laurel comics blog bloglaurel

Dessinatrice de bandes dessinées et de jeux vidéo, co-founder de Pixowl avec Arthur Madrid, Sébastien Borget et Adrien Duermael. Je vis et travaille à San Francisco.

commeconvenu

Lire ma BD en ligne

references

Références

contact

Contact

Flux RSS

Luc vient car il a besoin de dessins nouveaux pour Caterpillar... Adrien répond que je peux les faire en étant payée. Il dit qu'il trouvera une solution.

"Ce récit est basé sur des faits réels. Les noms et certains lieux ont été changés." 

il y a 4 mois

Unicode

Ce genre là🖕?

il y a 4 mois

Bruno

Il ne panique pas, il se fait dessus... :)

il y a 4 mois

Mellie

Même question. Ils ont le droit de modifier tes dessins ?

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Je pense que oui.

Aux US il n'y a pas de droits d'auteur. Quand un graphiste, un scénariste, un dessinateur est employé par une boîte, son travail appartient à cette boîte.

Le créateur de Spiderman, par exemple, ne touche rien du tout sur les films, les produits dérivés. Il a eu une paye quand il a livré ses planches.

Jim Davis, par contre, qui a fait Garfield, n'est jamais passé par un éditeur, a tout fait lui-même, aujourd'hui il est à la tête d'une entreprise de 20 personnes qu'il gère pour s'occuper des licences, dessiner de nouveaux albums, etc.

C'est pareil pour les séries, les films.
C'est pour ça, par exemple, que des équipes de 8 ou 10 personnes sont toutes autour d'une table pour trouver des idées (on le voit dans les bonus de Friends, entre autres).

Il faudrait que je fasse une note à ce sujet un jour, c'est assez fascinant de voir les deux cultures !

il y a 4 mois

Thibault

Je ne suis pas certain que la différence soit si grande avec la France. Il me semble qu'il peut exister en France des clauses dans les contrats qui fait que toute production intellectuelle devient la propriété de la société au nom de laquelle on l'a produit, par contre c'est pas une clause systématique. Exemple, "Hélène et les garçons" c'est le même délire que pour "Friends". Donc je sois je saisi mal la nuance, soit la différence se fait surtout sur l'usage fréquent ou non de cette clause.

il y a 4 mois

Bertrand

il n'y en fait aucune différence. Tout dépend de la relation contractuelle de départ. Si le contrat subornant le travail stipule que la propriété intellectuelle réside chez la boite, tout ce qui est fait par le designer/graphiste etc demeure avec l'entreprise pas avec l'auteur. Sauf si l'auteur a aménagé des clauses regardant la propriété intellectuelle et/ou les revenues dégages. Stan Lee était un salarié avec tel contrat c'est pour cela que l'IP demeure chez Marvel. c est courant comme clause. Je suis ingénieur et j en ai une vis à vis de l ensemble de mon travail et des produits. Tout ce que je développe, L'IP est chez mon employeur pas en mon nom.

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Bertrand > Mais justement, la différence n'est pas dans ce choix ?

Sauf erreur, en France, une boîte ne peut pas facilement faire signer un contrat où elle garde les droits d'auteur...

J'avais entendu parler d'un studio qui avait acheté de la musique pour son jeu mobile. Et comme le jeu a cartonné, le musicien l'a attaqué en justice pour obtenir un pourcentage des ventes, et a eu gain de cause.

Il me semble qu'en France, on garde toujours ses droits d'auteur, et qu'un contrat qui stipule l'inverse n'est pas valable, ou en tout cas attaquable...
Après c'est peut-être différent pour les scénarios de séries ?

il y a 4 mois

Sûria - @SuriaBD

Il faut distinguer deux choses dans les droits d'auteur : le droit moral et les droits patrimoniaux.

Le droit moral est la reconnaissance de la paternité intellectuelle de l'oeuvre, ce qui implique le droit de décider de la divulgation de l'oeuvre et le droit au respect de l'intégrité de l'oeuvre, à savoir le droit de l'auteur de refuser toute modification de l'oeuvre qui léserait sa personnalité.

Les droits patrimoniaux est ce qui permet à l'auteur de tirer des avantages économiques de l'utilisation de son oeuvre. Dans la pratique, les droits patrimoniaux sont répartis en une série de droits spécifiques : reproduction, droit d'émission, droit de représentation, droit d'adaptation et de traduction, etc.

Aux USA, dans le domaine des comics, il y a une clause que l'on ne retrouve pas dans les maison d'édition franco-belge. Les éditeurs achètent les personnages. Ce qui veut dire que l'éditeur peut demander à un autre auteur de dessiner une suite, sans devoir rémunérer l'auteur original.
Cependant, le droit moral ne peut être cédé et n'autorise pas l'éditeur de retoucher l'oeuvre (dessins, textes, couleurs, montage) sans l'accord de son auteur original. Si c'est le cas, l'auteur peut contester ainsi que ses héritiers.

Même si un personnage ou une license a été acheté par l'éditeur, il ne peut modifier l'oeuvre d'un auteur sans son accord. Par exemple Luc ne peut retoucher des anciens dessins sans l'accord de Laurel si cela modifie l'oeuvre et la raison pour laquelle elle a été faite. Mais comme il s'agit de mettre commercialement le jeu en avant, les retouches sont possibles par l'entreprise si ça ne dénature ni l'oeuvre et son but et que cela a été stipulé dans le contrat.

Voilou pour les petites explications ^_^

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Eh bien c'est précis !! Merci Sûria ! 😃

il y a 4 mois

Bertrand

Au temps pour moi. En France le créateur détient souvent le droit d'auteur par défaut. Je viens de relire les textes. La plupart de mes contrats sont de droit non français ( suisse, américain et Australien). Bon de mémoire, un de mes employeur français avait une clause abusive sur lIntellectual Properties ( en même temps je savais que la clause de non concurrence était abusive aussi ( et oui, du moment qu il n y a pas de carnets d adresse ou d'IP transférés, respecter cette clause n'est pas une obligation sauf s'il ya négociation sur une indemnité Afin d éviter ce départ à la concurrence).

il y a 4 mois

Aragorn_GrandPas

Dans la BD franco-belge, c'est rare qu'un personnage appartienne à l'éditeur, mais cela existe aussi : les personnages de Spirou et Fantasio appartiennent à Dupuis (qui peut donc faire dessiner dessus n'importe quel dessinateur, avant Franquin c'était Rob-Vel, après Fournier, puis Tome & Janry, etc...).
Par contre pour le Marsupilami, c'est une création originale de Franquin et il a pu "l'emmener" avec lui pour faire une série à part. D'où la disparition du Marsu dans les productions ultérieures de Spirou. Ce n'est que récemment qu'il est ré-apparu.

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

ok ! merci Aragorn ! Justement on se demandait (plus bas)

il y a 4 mois

Anim★l

Mézalors, prenons le cas des personnages de Spirou et Fantasio : est-ce que Dupuis est propriétaire des droits patrimoniaux ? Par quelle entourloupette ?

Et est-ce que, pour faire apparaître le comte de Champignac dans une histoire de Spirou, il faudrait payer des droits aux héritiers de son créateur, Franquin ?

il y a 4 mois

Sûria - @SuriaBD

Le cas de Spirou est un peu particulier. Car son but de création a été différent. En effet, il ne s'agissait pas à l'origine d'un projet de bande dessinée soumis à l'éditeur. Ce dernier voulait une mascotte pour representer son périodique et ainsi est donc né le personnage et "Le journal Spirou". Bien que très vite Spirou devienne une "bande-dessinée-mascotte", l'éditeur a effectivement commandé un personnage pour représenter son journal. Donc les bandes dessinées d'aujourd'hui sont des dérivés de cette mascotte.

il y a 4 mois

Anim★l

Mézalors, prenons le cas des personnages de Spirou et Fantasio : est-ce que Dupuis est propriétaire des droits patrimoniaux ? Par quelle entourloupette ?

Et est-ce que, pour faire apparaître le comte de Champignac dans une histoire de Spirou, il faudrait payer des droits aux héritiers de son créateur, Franquin ?

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Anim★l > Ah c'est une bonne question ! 😳

il y a 4 mois

Aragorn_GrandPas

Le comte de Champignac appartient à Dupuis. Franquin n'a souhaité gardé que ses droits sur le Marsupilami.

il y a 4 mois

tchaf

En france, les droits sont scindés en deux parties: droit moral, inaliénable (donc appartient tjs à l'auteur) et droits patrimoniaux (cédables par contrat)

ces droits existent également pour un salarié... le contrat du salarié doit prévoir la cession explicitement.

Plus d'infos:
https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23431

il y a 4 mois

Bruno

Oui, je serais assez preneur d'une comparaison. Si en plus tu l'illustre :)

il y a 4 mois

Bruno

*illustreS...

il y a 4 mois

NiKo

Salut
Un soucis avec l'image ? Elle ne s'affiche pas

il y a 4 mois

PhilBee

Argh !!!! Y a un souci, on voit pas la planche ! :D

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Ah bon ? Chez moi elle s'affiche bien, pourtant ! 😳
Voici un lien vers Facebook : https://www.facebook.com/Comme.Convenu.BD/photos/a.1444938255826988.1073741828.1442819006038913/1811791255808351/?type=3&theater
J'espère que ce bug va se régler. 😅

il y a 4 mois

Laurel - @bloglaurel

Bonjour à tous,
J'ai reposté l'image en la ré-enregistrant... est-ce qu'elle apparaît bien, maintenant ? 😳
Merci ! 😊

il y a 4 mois

PhilBee

Impecc ! Merci !

il y a 4 mois

Richard

Oui, maintenant elle s'affiche correctement, merci.

il y a 4 mois

Aëlle

J'adore la réplique d'Adrien en case 2, et les sourires complices d'Adrien et de Yann en case 3.

il y a 4 mois

Larmenius

J'ai généralement le même quand après 3 mois à prévenir que ça allait pas le faire chez le client (voir tout casser), ca foire et que j'ai raison.

il y a 4 mois

Louck

Ca parle beaucoup d’hypocrisie sur la dernière case, mais je vois mal comment on peut intéresser des investisseurs et de futurs utilisateurs en présentant son projet comme médiocre.

Un projet peut être mauvais dans la réalité, mais quand il faut le vendre, il faut vendre du rêve.

il y a 4 mois

Des Loustics - @DesLoustics

Je ne connaissais pas cette différence au niveau des droits d'auteurs entre US et la France. Une note sur la différence entre les deux cultures, ça devrait être en effet hyper intéressant sur ces questions-là !
Merci Laurel pour le lien vers desloustics.com, heureuse que l'article t'ait plu :-)

il y a 4 mois

foducool

bah en même temps, joffrey va pas dire
"Voici notre dernier jeu, caterpillar, qui s'est lamentablement vautré. Alors maintenant, donnez-moi vos sous!"
je dis pas que c'est pas un enfoiré, mais lever des fonds c'est tout un art que cet espèce de saucisse manipulatrice maitrise parfaitement

il y a 4 mois

Psychos

J'adore cet échange de regard entendu et qui n'a besoin d'aucune explication entre Adrien et Yann <3

Associez votre email à une image Gravatar!

Se rappeler de mes informations.

Être tenu au courant des réponses par email.