand-même un peu des chacals les éditeurs dans la BD.

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

On touche des avances sur droits, ça suffit parfois pour en vivre le temps de finir l'album. Mais pour toucher un peu plus que le minimum, il faut être rentable (généralement c'est après 20.000 exemplaires)

Répondre

Baba Zingaretti - il y a 3 ans

je ne savais pas... mince on ne se doute pas de l'envers du décor ... en tout cas ne doute pas de ta plume, de tes desssins ... tu as du talent ! je t'envois pleins de bisous de réconfort !

Répondre

Dilustro - il y a 3 ans

Enfin bon, ce qui est mis en cause ici n'est pas le talent de Laurel, plutôt la surproduction des éditeurs français (et ce n'est pas spécifique à la BD, les romanciers galèrent aussi). On nous dit que c'est une chance pour le public d'avoir un large choix de livres, que c'est la garantie d'une culture saine et ouverte... Mais en attendant, ce qu'on voit, c'est une majorité de bouquins médiocres qui n'auraient jamais dû passer le contrôle qualité, et quelques bons bouquins noyés dans cette masse qui n'arrivent pas à trouver leur public par manque d'exposition. Du coup, il devient quasiment impossible pour un auteur de vivre de ses œuvres. L'offre est démesurée par rapport au lectorat...

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Oui, la surproduction est un vrai problème. Qui n'est pas prêt de s'arrêter, alors que tout le monde dans la profession est conscient du problème...

Répondre

Emmanuelle - il y a 3 ans

Je trouve que vous avez un parcours exemplaire avec une très belle évolution depuis ces 10 dernières années : tant sur le style du dessin qui s'est affiné, que sur les univers et disciplines explorées.

Et puis, si j'ai bien compris, tout a commencé en autodidacte il y a 10 ans en France. Aujourd'hui : la Californie, Apple, les partenariats avec de grands auteurs américains ... Cerise qui parle anglais !

Se connecter sur votre blog, c'est une super dose de motivation quotidienne pour se retrousser les manches et se dire que nous aussi on peut arriver à concrétiser nos projets !

En général, on dit qu'il faut attendre à peu près 5 ans pour savoir si une entreprise est viable ou pas. J'ai hâte de découvrir la fin de vos aventures pour savoir où vous en êtes aujourd'hui.

Quoiqu'il en soit, il faut continuer !

Répondre

Laurel - il y a 3 ans

Merci Emmanuelle! <3

Répondre

Martin Penwald - il y a 3 ans

Tu avais déjà expliqué ce principe d'avances sur droit. Si je me souviens bien, pour un album comme Cerise, tu touches environ 16000€ qui te permettent de vivre jusqu'à la parution de l'album.
J'ai énormément de mal à croire que tu aies pu obtenir ce genre d'avance pour au strict minimum un 3ème album de Cerise si l'éditeur avait perdu de l'argent sur les 2 premiers.
Le dernier album que j'ai acheté en France, il y a 2 ans, c'est « Idées Noires » de Franquin, à près de 13€. J'imagine que c'est le prix moyen d'un album cartonné standard. La question qui se pose est quel est le coût de revient de l'objet lui-même ? 5€ ? 10 € ?
Plus le tirage est important, plus le coût de revient est faible, certes, mais je doute que l'on dépasse les 7 €. Reste 6 € par album pour payer la pub, les droits d'auteur, l'éditeur, la TVA.
Ça ne me semble pas insurmontable, pour l'éditeur, de rentrer dans ses frais. Après, je suis peut-être à côté de la plaque concernant les chiffres, mais bon.

Répondre

Les avatars sont liés à l'email via gravatar.com

Page précédentePage suivante