laurel comics blog bloglaurel

Dessinatrice de bandes dessinées et de jeux vidéo, co-founder de Pixowl avec Arthur Madrid, Sébastien Borget et Adrien Duermael. Je vis et travaille à San Francisco.

commeconvenu

Lire ma BD en ligne

references

Références

contact

Contact

Flux RSS

Bonjour,


Je poste la planche 347 tout-à-l'heure... j'avais juste envie de faire une petite BD à propos des actualités... 😐

Peut-être que je lis trop les sites d'infos, je ne sais pas. 😔 Mais en tout cas, que ce soient sur ces sites ou sur les réseaux sociaux, ça m'a interpellée de lire les réactions de ceux qui sont tellement sûrs d'avoir tout compris. Ont-ils raison ou tort ?
De toute façon je ne suis pas sûre qu'on puisse se forcer à changer un sentiment. 

Merci de votre attention, et pensées sincères ❤️ pour tous ceux qui ne savent pas trop où ils en sont, comme le personnage de cette petite histoire. ❤️


...

Suite aux attentats qui endeuillent l'Europe...

il y a un an

ziloa

Je suis d'accord avec toi ! Mon copain est comme le personnage masculin dans ta bd... je comprends ce qu'il me dit, mais ça ne me rassure pas tellement. L'autre jour j'étais au cinéma, il y avait un type avec une longue barbe noire, seul, qui m'a fait stresser. Il ne rigolait pas aux blagues et à un moment il est parti. Je me suis imaginée qu'il allait nous tirer dessus à un moment précis. C'est trop con, il aimait simplement pas le film >.< ça m'ennuie d'avoir pensé ça, d'avoir eu peur et d'avoir fait un délit de faciès. Je suis sensée être au dessus de ça, ne pas faire d'amalgame... En théorie je le fais, mais en pratique quand la peur te prend au ventre, c'est moins joli joli.

il y a un an

fif

t'es juste raciste.

il y a un an

ziloa

ben non, on parle d'islamophobie et pas de racisme ! Par ailleurs, je n'ai rien fait à par penser quelque chose et m'en être voulu de l'avoir pensé. Moi je pense que tu es contre la liberté de penser...

il y a un an

Lou Robert

Même sans mauvaises intentions, même si c'est dur à entendre, c'est du racisme et de l'islamophobie.
C'est vraiment important de s'en rendre compte et d'essayer de s'en défaire.
Vous savez qui doit avoir très peur en ce moment ? Les hommes avec une longue barbe et les femmes qui portent le hijab, et qui sont agressé.e.s, insulté.e.s, ou pire, tous les jours.

il y a un an

Gwen

Ça ne peut pas être du racisme, car les islamistes ne sont pas une race. Il faut appeler un chat un chat.

C'est juste une gêne qui ne se traduit pas en acte. Moi, je suis souvent gêné par les enfants, ça ne fait pas de moi un raciste, car c'est plus le comportement de l'enfant qui me dérange que sa couleur de peau. Et que dire de tous les gens qui détestent les joueurs de Pokemon Go en ce moment, ils sont racistes ? C'est une nouvelle race comme les zombies ? Non, ce sont juste des gens avec un comportement différent de la moyenne, des gens que l'on remarque et que l'on ne comprend pas toujours.

Il faut arrêter avec le racisme mis à toutes les sauces pour faire culpabiliser le quidam moyen.

il y a un an

Auryn

Bien d'accord. Traiter quelqu'un de raciste pour un oui ou pour un non est devenu un moyen d'intimidation. C'est la nouvelle version du point Godwin et c'est extrêmement agaçant.

il y a un an

Lou Robert

On ne traite pas une personne de raciste pour le plaisir de la faire se sentir mal ou pour la faire taire.

On POINTE qu'une COMPORTEMENT ou un DISCOURS est raciste, pour que la personne se rende compte des préjugés inconscients qui permettent au système de se perpétuer.

C'est exactement la même chose avec le sexisme.
Un homme fait un commentaire déplacé à une femme dans la rue : on lui dit que C'est sexiste, il répond "je ne suis pas sexiste, c'est rien du tout un commentaire".

Sauf qu'on s'en fou si l'homme en question est sexiste ou pas. Son commentaire est sexiste. Son commentaire s'ajoute aux 15 autres commentaires que la femme aura entendu ce jour-là, et à toutes les autres inégalités et discriminations sexistes qu'elle subit depuis sa naissance.
Parce que le sexisme fait système.

C'est la même chose avec une personne qui dit "j'ai eu peur d'un homme avec une longue barbe". Son commentaire s'ajoute à celui de toutes les autres personnes qui ont des préjugés sur les musulmans, mais aussi au manque de représentation dans les médias, aux discriminations au logement, à l'embauche, etc.

Tout cela participe d'un système auto-entretenu de racisme institutionnel.

Je ne sais pas si la personne est raciste, mais son commentaire l'est. Ça ne fait pas de cette personne un horrible monstre. Ça veut juste dire qu'elle devrait faire un effort pour prendre conscience puis combattre ses préjugés racistes, et ainsi combattre le système.

il y a un an

Lou Robert

On ne traite pas une personne de raciste pour le plaisir de la faire se sentir mal ou pour la faire taire.

On POINTE qu'une COMPORTEMENT ou un DISCOURS est raciste, pour que la personne se rende compte des préjugés inconscients qui permettent au système de se perpétuer.

C'est exactement la même chose avec le sexisme.
Un homme fait un commentaire déplacé à une femme dans la rue : on lui dit que C'est sexiste, il répond "je ne suis pas sexiste, c'est rien du tout un commentaire".

Sauf qu'on s'en fou si l'homme en question est sexiste ou pas. Son commentaire est sexiste. Son commentaire s'ajoute aux 15 autres commentaires que la femme aura entendu ce jour-là, et à toutes les autres inégalités et discriminations sexistes qu'elle subit depuis sa naissance.
Parce que le sexisme fait système.

C'est la même chose avec une personne qui dit "j'ai eu peur d'un homme avec une longue barbe". Son commentaire s'ajoute à celui de toutes les autres personnes qui ont des préjugés sur les musulmans, mais aussi au manque de représentation dans les médias, aux discriminations au logement, à l'embauche, etc.

Tout cela participe d'un système auto-entretenu de racisme institutionnel.

Je ne sais pas si la personne est raciste, mais son commentaire l'est. Ça ne fait pas de cette personne un horrible monstre. Ça veut juste dire qu'elle devrait faire un effort pour prendre conscience puis combattre ses préjugés racistes, et ainsi combattre le système.

il y a un an

tchaf

au départ, l'islamophobie est une invention des mollah iraniens qui voulaient pouvoir trouver quelque chose pour équilibrer leur antisémitisme.

Voir à peu près toute la gauche radicale tomber dans ce piège par tiersmondisme mal digéré est un vrai problème.

En tant qu'idéologie, la religion n'a aucune protection. La loi sur le racisme ne protège aucunement la religion, mais uniquement les personnes qui seraient critiquées en raison de celle-ci: la critique de l'intégrisme est parfaitement autorisée, dieu merci!

il y a un an

Lou Robert

D'abord, il n'y a pas d'un côté les gros.se.s méchant.e.s racistes et de l'autre les gentil.le.s humanistes. Le racisme est présent partout culturellement et se traduit individuellement par des biais inconscients, exactement comme le sexisme, mais aussi et surtout par une oppression structurelle (discrimination systématique à l'embauche, au logement, etc).

Le racisme est une oppression systémique (c'est-à-dire systématique, imprégnée dans les structures et institutions de la société) qui établit une hiérarchie entre des groupes définis arbitrairement selon des "races" sociales (sans vérité biologique).



Ensuite, le racisme n'est pas synonyme de "détester les personnes qui présentent une caractéristique particulière".

Le racisme est un système qui a été construit avec, par et pour la colonisation.
Historiquement , il s'appuyait sur des justifications biologiques (fausses).
Aujourd'hui, la plupart des gens ont intégré que les races biologiques n'existent pas. Mais le racisme survit avec de nouvelles justifications culturelles.
Il y a toujours dans l'inconscient collectif le "nous" et "les autres", sauf que "les autres", en ce moment ce sont surtout les musulman.e.s, que l'on marginalise, que l'on identifie comme "différents", à cause, par exemple, d'une barbe longue, d'un voile, qui renvoie à cet imaginaire des "pas comme nous".

L'ignorance de tout cela permet que le système oppressif raciste se perpétue.


il y a un an

tchaf

Conseil lecture:
https://la-voie-de-la-raison.blogspot.fr/2016/01/cologne.analyse.html

il y a un an

tchaf

Sur l'"islamophobie", en anglais, car tu dois lire cette langue:
http://quillette.com/2016/05/05/free-speech-and-islam-the-left-betrays-the-most-vulnerable/

il y a un an

Youpi

Je ne pense pas que ce soit du racisme. Quand je vois un fanatique religieux, je flippe un peu. Quand je vois un skinhead, je flippe un peu.
Quand j'étais jeune et que je me trimballais en cuir et doc martens, je faisais parfois un peu flipper les mamies. Alors quand je m'en rendais compte, pour leur faire comprendre que c'était pas le but, je leur faisais des sourires, je leur parlais aimablement. Ca évitais les embrouilles.

il y a un an

Fouilloux

J'avoue que je me reconnais bien dans le personnage. Sauf que je suis pas si petit et que j'ai plus de cheveux...
Il ya deux choses dans cette histoire d'une part: d'une part, la peur. Elle n'est pas critiquable, c'est un sentiment c'est comme ça. Et l'erreur de ceux qui comme moi pensons qu'il faut la combattre par la raison est peut être de faire indirectement des reproches aux gens qui partagent ce sentiment. En gestion du stress, on m'a appris qu'elle naît souvent de quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler: je ne peux rien faire contre les terroristes, alors que quand je conduit, j'ai un peu de maitrise sur ce qu'il se passe, donc j'ai plus peur des terroristes". c'est pour ça d'ailleurs que les gens qui ont des accidents disent souvent "c'est de ma faute", car si c'est de leur faute, alors ils peuvent agir pour que ça n'arrive plus. C'est un mécanisme d'autodéfense mentale.


Mais ça n'empêche pas, la peur est un sentiment irrationnel, et il faut la combattre avec la raison et avec des faits, quand l'émotion est un peu redescendu. L'exemple des gens des années 80 est parfait: dans les années 80, il y avait beaucoup plus d'attentats qu'aujourd'hui. A la limite, c'est ceux des années 2000 qui serait choquer..; En fait ils le sont, c'est nous.

Bref, c'est normal d'avoir peur. Mais il ne faut pas la laisser guider notre vie ni nos choix. Agir quand c'est l'émotion qui submerge notre raison n'est jamais une bonne idée. Après, c 'est mille fois plus facile à écrire qu'à faire.

il y a un an

Paul

Tout à fait d'accord : je suis né en 70, et j'ai vécu les attentats de l'OLP (RER à Saint-Michel, rue de Rennes) à côté de chez moi.

Je ne suis pas comme ton personnage chauve, je comprends bien la peur des autres, mais au lieu de la refuser ("c'est une stratégie de l'EI auquel on se soumet"), il faut l'assumer : nous rentrons à nouveau dans un cycle de violence, comme nous en avons vus beaucoup durant le XXe siècle. Et ensuite il faut combattre, par l'éducation, par la sécurité (et oui, aussi), par nos convictions...
Et je trouve honnêtement que nous nous en sortons pas trop mal. Donc pour répondre à ton personnage féminin : tu peux avoir peur, mais ne laisse pas cette peur te paralyser, ni simplifier les choses.

il y a un an

Sawadee

j'ai eu le cas dans mon entourage aussi
"Je ne comprends pas comment les gens peuvent s'émouvoir et être inquiets alors qu'on a statistiquement plus de chance de se faire écraser par une voiture. je ne vois pas l'intérêt de m'inquiéter de quelque chose d'aussi statistiquement improbable"

Mais moi aussi, j'ai peur...

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Ils ont raison, c'est vrai, mais toi aussi, et puis tu ne peux pas te forcer à ne pas avoir peur, de toute façon...

il y a un an

Woofy

Effectivement, la peur ça ne se contrôle pas. Il faut juste se rendre compte qu'elle est irrationnelle.
Il ne faut pas qu'elle nous empêche de vivre, qu'on sur-réagisse par rapport à ça. De toute façon on ne trouvera pas de réconfort peu importe les actions que nous faisons.

il y a un an

Bruno

Cela fait plusieurs années que je ne lis plus la presse, gratuite ou pas. C'est un choix assumé. Mes horaires "à la c..." et les transports en commun m'empêchent d'écouter la radio, et je n'ai pas de télé (juste un écran déconnecté pour mater un film de temps en temps).

Le choix de ne plus lire la presse me rend plus zen. Je suis moins soumis à ce matraquage anxiogène et à la pub. Quand il y a quelque chose à savoir, j'ai un entourage qui l'a appris avant mois et s'il faut creuser un sujet, internet est là.

Mais j'évite à tout pris de lire les commentaires sous les articles d'actualité. ce consternant mélange de ceux qui ont tout compris, comme dans ta planche, de bêtise humaine, d'appel à la haine ou à ne pas faire d'amalgame au pays de Oui-Oui et de troll feeding me hérisse le poil à chaque fois.

Alors je me protège.

Quant à s'inquiéter... L'Humain est toujours le meilleur pour s'auto-détruire,et c'est bien la seule règle à ne pas connaitre d'exception, alors...

Carpe Diem en attendant les lendemains qui déchantent.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Comme tu as raison ! Et comme je t'envie !
J'ai essayé plusieurs fois, mais je n'arrive pas à décrocher, j'aime lire les articles et leurs commentaires...

il y a un an

Bruno

Je n'ai pas dit que ça avait été facile, mais en fait, il faut se poser la question : est-ce que ce que je suis en train de lire m'apporte quelque chose, m'enrichit ?

Si la réponse est non, alors il faut se désintoxiquer :)

Mais ce n'est pas exclusif. Je lis plus fréquemment les commentaires sur les blogs comme le tien, car ce sont ceux de personnes qui partagent sur un même sujet, une passion commune, etc. On y trouve plus de positif et d'échanges.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Certains commentaires sont drôles et pertinents. J'ai déjà changé d'avis en les lisant, et je me suis parfois rendue compte que l'article était biaisé. Je trouve que c'est enrichissant (même s'il faut en lire 30 pour tomber sur un super)

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

(je parle des sites d'info et d'actualité)

il y a un an

Youpi

Renaud chantait dans les années 80 ("j'ai raté téléfoot"):
Y'avait Jean-Pierre El Kavada, Qui m'racontait l'Afghanistan, Et la Pologne et le Liban, Le Salvador y connaît pas, L'information pour ces mecs-là, C'est d'effrayer l'prolo l'bourgeois, A coups d'chars russes d'Ayatollah, "Demain faites gaffe y va faire froid", Et à part ça "eh ben ça va, S'y s'passe quelqu'chose on vous l'dira"
Rien n'a changé, la peur fait vendre :)

il y a un an

Syborg

Sur les réseaux sociaux on peut pourtant avoir des débats très intéressants, instructifs voire passionnants avec des inconnus qui ne partagent pas votre point de vue, mais qui savent rester courtois et qui ont juste envie de partager des idées et réflexions avec respect. Sauf que pour 1 débat de qualité, il y a des dizaines de gens mal élevés et qui croient tout savoir.
C'est en effet souvent consternant ! Et donc énervant et déprimant, mais tout ces gens sont aussi comme ça dans la vraie vie.

Personnellement, voir tout ces trucs anxiogène et ces imbéciles me rappelle que chaque jour il faut essayer de construire une meilleure société (rien qu'en France, c'est déjà un bon début). Et je crois vraiment que tout ça passe par nos enfants et leur éducation. Et je parle de l'Education Nationale, pas parentale (tous les parents ne sont pas des génies) :
Grâce à l'école on sait tous que la bataille de Marignan était en 1515 et que pi = 3,14... super ! Si on pouvait tous savoir aussi ce que sont les médias, qu'il faut chercher des preuves, des sources, se questionner, remettre l'info dans son contexte, en bref nous aider à comprendre le monde qui nous entoure.
Et je suis persuadée que l'école doit aller au delà du recrachage d'encyclopédie, qu'elle doit aussi apprendre à apprendre.

Je ne sais pas si c'est très clair. En tout cas j'ai souvent vu qu'aux USA il y pas mal d'écoles qui essayent de faire aussi des têtes bien faites, avec des méthodes pédagogiques comme Montessori. Pas mal de pointures de la Silicon Valley ont suivis ces méthodes étant enfant par exemple. Bon ça semble être une digression tout ce que je dis, mais c'est parce que je trouve que les méthodes éducatives alternatives sont passionnantes et qu'elles peuvent aider à réduire le nombre de gens pensant comme le personnage masculin de la BD.

il y a un an

Marie-Eve

Je me retrouve dans les deux personnages de ton histoire : depuis le début j'essaie de me dire que j'ai bien plus de chance de mourir d'un accident de la route, d'une maladie... mais ce côté volontaire du meurtre, mourir parce qu'on ne correspond pas à la norme d'une idéologie sectaire, et se sentir vulnérable dès qu'on sort de chez soi, c'est moche ! J'espère tellement que ce monde va s'arranger avant que nos enfants grandissent... la seule alternative, dans le doute, et de leur donner beaucoup de force et d'espérance pour que dans un tel monde ils puissent tout de même s'épanouir et rester courageusement des artisan de paix.

il y a un an

Milky

On peut avoir peur ET savoir que c'est irrationnel, et tenter de combattre cette peur, de ne pas se laisser dévorer par elle. Et l'aplomb du personnage qui a tout compris est une forme de défense aussi. Je pense qu'il y a pas mal de gens qui sont à mi-chemin entre ces deux personnages ; c'est mon cas. Et je crois - j'espère - qu'il n'y a pas que des dialogues de sourds entre ces deux catégories !
Mais j'ai surtout peur pour la sale ambiance politique que ça installe, le racisme de moins en moins rampant, les libertés qui se réduisent peu à peu.
Cet article qui était paru après le 13 novembre parle de comédie sécuritaire, et de ce que la peur peut nous faire faire (spoiler : pas toujours des choses intelligentes). Ce qui m'a marquée notamment, c'est qu'après le 11 septembre, comme plein de gens avaient peur de prendre l'avion, ils ont pris leur bagnole plutôt. Et la surmortalité engendrée par ce surplus de voitures et d'accidents de la route a dépassé le nombre de victimes de l'attentat qui avait poussé les gens à prendre le volant...

http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2015/11/29/vertus-et-vices-de-la-comedie-securitaire.html

il y a un an

reyda

Touché. En fait le pluuuuus énervant dans le discours du chauve (ainsi que de ses clones dans la vraie vie, soyons francs), c'est la façon dont il rabaisse tout le monde à longueur de post sur les internets. Ca lui permet peut être de se croire au dessus de la plèbe et c'est fatigant. Je veux bien qu'on m'explique toutes les théories du monde (et de toutes façons on le fait même quand j'ai pas envie), mais pitié pas la condescendance. Ca use.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

C'est ce que j'ai voulu faire ressentir, oui.
Je lis parfois des choses vraies, sur le net, mais dans les débats les gens sont souvent sur la défensive, tendus, voire agressifs ou condescendants. C'est dommage. 😔

il y a un an

Blueinkal

Il est normal d'avoir peur mais il faut bien vivre aussi.
Se retrancher derrière les statistiques et les probabilités est aussi un moyen de se protéger mentalement.
Si on rationalise le truc on arrive à avoir moins peur aussi.
Bien sur que ça fait flipper, je ne serait pour rien au monde allé dans les Fan Zones pendant l'euro de foot car j'avais peur qu'un ou des tarés en profite pour tirer dans le tas.
Mais en vrai, dans le fond, il est effectivement tellement peu probable de mourir de la sorte qu'il vaut mieux le rationaliser.

Après, arrêtons de regarder la télé (je n'en ai plus depuis 8 ans), lisons des articles de fonds et sensé plutôt que de la presse à sensations et cela ira déjà mieux. Les articles de fonds aident justement à mieux appréhender cette folie et de la mettre en perspective.

il y a un an

Manu

Nous allons tous mourrir un jour (le plus tard serait le mieux ;)). Avoir peur de la mort ne l'éloigne pas, mais empêche juste de vivre.

Pour les sites d'informations (et radio/tv) c'est la même chose : ca n'empêchera pas un attenta, mais ça va juste empêcher de vivre.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Mais c'est aussi un plaisir de lire des débats. 😊

il y a un an

Elvy

Les deux points de vue peuvent se valoir et se comprendre l'un l'autre : le risque statistique reste très faible et les médias en font des caisses pour voir du terrorisme partout mais d'un autre côté les attentats ont des valeurs morales et symboliques très oppressantes.

il y a un an

Mlix

Je n'apprécie pas du tout, du tout, du tout cette planche.

C'est franchement nauséabond de faire passer pour des connards culpabilisants ceux qui basent leur raisonnement sur du factuel, et par ailleurs totalement déconnecté de ce qu'on vit au quotidien en France.

D'une part, et contrairement à ce que suggères, la peur n'épargne personne, y compris ceux qui essaient de garder la tête froide. Elle est juste à un niveau moins élevé.

D'autre part (je m'étonne qu'il faille le rappeler, mais bon...) internet N'EST PAS DU TOUT représentatif de la société dans son ensemble. SURTOUT les sites d'infos & réseaux sociaux où n'apparaîtront que les avis très tranchés des personnes qui sont profondément touchées par ce genre d'actu.
Les 70% ou 80% des gens que ça préoccupe mais sans plus ne prendront pas la peine d'exprimer leur avis de manière aussi violente, et ça tu ne le vois pas.

J'ai discuté de nombreuses fois des attentas avec beaucoup de gens, et le cas de figure que tu décris n'est jamais arrivé.

Par contre, met les deux personnages dans la tête d'une seule et même personne, et là, tu sera bien plus proche de la réalité.

Petit rappel, les européens des années 80 se sont tapés :
- la guerre Iran-Irak qui a débouchée sur la guerre du Golfe en 1990
- la catastrophe nucléaire de Tchernobyl
- la moitié Est du continent sous dictature communiste jusqu'en 1989
- une bonne série d'attentats meurtriers en France et dans le monde https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attentats_meurtriers#Ann.C3.A9es_1980
- une grande instabilité en ex-yougoslavie suite à la mort de Tito en 1980, ce qui débouchera sur le conflit serbo-croate en 1991

...

Donc si l'européen des années 80 voyait la situation actuelle, il n'hallucinerait pas du tout.

Au pire, il dirait juste : "ha oué lol, en fait 30 ans plus tard c'est toujours autant le bordel !!"

il y a un an

Gwen

Je ne vois pas cette planche comme montrant d'un côté une personne bien et de l'autre une personne mauvaise. Ce sont juste deux comportements. Les deux sont une caricature de certaines personnes. Le mec chauve ne passe pas pour un "connard", il passe juste pour un mec tentant de rationalisé l'irrationnel alors que la jeune fille s'enferme dans un schéma de terreur qu'elle n'arrive pas a comprendre et donc analysée.

Moi, je trouve cette place tirs tirs bien, mais elle n’est pas une fin en soi, c’est juste une partie du débat et la situation ne peut se résumer a cette vision. Mais c’est un moyen d'exprimer son ressenti de l'auteur de ce Blog. Tout comme elle exprime plein d'autre sentiment depuis une dizaine d'années. On ne pas toujours être d'accord, mais c'est ça vivre en démocratie, c’est aussi écouter les autres. En tout cas, je ne vois pas de prise de partie faisant passer l'autre pour un "connard", juste pour une personne différente de ses propres sentiments.

Sinon, je me coupe au maximum des infos, car cela ne changera rien et le caractère anxiogène des news est vraiment flippant. Je prends les faits tels qu'ils sont sans analyse particulière. Ensuite, je regarde Game of Thrones ou Walking Dead et la je me fais un vrai coup de flip. Mais au moins, celui-là, il est contrôlé et voulu. :-)

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Gwen > Merci. C'est bien ça. 😊

Pour les physiques des personnages je copie-colle une réponse que j'ai faite ce matin sur Facebook:

"Ah bon. Mais il n'y a rien de manichéen dans les physiques de ces personnages. Le perso féminin est joli parce que c'est plus agréable à dessiner (j'aime dessiner des longs cheveux, des grands yeux). Je savais que j'allais la dessiner plusieurs fois alors j'ai voulu y prendre du plaisir. Pour le bonhomme, non ce n'est pas un skinhead (?), il est juste chauve, pour la même raison: simplicité à dessiner (un crâne rond est moins compliqué que des cheveux, surtout que les coupes masculines ne sont pas ma spécialité). J'aurais tout à fait pu inverser les deux personnages, ce qui est important, c'est ce qu'ils disent. Voilà, j'espère avoir être claire dans mon explication. ^^"

il y a un an

Nojo

tu dis "internet N'EST PAS DU TOUT représentatif de la société dans son ensemble"
Bien sûr ! En société il faut garder ses opinions pour soi et se taire.
Je vais enfoncer une porte ouverte : depuis sa création l'internet sert à communiquer.

il y a un an

Mina - @minamondart

Sans oublier dans les années 80 la guerre froide, la crise des missiles ( à voir Deutchland 83) etc, etc .........
L'anxiété est majorée par les chaînes tv qui chassent le buzz et les réseaux sociaux ou l'on partage tout et n'importe quoi ce qui a ouvert la porte aux discours clairement racistes/ christiano centrés/ supremacistes.
La peur ouvre la porte au mauvais, un point sur lequel Starwars est assez juste.
Et pour etre fataliste, si c'est ton heure ça le sera quelque soit la cause.
Nous redevrions repenser notre rapport au monde, nous occidentaux obtus. La merde c'est nous qui l'avons semée.

il y a un an

Mihawk

Enlever ses enfants de l'école publique peut être une bonne idée... mais pas à cause des attentats.
Les différentes réformes (dont celle du collège qui rentre en vigueur à la rentrée) sont eh train de détruire complètement notre système éducatif et de niveler encore plus par le bas.
Pour les profs comme pour les élèves, cette réforme est une vraie catastrophe.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Ah oui ?

il y a un an

Manu

Je ne vois pas comment les réformes pourraient détruire notre système éducatif vu qu'il est quasi nul et en panne depuis de nombreuses années... c'est la peur et seulement la peur du changement qui vous bloque. Et c'est pourquoi notre pays reste englué de très très longues années dans un système qui ne fonctionne pas... manque de courage et de lucidité en France.

il y a un an

Es

Ben parce qu'on prend tout ce qui ne marche pas, et qu'on l'amplifie et qu'on accélère la cadence. Et que les programmes et les façons de faire sont dictées par des gens qui ne savent pas ce que c'est d'enseigner, sauf éventuellement en fac, et qui vont décréter que ceci ou cela ennuie ou intéresse, fonctionne ou ne fonctionne pas, comme ça, sans expérience (et que je le constate sur le terrain : ils ont tort. Surtout sur le chapitre "quand on travaille comme ci, les élèves ne comprennent pas l'intérêt, alors que quand on fait comme ça, ça a du sens").

La réforme du collège est un peu dans l'esprit de celle qui a tant nui au lycée (en pire).

Je te trouve extrêmement méprisant quand tu dis que c'est "seulement la peur qui nous bloque". Non, c'est l'expérience, c'est la chance d'avoir encore pu prendre (un peu) l'ascenseur social et l'envie de la transmettre à ceux qui ont envie e monter aussi (sans descendre les autres, parce que mon plombier gagne sa vie sans doute beaucopu mieux que moi, et qu'il fait un très beau métier aussi), c'est également la révolte devant les matières qui disparaissent, nos droits qui s'amenuisent, notre métier d'instructeur qui se transforme en animateur, et la ferme conviction que nos élèves et nous-mêmes valons mieux que cela.

il y a un an

Xavier12

L'école publique est une chance, l'éducation coûte très cher dans d'autres pays (UK entre autres).

il y a un an

Auryn

Les Britanniques ont des écoles publiques aussi, hein... seuls 7% des enfants fréquentent des écoles privées payantes.

il y a un an

Caroline

Au lieu de vouloir retirer ses enfants de l'école en déplorant les réformes on pourrait aussi s'impliquer dans la contestation et ne pas la laisser aux seuls profs qui ne sont plus écoutés ou pris au sérieux depuis longtemps (ben oui, ces nantis qui ne pensent qu'à leurs avantages!) . Les seuls qui ont encore un peu de pouvoir sont les parents.
Pour revenir au sujet, je suis prof des écoles et cette peur je l'ai toujours quelque part en moi quand je vais bosser surtout que notre école , comme beaucoup, n'est pas adaptée , ni à la fuite, ni au "je me cache" , en cas d'intrusion. Et notre hiérarchie ne prend pas du tout nos craintes au sérieux.Toutes nos réunions sur ce sujet se terminent par la conclusion que si quelqu'un entre avec une arme, on ne peut rien faire...Alors est-ce qu'il faut avoir peur? continuer comme si de rien n'était ? les deux mon capitaine...

il y a un an

YpLee

Bon je comprend bien le coter caricatural (quoique ...) de la bd. Mais ...

Chercher à comprendre est salutaire. Déjà pour tenter de faire changer les choses. Car oui nous (les peuples) avons ce pouvoir !

Encore plus si on a des enfants. Avoir la culture de ne pas gober bêtement tout ce que nous sort la presse et essayer de voir les causes derrières les événements. C'est peut-être ça qui va faire la différence. Les générations futures doivent être "conscientisée".

Si on prend le terrorisme actuelle chez nous, il a des origines bien précises.

Imaginez que ce que nous vivons en ce moment n'est qu'une infime partie de ce que NOUS (l'occident) faisons subir à ces peuples en 1000x pire depuis des dizaines d'années.
Imaginez votre quartier bombardé 3x par semaines.
Imaginez être à un mariage, entendre le bruit d'un drone et BAM, la moitie de votre famille est morte par ce qu'un gas à des milliers de km a appuyé sur bouton.
Imaginez votre pays est en guerre permanente contre un ennemi invisible et invulnérable.

https://pbs.twimg.com/media/CQO2aHOUcAAdmMO.jpg:large

La haine et la frustration que ça engendre ?

Imaginez maintenant que le reste du monde s'en foutent et même mentent constamment à propos de votre pays de ce qui s'y passe.

On a réussi à empêcher plusieurs pays de partir en guerre en Irak grâce à une mobilisation énorme du peuple. Et aujourd'hui ?

Qui est le plus victime du terrorisme mondiale ?
http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2016/07/30-victimes-du-terrorisme.jpg

Tout ça j'en suis contient n’enlève pas la peur, elle est réel.
Mais peut-être qu'en se renseignant on peut aussi ouvrir les yeux.

Voter par exemple, un des dernier "pouvoir" qui reste au peuple.
Qui a voter pour absolument toutes les guerres des USA
Qui est financée par les parrains du wahhabisme ?
Qui pousse l'OTAN à provoquer constamment la Russie à ses propres frontière ?

C'est le peuple qui doit faire changer les choses, personne d'autre ne le fera.
Si le peuple (américain surtout) savait ce que son gouvernement et son armée font EN SON NOM il devrait descendre dans la rue ...

mais pour ça il faut continuer à s'informer.
Et pas dans presstituée mainstream.

il y a un an

FanActuel

J'ai un peu de mal avec la statistique, parce que j'habite Paris. Je passe très souvent dans le quartier qui s'est fait canarder en novembre. Je vais à des concerts. Un pote à moi était au Bataclan la semaine avant l'attentat. Je travaillais à Villejuif quand le connard a tué Aurélie Châtelain. Et plus d'une fois je me suis senti en insécurité à cause de remarques dans les transports.
C'est sûrement beaucoup plus facile de faire confiance aux statistiques quand tu vis dans un trou paumé - et que tu es un mec et que tu n'as pas régulièrement droit à des comportements qui te rappellent que, outre les appels au meurtre, ces cons-là considèrent que les femmes doivent fermer leur gueule et obéir à leurs valeurs.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Tu veux dire que les donneurs de leçon sont en fait privilégiés ne serait-ce que par le quartier où ils vivent, ou l'école où vont leurs enfants ? Possible... mais ce n'est pas forcément hypocrite de leur part, ils sont peut-être sincères, non ? Et penseraient pareil s'ils vivaient dans des coins "à risque" ? (encore que... à risque... le prêtre, ces derniers jours, c'était dans une petite ville inconnue... y a-t-il encore des endroits sûrs ?)

il y a un an

FanActuel

Je pense qu'ils sont sincères mais qu'ils ne sont effectivement pas aussi proches du risque (enfin, des risques déjà passés). Je l'ai vu aux nombreuses réactions de gens en novembre qui se disaient "en état de sidération" parce que, en gros, les morts cette fois là étaient juste des gens qui prenaient un verre en terrasse. "Ça aurait pu être nous". Or moi, je me suis déjà sentie en danger tout pareil dès Charlie Hebdo. Rationnellement, parce que des gens prêts à tuer pour des dessins ne s'arrêteront pas là. Et irrationnellement parce que l'Hypercasher est pas loin de Villejuif (où je travaillais), que se faire tuer en faisant ses courses c'est pas plus justifié. Et que je passe souvent devant le lieu où les gens déposaient fleurs et bougies pour les morts de Charlie (y a un Street art du policier Ahmed, aussi).
Je comprend qu'on se sente moins en danger quand c'est pas à côté... Mais je ne suis pas sûre qu'ils aient raison pour autant. Pour moi, ils sont en plein déni...

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Courage, en tout cas. 😐

il y a un an

MrNiko

Avoir peur est humain. Ce qu'il ne faut pas c'est devenir haineux, là est le vrai danger...

il y a un an

KathyT

Salut Laurel !

Si j'avais autant de talent que toi je pourrais faire la BD miroir avec tous les discours de mes proches qui me conseillent de ne pas aller travailler sur Paris (parce qu'on ne sait jamais, ça pourrait arriver), qui me déconseillent les sorties en ville, à la fête foraine (parce qu'il suffirait d'un malade), qui me conseillent d'attendre "que ça se calme" pour aller passer un weekend à Londres. Ils sont aussi étouffants que ton personnage "rationalisant".

Je pense que nous avons tous peur parce que nous nous mettons à la place des victimes des attaques de Paris et de Nice, de leur famille. Mais je pense qu'il faut essayer, autant que possible de rationaliser. De ne pas laisser cette peur nous dicter nos vies.

Un beau texte de maitre Eolas à lire : http://www.dalloz-actualite.fr/chronique/juge-et-guepe#.V5sMa7iLTIV



il y a un an

Guillaume

Merci pour cette planche très intéressante ! Pour moi les deux personnages ne s'opposent pas, c'est juste une façon différente de gérer tout le stress posé par cette situation. Aucune solution efficace ne peut exister à court terme puisque les décideurs (politiques, hauts fonctionnaires) découvrent cette menace, et que les structures ne sont pas adaptées pour y répondre. L'Etat de droit nécessite forcément du temps pour mettre en place des mesures conformes à l'idéal républicain mais aussi efficace (Mettre tous les fichés S en prison dans un même lieu ça pose de sacrés risques en cas d'évasion, les bracelets électroniques on a bien vu qu'il est impossible actuellement de garantir la surveillance constante), les policiers et militaires doivent être formés et recrutés (et coopérer aussi, mais la guerre des services est aussi culturellement ancrée) ... Israël par exemple fait largement appel à ses citoyens, il n'est pas possible et efficace d'avoir un militaire/policier dans chaque école mais faire appel aux parents pour éviter toute intrusion en restant aux accès pourrait être une solution.
En tout cas même si je me reconnaîtrais plutôt dans le chauve (rationalité scientifique), il n'y a pas à culpabiliser d'avoir peur et de vouloir retirer ses enfants de l'école. Ce n'est pas mieux pour les enfants de voir leurs parents angoissés, cela les stresse également. On ne peut pas imposer à sa famille de vivre avec ce stress, donc si pour certains ou certaines la solution est de garder les enfants à la maison voir de partir (temporairement ou non) de France, il faut le faire. Le terrorisme est par définition une tactique de perdant qui ne durera qu'un temps, mais d'ici là chacun(e) doit gérer cette menace comme il/elle le souhaite.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Pour ce qui est de l'IEF ("instruction en famille", l'école à la maison), j'ai lu que ça allait peut-être bientôt être interdit. En tout cas apparemment ils préparent des lois dans ce sens. C'est une amie sur FB qui fait ça pour sa fille, apparemment dans le milieu (virtuel) des parents qui ont fait ce choix, ils en parlent beaucoup. 😳

il y a un an

tchaf

ça ne va pas être interdit, il y aura seulement plus de contrôle, car, à coté des gens qui font de l'IEF pour donner à leurs enfants une éducation plus libérale, il y a tout un mouvement qui en fait pour au contraire donner une éducation religieuse intégriste en s'abritant derrière la législation actuelle.

il y a un an

Olivier

Avoir peur c'est normal. Mais les statistiques sont aussi impitoyables. Le fait est que même avec un attentat du genre 13 novembre par semaine, les risques pour que ce que je me fasse tuer reste faible.

Est-ce une raison pour ne pas avoir peur ? Non. Parce que déjà ça fait une source de risque en plus, ce n'est pas négligeable. Ensuite parce que ça va entraîner sur une situation pas forcément agréable.


L'européen des années 80 se souviendrait des années de plomb.



Je n'ai pas la moindre idée sur ce qu'il faudrait faire.

Et je ne sais pas ce que veut Daesh, parce que Daesh a ses propres contradictions, ses propres courants... ceux pour qui l'Islam est une excuse pour se laisser aller à toutes leurs turpitudes... ceux qui pensent vraiment que c'est ce que dit l'Islam... Ceux qui sont juste paumés...

il y a un an

tchaf

l'européen des années 80 te dirait qu'il a vécu la même montée de l'islamisme en Algérie et au Maroc, et que, à l'époque, personne ne croyait qu'on aurait la même chose en France un jour

il y a un an

Eirwen - @Eirwenette

Je comprends que la peur puisse gagner certaines personnes, mais il ne faut pas oublier que des attentats en Europe il y en a eu bien avant et qu'il y en a toujours, simplement plus ou moins étouffés par les gouvernements. J'habite en Écosse et peu nombreux sont les gens qui réalisent qu'il y avait une guerre civile juste à côté (Irlande) justement dans les années 80. Je suis allée à Dublin pour le taf y a deux mois, le taxi me parlait de l'attentat qui avait eu lieu la veille, juste à côté des bureaux où il me conduisait.
Personellement, le sentiment qui monte ce n'est pas la peur mais je deviens plutôt désabusée. Par le fait que certains soient assez idiots pour se laisser embrigader, par le fait que certains soient assez idiots pour blamer tout un groupe de personnes innocentes, par le fait que la France continue à bombarder un endroit où elle n'aurait jamais du mettre les pieds, mais surtout, surtout, désabusée par les gouvernements successifs qui n'ont jamais rien fait pour améliorer l'éducation quand nous savons que le système français est l'un des pires d'Europe. Jamais rien fait pour éviter de créer des idiots et des inégalités.
Avec ces attentats, on paye surtout l'égoïsme et l'avarice de nos dirigeants (la France se porte bien côté vente d'armes).

il y a un an

Louck

Je vais faire un peu l'avocat du diable (un petit peu), dans le sens où de mon point de vue, tu as plus de chance de te faire écraser sur une route que de subir un attentat.

Ou plutôt, qu'il y a beaucoup d'autres entités qui peuvent nuire ou mettre fin à la vie d'autrui, sans que tu t'y sois préparés.

Après, il est fort possible que je sois quelqu'un de naïf, peu empathique, ou qui vie dans sa bulle.
Mais comme a été raconté par d'autres internautes, le bon remède est de simplement éviter de lire la presse durant ces événements: c'est souvent exagéré, lourd, ca dure plusieurs jours, et ils ont tendance à le "vendre" (pseudo putaclic). De plus, cela t'offre plus de temps à toi même, à faire ce que tu souhaites ou à s'occuper de son entourage.


Bref, mon avis est que le gros problème de ces événements, c'est la façon dont ils sont médiatisés.

il y a un an

Patate

Pourquoi opposer les personnages et présenter celui qui tente de relativiser les évènements en un insupportable je-sais-tout ? Je trouve que ça décrédibilise toute tentative de contextualisation et de prise de recul.
Finalement, je pense qu'en chacun de nous les deux personnages cohabitent : celui qui a peur et qui est dans l'émotion, et celui qui essaye de réfléchir, comprendre ce qu'il se passe et de rationaliser.
Je trouve que les opposer en caricaturant le personnage chauve revient à simplifier maladroitement la situation.

il y a un an

Daniel

C'est normal d'avoir des émotions sur ce genre d'évènement, peur, colère, haine. La question n'est pas là. La question de savoir ce qui va diriger nos comportements et nos actions. Il faut savoir ne pas agir sur le coup de l'émotion et de laisser la raison gouverner nos actions.

Quant aux années 80, elles commencent sur crise des euromissiles, où les russes ont des missiles nucléaires pointés sur l'ensemble de l'europe. On est en pleine guerre froide, et ce qui nous menace c'est la troisième guerre mondiale nucléaire. Donc non ce n'était pas mieux avant. Les années 90 on est en pleine guerres yougoslaves soit en plein de l'europe. Donc non ce n'était pas mieux avant.

En fait, si on considère que c'est une guerre, daech ne peut absolument pas la gagner, mais nous on peut la perdre. Ils ne peuvent pas gagner parce qu'ils ont une puissance de frappe très limité, quelques centaines de morts en quelques mois, c'est ridicule pour une guerre.
Par contre on peut la perdre, en se reniant, en détruisant l'état de droit, en attaquant des musulmans innocents qu'on va juste lancer dans les bras de daesh.

Franchement ce qui me fait le plus peur, ce n'est pas daesh, ce sont les discours extrémistes dans la classe politique, car eux peuvent causer de vrais dégats.

il y a un an

Woofy

Un peu de fact checking des Décodeurs du Monde :
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2016/07/28/attentats-de-l-etat-islamique-la-barre-des-3-000-morts-a-ete-franchie_4975894_4355770.html

il y a un an

Emmanuelle

Je me retrouve également dans les deux personnages, je comprends parfaitement le discours de fond mais je trouve dommage que que les deux protagonistes ne soient pas caricaturés au même niveau dans la forme.

Entendre des gens nourrir les discours de haine alimentés par la peur (il faut enfermer tous les fichés S, expulser les immigrés / musulmans (qui sont au demeurant plus la plupart modérés, de nationalité francaise et condamnant cette barbarie qui éclabousse leur religion, ...)), c'est tout aussi dangereux. Et je remercie des quotidiens comme Le Monde qui tentent de traiter l'actualité avec du recul en publiant des articles destinés à cacher les préjugés et les discours simplistes.

Quand je lis cette note, j'ai le sentiment que tu donnes plus de légitimité à la peur et décrédibilise les personnes tendant à etre rationnels.Je pense toutefois que ce n'est pas l'idée que tu souhaitais véhiculer et chacun a ses propres interprétation.

Ce commentaire n'engage en rien la qualité de ton travail et je respecte ton point de vue.

il y a un an

Citlal

Et où va-t-il mettre sa fille ? Dans une école juive ? Ah non, c'est dangereux. Dans une école catholique ? Ah non c'est dangereux. Dans un coffre fort ? Ah oui, elle sera super épanouie.

Je ne prétends pas avoir tout compris, je ne pense pas que le gouvernement nous manipule, je ne me sens pas moins mouton que les autres, mais oui, personnellement, je suis plus effrayée par les particules fines que les terroristes. Et je me sens plus préoccupée par la violence faite aux femmes (100 mortes par an, une tous les trois jours et on ne peut pas dire que ce soit involontaire). ça ne veut pas dire que je n'ai pas peur d'un attentat ou que je m'en fous, ça ne veut pas dire que je me moque des gens qui ont peur, mais je trouve cette planche un peu à côté de la plaque. Les gens peuvent avoir peur et essayer quand même d'être rationnels. L'émotion n'empêche pas la raison et inversement. Toi qui vis aux E. U. , tu n'as jamais eu peur des tueries de masse dans les écoles ? Il y en a eu pourtant un très grand nombre ces dernières années, bien plus que des attentats en France, et tu ne t'es jamais dit "eh si "?

il y a un an

Tang

Une excellente vidéo sur le même sujet, avec beaucoup d'humour :

http://www.koreus.com/video/bazzotv-terrorisme-accident.html

Rire, ça enlève un peu la peur ;-P

Mieux que ronchonner ^^

il y a un an

Marlo

Sinon on peut prendre le problème par un autre bout. Les gens qui veulent faire du mal font et feront du mal quoi qu'on puisse faire. La différence, durant une altercation, entre une personne sensée et une personne dangereuse, c'est que cette dernière frappera de toute façon quelque soit l'évolution de la situation (qu'il aura parfois engagée lui même à dessein), parfois en trouvant une excuse, parfois pas. Ces gens n'ont pas besoin de signer chez l'état crazyslamique pour être ce qu'ils sont, et ils sont partout, en très faible proportion par rapport au autres, mais présents. Au lieu de sortir des chiffres pour prouver statistiquement qu'un terroriste a peu de chance de nous faire du mal, on peut décider d'accepter qu'on peut se faire mettre en pièce par un taré à peu près partout dans le monde, sans pouvoir y faire grand chose, et ce jusqu'à la fin des temps. Au lieu d'avoir peur des terroriste durant des périodes données, on peut avoir peur de tout le monde, tout le temps ! Voilà ! Rassurée ?

Heu.

Plus sérieusement, c'est normal d'avoir peur, selon mon humble avis. Les statistiques sont une manière de se rassurer comme une autre, face aux terroristes, ou face à autre chose... Mais j'ai croisé pas mal de gens dangereux maintenant, et aussi des gens très bien, et très rarement des gens qui étaient les deux en même temps. J'ai finis par accepter que je ne suis en sécurité nul part, et pareil pour mes proches. J'ai très souvent peur. Mais il faut aussi garder en tête que quand certains détruisent et tuent, d'autre construisent et sauvent des vies. Si je n'ai pas le contrôle sur mes chances de survies, à moins de sacrifier beaucoup de liberté, j'ai le contrôle sur ce que je peut faire de bon, alors autant se concentrer là dessus. Je crois que ça s'appelle l'espoir, et c'est une belle réponse à la peur. Il en faut parfois une grosse dose pour reprendre ses esprit et repartir de l'avant, mais n'oublions pas cette petite force qu'on a tous en nous.

Bonne continuation. Je tiens d'ailleurs à vous dire que la BD "Comme convenu", me remonte souvent le moral. Elle m'a donné, et me donne toujours beaucoup d'espoir :)

il y a un an

ElBe

"Petit rappel, les européens des années 80 se sont tapés :
- la guerre Iran-Irak qui a débouchée sur la guerre du Golfe en 1990
- la catastrophe nucléaire de Tchernobyl
- la moitié Est du continent sous dictature communiste jusqu'en 1989
- une bonne série d'attentats meurtriers en France et dans le monde https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attentats_meurtriers#Ann.C3.A9es_1980
- une grande instabilité en ex-yougoslavie suite à la mort de Tito en 1980, ce qui débouchera sur le conflit serbo-croate en 1991"

Absolument.
La sécurité est un leurre:
Les années de plombs en Allemagne, IRA en Irlande, les brigades rouge en Italie... On peut remonter l'histoire et l'on s'apercevra que les périodes de "sécurité" sont toutes relatives.

il y a un an

Es

Je plussoie totalement mihawk (et les terroristes, les gens qui-ont-tou-compris-alors-qu'ils n'ont aucun recul historique car aucune culture, par ailleurs, les différentes réformes abêtissantes ne vont pas freiner leur prolifération).

C'est le pboblème un peu d'Internet en général, surtout des réseaux sociaux : avant, pour dire quelque chose à la face du monde, il fallait être publié. Ne paraissait aux yeux de tous que ce qui avait été muri, réfléchi, énoncé avec soin (et retenu par un directeur de journal, un éditeur ou autres).
Maintenant, avec Twitter, Facebook et consorts, n'importe qui peut écrire sa pensée de l'instant (en 140 caractère, donc bonjour le développement) etle rendre potentiellemen lisible pour des milliards de gens. Donc tout le monde y va de sa petite phrase, même de celle qu'il aura regrettée le lendemain quand l'émotion sera retombée, ou de l'analyse qu'il reniera peut-être après avoir réfléchi dans 15 jours, ou de la posture hautaine (comme le perso de ta BD), adoptée un peu émotivement par overdose de commentaires de gens qui parlent des attentats et s'inquiètent (parce que moi aussi je trouve que tout ça, ça pue, mais je ne vois pas d'intérêt à aller l'écrire sur un réseau social).

Alors les gens, on se calme sur le réseaux sociaux (d'ailleurs, ce n'est pas en les suivants que tu seras au courant de ce qui se passe dans la tête des gens en France - seulement dans celle des gens qui n'ont manifestement rien d'autre à faire que d'étaler toutes leurs pensées sur le net, et heureusement, c'est loin d'être le cas de tout le monde), on parle des choses dans la vraie vie, là où on peut vraiment discuter avec un vrai dialogue, argumenter ce qu'on raconte, et si le sujet des attentats et des terroristes nous intéresse, eh ben on tâche de lire des trucs vraiment renseignés par des gens qui s'y connaissent (et surtout, on se cultive. Parce que certes, on a eu une petite période de calme, mais il y a quelques dizaines d'années, des attentats, c'était pas non plus ce qui manquait).

Le problème, c'est celui que Mihawk soulève : le ministère de l'éducation nationale, depuis pas mal d'années, ambitionne de former des générations d'incultes à l'égo surdimensionné, gavés d'entertainement (l'effort un peu conséquent est banni), d'immédiateté et de soi-disant "bienveillance" poussée jusqu'à un point où on dessert largement plus l'enfant qu'on ne lui rend service. Ces enfants vont effectivement être de parfaits candidats pour énoncer des assertions basées sur leur ressenti instantané, ne surtout pas analyser (faute de culture et de recul), le balancer sur les réseaux sociaux (parce que ma life est trop intéressante, et ma pensée trop brillante), et puis va voter, aussi, dès 18 ans, et là, on ne sera pas rendus.

il y a un an

Richard

Je ne prétends pas avoir tout compris, mais si on peut vivre en assumant la possibilité d'être un jour victime d'un accident, il est légitime d'avoir peur quand on doit faire face à la barbarie la plus abjecte. Contrairement à ce qu'essaie de nous faire croire "moi-président" lors de ses discours post-attentats (je lui tape dessus à longueur de journée mais j'avoue que je n'aimerais pas être à sa place en ce moment), PERSONNE n'est en sécurité. Nous avons affaire à des tarés lobotomisés par des obscurantistes qui peuvent frapper n'importe qui, n'importe où et n'importe quand, même dans les lieux de culte! Plus rien n'est respecté! C'est une triste régression de l'Humanité qui rappelle certaines heures noires de notre Histoire, quand chaque camp trucidait joyeusement au nom de son Dieu. Alors oui, il y a des raisons d'avoir peur, même si la probabilité de faire partie des victimes de ces #@!#*@ est infime comparée à celle d'autres risques. Je peux vivre avec la perspective de disparaître un jour dans un accident, mais je ne veux pas finir sous le couteau d'un égorgeur.

Quant à dire qu'on fait le jeu des terroristes en cédant à la peur et à la haine, et bien oui, sur ce plan là ils ont gagné, du moins avec moi. Pas d'amalgame, bien sûr, mais sans être haineux ou raciste, j'avoue être devenu méfiant quand je croise un inconnu au faciès non européen. Mais là où je cède vraiment à la haine, c'est quand je vois un avocat porter plainte pour atteinte au respect de la vie privée parce qu'un élu a exprimé son étonnement à propos des conditions de vie accordées à un terroriste emprisonné. J'en ai marre de ces abrutis qui me servent les droits de l'Homme à toutes les sauces pour des ordures qui ne méritent plus le titre d'Hommes!

Pour faire face à la situation, il serait temps que nos gouvernants ouvrent les yeux: les hommages à répétition, ça suffit! Maintenant il faut des actes. Nous sommes en guerre contre la barbarie, il faut l'admettre, et à situation exceptionnelle il faut des mesures exceptionnelles. Nos gouvernants surtout préoccupés par des considérations électoralistes auront-ils le courage de les prendre ? J'en doute... Excusez moi de vous pourrir la journée mais aujourd'hui je suis pessimiste...

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Tu n'es pas le seul à être pessimiste, il faut dire qu'il y a de quoi.

il y a un an

Sigh

"Pour cent personnes tuées, cent millions s’imaginent désormais qu’il y a un terroriste tapi derrière chaque arbre. Il en va de la responsabilité de chaque citoyen et de chaque citoyenne de libérer son imagination, et de se rappeler quelles sont les vraies dimensions de la menace.

[...] Ce qu’espèrent pourtant les terroristes, quand bien même ils n’ébranlent qu’à peine la puissance matérielle de l’ennemi, c’est que, sous le coup de la peur et de la confusion, ce dernier réagira de façon disproportionnée et fera un mauvais usage de sa force préservée.
[...] Pour commencer, si l’on veut combattre le terrorisme efficacement, il faut prendre conscience que rien de ce que les terroristes font ne peut vraiment nous détruire. C’est nous seuls qui nous détruisons nous-mêmes, si nous surréagissons et donnons les mauvaises réponses à leurs provocations.

[...] Pour atteindre leur but, ils lancent à nos États un défi tout aussi impossible : prouver qu’ils peuvent protéger tous leurs citoyens de la violence politique, partout et à tout moment. Ce qu’ils espèrent, c’est que, en s’échinant à cette tâche impossible, ils vont rebattre les cartes politiques, et leur distribuer un as au passage. [...] La réponse la plus efficace au terrorisme repose sans doute sur de bons services secrets et sur une action discrète contre les réseaux financiers qui alimentent le terrorisme. Mais ça, les gens ne peuvent pas le voir à la télévision."

http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160331.OBS7480/la-strategie-de-la-mouche-comment-quelques-terroristes-font-trembler-les-grandes-nations.html

http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2016/02/07/peut-on-prevenir-la-formation-du-fanatisme_4860871_3232.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com

il y a un an

Firenze

Je ne sais pas, je ne trouve pas cette bd pertinente, c'est manichéen et hors-sujet, me semble-t-il. Je n'ai vécu aucune conversation (IRL) ressemblant de près ou de loin à celle-ci. Le personnage masculin me semble irréaliste. Le truc "on a statistiquement plus de risque de ...", c'est juste un truc qu'on dit quand on veut se rassurer ou rassurer qq1, pas ce la péter. Tout le monde flippe, on gère comme on peut. Après, si vous parlez des forums et fils de discussions sur le net... Mais bon, en ce cas le mec représente les trolls et on sait que les trolls sont nettement moins débiles dans la vie que qd ils trollent(pas dur).
(A part ça, j'aime votre feuilleton bd et les 2 exemplaires du tome 1 reçus sont de très belle facture. On voit que vs avez réfléchi à la qualité papier et tout ça. C'est pas tjrs le cas dans l'autoédition.)

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Merci ! Oui c'était la priorité.

Pour les conversations IRL, c'est forcément très différent. Sur le net, et surtout dans les commentaires, quand c'est anonyme, les gens perdent souvent les notons les plus élémentaires de politesse.

il y a un an

Xavier12

Tu prends des risques à aborder ce genre de sujet, tu vas te retrouver avec des milliards de commentaires de gens qui se trollent entre eux ^^ Bon courage pour la modération. Perso j'approuve le petit chauve, de manière un peu moins virulente. Et si tu n'as pas vu cela :
http://alias.codiferes.net/wordpress/wp-content/uploads/2016/03/medias-pour-les-nuls-special-terrorisme.png
A bientôt.

il y a un an

Sandra

Très touchée par cette planche, j'avoue que j'ai abandonné (la plupart du temps) la lecture des commentaires qui font rarement avancer le débat et en tous cas ne l'élève pas, je finissais tellement en colère devant mon ordi que ça me gâchait la journée ! Du coup, je n'ai pas été confronté à ce type de discours... Après le 13 novembre, je me souviens de l'ébahissement, cette sensation de peur et de choc, des conversations avec mon chéri à base de "et si...". On a décidé d'aller voir les vitrines des grands magasins avec notre fille, ce qu'on voulait faire depuis plusieurs jours. On a eu peur plus ou moins tout du long, ça a été notre acte de résistance, pas glorieux mais vu l'ambiance au 15 novembre, c'était déjà ça ! Aujourd'hui j'essaie surtout d'ignorer les remarques idiotes de ceux qui vont vers les pensées les plus nauséabondes (pas de dialogue possible) et surtout d'amener ma fille à découvrir les autres cultures et la tolérance. Mais je sais que je ne suis pas près de prendre l'avion car là la peur reprendrait trop le dessus... quels que soient les faits rationnels qu'on puisse m'opposer. Il faut parfois aussi accepter ce que l'on ressent et le prendre en compte rien que pour le zen que ça apporte ! En fait aujourd'hui il y a autre chose qui me fait peur, c'est l'absence de choc après Nice, l'impression non pas d'être blasée mais d'être comme anesthésiée. Comme si on avait atteint un niveau de "trop" impossible à concevoir. Une pensée pour toi Laurel (et tous ceux dans le même cas), ça doit être dur de suivre tout ça de loin.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Merci pour ton message.
(je crois que c'est encore plus dur de le vivre de l'intérieur, en fait, non ?) 😐

il y a un an

Max

Sans juger du bien fondé ou de la pertinence des différentes réformes, retirer un enfant de l'école ne veut pas dire le soustraire à l'éducation (nationale) puisque celle-ci reste obligatoire jusqu’à 16 ans. Lui donner des cours, c'est suivre le programme scolaire, avec vérification par l'inspection académique. Dans le cas contraire... Mais au delà de l'enseignement, il faut aussi ne pas oublier que c'est une sociabilisation, un mélange culturel qui facilite certainement le vivre ensemble plus que de vivre reclus. Ainsi on en revient au sujet du début ou plus que tout, l’instruction et le combat contre toutes formes d'exclusions ne peuvent qu'être bénéfique et préviennent certainement plus qu'un repli identitaire.

il y a un an

Marie-Aude

Bonjour Laurel,

je comprends que tu aies peur, et paradoxalement, je crois que tu as encore plus peur parce que tu es loin, comme moi on reçoit les infos à travers un filtre très anxiogène.

Malgré son côté arrogant et trop sûr de lui (genre Geoffrey), je crois que ton personnage n'a pas tort sur le fond. Il y a un très beau conte arabe sur le destin, je te mets un lien sur un article où j'en parlais, toujours à propos d'attentats, il y a quelques années :
http://www.mezgarne.com/maroc/blog/marrakech-ce-soir-a-samarcande,2011,04

(comme tu modères avant les parutions, n'hésites pas à l'enlever si tu veux).

Je suis plus âgée que toi, j'ai vécu adolescente une autre période d'attentats, meurtriers, et mes parents ont vécu ceux liés à la guerre d'Algérie.

Le propre du terrorisme, c'est de frapper les esprits par la terreur. Que l'impact de cette terreur soit largement supérieur à l'impact réel des actions menées.

Nous vivons aujourd'hui ce que des millions de personnes vivent, depuis des années, et beaucoup plus durement. Les morts par attentat en Inde, au Pakistan, par exemple, sont sans commune mesure avec ce que nous connaissons, et pourtant, ils restent une infime partie, négligeable du nombre de morts.

(Presque) personne n'a peur de prendre sa voiture parce que nous sommes habitués. Plus de personnes ont peur de prendre l'avion alors que la mortalité liée aux accidents d'avions est bien plus faible, mais nous sommes moins habitués, et un accident d'avion est plus frappant.

On est entré dans une phase difficile, certes, mais dans notre histoire on a édjà connu ça de nombreuses fois. Les inventeurs du terrorisme moderne ça date du XIX° siècle, et c'était tout aussi aveugle et meurtrier.

Personnellement je crois qu'il faut faire attention (j'explique comment dans l'article), évitez certaines situations à risque - et ça change notre mode de vie malheureusement. Mais que nous n'en sommes pas au stade de la terreur réelle, loin de là.

Enlever sa fille de l'école ? amha, c'est fuir à Samarcande...

Tu dis que tu ne peux pas te forcer à ne pas avoir peur ? Si. La peur est une émotion primaire, et nous sommes des êtres humains, nous passons notre temps à gérer nos émotions. La méditation, l'hygiène mentale (j'ai arrêté depuis longtemps de regarder pleins de trucs sur internet, pour ne pas plonger dans un climat délétère), sont des outils pour ça. Il y a une différence entre la peur ponctuelle quand tu apprends un événement et que tu te demandes si tes proches sont dedans, et la peur de fond. Celle là elle se raisonne. Et pas que pour les attentats. Nos peurs nous empêchent de vivre...

Je vais juste te donner un dernier exemple : vu de l'extérieur, tu vis dans un pays hyper violent, avec des morts par balle et des fusillades comme on n'en voit pas en France. Mais tu n'y penses pas au quotidien, et j'imagine que tu n'as pas envisagé de retirer Cerise de l'école ?

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

La Californie est vraiment très différente du reste des Etats-Unis.
On se sent vraiment en sécurité ici.
Il y a des règles très strictes concernant le port d'armes par exemple. Et zéro harcèlement de rue, pas même sous forme de regards.

il y a un an

Citlal

Il y a eu quand même 14 morts dans un attentat au mois de décembre....
De mon point de vue de parisienne, ça ne me paraît pas beaucoup plus sûr, mais le sentiment de sécurité ou d'insécurité est quelque chose de très personnel et ne s'explique pas toujours de façon très logique.

il y a un an

Elia

Alors pour le harcèlement de rue, ça c'est pas vrai du tout.

J'ai failli être agressée à San Francisco 2 fois en 3 semaines de vacances... "Nice ass" qu'on me disait.

il y a un an

aynen

Le pire c'est que la position de ce personnage masculin ("moi, j'ai tout compris") finit par ressembler fortement à celle des complotistes...

Dans ce que j'entends dans l'actualité en ce moment, ce qui m'agace le plus ce sont les polémiques totalement vaines autour des mesures de sécurité qu'il aurait fallu prendre. Il est impossible de mettre sous cloche tous les lieux de rassemblement public. A quoi bon perdre son temps à en discuter ?
Ce que je regrette aussi, c'est de ne rien entendre sur d'éventuelles solutions aux causes. Le tout sécuritaire je comprends. Mais augmenter le nombre de travailleurs sociaux et d'éducateurs pour éviter que des jeunes se marginalisent serait pas mal non plus...

Pour ce qui est de la réforme du collège, attendons de voir avant de juger. De plus, comme d'autres réformes avant elle, elle mourra peut-être à petit feu d'elle-même. Personnellement, je n'ai rien contre l'interdisciplinarité. J'ai travaillé dans un collège expérimental qui l'avait adoptée et cela permettait à des élèves de raccrocher. Je trouve que les disciplines sont bien trop cloisonnées mais paradoxalement la rigueur des programmes n'incite pas les professeurs à plus d'échanges. Ainsi est l'Education Nationale, définitivement un mammouth plein de contradictions.

il y a un an

Elwin

Bah, là où ça peut être compliqué, c'est que la peur peut aussi pousser à minimiser le risque en se trouvant plein de bonnes raisons de faire l'autruche.
Je me rappelle d'un exam d'histoire où on devait analyser un article de presse des années 30 sur l'élection d'Adolf, et que le journaliste glosait abondamment sur le fait que ses menaces sur les juifs étaient du vent, et que rien ne se passerait. Dont acte. Tout est possible, et sur le vif bien malin celui qui peut savoir comment vont tourner les événements. Se préparer à tout - le pire comme le meilleur - ce serait peut être le plus sage, quand c'est possible.

il y a un an

just1

Ma femme ne regarde plus les sites d'informations car ça la déprime (c'est vrai que ce n'est pas très folichon) et c'est vrai qu'elle est plus détendu depuis.

Les jeunes générations sont choquées du terrorisme en France car on a été éduqué qu'il ne s'est rien passé de grave en France depuis WW2. C'est vrai que ces 15 dernières années ont été très calme en France ce qui renforçait cette vision.

Mais si on regarde cette page Facebook on se rend compte que ça n'a clairement pas été le monde des Bisounours.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Terrorisme_en_France

De plus on a tendance a oublié que jusqu'en 1989, nos parents ont véritablement vécu avec la menace soviétique. Cela fait sourire aujourd’hui car il ne s'est rien passé mais c'était un sujet très sérieux.

La menace a clairement évolué, il faut vivre avec (je ne dis pas que c'est facile :) )

il y a un an

Emmanuel

Au début, je me sentais un peu blessé et visé par le mec : je tiens exactement les même propos, mais sans le côté "mais tu es bêtes, tu es parano, je détiens la vérité".
Des liens comme celui-là me parlent : http://www.legorafi.fr/2016/07/27/nos-astuces-pour-ne-pas-succomber-a-la-terreur-terroriste/
Mais ta petite BD met le doigt sur quelque chose de très important : si des gens souffrent à cause des événements et des infos, il faut faire preuve de compassion, pas jouer les donneurs de leçon.
J'ai assez souvent dit aux personnes âgées "Je ne suis pas docteur mais je vous prescrit un mois sans JT". Les quelques unes qui ont suivi le conseil m'ont remercié.
Pour ma part, je survole les sites de la presse magazine papier. Ça a moins d'impact que la télé.
Merci Laurel pour cette BD sincère et cet espace de discussion. tu mérites ton succès !

il y a un an

Cath

Il est mignon ton personnage et sur le fond je suis d'accord avec lui. Sauf s'il vote FN.
Mais moi aussi j'ai peur.
Je suis parisienne. La femme d'un pote a été tuée le 13 novembre.
J'ai des amis à Nice qui semblaient être très loin de tout le bordel qu'on a vécu.
Désormais et FB est très révélateur, ils font dans leur froc ausi.

Que va t il nous arriver ?

J'ai pas d'enfants et donc pas de peur pour eux "après moi le déluge"
Cependant si je n'ai pas peur de mourir de ma belle mort ou d'un cancer quelconque, j'ai peur de mourir d'une balle ou égorgée.

J'ai peur. Tout court. J'ai peur de la terreur que ces salopiauds, qu'ils soient de Daech ou adorateur de Breivik sèment actuellement.

Mais tu sais quoi ?
J'ai peur d'un big one à SFO car si je n'y vis pas tu n'es pas la seule que je connais qui y vit.

Life is shit tiens ...

il y a un an

Ministoon

L'avenir en 3 films trop méconnu à mon goût (mais j'ai des goûts exotiques) : L'intra-terrestre pour les parano qui iront se planquer comme ils peuvent, Idiocracy pour la théorie de la désévolution et un monde meilleur pour ce qu'on devrait prendre comme règle de vie.

L'homme se distingue de l'animal dans sa bêtise à vanter son intelligence supérieure.

il y a un an

Mlix

http://www.les-crises.fr/les-attentats-dans-le-monde/

Pour t'aider à relativiser :)

il y a un an

Sandlac

Je pense que la différence aujourd’hui des attentats, c'est qu'ils sont préparés et/ou faits par des jeunes de moins de 20 ans (ou 30) qui ont grandi en occident, endoctrinés par des manipulateurs. Les passages à l'acte sont avec tout et n'importe quoi (armes lourdes, armes blanches, camion!...) Ça peut être des voisins, des amis, des membres de même famille, de toutes nationalités, qui basculent dans l'horreur. La menace s'étend sur toute l'Europe des grandes villes aux petits villages à un rythme de plus en plus soutenu avec des menaces...Ce ne sont plus des commandos mais des civils jeunes devenant bourreaux. C'est toute une génération qui a basculée avec des moyens nouveaux (youtube, snapchat, facebook..), gangrené directement dans une chambre d'ado. Comment arrêter le fléau? Education, psychologues, prison? Bref, plus qu'à constater l'évolution en espérant que le bien triomphe pour la paix de tous. (au-delà des complots, de l'argent, de la politique, du commerce du gaz, bla bla bla)

il y a un an

kristofk

Je n'ai pas la prétention de détenir une quelconque vérité, de comprendre ou quoi que ce soit. Par contre je me questionne.
N'attendent ils pas simplement que les gens réagissent par la violence contre les musulmans, une montée de l'extrémisme, de créer effectivement un climat d'insécurité dans nos rues...?
Je ne sais pas...
En tout cas je ne pense pas que "retirer ses enfants de l'école" soit une solution. Avoir peur est légitime. Pour autant, je me refuse d'arrêter de vivre et de céder à ce sentiment qu'ils veulent nous imposer.
Par ailleurs, je me questionne également quand une amie me dit que, de tout temps, le seul moyen de sortir d'une crise a toujours été le même, à savoir une guerre... Alors ouais, ça pose question quant à la position de nos gouvernants.
Nous a t on dit que le tueur de Munich était nazi, adorateur d'Hitler? Non, tellement mieux de ne citer que l'EI
Enfin, pour finir, j'ai également vu la réaction d'André XXIII, qui n'a rien trouvé de mieux que de dégueuler sur le mariage pour tous après l'assassinat d'un prêtre. L'Eglise au final ne récolte que ce qu'elle sème depuis des siècles au travers de ses discours haineux vis à vis des minorités. C'est triste à dire, mais tellement vrai.

il y a un an

albinoni

Oui, un Européen des années 80 hallucinerait, mais il hallucinerait des progrès accomplis. La fin de l'Apartheid, pratiquement sans effusion de sang, de la fin, en quelques mois, la fin aussi de la Guerre Froide qui avait maintenu la terre dans l'angoisse pendant des décennies, la réduction des arsenaux nucléaires et le recul de la menace atomique, la paix entre Israël, l'Egypte et la Jordanie, le recul de la peine de mort dans le monde, la fin d'une dizaine de maladies infectieuses, la chute colossale de l'extrême pauvreté et de la famine sur toute la planète, l'extension galopante de la démocratie sur tout le continent sud américain et une bonne partie de l'Europe de l'Est, l'IRA et de l'ETA qui ont déposé les armes... Le monde a largement progressé ces trente dernières années, malgré quelques stagnations ou reculs tragiques et localisés. On a tendance à l'oublier. Il a raison, le petit chauve...

il y a un an

Youpi

Je ne comprends pas trop le personnage "qui sait tout". Mais je me sens entre les deux.
Je comprends qu'on ait plus peur des attentats que des accidents de voiture. Les accidents de voiture, il y en a régulièrement, on sait ce que sait, on sait à peu près comment faire pour les éviter.
Les attentats, c'est nouveau, on ne sait pas comment essayer d'y éviter.
Et puis derrière les attentats, il y a une haine qu'il n'y a pas derrière les accidents de voiture.

De mon coté, j'ai peur des terroristes, mais j'ai décidé de gérer cette peur. Les terroristes, c'est juste un danger de plus, comme les ours, le sida ou les moustiques porteurs de maladies. Alors je fais pareil. Si je dois me balader dans le Nord Canada, je prendrais mes précautions pour éviter de finir en crotte d'ours polaire. En France, je prends mes précautions pour ne pas mourir tué par un fou. Si je vois un type que je trouve bizarre, je prends mes distances. S'il me semble très bizarre (comportement incohérent, excitation, nervosité), je contacte une autorité habilitée à intervenir pour lui demander conseil. J'évite de traîner dans les lieux à risque et si je dois le faire, je repère des abris, des portes de sortie. J'évite d'être plongé dans mon smartphone et je regarde mon environnement. Je fais du sport au cas il serait nécessaire de courir ou se battre. Avec ma famille, on a convenu de méthodes en cas de crise, qui appelle qui, où se rejoindre en cas "d’événement". La peur cesse d'être exceptionnelle pour être un simple bruit de fond, comme le fait de mettre du répulsif et prendre une moustiquaire quand je vais dans des zones contaminés par le paludisme.
La différence avec un temps de paix, c'est justement ça: en temps de paix, si j'entends des pétards, c'est probablement des pétards et je ne fais rien. Maintenant, si j'entends des pétards, je me dis que ce n'est peut-être pas des pétards et qu'il vaut mieux passer pour un trouillard en évacuant les lieux ou en me renseignant prudemment sur ce que c'est plutôt que de mourir comme un c0n.

il y a un an

Kitof

Je pense que le personnage en colère a peur lui aussi. Simplement, il tente d'expliquer ce qui l'aide à se rassurer lui pour réponse à sa propre angoisse. Il s'agit certainement d'une personnalité cartésienne, rationnelle, qui travaille sans doute dans un milieu scientifique (informatique ? ;)).

Il est très maladroit, mais son discours peut partir d'un bon sentiment : Rassurer le personnage de la jeune fille. Il se trompe simplement d'argument, puisque cette jeune fille exprime un sentiment fort qui ne peut être apaisé par un simple argumentaire cartésien, car cette jeune fille semble avoir une personnalité plutôt émotionnelle, et travaille sans doute dans un domaine artistique où les émotions ont la part belle. Souvent il faut répondre à cette émotion par une autre émotion positive forte pour rassurer, et en quelque sorte allumer un contre feu.

il y a un an

Kitof

Et pour info, il semble impossible de commenter son site lorsqu'on y accède en https.

il y a un an

Mendosa

Avoir peur, c'est normal : c'est humain, c'est un sentiment plutôt incontrôlable.
Par contre, la question c'est de savoir ce qu'on en fait : soit vous restez cloîtrés dans vos terriers pour toute votre vie, soit vous l'affrontez.

il y a un an

Lucie

Chère Laurel,
je suis prof et tout à fait d'accord avec ce qui a pu être écrit plus haut concernant la dérive inquiétante du collège, ces réformes qui ne mènent à rien de bon, suppriment ce qui nous permettaient d'avoir un peu la tête hors de l'eau (suppression pour des raisons uniquement économiques) et rajoutent des dispositifs inefficaces (qui ont déjà prouvés leur inefficacité mais qu'on renomme). Bref c'est un vaste débat, il est difficile de résumer mon point de vue en quelques lignes. Je fais ce que je peux dans mes classes de collège en essayant de faire de mon mieux même si on ne me laisse pas grand chose, en privilégiant mon amour de la littérature et en essayant de créer une bonne relation humaine et apaisée avec mes élèves (et dieu sait qu'à 30 ce n'est pas facile).
Concernant le sujet de ton post, moi aussi j'ai très peur... Peur de l'avenir pour ma fille, peur des attentats, peur de prendre l'avion, le RER... On s'habitue, et c'est horrible de le dire, à vivre ainsi, à avoir peur au quotidien. Tant mieux pour les gens raisonnables qui n'ont pas peur de la mort et ne redoutent pas de perdre leurs proches, mais ce n'est pas mon cas. Chacun fait comme il peut avec sa sensibilité et son caractère. En tout cas, des personnes humbles et généreuses comme toi vont dans le bon sens. Merci. Je t'embrasse.

il y a un an

BanditManchot

Ceux qui martèlent par les statistiques permettent malgré tout d'avoir le recul nécessaire par rapport à des événements graves, mais que les médias montent considérablement en épingle. Et en effet dans la stratégie du terroriste, cette spirale de l'information c'est du pain béni. Au final les gens ont peur, cultivent des à priori ou s'empêchent de vivre.

Si ceux représentés par ton chauve dans le strip ne peuvent s'empêcher d'être insistants, c'est qu'eux même ont peur de constater qu'il est finalement aisé de rendre la foule transit de peur. Relativiser est indispensable et n'ôte absolument pas l'empathie et la tristesse que l'on peut ressentir face à de tels actes barbares.

Il n'y a pas si longtemps on m'a demandé si je n'avais pas peur : j'habitais à 5 payé de maisons du Bataclan, je me suis régulièrement posé sur les terrasses qui ont été visées. J'aurai très bien pu être là ce soir là parce qu'en grand consommateur de concerts et fan de Josh Homme, membre (absent) des Eagles of Death Metal, je me suis souvent tâté d'aller les voir. On m'a rappelé aussi que mon école d'art était située il y a longtemps la rue à coté des locaux de Charlie Hebdo, et c'est vrai que je connaissais personnellement une des victimes. A cette personne qui cherchait presque à m'effrayer j'ai rajouté que j'habitais actuellement aussi à 5 minutes d'une des planques des frères Kouachi, que je passais, et continue de passer régulièrement devant l'Hypercacher. J'ai dit aussi que je prenais le métro tout le temps et qu'il m'était arrivé une dizaine de fois d'aller au Stade de France. j'ai aussi des amis à Bruxelles dont l'un a perdu une amie dans le métro... Lors des vagues d'attentats aux colis piégés à Paris j'ai été évacué une dizaine de fois de lieux à cause de colis suspects, et ai entendu quelques déflagration (de déminage) alors que je marchais dans les couloirs... A cette époque aussi les lieux visés étaient des lieux que je connaissais bien.

je n'ai jamais paniqué.

Je trouve ces actes abjectes, et réellement terrorisant. Et depuis tout petit déjà j'ai acquis ce réflexe dans des endroits remplis par la foule de balayer tout du regard, à la recherche non pas du terroriste mais du cinglé. Depuis 20 ans je sais que si un type veut commettre un carnage il a de nombreuses façons d'y parvenir. De fait je ne me suis jamais senti à l'abri nul part. Mais jamais en danger non plus, et c'est là toute la nuance.

J'ai déjà, à cause de ces malades, du mal à me laisser aller à vivre complètement un événement de foule et mets de nombreuses minutes à laisser l'instant prendre le dessus. Je ne vais pas en plus leur faire cadeau d'une peur panique, ni de m'empêcher de faire quoi que ce soit : la fête, les sorties, les enfants.

Il y a une semaine on a voulu me dissuader d'aller à la plage "parce qu'on ne sait jamais". Et puis quoi encore ?

il y a un an

Julia

http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160331.OBS7480/la-strategie-de-la-mouche-comment-quelques-terroristes-font-trembler-les-grandes-nations.html
Je trouve l'article très bien documenté et très intéressant. Toute façon c'est naturel d'avoir peur, mais si on vit dans la peur, on ne vit plus. Avant de partir au Mexique (toute seule donc) on m'a dit "t'es folle c'est hyper dangereux" et même le programme avec lequel je suis partie nous mettait en garde. Au final je me suis autant sentie en sécurité qu'en France, j'ai voyagé seule sans aucun problème (sans prendre plus de précaution que dans un autre pays - à part celle de ne pas avoir affaire à la police pour quoi que ce soit), et idem pour tous les autres expats du programme. Faut dire que les médias alimentent notre peur (et l'éloignement augmente considérablement la peur en fait parce qu'on a du mal à se rendre compte de la réalité).

il y a un an

imre

Intéressante approche du geopoliticien Pascal Boniface (de l'IRIS) a ce sujet dans la revue Conflit de juillet août septembre 2016 (n°10).

il y a un an

Jean-Michel - @jmderuty

Je ne crois pas que ca ait été abordé dans les commentaires précédents (mais n'ayant pas pu tout lire en détail, je m'excuse d'avance si je ne l'ai simplement pas regardé), j'aimerais ajouter que si parfois les gens qui se disent raisonnables peuvent devenir aggressifs, c'est qu'ils ont aussi peur. Mais pas de la même chose.

Ils ont peur que le fait de se laisser guider par la peur du terrorisme nous fasse prendre de mauvaises decisions, juste parce qu'elles ont "l'air" bonnes. Des decisions trop simplistes pour triompher des terroristes, ou qui pourraient les aider, des decisions qui nous pousseraient à sacrifier des forces de nos sociétés, sans rien gagner de notable en retour.

La peur n'est pas rationnelle. Dans mes formations en gestion des risques, on examinait le cas des accidents d'avion:
- Depuis grosso modo les années 60, le risque d'avoir un accident d'avion n'a presque pas évolué. C'est un fait statistique, scientifique.
- Aucune mesure de sécurité supplémentaire prise depuis cette époque n'est parvenu à diminuer ce taux de maniére notable. (pourquoi? Parce que le risque est tellement faible qu'un accident est toujours causé par un ensemble de causes toutes improbables arrivant en conjonction. Il y a toujours des erreurs qui sont faites)
- Dans les enquêtes d'opinion, la perception du risque d'accident a continué à croitre sans jamais décroitre

Le paradoxe est celui-ci : On ajoute à chaque accident de nouvelles procédures les experts savent qu'elles n'empécheront pas de nouvel accident, juste une reedition (trés improbable de toute façon) du même. Cela accroit par contre substantiellement le coût du transport aérien. La securité est déjà excellente, mais le fait même d'ajouter ces mesures de securité semble provoquer la peur.

Alors que faire? Personne ne devrait en vouloir aux autres d'avoir peur, car ce n'est pas non plus une sensation agréable. Vouloir expliquer, rationnaliser ne marche pas vraiment non plus, et, comme tu l'as dit, on peut vite passer dans le paternalisme à la noix.

Par contre, passer dans le complotisme, c'est tout aussi irrationnel. Il ne faut pas oublier que la question "Que faire?" ci-dessus c'est celle de nos dirigeant. Comment garantir qu'un desequilibré parmi 60Millions de français ne louera pas un 4x4 pour rouler sur des passants dans une des dizaines de milliers de rue piétonnes de France? Ben on ne peut pas. Mais on doit prendre des mesures parce que les Français doivent être rassurés. Sauf que ca ne les rassurera pas, car ils ne sont pas complétement idiots... Et que la peur n'est pas rationnelle.

Au final les seuls qui devraient recevoir notre colère, sont ceux qui veulent exploiter cette peur dans leur intérêt personnel. Certainement pas ceux qui ont peur.

Associez votre email à une image Gravatar!

Se rappeler de mes informations.

Être tenu au courant des réponses par email.