laurel comics blog bloglaurel

Dessinatrice de bandes dessinées et de jeux vidéo, co-founder de Pixowl avec Arthur Madrid, Sébastien Borget et Adrien Duermael. Je vis et travaille à San Francisco.

commeconvenu

Lire ma BD en ligne

references

Références

contact

Contact

Flux RSS

On vend aux Etats-Unis des meubles chinés chez Emmaus. Les Américains les aiment beaucoup car ils sont anciens. #Emmaus #Meuble #Californie

"Bien qu'inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite."  

il y a un an

Richard

Je ne connais rien au monde des entreprises de ce type, mais tout ça me fait bouillir, et j'ai un peu la même réaction que Brume: comment des co-fondateurs d'une boite peuvent-ils se laisser exploiter à ce point? L'affreux Jojo Ier, roi des Enflures, est-il vraiment tout puissant? N'avez-vous pas un quelconque moyen d'action contre ce "Pitre Bull" avec le montant de vos parts?

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Non, aucun, comme c'est une question qui revient souvent je vais expliquer dans les pages qui suivent, normalement, après ce devrait être plus clair! (j'espère)

il y a un an

Laure

Je trouve que cela a déjà été bien expliqué dans le premier tome...

il y a un an

Woofy

Le problème, c'est que quand tu es dans une position où tes associés te tiennent le bras bloqué dans le dos et peuvent te le casser sans prendre aucun risque pour eux, il est difficile de ne pas accepter toutes leurs volontés si tu n'as pas un moyen de pression sur eux, ou si tu ne peux pas traiter d'égal à égal (en gros, te dégager le bras).

Avoir un partenaire de confiance pour monter sa boite c'est bien, mais dans le cas présent ce n'est pas le cas. Par inexpérience (et également parce qu'il n'y avait pas le choix), Joffrey et Luc se sont retrouvé avec les pleins pouvoirs, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, et ne s'en privent pas.
Et le but de Joffrey n'est pas le même que celui de Laurel et Adrien.

Laurel : je pense comme Laure que ça a été déjà suffisamment abordé dans le 1er tome. Faire un rappel pour ceux qui ne l'aurait pas lu pourquoi pas, mais garde en tête que peut-être (on espère) tu sortira un 2ème tome, on pourra du coup tout lire d'une traite et ça sera compréhensible sans la redite. S'il y a des redites, ça va être lourd, non ?

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Woofy, tu as bien résumé la situation, merci! ^^

il y a un an

ThibaultV

Brume dit tout haut, comme souvent, ce que le pense le lecteur ! (moi en tous cas...)

il y a un an

Richard

Je ne cherche pas à culpabiliser Laurel et Adrien, mais appelons les choses par leur nom : quand on est co-fondateur d'une boite et qu'on est obligé de vendre ses meubles pour vivre alors que qu'un autre co-fondateur tyrannique s'en met plein les fouilles, on se fait exploiter. On sait tous qui est le "bourreau" dans cette histoire, mais tant qu'on ne connait pas complètement la situation des "victimes" ni leurs possibilités de réaction, il est légitime de s'interroger sur leur passivité.

il y a un an

max lampin

Sa majesté Pinailleur 1er est de sortie (c'est moi aujourd'hui): étant donné les courbures, il est impossible d'ouvrir les portes hautes du meuble avec des poignées placées là où elles sont, il faudrait les mettre en bas :-)

il y a un an

lelic

Non, votre majesté (sa majesté Pinailleur 1er, que 1000 pétales de roses parsèment son chemin).

Il se trouve juste qu'au royaume de France, en des temps très anciens, au moment où ce meuble a été fabriqué, les gens étaient grands. Très grands.
Et les portes du bas étaient réservées aux enfants.

Ou aux nains. Comme celui du roi Stanislas.

il y a un an

shadylane

C'est surtout qu'entre la case 2 et 3 le meuble (si c'est censé être le même) perd presque 1m de hauteur. Il semble démesurément grand sur la 2è case.

il y a un an

Geo de Forest

Ce n'est pas la position des poignées qui est un problème, c'est la porte qui est courbée, et je ne vois pas comment mettre les charnières...

il y a un an

Audrey

J'aime beaucoup le ton de ce deuxieme tome. On sent toujours la difficulté des personnages et la situation qu'ils subissent, mais on sent aussi en fond se profiler de positif, les personnages subissent toujours mais avoir plus de recul et on les voit progressivement mieux maitriser cette situation.
Très belle évolution subtile donc.

Toujours un plaisir chaque jour :-)

il y a un an

lelic

"Faites-vous respecter"....

C'est un apprentissage qui commence tôt dans la vie, se faire respecter.

Cela commence dans l'entourage familial.

Or, les deux protagonistes principaux ne semblent pas entourés de liens familiaux ni amicaux très forts venant de France.

Mais je touche là, peut-être, un point délicat.

Je me rappelle il y a quelques années les séances chez le ... en relation avec les dessins 'un peu spéciaux' et les bocaux avec leur contenu 'originaux'.

Note à Laurel : Je comprendrais aisément que ce message soit modifié ou modéré.

il y a un an

Laurel - @bloglaurel

Non, ce que tu dis est vrai 😅 (et fera peut-être l'objet d'une autre BD, un jour, pourquoi pas).

il y a un an

ND

Une BD un jour à ce sujet ? Ah oui, ça m'intéresserait beaucoup! 😄

PS : Joyeux anniversaire! :-)

(efface cette dernière ligne si tu estimes que cette info n'a pas à être diffusée en mode public)

il y a un an

Aëlle

Joyeux anniversaire aussi !

Ceci dit, je pense aussi qu'il y a une petite explication qui manque :
- au départ, nous avons 4 personnes qui s'associent pour fonder une entreprise.
- à la fin, nous avons 2 fondateurs qui se comportent comme des patrons, et les 2 autres qui sont de fait leurs salariés.
Est-ce normal ?
Le tome 1 explique comment on en est arrivé là, mais comment se fait-il qu'Adrien et Laurel n'aient aucun droit de regard sur les finances de Boulax ? Est-ce normal que Joffrey et Luc touchent un salaire important et pas les 2 autres fondateurs ?
On a l'impression que dès le départ, certains fondateurs avaient plus de droits que les autres, mais on ne sait pas pourquoi...

il y a un an

FDN

Parce qu'ils sont plus malins.

il y a un an

thibault

4 personnes forment une société.
Par manque de confiance/assurance, et un peu de naïveté. Une des 4 personnes se met de fait en retrait. Résultat il y a 2 personnes face à 1 couple qui se positionne comme étant qu'une entité.
On se retrouve alors dans une situation Tri-partie. Et là effectivement le coté biaisé de la relation tri-partie avait été évoquée au début.

Associez votre email à une image Gravatar!

Se rappeler de mes informations.

Être tenu au courant des réponses par email.