laurel comics blog bloglaurel

Dessinatrice de bandes dessinées et de jeux vidéo, co-founder de Pixowl avec Arthur Madrid, Sébastien Borget et Adrien Duermael. Je vis et travaille à San Francisco.

commeconvenu

Lire ma BD en ligne

references

Références

contact

Contact

Flux RSS

(avec quelques heures de retard par rapport à Facebook et Twitter! j'ai oublié le blog hier soir!)

Joffrey propose à Adrien de racheter une partie de ses parts 5 fois moins cher que leur valeur réelle. De toute façon, on n'a pas le choix.

"Bien qu'inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite."



Oh, vous avez vu que vous pouvez encore commander le livre de Dav?

il y a 2 ans

Iris

oui !!!

il y a 2 ans

Padls

"D'accord c'est 5 fois moins mais nous t'offrons ce superbe couteau
- wouhaou
- que je vais te planter dans le dos voilààààà..."

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

En fait, beaucoup disent "N'acceptez pas!" mais... comment faire autrement? 😅

Est-il bien clair, dans la BD, que nos personnages n'ont absolument pas le choix, vu qu'ils n'ont pas un sou, ou non?

C'est peut-être une arnaque, mais nos personnages sont contraints d'accepter.

Ce n'est pas une question d'être naïfs ou pas, c'est qu'à ce moment là il n'y a absolument aucune autre alternative possible. 😐

Demander les 10.000 dollars qu'ils nous doivent: non, ils disent que la boîte ne les a pas.

Imposer l'achat d'une deuxième voiture pour la boîte: non justifié, et de toute façon impossible puisqu'ils votent toujours à deux, ensemble, toutes les décisions.

Refuser la proposition de Joffrey, c'est risquer de se retrouver à la rue, à devoir rentrer, sans un sou pour payer les billets de retour et encore moins les 10.000 dollars que coûterait le retour de tous nos meubles en France.

Ma question est: y a-t-il quelque chose que je n'ai pas bien dit, dans les pages précédentes? Tout ceci n'est-il pas clair?
J'ai l'impression d'avoir tout expliqué, et même plusieurs fois (on m'a reproché de trop me répéter), mais apparemment certaines infos ont été mal comprises? Ou j'en ai oublié? 😳

S'il vous plaît, dites-moi ce que j'ai oublié ou mal dit, je peux encore corriger, s'il le faut.
Merci!!! ❤️

il y a 2 ans

gromph

c'est clair ne t'inquiète pas.

par contre vos personnages aurait peut-être pu s'intéresser davantage à la gestion de la boite et demander des comptes. Se satisfaire de "la boîte ne les a pas." me semble un peu cours.

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

gromph > Le piège est aussi que nos personnages ont trop de boulot et pas du tout de temps pour se poser et réfléchir.
C'est un "truc" assez répandu pour arnaquer des associés, apparemment... se garder du temps pour réfléchir, et noyer les autres sous le taf tout en faisant croire qu'on travaille énormément soi-même... mais ça, on ne l'a appris que récemment.
(je suppose que ça marche pour d'autres choses que des rachats de parts, ou ce genre de plans, assez rares)

il y a 2 ans

shadylane

Oui, même remarque, c'est tout de même très étonnant que vous soyez associés, et que vous ne regardiez à aucun moment les comptes de la société.

il y a 2 ans

Syborg

Dans les pages précédentes tu expliques bien que les héros n'ont plus un rond, je pense que le problème vient du fait que la vitesse de parution étant longue, certaines personnes se focalisent uniquement sur la planche en cours et les 2 précédentes. De plus, j'imagine que se sont surtout des réactions à chaud, dans l'instant de la publication ^^

il y a 2 ans

Cédric

Perso, je ne comprends pas que comment la boite pourrait racheter les parts, si elle n'a même pas les 10.000 euros pour rembourser.

De toute façon, je ne comprends pas comment une boite peut fonctionner sans avoir 10.000 euros de "dépensable" alors qu'elle paye les salaires des employés tous les mois ... c'est clairement qu'elle ment et qu'elle a bien l'argent, non ?

il y a 2 ans

introcephale

a mon avis tu as déjà tout dit, mais ce qui vous est arrivé , enfin a vos avatars dessinés, est un tel enchainement (rapide en bd) que ça parait enorme.

il y a 2 ans

Riri

On a juste beaucoup de mal à comprendre où la boîte non solvable trouve les 5000 balles de salaire de Joffrey chaque mois... depuis des mois mais n'a pas 10'000 qu'ils ont engagés de la même manière auprès d'autres gens.

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

Riri > Le salaire de Joffrey est bien prévu dans le budget, lui, c'est sûr. ^^
Ça fait partie des frais non négociables!

il y a 2 ans

Cédric

moi c'est ça que je ne comprends pas bien : pourquoi ne pas avoir tout fait pour récupérer vos 10.000 € du déménagement. Ca mérite une sérieuse prise de bec avec les autres gérants !!
J'imagine que vous avez du le faire, mais il manque peut être quelques cases pour l'illustrer, car c'est un peu l'origine de vos problèmes d'argent

il y a 2 ans

fouilloux

Bonjour Laurel!

Voilà ma réponse avec mon analyse, elle vaut ce qu'elle vaut (spoiler, pas grand chose je le crains):

Ne t'inquietes pas, je ne crois pas que tu ne sois pas claire au contraire, mais je pense que plusieurs choses se passent dans les réactions: D'une part, présenté comme tu le fait, on voit que c'est pas honnête, et on a pas du tout envie que les personnages (il s'agit bien de personnages hein, c'est pas la vrai vie? ;-) ) se fassent avoir. D'autre part, quand on est à l'extérieur d'une situation, c'est facile de se persuader qu'il y a d'autres solutions, que nous on ferait différemment, et du coup nous, lecteurs avons du mal à intégrer les contraintes. typiquement, on se dirait que puisque les stagiaires ne prennent pas la voiture, bon bin où est le problème?On croit toujours que si les autres s'en sortent pas, c'est "un peu" de leur faute, et que nous on aurait fait mieux. Perso, j'avoue faire tout le temps ça.
Tout comme quand on vit une situation de l'intérieur, on plus facilement l'impression qu'on a vraiment pas le choix. Où est la réalité entre les deux, je n'en sais rien.

L'important c'est que ça ne vient pas d'un manque de clarté de ta part, c'est juste qu'on observe pas la situation du même point de vue, et qu'on ne se rend pas compte.

Bref, continue comme ça, et donne nous toujours notre comme convenu quotidien ;-) (c'est bizarre comme le fait d'être le lecteur d'une BD donne envie de tutoyer l'auteur non?)

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

fouilloux > Merci pour ton commentaire. J'ai l'impression qu'il manque une page, peut-être, pour rappeler la situation en effet!

il y a 2 ans

Bruno

Laurel,

Tu n'y es pour rien, le scénario est clair. Mais on est tous comme des poissons rouges : à chaque planche, on a fait un tour de bocal !

Ca va s'éclairer quand on aura l'album entre les mains pour le (re)lire le temps d'une soirée :-)

il y a 2 ans

Flore

C'est pas que tu n'es pas claire, c'est juste qu'on a vraiment envie de leur dire "Naaaan, faut pas...".
Comme quand on regarde un film et que les personnages disent "Bon, on va se séparer et partir chacun d'un côté à la recherche du tueur en série armé d'une tronçonneuse.", pareil on dit "Mais non, vous êtes crétins ! Restez ensemble ou vous allez vous faire buter un par un !"

il y a 2 ans

Thibault

Ah non la BD est très clair et décrit bien l'engrenage depuis le début, je comprends très bien la situation des deux personnages... Mais en lisant depuis quelques mois maintenant "comme convenu", je m'attache aux personnages, et, comme d'autres lecteurs, je ne peux qu'avoir envie de leur crier a travers l'espace et le temps (on est le 21/10/2015, c'est le bon jour pour y rêver) : "N'acceptez pas, c'est une arnaque! En plus vous avez la voiture des stagiaires!" , comme pour essayer de les prévenir et leur ouvrir les yeux, même si malheureusement c'est impossible ;-)

il y a 2 ans

Martin Penwald

Il y a vraiment un truc qui me chiffonne par rapport à la voiture : je discutais avec un collègue la semaine dernière qui a fait remplacer la transmission de son camion, vu qu'elle montrait des signes de faiblesses. Il en a eu pour environ $5000 (Sur un engin comme ça : https://www.freightlinertrucks.com/Trucks/Models/Legacy/Classic-and-Classic-XL/ ).
Alors certes, il l'a fait avant que ça ne casse, mais mince, on ne parle pas du tout du même gabarit de véhicule, là. $6000 pour une voiture compacte, c'est aberrant.

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

Je ne trouve pas de lien sur le net mais il s'agissait d'un défaut de fabrication de Volkswagen. Ils ont pris en charge les voitures de plus de 5 ans (de mémoire) ou plus de 50.000 miles (je n'ai plus les chiffres en tête). On était juste pile après. Ils ont refusé de rembourser, même en partie. Après, les garagistes dans la Silicon valley sont tous hors de prix, ça n'aide pas.

il y a 2 ans

zaz

Décidément, wolkswgaen n'a eu que des soucis aux etats unis ;-)

il y a 2 ans

léonid

Bonjour Laurel,

Il me semble que l'on comprend bien la situation, mais peut-être est-ce cet air totalement démuni du personnage d'Adrien vignette 4 qui révolte un peu les lecteurs. Si les personnages sont conscients de se faire avoir, un rictus de rage ou d'ironie désespérée face à une situation inacceptable qu'ils sont tenus d'accepter le marquerait peut-être mieux que leurs grands yeux ouverts et leur air embarrassé.
Bon courage !

il y a 2 ans

Mag

Bonjour :-)

Ce que je comprends c'est que vous êtes perdus, c'est un milieu difficile à appréhender quand on a pas toutes les clés... Je comprends aussi l'urgence de la situation...
Par contre ce que j'ai plus de mal à comprendre c'est, comme beaucoup l'ont dit, pourquoi ne pas commencer par chercher une voiture d'occasion beaucoup moins chère ? Je comprends bien que vous semblez ne pas avoir les moyens, même si vous trouviez une voiture à 2000€... Mais ce serait toujours plus facile à gérer que des réparations à 6000€.
Et ensuite, pourquoi ne demandez-vous plus de conseils ? Je n'ai plus la planche en tête mais vous avez mangé chez des amis qui vous avez éclairé sur l'arnaque de Joffrey non ? (Ceux qui vous ont dit "ah, ils vous en même fait le coup du Visa machin chouette !").
Avant de prendre des décisions importantes, je prendrais conseils. Mais je ne connais pas la suite donc ça va peut-être bien se passer ;-).

il y a 2 ans

Mag

(Petite précision : évidemment ces "solutions" sont faciles à dire avec du recul, mais avec la tête dans le guidon, la panique prend souvent le dessus)... Et désolée pour les fautes, je devais être fatiguée ! (ils vous avEZ... Quelle horreur !)

il y a 2 ans

Richard

Soyons justes: si Joffrey propose cinq fois moins, c'est parce qu'il doit fournir la vaseline. Et il en faut, pour faire passer ça !!!!

il y a 2 ans

Aëlle

Je ne comprends pas bien...
Boulax (c'est-à-dire Joffrey et Luc, apparemment) n'a pas les moyens de rembourser les 10 000 dollars, n'a pas les moyens d'acheter une autre voiture...
mais a les moyens de racheter les parts ? A très bas prix, alors...

Ils disent que Boulax n'a pas d'argent... Peuvent-ils le prouver ?
Adrien ne peut-il exiger d'avoir accès aux comptes de la société ? Il possède des parts, cela devrait lui donner certains droits.

il y a 2 ans

Olivier

"Y a-t-il quelque chose que je n'ai pas bien dit, dans les pages précédentes? Tout ceci n'est-il pas clair?" Tu poses une question très intéressante, Laurel, mais il est complexe de formuler une réponse, car il existe plusieurs niveaux d'appréhension (comme dans toute analyse littéraire, et ton œuvre a incontestablement une valeur littéraire forte d'un point de vue narratif).
Pour simplifier, disons qu'il y a au moins un dilemme en chaque lecteur : ce qu'il comprend de la réalité de l'histoire (objectivité : oui, les héros semblent acculés, ils n'ont pas d'alternative simple, c'est assez clair dans ton récit) et la manière dont le lecteur aimerait que cette réalité tourne (subjectivité : être ainsi contraint et quasi-escroqué bafoue des valeurs essentielles - liberté, égalité, bienveillance - et c'est insupportable à constater). Du coup, c'est parce que tu as donné d'excellentes raisons à tes lecteurs d'aimer tes personnages, d'être en empathie avec eux, que ces lecteurs se "rebellent" contre un état de fait a priori clair, pourtant.

Certes, ton récit s'appuie sur des faits réels, mais comme de toute œuvre littéraire, on attend aussi d'elle qu'elle puisse transcender la réalité trop prosaïque, on attend qu'une certaine balance soit rétablie à la fin, pour que cela ne soit pas désespérant, pour que cela soit moins insupportable de voir ainsi des gens adorables se faire malmener par ce que le système libéral peut avoir d'abject dans sa brutalité. Bien sûr, pas question pour toi de virer bisounours, mais peut-être que tes lecteurs auraient peut-être besoin de réaliser davantage que tes personnages ne sont pas "dupes". Je veux dire que ce qui fait (un peu) hurler, c'est ce sentiment diffus que les personnages de Laurel et Adrien s'abandonnent à leur sort avec fatalisme, résignation et même une certaine inconscience. Ce qu'on guette, je crois, ce qu'on espère, c'est une réaction d'orgueil, le signal qu'ils subissent 'pour l'instant', mais que (comme Edmond Dantès dans "Le comte de Monte-Christo") ils ont tout compris enfin du piège dans lequel on les a fait tomber et de l'injustice crasse avec laquelle on les malmène. Si le lecteur ne sent pas que les héros s'apprêtent à remonter farouchement la pente, c'est très difficile pour lui de supporter la "misère" de ses héros, justement parce qu'il les aime. Pour dépasser leur peine et leur frustration compréhensibles, les lecteurs réagissent comme des enfants devant un spectacle de Guignol, ils s'échauffent pour prévenir, secouer, galvaniser les héros, etc. C'est humain :-).

J'adore ton récit, Laurel, pour plein de raisons, et je suis sûr de ne pas être déçu par la suite, vraiment. Tu as relevé, peut-être sans le sentir au départ, deux très gros défis en même temps : faire le récit décalé de ton expérience de vie dans cette start-up, MAIS aussi faire cela en direct sous les yeux de tes lecteurs au fur et à mesure de l'avancée du récit. Le fait que tu recueilles des réactions vives et engagées ne doit pas te surprendre ni trop te déstabiliser, car c'était d'autant plus inévitable que ton récit tient A COEUR, vraiment A COEUR, à beaucoup de tes lecteurs.

C'est un peu facile de dire cela bien tranquillement derrière mon écran, mais je ne peux que te conseiller de continuer à avoir foi en ton histoire, en tes personnages et tout simplement en ton talent. Tout s'appréciera d'autant plus et d'autant mieux lorsque le récit sera complet et bouclé. Pour l'instant, je crois que tu peux considérer les réactions les plus vives de tes lecteurs qui "protestent" non pas comme une forme de critique ou de doute, mais comme une forme d'enthousiasme exacerbé, et tant mieux !

Créer, pour un artiste, sacré challenge et une fichue épreuve, parfois, n'est-ce pas ? Mais pour les lecteurs, c'est un peu pareil, quand on est autant impliqué émotionnellement. Tout ça, c'est rien que de l'amour, au fond ;-).

Bien à toi, bravo et bon courage pour la suite !

il y a 2 ans

Elly

C'est la réaction "naïve", un peu candide face aux abuseurs qui est énervante. Ce traitement graphique tend à faire oublier que les personnages sont victimes d'une situation inextricable, car on se demande pourquoi, même s'ils doivent faire des compromis pour tenir le coup, ils entrent dans le jeu de leur oppresseur en continuant de communiquer avec eux sur un ton de confiance. Certes, les personnages sont à leur merci, et ils sont souvent contraints d'accepter ce qu'on leur impose, mais ils peuvent apparaître irritants car on a le sentiment qu'ils ne montrent pas, quand ils s'adressent à leurs oppresseurs, au moins dans leur ton et leur attitude, qu'ils ne sont pas dupes. C'est cette attitude qui selon moi créé cette irritation qui tend à prendre le pas sur le contexte. Loin de moi l'idée de critiquer les personnes derrière les personnages, j'essaie juste de comprendre ce qui dans le traitement scénaristique suscite autant d'énervement envers les personnages principaux pour qui l'on aimerait avoir de l'empathie.

il y a 2 ans

Auryn

Un peu moins = cinq fois moins.

Oooookay.

il y a 2 ans

FDN - @FanDeNintendoFR

5 fois moins... mais avec ou sans lubrifiant ?

il y a 2 ans

LenaC

Hello Laurel, j'adore ta BD, je bosse moi-même dans une start-up de jeux-vidéos, mais ça marche plutôt bien donc rien à voir avec ton histoire ^^

Je me demandais, les personnages de Geoffrey et de Luc doivent bien être au courant de ton blog, de l'aventure que tu racontes ... Ils ne réagissent pas ?

Sinon génial :D
Bonne continuation :)

il y a 2 ans

Gin.net

Je crois que tu es très claire Laurel. Ce qui m'amuse parfois dans les commentaires, c'est que certains lecteurs donnent l'impression que tu fais de la BD-réalité en direct, et que leur commentaire va influencer la suite du récit, alors que les événements sont déjà anciens.

Ce qui influence aussi la lecture, c'est que tu dessines ce récit avec du recul, et les manipulations de Jojo et Luc y sont très visibles, mais j'imagine parfaitement que quand on en est les victimes, déracinés loin de ses amis et de ses repères, avec pour tout environnement des stagiaires eux-mêmes manipulé, difficile de prendre conscience de la réalité.

C'est sûr que si tu cherchais à écrire un thriller, les ficelles seraient seraient plus que grosses et que l'intrigue manquerait de subtilité, d'ailleurs on a déjà tous deviné qui est le méchant ;-) Je pense que ce n'est pas le but de l'exercice. Ce qu'on attend tous, je pense, c'est de voir à quel moment vous arriverez à reprendre en main votre destin et comment l'affreux Jojo aura la monnaie de sa pièce.

il y a 2 ans

Fred

Ce récit prends la forme de la série Dallas (pour ceux qui s'en souviennent). Des personnages détestables, qui profitent des plus gentils, et on a toujours envie de connaitre la suite :-)

il y a 2 ans

Solo

Boulaaaaaaaaaaax! Ton univers impitoyaaaaaaableuuuuuuuh!

il y a 2 ans

Julien

Bonjour Laurel,

Premier post sur ce blog pour te remercier de la qualité de tes travaux toujours croissante et de ton investissement dans le récit de ton histoire qui mérite d'être racontée.

Ce qui me frustre (et m'interroge personnellement) dans ce récit est le rôle exact joué par les autres investisseurs.
Si je comprends bien, les 3 fondateurs masculins possèdent chacun 20% et tu en possèdes 3%. Ce qui signifie que le restant (37%) est détenu par des investisseurs extérieurs. Or, leurs avis / décisions ne sont jamais mentionnés dans le récit, hormi dans cette dernière planche.
Laissent-ils donc aveuglément Joffrey gérer la boite ? Lui ont-ils délégué leur pouvoir de décision (ce qui pourrait expliquer votre mise en minorité et votre prise en étau) ?

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

Oui, car les investisseurs sont des amis du père de Joffrey.

il y a 2 ans

zaz

C'est clair qu'a ce niveau de l'histoire, nos héros n'ont plus le choix. Quand y'a plus d'argent, c'est la mouise. Aux états unis encore plus qu'ailleurs.

Je ne suis pas sur de la maneuvre de goeffrey, mais j'imagine bien un truc du genre "je te rachete tes parts 1/5 de leur valeur évalue, et je les refourgue direct a un investisseur bien plus cher".

C'est dégeux, mais quand tu es pris à la gorge, tu n'as plus aucun pouvoir de négociation. A noter qu'on trouve des associés encore plus dégeux, qui vont carrément "détruire" des tes parts par des opération de dilution. Les deux affreux de cette bd sont certes rudes, mais il ne me semblent pas complétement pourris. Ils pourraient être pire.

Est-ce qu'il est prévu un petit récapitulatif de "toutes les choses à ne pas faire" ? (Je pense au Visa, a la confiance accordée, au fait de travailler avec des gens qui disposent d'infos que l'on n'a pas...). Ce n'est bien évidément pas une critique, juste un truc qui serait sympa pour que d'autres soient mieux armés...

D'ailleurs, vous avez pensé à montrer la bd dans des écoles qui bossent sur l'entreprenariat ? C'est une manière ludique de présenter une bonne part des écueils possibles.

il y a 2 ans

hema

Moi je ne serais pas contre une ou deux cases où les personnages principaux se rappellent qu'il n'y a pas d'alternative, que ce n'est pas un choix pour eux.
En tant que lecteur, avec le recul, on a tendance à se dire qu'il y a sûrement un autre choix possible (la voiture des stagiaires, rentrer en rébellion, etc.) pour ne pas céder à la manipulation.

Hâte de voir la suite en tout cas! Ça fait peur!

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

Oui, je rajouterai peut-être une page dans le livre!

il y a 2 ans

shan

Je me pose une question sachant que : Les personnages ont besoin de 10000 dollars, les parts seront rachetées à 5 fois de leur valeurs.
Il faut donc que la boite vaut un minimum de 250000 dollars pour que les protagonistes aient au moins les 10000 dollars.

La valeur, elle a été fixée pour les sortir de la boite?

Du coup, sur le jeux, ils vont voir rappliquer les deux autres? Vu qu'il n'y aura plus de pouvoir de décision?

il y a 2 ans

Laurel - @bloglaurel

Le pouvoir de décision appartient de toute façon automatiquement aux associés, puisqu'ils votent toujours ensemble, sans discussion possible. Ça ne change rien! :)

il y a 2 ans

shan

C'est quand même pas génial comme situation :/ Tu vois le problème mais tu n'as pas le moyen de résoudre : en conclusion tu es forcé d'accepter de te faire plumer...

Il est devenu moins enthousiaste Adrien, par rapport au début de l'histoire. Finalement avec le recul, j'aime bien l'aspect naif/positif des personnages au début: il tranche d'autant plus avec leur humeur actuel.



Associez votre email à une image Gravatar!

Se rappeler de mes informations.

Être tenu au courant des réponses par email.